Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
17 réactions
Audient iD14 mkII : performance val-iD ?
8/10
Partager cet article

On reprend la même et on recommence ! Audient sort la nouvelle version de son interface milieu de gamme, l’iD14, déjà testée dans nos pages il y a maintenant six ans. La première question que l’on se pose, c’est logiquement : la mkII saura-t-elle ajouter des options manquantes ? Quant au rendu sonore (déjà bien apprécié à l’époque par notre cher Red Led) a-t-il évolué ?

Test de l’interface Audient iD14 mkII : Audient iD14 mkII : performance val-iD ?

20210513_160130Toutes ques­tions impor­tantes, puisque la marque britan­nique assure avoir amélioré son choix de conver­tis­seurs, pour offrir une qualité plus proche de sa grande sœur, l’iD44. (atten­tion, cela ne signi­fie que ce sont les mêmes conver­tis­seurs). Ça tombe bien : nous l’avions testée égale­ment ! On va donc pouvoir conduire un test compa­ra­tif avec des fonde­ments solides.

Une chose s’est clai­re­ment amélio­rée, en tout cas : l’iD14 est désor­mais entiè­re­ment autoa­li­men­tée, même pour déli­vrer +48V, et cela grâce au passage à l’USB 3, sur port USB Type-C. L’auto-alimen­ta­tion complète étant de plus en plus souvent offerte par la concur­rence, il est bien­venu de la part d’Au­dient d’avoir sauté le pas.

Débal­lage

20210513_151923En ouvrant le carton, nous décou­vrons une petite inter­face desk­top au style élégant, qui reprend les grandes lignes de la version MkI en simpli­fiant quelques traits : poten­tio­mètres gris mat, logo plus sobre, boutons rétroé­clai­rés en blanc chaud. Les goûts et les couleurs… certes, mais ça nous a paru géné­ra­le­ment plus raffiné.

Du côté des acces­soires, l’offre est aussi mini­male que le look de l’in­ter­face : un câble USB C vers USB C et un guide de démar­rage rapide. Comme nous le signa­lons souvent par rapport à ce genre d’in­ter­face au format nomade (même si d’un poids pas si léger, à un peu de plus de 1kg), il serait inté­res­sant de four­nir égale­ment un sac de protec­tion.

Des faces et des boutons…

Pour ce qui est des contrôles, on part sur une dispo­si­tion exac­te­ment simi­laire à celle de la MkI : pour chaque voie, un poten­tio­mètre de gain, un commu­ta­teur +48 volts (dont on appré­cie la rigi­dité, diffi­cile de l’en­clen­cher invo­lon­tai­re­ment). À droite l’en­co­deur cliquable, qui contrôle l’at­té­nua­tion des sorties moni­teurs et casque et leurs fonc­tions mute ainsi que, grâce au mode « iD », le mode mono, mono+in­ver­sion de pola­rité, dim (-15 dB), le talk­back et le Scroll­Con­trol (enco­deur utilisé comme une molette de souris pour les poten­tio­mètres virtuels), toutes options déjà présentes dans la version précé­dente.

20210513_160059Au centre, le même VU-mètre à LED (2X8) et une LED de signa­li­sa­tion de connexion USB. Le VU-mètre possède une double fonc­tion : il permet à la fois de visua­li­ser la modu­la­tion du mix sélec­tionné et d’in­diquer le réglage de l’at­té­nua­tion de sortie (casque ou moni­teurs). Lorsque l’on règle ce niveau, les VU-mètres indiquent tempo­rai­re­ment le réglage effec­tué, puis recom­mence à modu­ler avec le signal. Cela nous inspire une critique : il aurait été inté­res­sant d’ins­tal­ler un LED bico­lore (blanc-rouge) au niveau 0 dB. En effet, si, durant l’écoute, on monte le niveau de sortie au maxi­mum, les dernières LED s’éclairent momen­ta­né­ment en rouge (pour indiquer qu’on a atteint le mini­mum d’at­té­nua­tion). Problème : cela donne l’im­pres­sion que l’on cause un pic de satu­ra­tion, puisqu’il serait indiqué… exac­te­ment pareil ! Bien sûr, on s’y habi­tue, mais l’af­fi­chage devrait toujours se faire selon des normes, qui permettent à tous les utili­sa­teurs une recon­nais­sance rapide. C’est un peu domma­ge…

20210513_160113Passons en revue les entrées et sorties. Face avant : on trouve une entrée instru­ment dédiée, à gauche, et deux sorties casque montées en paral­lèle – une au format 6,35, l’autre au format 3,50.  En face arrière, Audient a ajouté des options bien­ve­nues : on trouve toujours les deux entrées micro/ligne sur combo Jack TRS/XLR, mais le construc­teur a multi­plié les options de sortie, avec une seconde paire de jack TRS (3 et 4) qui permettent soit le bran­che­ment d’une seconde paire d’en­ceintes, soit le moni­to­ring d’un second mix, contrô­lable depuis l’ap­pli­ca­tion iD. À côté, les entrées numé­riques et le port USB-C. Une remarque : pas de chan­ge­ment depuis la mkI, les sorties ne sont pas fixées sur le châs­sis, ce qui appor­te­rait une meilleure soli­dité d’en­semble.
Et la partie logi­ciel ?

MIXER 1L’in­ter­face est petite mais très bien complé­tée par un logi­ciel assez remarquable. En effet, la console iD Mixer a pour fonc­tion de gérer le moni­to­ring du signal, en sortie de STAN, et permet égale­ment le contrôle de certaines options de l’in­ter­face (en parti­cu­lier l’as­si­gna­tion du bouton iD). Ses contrôles n’ont donc aucun effet sur les réglages effec­tués dans votre STAN.

De gauche à droite : vos deux entrées micro/ligne, les entrées numé­riques, puis les retours de la STAN. Cette console permet bien sûr de contrô­ler le volume et le pano­ra­mique de chaque voie, mais aussi l’af­fec­ta­tion d’un boost (+10dB), l’in­ver­sion de phase, le grou­page stéréo, en plus des habi­tuels “solo” et “mute”. Chaque voie peut égale­ment être renom­mée (très bonne idée).

ROUTINGLes masters de sortie sont au nombre de trois : prin­ci­pal, plus deux mix Cue (un de plus que dans la version précé­dente), tous renom­mables et écou­tables en “solo”, pour effec­tuer des compa­rai­sons rapides. Bref, c’est simple mais complet.

Sauf que là aussi, au niveau des codes couleurs, c’est un peu confus… En audio, un visua­li­seur de modu­la­tion a géné­ra­le­ment un code clair (une couleur froide – vert – jusqu’à 0, puis orange ou jaune dans une zone suppor­tant des pics occa­sion­nels, puis rouge dès le seuil de satu­ra­tion). Ici, tous les indi­ca­teurs fonc­tionnent sur un système graduel allant du vert au rose, en passant par le jaune (avant 0dB) puis l’orange (après 0dB) pour arri­ver dans le rose avant la limite de satu­ra­tion. Bien sûr, il y a un indi­ca­teur de satu, mais l’af­fi­chage nous a semblé, malgré cela, plus joli que pratique.

MIXER 2

Pour finir un panneau de commande de routing permet d’as­si­gner les sorties de vos mix, votre format d’en­trée numé­rique (ADAT ou S/PDIF), votre niveau de Dim et le pano­ra­mique des signaux mono.

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait un bench­mark avec notre fidèle APx515 d’Au­dio Preci­sion (lien). Comme d’ha­bi­tude, nous publions les résul­tats obte­nus en THD, rapport signal/bruit et dévia­tion des voies, pour les entrées et sorties analo­giques. Pour toutes les confi­gu­ra­tions, je règle le gain pour obte­nir le meilleur résul­tat possible.

Latence : à 32 échan­tillons, nous obte­nons une latence de 2,22 ms en entrée, et 2,49 ms en sortie. À 64 échan­tillons : 2,95 ms et 2,49 ms.

Réso­lu­tion : 24 bits – de 44,1 à 96 kHz max

Commençons par les entrées ligne : 

TEST 1

TEST 2

Dévia­tion : tout va bien jusqu’à 5kHz, on remarque même une amélio­ra­tion par rapport au modèle précé­dent dans le grave. En revanche, on note une baisse du signal dans l’aigu, baisse de moins de 1dB, donc rien de catas­tro­phique. Dévia­tion de ±0,443 dB, c’est un peu haut quand même (incom­pa­rable par exemple avec la Scar­lett 2i2 G3).

THD : Il y a clai­re­ment du mieux par rapport à la MkI, puisqu’on tourne en moyenne à 0,007%, sans retrou­ver le pic dans l’aigu de la version précé­dente. Incom­pa­rable cepen­dant avec les préam­plis de la iD44, mais on est vrai­ment dans une autre gamme.

Rapport signal/bruit : bon résul­tat, à 105,66 dB.

Passons aux entrées micro : 

TEST 3

TEST 4

Dévia­tion : C’est bien meilleur, avec une faible dévia­tion de ±0,089 dB.

THD : On reste sur une courbe très simi­laire à l’en­trée ligne, située prin­ci­pa­le­ment autour de 0,007%. Encore une fois, ce n’est pas très bas (dans une gamme plus basse, l’EVO-4 du même construc­teur fait mieux) mais ça reste très accep­table et la THD a le mérite d’être assez égale sur tout le spectre.

Rapport signal/bruit : 102,73 dB, encore une fois, c’est très bien !

Qu’en est-il de la sortie casque ?

TEST 5

TEST 6

En restant sur l’en­trée micro, qui a donné de meilleurs résul­tats…

Dévia­tion : ±0,325 dB, c’est-à-dire un résul­tat clas­sique pour une sortie casque, avec une dévia­tion située au dessus de 3 kHz.

THD : Là aussi, on trouve toujours des résul­tats simi­laires, autour de 0,007%… Audient a clai­re­ment le souci de la cohé­rence dans les choix de compo­sants, et n’a pas lésiné sur le moni­to­ring casque.

Rapport signal/bruit : à 100,21 dB, on ne se plain­dra pas.

En conclu­sion de ce bench­mark, on a envie de reprendre ce que disait Red Led lors du test précé­dent : préam­plis silen­cieux, plutôt droits, conver­tis­seurs corrects… avec des résul­tats légè­re­ment meilleurs en THD !



Conclu­sion

Disons le simple­ment : si vous aimiez la mkI, vous aime­rez la mkII. Si vous n’uti­li­siez pas la iD14 jusqu’ici, vous pour­riez vous lais­ser sédui­re… Nous savons qu’il s’agit d’une inter­face qui a su trou­ver ses aficio­na­dos, et le nouveau modèle ne vien­dra pas faire mentir sa popu­la­rité, d’au­tant plus qu’au même prix de lance­ment (229 euros), elle propose des options supplé­men­taires par rapport à l’an­cien modèle, pour une taille toujours aussi compacte et en mode tota­le­ment autoa­li­men­tée (port USB 3 néces­saire, elle est gour­mande). Cela en fait vrai­ment, à nos yeux, un outil inté­res­sant et complet pour les home-studistes (surtout les un peu plus que débu­tants). Certes, la signa­ture sonore n’a pas forte­ment évolué, ce qui pourra déce­voir certains, mais qui peut aussi être vu comme un gage de cohé­rence dans la produc­tion d’Au­dient. Alors, oui, on retien­dra quand même les critiques que nous soule­vions sur le design du logi­ciel, qui en limitent les quali­tés et la prati­cité géné­rale (et ne nous semblent pas être des défauts super­fi­ciels). Mais au final, tout cela pris en compte, on doit bien recon­naître de l’iD14 sait plutôt bien tirer son épingle du jeu.

8/10
Points forts
  • Autoalimentée
  • Logiciel console très complet et pratique
  • Plus de mix CUE
  • Plus de sorties
  • THD améliorée
  • Diversité des entrées
  • Bouton iD toujours aussi pratique
Points faibles
  • Toujours pas de traitements internes
  • Code couleur du logiciel confus

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.