Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Elektron Analog Drive
Photos
1/183

Test de la pédale de saturation Elektron Analog Drive

test
69 réactions
Octomom
8/10
Award Innovation 2017
Partager cet article

Bien connu des amateurs de synthétiseurs et de boîtes à rythmes, le fabricant suédois Elektron s’attaque pour la première fois au monde de la guitare. En effet, la marque propose depuis novembre dernier l’Analog Drive, une pédale de saturation intégrant 8 circuits analogiques différents ainsi que des presets et une connectivité MIDI. Coup d’essai, coup de maître ? Nous vous livrons notre verdict.

L’Ana­log Drive d’Elek­tron se veut être un outil extrê­me­ment poly­va­lent puisqu’il intègre litté­ra­le­ment 8 pédales en une. Il n’est donc pas éton­nant, lors du débal­lage, de décou­vrir un châs­sis en alumi­nium rela­ti­ve­ment impo­sant de 171 × 177 × 62 milli­mètres. Notons d’ailleurs que la bête est livrée dans une fort jolie boîte, et qu’une alimen­ta­tion de 12 volts est four­nie. 

La machine est assez laide, mais parfai­te­ment fonc­tion­nelle grâce à de nombreux boutons bien espa­cés, la présence de trois foots­witchs et d’un petit écran sommaire (double affi­cheur de 7 segments à LED). Les circuits embarqués ont beau être analo­giques, un contrôle numé­rique permet d’en­re­gis­trer 100 réglages diffé­rents par l’in­ter­mé­diaire de presets. De plus, l’en­semble des réglages et des fonc­tions de l’Ana­log Drive sont pilo­tables en MIDI. Penchons-nous dans un premier temps sur les multiples para­mètres de notre machine. 

Premier regard

Elektron Analog Drive : Elektron Analog Drive (92023)

L’Ana­log Drive est dotée de huit potards, dont un gros bouton cranté qui permet de choi­sir le circuit désiré. La sélec­tion du mode est déter­mi­nante, puisqu’il est impos­sible de les mélan­ger. Voici la liste des choix dispo­nibles : 

  • Clean Boost
  • Mid Drive
  • Dirty Drive
  • Big Dist
  • Focu­sed Dist
  • Harmo­nic Fuzz
  • High Gain
  • Thick Gain

Bien évidem­ment, deux boutons sont dédiés au gain et au volume. Si la course du gain est irré­pro­chable, il n’en va pas de même pour le volume. En effet, ce réglage n’est pas très progres­sif dans le premier tiers de la course du potard, ce qui complique l’ajus­te­ment du niveau à faible volume. Quant à l’EQ, il se compose de potards dédiés aux graves, aux médiums, et aux aigus, mais égale­ment d’un bouton Mid Freq ajus­tant la fréquence des médiums. C’est un énorme plus qui modi­fie complè­te­ment le carac­tère sonore de la pédale, et les potards Low Mid et High sont terri­ble­ment effi­caces et exploi­tables sur la quasi-tota­lité de la course. Bref, l’éga­li­seur est une réus­site.

Un dernier bouton rota­tif cranté est dédié aux presets. Il permet de navi­guer entre ceux-ci, mais aussi de les enre­gis­trer puisqu’il est cliquable. La gestion des presets est très aisée, puisqu’il suffit de régler la pédale comme on le souhaite, puis d’ac­tion­ner notre bouton, de choi­sir entre les 100 empla­ce­ments, et d’ac­tion­ner à nouveau pour sauve­gar­der les para­mètres. Il est d’ailleurs facile de retrou­ver les réglages d’un preset, car deux petites LED situées l’une à côté de l’autre indiquent s’il faut tour­ner un bouton à droite ou à gauche pour atteindre le réglage sauve­gardé. Ajou­tons qu’il est néces­saire de passer par cette opéra­tion pour modi­fier un réglage après l’en­clen­che­ment d’un preset puisque le bouton doit se caler sur le para­mètre initial sans quoi il n’agira pas. 

Elektron Analog Drive : Elektron Analog Drive (35300)

Il est aussi possible de navi­guer parmi les presets par l’in­ter­mé­diaire des trois foots­witchs. Ils sont d’ailleurs placés sur une excrois­sance légè­re­ment suréle­vée et incli­née du châs­sis de l’Ana­log Drive, ce qui les rend faci­le­ment acces­sibles. Les deux sélec­teurs au pied sur les côtés permettent d’al­ler à gauche ou à droite, et le sélec­teur central offre la possi­bi­lité de sélec­tion­ner un preset ou de « bypas­ser » le signal tout en gardant le buffer inté­gré actif. ll est donc possible de choi­sir les presets même lorsque l’ef­fet n’est pas enclen­ché. On aurait d’ailleurs aimé un petit inter­rup­teur supplé­men­taire sur le côté pour allu­mer et éteindre la pédale, puisqu’il faut la débran­cher à chaque fois.

Enfin, un sélec­teur à deux posi­tions est dédié au mode Manual. En l’ac­ti­vant, l’écran s’éteint et les para­mètres s’adaptent direc­te­ment aux diffé­rents réglages des potards. Exit donc les presets et le contrôle numé­rique, la pédale se simpli­fie et fait la part belle à l’in­tui­ti­vité. 

Bibe­rons et couches

Plusieurs entrées et sorties sont dispo­nibles sur l’Ana­log Drive. L’en­trée prin­ci­pale est dédiée aux instru­ments, dont la guitare, mais égale­ment les synthé­ti­seurs ou les boîtes à rythmes. L’on trouve aussi une sortie, deux entrées pour contrô­ler le gain et la fréquence des médiums avec une pédale d’ex­pres­sion ou une tension de contrôle, et des ports MIDI In et MIDI Out. Elek­tron a même pensé à ajou­ter une encoche de sécu­rité Kensing­ton pour éviter les vols. 

Elektron Analog Drive : Elektron Analog Drive (94957)

La connexion MIDI fonc­tionne à merveille… lorsqu’on maîtrise le MIDI ! Nous avons piloté la pédale depuis Studio One, et nous n’avons rencon­tré aucun souci. Les messages MIDI sont réfé­ren­cés dans le manuel, mais il est dommage qu’Elek­tron ne propose pas de logi­ciel permet­tant de faci­li­ter le pilo­tage de la pédale, ou même un éditeur pour les presets. Pire, pour mettre la pédale à jour, il faut télé­char­ger un logi­ciel libre de droits (SysEx), télé­char­ger le fichier de mise à jour, puis uploa­der ce fichier par l’in­ter­mé­diaire du logi­ciel dans la pédale. Ce n’est pas très pratique, et le fabri­cant suédois réduit sa cible avec une machine certes perfor­mante, mais néces­si­tant des efforts et des connais­sances. 

Il en va d’ailleurs de même avec les para­mètres de la pédale. Ils sont acces­sibles via l’écran en appuyant sur les deux foots­witchs en même temps, mais les indi­ca­tions sont sommaires et peu parlantes. Il est notam­ment possible de choi­sir entre le contrôle CV ou les pédales d’ex­pres­sion, ou encore de confi­gu­rer le MIDI, mais il faut obli­ga­toi­re­ment se réfé­rer au manuel pour comprendre le fonc­tion­ne­ment de l’Ana­log Drive.

Babille­ments 

Voici des extraits sonores dédiés à chacun des huit circuits. Afin d’illus­trer la poly­va­lence de la pédale, nous jouons à chaque fois avec l’EQ et le gain. Les six premiers sons ont été enre­gis­trés avec les micros magné­tiques d’une guitare Variax Stan­dard de Line 6, et les deux autres avec une Ibanez FR2620 Pres­tige. L’Ana­log Drive est connec­tée à un ampli Fender '65 Twin Reverb combiné à un simu­la­teur de HP Two Notes Torpedo VB-101 et une carte son Stein­berg UR22

1 Clean Boost Micros manche+in­ter­mé­diaire (gain à fond)
00:0002:38
  • 1 Clean Boost Micros manche+in­ter­mé­diaire (gain à fond) 02:38
  • 2 Mid Drive Micros manche+in­ter­mé­diaire 02:18
  • 3 Dirty Drive Micro cheva­let 02:32
  • 4 Big Dist Micros cheva­let+in­ter­mé­diaire 02:18
  • 5 Focu­sed Dist Micro cheva­let 02:32
  • 6 Harmo­nic Fuzz Micro cheva­let 03:14
  • 7 High Gain Micro cheva­let Ibanez 04:02
  • 8 Thick Gain Micro cheva­let Ibanez 04:34

Une fois bran­chée, la pédale d’Elek­tron tient toutes ses promesses. Ainsi, le Clean Boost est d’une grande clarté, même lorsque l’on pousse le gain. Le mode Mid Drive, lui, est clai­re­ment dans l’es­prit Tube Screa­mer, et riva­lise avec l’ef­fet d’Iba­nez tout en étant plus para­mé­trable. L’on regrette toute­fois que la satu­ra­tion soit rela­ti­ve­ment pronon­cée même avec le gain au mini­mum, ce qui est déce­vant pour un circuit d’over­drive.  

La Dirty Drive propose une satu­ra­tion vintage évoquant un baffle lacéré. La rédac­tion d’Au­dio­fan­zine ne raffole pas de ce type d’ef­fet habi­tuel­le­ment, mais en l’oc­cur­rence c’est plutôt réussi. Le son est effec­ti­ve­ment « sale » sans être trop agres­sif, et l’EQ permet juste­ment d’ap­por­ter encore plus de douceur ou, inver­se­ment, de rendre l’ef­fet plus méchant. 

Le mode Big Dist est l’un de nos favo­ris. Il offre une belle réserve de gain, mais il est aussi possible d’ob­te­nir un son clean qui crunche légè­re­ment. Ajou­tons qu’il y a plus d’ai­gus qu’avec le circuit Mid Drive.

Elektron Analog Drive : Elektron Analog Drive (24354)

La Focu­sed Disto s’avère très poly­va­lente. Elek­tron indique que ce mode se rapproche des sono­ri­tés d’une Klon Centaur, mais cela ne nous a pas marqués dans les faits. C’est un effet assez passe-partout, mais effi­cace, qui débute comme une petite distor­sion idéale pour du clas­sic rock puis lorgne vers des sons plus heavy et tran­chants lorsque le gain est poussé à fond. Atten­tion tout de même au souffle, parti­cu­liè­re­ment présent.  

L’Har­mo­nic Fuzz est l’autre grande réus­site de notre pédale. Elle se carac­té­rise par un son épais, et un gate présent mais sans être trop prononcé. Le gain est assez poussé même avec le réglage au mini­mum, mais l’on peut jouer avec le volume de la guitare. L’on peut très bien s’adon­ner à du rock façon Hendrix ou à des sons plus modernes avec le gain à fond, et en jouant avec l’EQ pour obte­nir un rendu plus synthé­tique et gonflé. Encore une fois, l’on entend pas mal de souffle lorsque le gain est au maxi­mum.

Enfin, les modes High Gain et Thick Gain offrent les plus grosses satu­ra­tions dont est capable l’Ana­log Drive. Dans les deux cas, le souffle est très impor­tant. C’est un phéno­mène natu­rel qui nous avions déjà décelé avec certains modes, mais il devient plus contrai­gnant avec ces deux circuits. L’High Gain est très inté­res­sante lorsque le bouton de gain est poussé jusqu’à 12 h, puis devient un peu plus diffi­cile à domp­ter. Le son est ample, et reste bien défini. La satu­ra­tion du Thick Gain est assez simi­laire à la précé­dente, mais avec plus d’épais­seur. On perd un peu en défi­ni­tion, surtout au-delà de 12 h. La pédale commence alors à gron­der mécham­ment, et il n’est pas évident de la domp­ter. 

Enfin, comme nous l’in­diquions précé­dem­ment, il est possible d’uti­li­ser une pédale d’ex­pres­sion pour contrô­ler la fréquence des médiums. Nous avons donc bran­ché notre Boss FV-500H et enre­gis­tré une petite série d’ex­traits avec les modes Harmo­nic Fuzz, Clean Boost, et Big Dist. Pour bien entendre l’in­fluence du chan­ge­ment de fréquences, le bouton Mid est à fond. Voici ce que cela donne.

9 EXP Medium Fuzz
00:0000:58
  • 9 EXP Medium Fuzz 00:58
  • 10 EXP Medium = Clean Boost (manche + inter) 01:06
  • 11 EXP Medium Over­drive Big Dist (manche + inter) 01:08

Conclu­sion

Cette première intru­sion d’Elek­tron dans le monde de la guitare est impres­sion­nante. L’Ana­log Drive n’est pas origi­nale dans ses sono­ri­tés, mais l’in­té­gra­tion de 8 circuits analo­giques complè­te­ment diffé­rents contrô­lés numé­rique­ment en fait un produit rare et inno­vant. Nous avons certes été moins séduits par les grosses satu­ra­tions, mais le clean boost, les over­drives et la fuzz sont tout simple­ment excel­lents. L’EQ est redou­table, et nous avons adoré la possi­bi­lité de modi­fier la fréquence des médiums, que ce soit avec le bouton ou la pédale d’ex­pres­sion.

À l’in­verse de Stry­mon qui souhai­tait avec la River­side simpli­fier au maxi­mum le travail du guita­riste en ajus­tant en perma­nence des para­mètres à mesure que le gain augmente, l’Ana­log Drive offre la possi­bi­lité de cher­cher son son. Ces deux pédales ont donc des approches complè­te­ment diffé­rentes. L’Elek­tron est plus clas­sique, car elle embarque des circuits assez tradi­tion­nels. C’est l’EQ, les presets, et la possi­bi­lité de pilo­ter en MIDI qui en font un outil incroyable. Elle demande plus d’in­ves­tis­se­ment que la River­side, ne fait pas préam­pli, mais c’est une boîte à outil regor­geant de solu­tions utiles. Elle rempla­cera sans pâlir la plupart des pédales de satu­ra­tion de votre pedal­board, et vous fera ainsi gagner beau­coup de place et peut-être même de l’ar­gent malgré le tarif de 399 €.

Les guita­ristes appré­ciant cumu­ler les satu­ra­tions regret­te­ront toute­fois l’im­pos­si­bi­lité de mêler les circuits. C’est le grand défaut de l’Ana­log Drive, auquel il faut ajou­ter le très ennuyeux manque de progres­si­vité du potard de volume en début de course et la grande austé­rité esthé­tique et ergo­no­mique de la machine. L’on sent qu’Elek­tron vient du monde des synthés, et que la marque s’adresse à une niche de spécia­listes. Nos amis clavié­ristes et autres amateurs de machines devraient d’ailleurs eux aussi se pencher sur l’Ana­log Drive, ils pour­raient avoir une bonne surprise.

 

  • Elektron Analog Drive : Elektron Analog Drive (92023)
  • Elektron Analog Drive : Elektron Analog Drive (24354)
  • Elektron Analog Drive : Elektron Analog Drive (94957)
  • Elektron Analog Drive : Elektron Analog Drive (35300)

 

8/10
Award Innovation 2017
Points forts
  • 8 circuits analogiques tous très différents
  • Qualité sonore (mention spéciale pour les modes Mid Drive, Big Disto, et Harmonic Fuzz)
  • 100 presets facilement configurables
  • Le réglage de la fréquence des médiums et plus généralement l’EQ très efficace
  • Implémentation MIDI très complète
  • Les deux entrées pour pédales d’expression/CV
  • Le mode Manual
  • Destinée aux guitaristes, mais aussi utilisable avec des synthés, des boîtes à rythmes, etc.
  • Alimentation de 12 volts fournie
  • Bon rapport qualité/prix au vu des possibilités
  • Grosses réserves de gain et de volume, mais…
Points faibles
  • … ça souffle beaucoup
  • Impossible de mélanger plusieurs circuits
  • Moins à l’aise sur les grosses saturations
  • Bouton de volume peu progressif sur le premier tiers de la course
  • Interface de configuration sur la pédale peu ergonomique
  • On aurait aimé un logiciel facilitant l’édition, l’utilisation du MIDI, ou les mises à jour
  • Un peu grosse (et accessoirement pas très jolie)

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.