Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
12 réactions
Attention danger
8/10
Partager cet article

Quand une marque connue pour ses outils de studio redoutables — sommateurs et contrôleurs de monitoring en tête — décide de réaliser un compresseur stéréo, forcément cela attise notre curiosité. Nous avions entendu parler de ce Compressor il y a quelques mois maintenant, et nous avons eu la chance d’avoir la bête entre les mains.

The new one

Annon­cée il y a plus d’un an main­te­nant, la sortie du Compres­sor chez Dange­rous Music avait suscité beau­coup d’in­té­rêt. En effet, si la marque améri­caine est haute­ment répu­tée pour ses outils de studio à la concep­tion simple et sans faille, comme le somma­teur 2 Bus ou encore le gestion­naire de sources pour le maste­ring Master, force est de consta­ter qu’elle ne s’est que très modes­te­ment lancée dans le marché des unités de trai­te­ment. Hormis le Sum&Minus — produit qui n’est hélas plus commer­cia­lisé — Dange­rous Music a commencé par mettre un pied sur le terri­toire des proces­seurs fréquen­tiels avec le Stereo BAX-EQ, qui a conquis déjà bon nombre d’oreilles dans le milieu du maste­ring. Récem­ment, Dange­rous s’est égale­ment illus­trée dans la concep­tion de conver­tis­seurs AN/NA, mais ça, c’est une autre histoire, que l’on se devrait de suivre sous peu…

Nouveau dans « la compé­ti­tion » sans pour autant être un débu­tant, Dange­rous Music se lance donc dans le trai­te­ment dyna­mique avec Compres­sor, un… compres­seur, comme son nom l’in­dique, stéréo de surcroît, aux fonc­tion­na­li­tés promet­teuses.

Dangerous Music Compressor

Logé dans un joli rack 2U à la robe gris foncé, l’es­thé­tique de ce double compres­seur à VCA ne déroge pas à la règle de la simpli­cité et de l’élé­gance qui font le carac­tère de la marque. Au premier abord, les fonc­tion­na­li­tés de la machine sont très faciles à devi­ner ; chez Dange­rous Music, les concep­teurs ont large­ment prouvé par le passé qu’ils savaient faire rimer esthé­tique avec pratique. Sur le panneau avant, les choses sont claires : à gauche, les switches propres aux diffé­rents fonc­tion­na­li­tés de la compres­sion ; à droite, les poten­tio­mètres de réglage « clas­sique » des compres­seurs pour les canaux gauche et droit. Si le tout reflète un carac­tère somme toute assez « moderne », je note cepen­dant un certain effort pour réunir à la fois les aficio­na­dos de la marque et ceux ayant un penchant pour le maté­riel vintage, avec l’ap­port d’un double VU-mètre quelque peu old school au milieu de cette sobriété moderne. Le VU-mètre — qui me rappelle entre autres les télé­com­mandes de réverbe EMT par exemple — fait son petit effet et parti­cipe bien à la logique esthé­tique et fonc­tion­nelle de la machine dans son ensemble.

Danger House

Dangerous Music Compressor

Comme je le disais plus haut, la partie droite de la machine regroupe les tradi­tion­nels réglages des compres­seurs actuels. Chaque canal possède ses propres réglages, ce qui fait du Compres­sor un réel compres­seur double-mono. Néan­moins on peut évidem­ment les linker lors d’un trai­te­ment stric­te­ment stéréo, grâce au swit­ch… Stéréo ! Simple. Géné­ra­le­ment, les compres­seurs stéréo utilisent une somme des signaux gauche/droit qui va servir à la détec­tion de la compres­sion. Ici, le Compres­sor utilise les deux détec­teurs pour le fonc­tion­ne­ment du VCA de chaque canal.

Le manuel conseille donc d’ef­fec­tuer des réglages simi­laires sur les deux canaux au niveau du Ratio quand on souhaite travailler en stéréo. Les poten­tio­mètres de Gain et de Thre­shold supé­rieurs contrôlent les réglages géné­raux de la compres­sion stéréo, en revanche les réglages d’At­tack et Release restent indé­pen­dants, ce qui peut être inté­res­sant pour trai­ter des programmes stéréo (prin­ci­pa­le­ment des mixes) dont le compor­te­ment dyna­mique gauche/droit peuvent légè­re­ment diffé­rer. C’est à la fois l’avan­tage et l’in­con­vé­nient d’une telle machine réel­le­ment Dual Mono donnant la possi­bi­lité de trai­ter les signaux stéréo. Ce qui nous amène à la ques­tion suivante : le bouton Stereo ne serait-il là que pour linker les réglages de Gain et Thre­shold ?

Le réglage de Ratio en dit long sur les volon­tés du Compres­sor puisqu’il propose une large palette de taux : 1:1, 1,4:1, 1,7:1, 2:1, 3:1, 4:1, 6:1, 20:1. Autant dire qu’a priori, on peut faire les choses de manière très subtiles et fines… ou pas du tout. Toute­fois — si l’on consi­dère les taux supé­rieurs — il eût été de bon aloi d’avoir un taux inter­mé­diaire, comme 12:1 par exemple, au vu des autres possi­bi­li­tés offertes par le Ratio. Néan­moins je pense que la volonté des concep­teurs du Compres­sor ne se situe pas dans ce champ d’ac­tion. Nous verrons cela un peu plus tard dans les diffé­rents tests.

Dangerous Music Compressor

Outre le réglage de Gain de sortie (de –10 à + 10 dB) et de Thre­shold (de +20 dB à –20 dB), on retrouve les habi­tuels réglages de temps d’at­taque (1 à 100 ms) et de Release (10 à 500 ms). En termes de constantes de temps, rien de bien fou : on reste dans des valeurs qui me semblent assez « communes ». Là encore, tout laisse à penser que ce Compres­sor est destiné à un trai­te­ment dyna­mique de mix bus. Une petite LED située entre ces réglages permet de savoir si les réglages d’At­tack et Release sont en mode manuel ou auto­ma­tique. Côté perfor­mances, le manuel affiche un niveau maxi­mum de sortir de +27 dB, pour une réponse en fréquence de +0,25 dB de 15 Hz à 80 kHz. La distor­sion harmo­nique affiche un taux infé­rieur à 0,005 %. Pas d’inquié­tudes, vous êtes bien chez Dange­rous Music.

De l’autre côté

Nous avons pour l’ins­tant parlé des réglages quelque peu « clas­siques » du Compres­sor. Bien qu’en appa­rence on puisse faire des choses très simples chez Dange­rous Music, on ne s‘ar­rête pas pour autant à réali­ser des choses banales. Et c’est là que les festi­vi­tés commencent.

Dangerous Music Compressor

Le côté gauche du panneau avant est clai­re­ment divisé en 3 parties démon­trant les petits « extras » du Compres­sor. La première partie concerne le circuit de Side­chain et ses diffé­rents modes. Avant de conti­nuer, il est impor­tant de noter que l’in­ser­tion du Side­chain à l’ar­rière de la machine est stéréo, en entrée comme en sortie — ce qui n’est pas fréquent — via une connec­tique XLR symé­trique. Cela veut bien évidem­ment dire que le compres­seur réagit au compor­te­ment d’un signal exté­rieur (via le switch « Exter­nal Side­chain »), mais peut égale­ment réagir en fonc­tion d’une unité de trai­te­ment stéréo insé­rée dans le circuit de détec­tion… Par exemple un EQ… Et ainsi trai­ter un programme en fonc­tion de son compor­te­ment fréquen­tiel… Vous voyez où je veux en venir ?

C’est d’ailleurs une fonc­tion­na­lité que le Compres­sor propose en quelque sorte « d’ori­gine ». En effet, toujours dans la partie Side­chain, on retrouve deux switches : « Bass Cut » et « Sibi­lance Boost ». Le premier corres­pond à un filtre de side­chain à 60 Hz pour une pente de –6 dB par octave et permet par consé­quent d’évi­ter que le compor­te­ment dyna­mique du registre sub vienne déclen­cher la compres­sion. Le second quant à lui corres­pond à un EQ de + 2 dB à 5 kHz, accen­tuant la détec­tion des sifflantes pour les « calmer » un peu plus lors de la compres­sion. Parfait pour les voix ou toute autre source dont le compor­te­ment dyna­mique dans cette gamme de fréquences serait plutôt gênant. « Exter­nal Side­chain » comme je l’ai dit aupa­ra­vant active la détec­tion via la connec­tique arrière prévue à cet effet et « Side­chain Moni­tor » quant à lui permet d’écou­ter le signal envoyé dans la détec­tion.

Vient ensuite la section Contour du Compres­sor. Trois switches permettent de contrô­ler le compor­te­ment du compres­seur et de sa courbe de compres­sion. « Smart Dyn » est une fonc­tion tout à fait inté­res­sante puisqu’une fois enclen­chée, le Compres­sor utilise alors deux pentes de détec­tion pour le fonc­tion­ne­ment du compres­seur : l’un pour gérer les peaks de niveau aux tran­si­toires rapides, l’autre pour gérer le niveau moyen. En théo­rie, une fonc­tion parfaite pour gérer un mix entier. « Soft Knee », que l’on retrouve assez fréquem­ment sur les plug-ins de trai­te­ment dyna­mique, adou­cit la « pente » de la courbe de compres­sion, permet­tant une tran­si­tion plus souple entre les niveaux compres­sés et les niveaux se situant en dessous du seuil. « Manual » quant à lui active le mode manuel pour les réglages d’At­tack et Release des deux canaux. Par défaut, ceux-ci sont en mode auto­ma­tique, avec une constante de temps fixée à envi­ron 30 ms, ce qui peut conve­nir à bien des sources, mais pas toutes.

Arrive ensuite la section métro­lo­gique, avec trois simples switches diffé­rents. VU/Comp permet de choi­sir entre l’af­fi­chage du niveau (entrée ou sortie) en dBVU ou le niveau de compres­sion appliqué sur chaque canal. Input/Output — quand VU est sélec­tionné — permet d’af­fi­cher le niveau d’en­trée ou de sortie du compres­seur. –6 dB quant à lui permet d’ap­pliquer une réduc­tion de 6 dB sur l’af­fi­chage des niveaux (et seule­ment l’af­fi­chage, bien entendu), permet­tant une meilleure lecture des niveaux et, par consé­quent, une meilleure protec­tion du VU-mètre quand les niveaux affi­chés sont fréquem­ment « dans le rouge ».
Avec autant de fonc­tion­na­li­tés, le Compres­sor ne semble pas une bête si facile à appri­voi­ser, mais voyons (ou écou­tons plutôt) ce que nous disent les tests !

À l’écoute

J’ai inséré le Compres­sor sur des sources stéréo prove­nant de stems partiel­le­ment trai­tés de l’al­bum Dear Morpheus du groupe fran­ci­lien Even­line, qui m’a genti­ment donné accès à ses éléments sonores. Pour plus d’in­fos, rendez-vous sur le site du groupe pour jeter une oreille sur le produit fini !

Voici les diffé­rents extraits avec les réglages corres­pon­dants. Pour faire origi­nal, commençons par la batte­rie. J’ai réglé le Compres­sor comme suit :

Gain à 0 dB ; Thre­shold à –8 dB; Attack à 10 ms ; Release à 100 ms

Écou­tons un peu ce que la varia­tion du ratio entraîne pour des valeurs de réglage ci-dessus constantes :

1 DRUMS DRY
00:0000:19
  • 1 DRUMS DRY 00:19
  • 2 DRUMS COMP ratio 1 00:19
  • 3 DRUMS COMP ratio 1.4 00:19
  • 4 DRUMS COMP ratio 1.7 00:19
  • 5 DRUMS COMP ratio 2 00:19
  • 6 DRUMS COMP ratio 3 00:19
  • 8 DRUMS COMP ratio 6 00:19
  • 9 DRUMS COMP ratio 20 00:19

Pour une termi­no­lo­gie exacte, il faut bien entendu lire « ratio x : 1 ».

Afin de conser­ver un niveau de sortie « équi­valent », le Gain a été ajusté comme suit :

  • Ratio 1:1, Gain = +0,3 dB
  • Ratio 1,4:1, Gain = +0,5 dB
  • Ratio 1,7:1, Gain = +1 dB
  • Ratio 2:1, Gain = +1,5 dB
  • Ratio 3:1, Gain = +2 dB
  • Ratio 6:1, Gain = +3 dB
  • Ratio 20:1, Gain = +4 dB

Évidem­ment, les petites varia­tions de ratio laissent appa­raître une compres­sion assez douce et c’est avec des valeurs plus élevées que celle-ci se fait entendre de manière plus dras­tique. En restant sur le ratio maxi­mum (20:1), écou­tons un peu les agis­se­ments des fonc­tions BASS CUT, SIBI­LANCE BOOST et SOFT KNEE :

10 DRUMS COMP ratio 20 BASS CUT
00:0000:19
  • 10 DRUMS COMP ratio 20 BASS CUT 00:19
  • 11 DRUMS COMP ratio 20 SIB Boost 00:19
  • 12 DRUMS COMP ratio 20 SOFT KNEE 00:19

Même si ça n’est pas flagrant sur un mix de batte­rie, on entend les agis­se­ments des diffé­rentes fonc­tions. Avec le BASS CUT, on récu­père un peu de bas sur la grosse caisse (atten­tion, on est sur un ratio de 20:1 quoiqu’il arrive). Avec le SIBI­LANCE BOOST, le haut-medium est légè­re­ment atté­nué (le « smack » de la caisse claire et le haut medium du hi-hat sont légè­re­ment moins présents). SOFT KNEE adou­cit un peu les mouve­ments dyna­miques et, pour ma part, « homo­gé­néise » un peu le compor­te­ment dyna­mique de la compres­sion.

Un extrait avec une guitare acous­tique :

(Gain à +2 dB ; Thre­shold à –8 dB; Attack à 20 ms ; Release à 100 ms)

30 ACC DRY
00:0000:29
  • 30 ACC DRY 00:29
  • 31 ACC COMP 00:29

Le Compres­sor fait bien son œuvre et « redy­na­mise » une guitare certes correc­te­ment jouée, mais en lui redon­nant un peu d’at­taque et de punch. Facile à placer dans un mix.

Et d’ailleurs, sur un mix :

(Gain à +2 dB ; Thre­shold à –4 dB; Attack à 60 ms ; Release à 10 ms)

20 MIX 1 DRY
00:0000:49
  • 20 MIX 1 DRY 00:49
  • 21 MIX 2 COMP ratio 2 00:49

Et avec un réglage d’At­tack/Release auto­ma­tique :

22 MIX 3 COMP ratio 2 AUTO
00:0000:49
  • 22 MIX 3 COMP ratio 2 AUTO 00:49
  • 23 MIX 4 COMP ratio 1.4 AUTO 00:49

Même si les extraits ne sont peut-être pas des plus parlants tant le Compres­sor peut être « doux », c’est vrai­ment dans cette dernière caté­go­rie de trai­te­ment (mixages finaux) qu’il déve­loppe — pour ma part — son poten­tiel. En séance, j’ai pu l’uti­li­ser égale­ment sur des voix et c’est un des compres­seurs les plus « trans­pa­rents » qu’il m’ait été donné d’écou­ter. Je mets des guille­mets à « trans­pa­rent », car il peut être vite syno­nyme « d’in­si­gni­fiant », ce qui n’est vrai­ment pas le cas.

Dangerous Music Compressor

À l’uti­li­sa­tion, le Compres­sor est un outil assez riche qui demande un peu « d’ac­cli­ma­ta­tion ». Si l’er­go­no­mie de la machine est très intui­tive et très bien pensée, ses possi­bi­li­tés de réglages sont nombreuses et il faut un petit temps d’adap­ta­tion pour comprendre la subti­lité des résul­tats que l’on peut obte­nir avec une telle machine. Qui plus est, si la séri­gra­phie et la concep­tion visuelle restent lisibles, les diffé­rentes LED et leur niveau d’in­ten­sité lumi­neuse peuvent parfois trom­per l’uti­li­sa­teur quant aux diffé­rents modes enclen­chés. Là encore, quelques heures d’uti­li­sa­tion permettent de s’ac­com­mo­der et de comprendre un peu mieux la machine.

Pour résu­mer, le Compres­sor est une machine propo­sant une multi­tude de réglages pour un maxi­mum de préci­sion. Clai­re­ment, si la bête est un peu « sauvage » dans son appré­hen­sion et sa maîtrise, elle l’est nette­ment moins dans ses résul­tats sonores qui restent très élégants en toute circons­tance et jamais dans l’ex­cès, même si juste­ment son créneau, c’est de gérer les excès (de niveau, bien sûr…). On regret­tera toute­fois des temps d’At­tack/Release un peu « gentils » : pas de valeurs extrêmes ici, ce n’est pas le genre de la maison.

Alors pour tous ceux qui cherchent un compres­seur « créa­tif » offrant des sono­ri­tés inédites à leur source, je ne suis pas certain que le Compres­sor soit l’ou­til adapté. Et je ne suis pas certain non plus que ce compres­seur ait été conçu dans ce but. Mais pour celles et ceux qui recherchent un outil de trai­te­ment dyna­mique précis, trans­pa­rent sans être invi­sible, respec­tant le signal d’ori­gine et offrant des possi­bi­li­tés de réglages infimes et musi­caux, alors le Compres­sor est un redou­table allié. Si en plus vous êtes déjà adepte de « l’es­prit Dange­rous », alors il va sans dire que ce Compres­sor ne devrait pas vous déce­voir !

Conclu­sion

Attendu au tour­nant à cause de sa répu­ta­tion sans faille, Dange­rous Music s’en sort plutôt bien avec ce compres­seur stéréo dont l’élé­gance n’a d’égal que ses fonc­tion­na­li­tés. Si le Compres­sor n’est pas l’unité de trai­te­ment dyna­mique la plus extra­va­gante qui soit, elle demeure un outil de travail redou­table offrant des possi­bi­li­tés sonores ultra précises tout en restant musi­cales. Annoncé pour un tarif de légè­re­ment supé­rieur à 3000 euros, le Compres­sor n’est pas destiné à toutes les bourses, mais ravira une clien­tèle à la recherche d’ou­tils sérieux, fiables, et offrant des résul­tats de grande qualité.

Merci à Jean-Marc « Jim » Dewailly ainsi que Fabrice, Arnaud et tout le groupe Even­line (dont l’al­bum « Dear Morpheus » est à écou­ter !) pour leurs extraits !

Télé­char­gez les extraits sonores (format FLAC)

  • Dangerous Music Compressor
  • Dangerous Music Compressor
  • Dangerous Music Compressor
  • Dangerous Music Compressor
  • Dangerous Music Compressor

 

8/10
Points forts
  • La conception fidèle à la marque
  • Le son
  • Les possibilités et fonctionnalités, notamment celles liées au sidechain
  • La précision de la machine
  • Le look
  • la robustesse et la réalisation générale de la machine, estampillée Dangerous
Points faibles
  • Les LEDs, somme toute très jolies, mais qui demandent un certain temps d’adaptation
  • Les taux de compression et constantes de temps qui ne permettent pas des réglages « extrêmes » (mais est-ce bien le but de cette machine ?)
  • À quand une version toute crantée réellement « mastering » ?

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.