Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Reactor's studio

Test du Blue Microphones Reactor

Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Blue Microphones Reactor
Photos
1/17
Blue Microphones Reactor

Micro statique à transistors à large membrane de la marque Blue Microphones appartenant à la série Multi-pattern.

Prix public US : $499 incl. VAT

Après le brasier provoqué par la sortie du Spark testé ici, Blue Microphones continue dans sa lancée avec un nouveau microphone au look très... différent ! Toujours dans une optique de proposer des produits originaux et abordables, le Reactor vient donc compléter la gamme de la marque américaine. Allez, on décolle.

Actions

Blue Microphones Reactor

Si la marque de la « bouteille bleue » n’a pas l’âge avancé de ses confrères germa­niques, il va sans dire que sa répu­ta­tion gran­dis­sante nous a habi­tués à une lignée de micro­phones plutôt remarquable, dans tous les sens du terme. Et ce n’est pas avec ce petit nouveau qu’elle va nous dire le contraire. Le Reac­tor a en effet été conçu dans l’idée de faci­li­ter les place­ments de micro­phone pour des prises de son stéréo­pho­nique. Corps trop impo­sants, capsules diffi­ciles à faire coïn­ci­der… Avec des micro­phones large membrane « clas­siques », pas toujours évident de respec­ter les diffé­rentes théo­ries du place­ment stéréo­pho­nique. C’est donc dans un souci de faci­li­ter la vie des ingé­nieurs du son que Blue a décidé de propo­ser ce micro­phone au corps radi­ca­le­ment diffé­rent (de ce qu’on peut trou­ver habi­tuel­le­ment) et dont la capsule, fixée sur un système Swivel — orien­table — peut effec­tuer une rota­tion de 90°.

En lieu et place du tradi­tion­nel « cylindre » qui fait géné­ra­le­ment office de corps, le Reac­tor est donc bâti sur un petit « tambour » en métal solide, d’une bonne dizaine de centi­mètres de diamètre pour une épais­seur de 5 cm. Au-dessus de sa jolie robe rouge carmin, la capsule au teint gris métal­lisé trône fière­ment, amenant la hauteur totale du micro à un peu plus de 20 cm. Pour le coup, au moment du débal­lage, j’étais vrai­ment surpris car, à première vue, le micro m’a vrai­ment fait penser à une sorte d’ins­tru­ment de mesure navale pour esthète épris de science-fiction ! 

Blue Microphones Reactor

À l’in­té­rieur du disque, sur un des côtés, on retrouve une drôle de « lentille » bleu­tée qui — si on regarde de plus près — permet en réalité de sélec­tion­ner la direc­ti­vité du Reac­tor. On a donc la possi­bi­lité de choi­sir entre trois direc­ti­vi­tés : cardioïde, bidi­rec­tion­nelle ou omni­di­rec­tion­nelle. La sélec­tion se fait en déplaçant de manière circu­laire la lentille sur la direc­ti­vité souhai­tée. Inutile de vous préci­ser qu’à première vue, j’étais un peu dérouté par ce système quelque peu inha­bi­tuel, mais ce choix esthé­tique peu commun donne un cachet parti­cu­liè­re­ment classe à ce micro­phone.

Sur le papier — d’un point de vue tech­nique —, le Reac­tor s’ins­crit vrai­ment dans la lignée des autres micro­phones Blue, en affi­chant des perfor­mances qui ont fait la (bonne) renom­mée de la marque. Offrant une sensi­bi­lité de 22 mV/Pa en cardioïde (18 mV/Pa en Bi et Omni) pour une pres­sion acous­tique maxi­male admis­sible de 138 dB SPL, le Reac­tor possède une dyna­mique de 130 dB et un rapport signal/bruit de 84,5 dB pour un niveau de bruit équi­valent de 7,5 dB. Plutôt pas mal. Du point de vue de la réponse en fréquence affi­chée (20 Hz – 20 kHz), la courbe reste quasi­ment linéaire de 50 Hz à 2 kHz. En dessous de 50 Hz, on observe une pente qui fait chuter la réponse jusqu’à 10 dB à 20 Hz, et on constate 2 légères bosses dans l’aigu, à 5 kHz et à 8 kHz. Passé 10 kHz, la courbe rechute légè­re­ment pour affi­cher une légère pente d’at­té­nua­tion (2 dB envi­ron) au-dessus de 15 kHz. Dans les autres direc­ti­vi­tés, le compor­te­ment fréquen­tiel reste simi­laire, avec ce même pic dans l’aigu (mais dont la bande est bien plus large) pour une direc­ti­vité omni et des graves et aigus bien plus atté­nués en mode bidi­rec­tion­nel. 

Blue Microphones Reactor

Côté pres­ta­tions, le Reac­tor est livré dans un petit coffret renforcé de mousse avec un design et une charte esthé­tique qui reprend son iden­tité visuelle géné­rale. Celui-ci est égale­ment livré avec une suspen­sion dédiée, sur laquelle on vient visser le Reac­tor, et dont le design vient renfor­cer le côté « science-fiction ». Tout comme pour son petit frère, le Blue Spark, on retrouve le mini filtre anti-pop estam­pillé « Blue » qui vient se fixer — par son système aimanté très ingé­nieux — autour de la bague de la capsule. Enfin le manuel, toujours aussi agréable à lire, vient complé­ter cette petite liste de produits déri­vés qui donnent un cachet unique au Reac­tor. En clair, quand on achète un micro­phone Blue, c’est tout un univers qu’on acquiert !

Reac­tions

Passés les premiers moments de la décou­verte, on s’at­tache assez vite à ce micro qui, bien que surpre­nant de prime abord, est vrai­ment agréable à regar­der. En revanche, pour le mani­pu­ler, mieux vaut vous armer d’un pied solide et stable (ou de petits contre­poids !) car le Reac­tor pèse pas loin d’un bon kilo ! Sans vouloir faire mon geek en manque de muscles, exit les pieds et supports de mauvaise facture : si vous voulez, comme nous, faire adop­ter au Reac­tor des posi­tions un peu incli­nées, autant s’y prendre de bonne heure ! En posi­tion verti­cale, il est d’ailleurs presque plus judi­cieux de posi­tion­ner le micro tête en bas que de manière tradi­tion­nel­le… ce qui remet un peu en ques­tion la « raison d’être » initiale de ce micro. Après ces quelques — gentils — tumultes de place­ment, nous avons pu placer le Reac­tor (à côté d’un U87 servant simple­ment de « réfé­rence ») devant une batte­rie Gretsch, une Esquire bran­chée dans un ampli Brook­lyn, une acous­tique Martin et une voix. Le tout pream­pli­fié par des Amek DMCL. Voici les diffé­rents extraits : 

Amb Drums Reac­tor
00:0000:12
  • Amb Drums Reac­tor00:12
  • Amb Drums U8700:12
  • Acous­tic Reac­tor00:20
  • Acous­tic U8700:20
  • Elec­tric Guitar Reac­tor00:22
  • Elec­tric Guitar U8700:22
  • Voice Reac­tor00:25
  • Voice U8700:25
 
Blue Microphones Reactor

Dans les quatre exemples, je trouve que le Reac­tor s’en sort vrai­ment bien. Pas de doute, on est bien face à un micro moderne : niveau de sortie est élevée, l’aigu bien présent. En termes de réglages des préam­plis, nous avons tenu à garder les mêmes réglages de gain pour les deux micros, afin de mettre en évidence la diffé­rence de niveau de sortie entre les deux micros. Dans l’ex­trait repre­nant l’am­biance mono de batte­rie, le Reac­tor accen­tue la brillance géné­rale du kit. Les cymbales ressortent de manière signi­fi­ca­tive, mais l’at­taque des fûts égale­ment, donnant pas mal de présence et d’at­taque à l’en­semble. Le résul­tat est plus brillant qu’agres­sif ; tout dépend égale­ment des cymbales utili­sées… Il aurait été inté­res­sant de tester un couple de Reac­tor en overheads ; toute­fois, je crains sincè­re­ment que le poids total du micro­phone ne nous permette de le posi­tion­ner sur un pied de manière aussi simple…

En ce qui concerne la guitare acous­tique, on obtient un résul­tat cohé­rent, favo­ri­sant le strum­ming tout en gardant un bas bien tenu. Sur la guitare élec­trique en revanche, ce regain de brillance peut certai­ne­ment porter préju­dice lors d’un mixage, en donnant un carac­tère quelque peu agres­sif aux guitares, surtout jouées « rock ». À ce sujet, j’ai préféré le son de l’U87, qui est pour­tant loin d’être mon choix numéro un en matière d’en­re­gis­tre­ment de guitare élec­trique… Néan­moins, cela reste très subjec­tif.

Il va sans dire que l’élé­ment qui béné­fi­cie le plus des avan­tages de cette réponse fréquen­tielle reste la voix qui peut dès lors s’in­sé­rer dans un mix sans aucune diffi­culté. Il est vrai que le Reac­tor se montre parti­cu­liè­re­ment effi­cace dans ce domaine-là. Mises à part certaines voix fémi­nines sensibles aux sifflantes, le Reac­tor devrait conve­nir à bon nombre de voix. Après, tout est ques­tion de goût. Pour ma part, je trouve quelque peu agaçant cet « effet de mode » qui tend à donner une réponse en fréquence rehaus­sée autour de 10 kHz sur la plupart des micro­phones actuels… Même les micros à ruban d’aujour­d’hui gagnent en brillance ! Mais où allons-nous?!

Blue Microphones Reactor

Néan­moins, on ne peut pas repro­cher à ce micro­phone de vivre avec son temps : racé et à l’es­thé­tisme vrai­ment origi­nal, il offre fina­le­ment un rendu sonore agréable à écou­ter et adapté à de nombreuses situa­tions d’en­re­gis­tre­ment. D’un point de vue tech­nique, rien ne manque, si ce n’est peut-être un filtre coupe-bas et un atté­nua­teur… De mon point de vue, le seul hic de ce micro­phone reste son poids. Sans consti­tuer un véri­table « motif de renvoi », le Reac­tor a les incon­vé­nients de ses avan­tages esthé­tiques et il ne sera pas facile à placer dans des posi­tions peu communes. Cela étant, il offre une réelle plus-value dans la gamme des micro­phones Blue car on a affaire à un micro rela­ti­ve­ment poly­va­lent d’un point de vue sonore, qui tend à « redon­ner » de la vie et du brillant aux instru­ments qui pour­raient sonner fades ou ternes, tout en « tenant » le bas du spectre de manière assez sobre. Si vous avez donc besoin d’un micro­phone abor­dable, au look vrai­ment origi­nal et capable de gérer un peu n’im­porte quelle situa­tion d’en­re­gis­tre­ment, ce micro­phone pour­rait bien faire partie de votre futur arse­nal !

Télé­char­gez les fichiers sonores : flac article

Conclu­sion

Blue Micro­phones enfonce le clou de l’ori­gi­na­lité avec ce micro au carac­tère bien trempé. Le Reac­tor brille — dans tous les sens du terme ! — par sa singu­la­rité esthé­tique et sonore, qui lui ouvre un hori­zon plutôt large en matière d’en­re­gis­tre­ment. À l’aise devant de nombreuses sources, il faudra néan­moins veiller à s’équi­per de pieds et stands solides si on veut lui faire adop­ter des posi­tions esoté­riques et ce, malgré l’in­gé­nio­sité de sa capsule rota­tive à 90°. Néan­moins, on retrouve le sérieux et la qualité de fabri­ca­tion chère à Blue qui, pour 500 € TTC, nous gâte avec cette nouvelle petite fusée.

Merci à Red Led pour son jeu légen­daire ainsi qu’à Marc Upson / Upson Studio pour le studio… et sa patience. Red Led appears cour­tesy of Left­Wing Beard&Glasses Publi­shing

Points forts
  • Le look ! (cela reste subjectif)
  • Le son
  • La fabrication
Points faibles
  • Le poids ! (Mais comment fait-on réellement ??!!)
  • Pas d'atténuateur... Avec un tel niveau de sortie, ç'eût été judicieux !

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.