Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
Rester statique sur scène ?

En matière de micro, tout est affaire de compromis. Pour la scène et particulièrement pour le chant, les micros dynamiques règnent en maîtres. Pourtant, cette domination pourrait bien être mise à mal par l'arrivée de micros statiques à main, dont l'Audio Technica AT2010 que nous testons aujourd'hui…

En matière de micro, tout est affaire de compro­mis. Pour la scène et parti­cu­liè­re­ment pour le chant, les micros dyna­miques règnent en maîtres. Pour­tant, cette domi­na­tion pour­rait bien être mise à mal par l’ar­ri­vée de micros statiques à main, dont l’Au­dio Tech­nica AT2010 que nous testons aujour­d’hui…

Statique ou dyna­mique ?

AT2010

Un micro dyna­mique est construit avec diaphragme fixé à une bobine elle-même traver­sant un aimant perma­nent ce qui forme un élec­tro-aimant. Le diaphragme mis en mouve­ment par l’air qu’il reçoit bouge et fait bouger la bobine ce qui génère un courant élec­trique qu’on ampli­fiera. Les avan­tages sont un faible coût de fabri­ca­tion (les pièces ne néces­sitent pas une extrême préci­sion), une grande soli­dité et une bonne résis­tance aux larsens et aux bruits de mani­pu­la­tion. L’in­con­vé­nient, car rien n’est parfait en ce bas monde, c’est que les micros dyna­miques sont peu précis. Notam­ment, l’iner­tie de leur bobine les rend peu sensibles aux aigus et la rela­ti­ve­ment faible surface de la membrane peu réac­tive aux graves.

Un micro statique ou micro à conden­sa­teur est conçu diffé­rem­ment. Ici, plus de bobine. Le diaphragme est une très fine membrane de plas­tique recou­verte d’une fine couche d’or et suspen­due devant une plaque en métal char­gée élec­trique­ment. Les deux sont mis sous tension et quand le diaphragme vibre, il fait varier la charge élec­tro­sta­tique de l’en­semble qu’un conden­sa­teur va trans­for­mer en varia­tion de courant qui sera ensuite ampli­fié. Le diaphragme est ici beau­coup plus fin (quelques microns) que sur un dyna­mique et surtout beau­coup plus mobile : le poids (donc l’iner­tie) de l’en­semble à mettre en mouve­ment est par consé­quent bien plus faible, ce qui rend un micro statique beau­coup plus sensible aux aigus. De plus, la concep­tion permet d’avoir des surfaces de diaphragmes plus grandes, ce qui donne une meilleure sensi­bi­lité aux basses. Les avan­tages sont donc une plus grande sensi­bi­lité et préci­sion, notam­ment aux extré­mi­tés du spectre sonore. Les incon­vé­nients sont des coûts de fabri­ca­tion plus élevés, une plus grande fragi­lité, mais égale­ment une aller­gie aux pous­sières (qui alour­dissent la membrane) et à l’hu­mi­dité. Leur grande sensi­bi­lité fait qu’ils peuvent faci­le­ment géné­rer des larsens et trans­mettent beau­coup plus les bruits de mani­pu­la­tion. Enfin, ils néces­sitent d’être alimen­tés élec­trique­ment, en géné­ral soit par une pile, soit par la fameuse alimen­ta­tion fantôme.

C’est pourquoi les statiques étaient quasi­ment pros­crits pour le chant sur scène au profit des dyna­miques. Etaient… Parce que depuis quelque temps ont débarqué quelques « micros statiques à main ». Proba­ble­ment pous­sés par la puis­sance et la qualité crois­sante des systèmes de resti­tu­tion sonore, les fabri­cants ont relevé le défi de faire des micros statiques ayant presque tous les avan­tages des dyna­miques. C’est le cas de l’AT2010.

Présen­ta­tion

AT2010

L’AT2010 a été fabriqué à partir de la capsule de l’AT2020, un micro à prise laté­rale destiné au home studio et gros succès de vente chez Audio Tech­nica (la meilleure vente de micro de sa caté­go­rie aux États-Unis en 2006).

L’AT2010 ressemble à n’im­porte quel micro chant de scène, à un bête micro dyna­mique. Une forme idéale pour la prise en mains, mais aussi pour le montage sur les pinces stan­dards. Si l’AT2010 est livré avec sa pince (plutôt réus­sie), il se monte sans problème sur une pince Shure, par exemple. Et puisque nous en sommes aux acces­soires, ajou­tons que la boîte contient égale­ment une housse souple en simi­li­cuir doublé d’un mole­ton assez épais. Bon point. Un petit bémol du côté de la bague d’adap­ta­tion. Sur les pieds de micros, on rencontre deux tailles stan­dar­di­sées de pas de vis, c’est pourquoi les pinces ont un gros pas de vis et une bague pour petit pas de vis. Celle four­nie avec l’AT2010 est en plas­tique. L’avan­tage est un serrage plus ferme, mais ce choix de maté­riau fait émettre quelques réserves sur sa durée de vie. Par contre, elle est munie d’une couronne cran­tée en faci­li­tant l’ex­trac­tion là où les métal­liques néces­sitent souvent un outil, fut-ce une pièce de monnaie.

L’as­pect du micro est vrai­ment très propre. Il dégage une impres­sion de qualité, de soli­dité et fait pro. Il est de taille raison­nable, juste un peu plus volu­mi­neux qu’un SM58.

Bref, du point de vue de l’as­pect, ce micro est une réus­site et a même une certaine élégance.

Comment ça sonne ?

Proces­sus

Juger sur fichier audio du résul­tat d’un unique maillon d’une chaîne d’en­re­gis­tre­ment sur le son d’une source sonore qu’on ne connaît pas n’est pas forcé­ment aisé. J’ai donc réalisé les enre­gis­tre­ments avec deux micros : l’AT2010 et un Shure SM58, ce dernier étant proba­ble­ment le plus grand stan­dard des micros chants, celui avec lequel le plus grand nombre d’entre nous sont fami­liers. Il ne s’agit pas d’un compa­ra­tif, mais le SM58 sert ici de témoin. Les deux micros ont été placés côte à côte, éloi­gnés de quelques cm. Ils sont bran­chés sur un préam­pli TL Audio C1 ancienne série lui-même entré dans une carte son RME Multi­face. L’en­re­gis­tre­ment s’est fait dans Sonar en 24/96. Aucun trai­te­ment n’a été appliqué à l’ex­cep­tion d’une norma­li­sa­tion et d’une conver­sion en 16 bits / 44,1 kHz. Pas d’éga­li­sa­tion ni de compres­sion (la compres­sion du C1 était désac­ti­vée). Du brut. Les prises ont été faites à une dizaine de centi­mètres des micros pour la voix, souvent un peu plus pour les autres sources.

Bien, casque sur les oreilles et c’est parti. Tout de suite, le son est sédui­sant avec, comme on pouvait s’y attendre de la part d’un statique, une belle présence et clarté dans les aigus. Le son est clair et droit. Évidem­ment, on est loin d’un micro de studio, mais la perfor­mance est vrai­ment bonne pour un micro destiné à la scène. En compa­rai­son directe avec le SM58, le son est beau­coup plus droit, avec un meilleur équi­libre, sans le gros bas de proxi­mité. Quant aux aigus, ils sont bien présents là où ils ont quasi­ment disparu sur le Shure. L’écoute du résul­tat permet d’en­tendre immé­dia­te­ment que la couleur sonore du SM58 peut éven­tuel­le­ment se défendre sur une voix très grave comme la mienne, mais qu’elle ne faci­lite pas l’in­té­gra­tion dans le mix. Par contre, la clarté de l’AT2010 rend celle-ci beau­coup plus facile et sur scène, ce n’est pas rien. En test sur le système de diffu­sion rela­ti­ve­ment médiocre qui me sert pour les concerts en bars, l’AT2010 permet d’ob­te­nir une voix bien plus claire, se déta­chant plus faci­le­ment dans les orches­tra­tions char­gées et rend les paroles plus compré­hen­sibles pour les spec­ta­teurs. On peut légi­ti­me­ment penser que l’écart quali­ta­tif sera encore plus inté­res­sant sur les voix aiguës et les fémi­nines. D’au­tant que les aigus rendus par le micro ne sont pas du tout agres­sifs.

Par contre, la sensi­bi­lité de l’Au­dio Tech­nica fait tout de suite entendre les bruits de salive, de lèvres et de langues, sans comp­ter les respi­ra­tions (ma bron­chite taba­gique est bien audible, par exemple !) Comme annoncé dans ses données commer­ciales, ce micro vise avant tout les styles musi­caux deman­dant de la préci­sion (jazz, chan­son). Et je rajou­te­rais de la maîtrise. Car sa préci­sion ne pardonne pas et les enre­gis­tre­ments me font réali­ser à quel point, chan­tant beau­coup moins depuis quelque temps, ma tech­nique vocale est en berne ! Ce n’est donc pas un produit pour les mangeurs de micros et rois du (hi)pop. Ce micro s’avère exigeant pour son utili­sa­teur, mais aussi un bon outil péda­go­gique pour perfec­tion­ner sa tech­nique vocale.

Démos audio

shaker2010sm57_2010­first.wav
(shaker LP. Les prises de l’AT2010 et du SM58 sont alter­nées avec le 2010 en premier).

flûte_AT2010.wav flûte_SM58.wav
voix_AT2010.wav voix_sm58.wav

Ces enre­gis­tre­ments ont été réali­sés avec l’AT2010 et le SM58 côte à côte, connec­tés à un préam­pli­fi­ca­teur TL Audio C1 puis à une carte son RME. L’en­re­gis­tre­ment a été fait en 24 bits / 96 kHz, et les fichiers rendus ensuite en 16 bits / 44,1 kHz. Aucun trai­te­ment ni norma­li­sa­tion n’a été appliqué.

Sur scène ?

AT2010

L’AT2010 tient ses promesses : éton­nam­ment, il ne produit pas plus de larsen qu’un SM58. J’ai même vu le cas, en pous­sant le volume en balances pour tester les limites, où le SM58 géné­rait un larsen en basses alors que l’AT2010 ne bron­chait pas. Il semble moins sensible aux situa­tions de basses « tour­nantes ». Par contre, il peut s’avé­rer un peu plus déli­cat dans les envi­ron­ne­ments sonores très réver­bé­rants en aigus. Il faut alors bien égali­ser la réverbe pour éviter l’ac­cro­chage, mais ça se gère sans diffi­culté. D’au­tant qu’il est souhai­table de mettre peu de réverbe dans ce genre d’am­biance. Quant aux bruits de mani­pu­la­tions avec le micro en main, si on est loin d’un statique de studio, pas ques­tion de jouer au yoyo avec. L’AT2010 est tout à fait utili­sable en main, mais ne laisse pas la même marge de manœuvre qu’un dyna­mique. Le moment le plus déli­cat étant quand même lorsqu’on l’en­lève de la pince ou qu’on l’y remet. Il vaut mieux éviter de le faire si on n’a pas un ingé son en façade pour couper la tranche pendant l’opé­ra­tion.

Et sur d’autres sources ?

Un micro voix ne sert pas toujours qu’au chant. Il n’est pas rare qu’un chan­teur pratique des instru­ments que son micro de voix va être chargé de diffu­ser. Et puis, il est toujours inté­res­sant d’avoir un micro multi­fonc­tion pouvant couvrir diffé­rents champs d’ap­pli­ca­tion. Ça méri­tait donc quelques tests sur des instru­ments. Sur ces diffé­rents tests, L’AT2010 fait souvent mieux que les dyna­miques de réfé­rence, mais les diffé­rences sont géné­ra­le­ment moins flagrantes que sur la voix. C’est tout de même mieux et quand on sait qu’il coûte le prix d’un dyna­mique… Je n’ai hélas pas pu le tester sur des percus­sions à peau (Djembe ou congas qu’il doit encais­ser avec ses 129 dB de pres­sion acous­tique admis­sible) où il devrait, comme sur les shakers et tambou­rins, défendre son beef­steak face à un SM57. D’au­tant qu’il y a un domaine où il semble lui livrer le clou, c’est sur les tran­si­toires. Les percus­sions gagnent en… percus­sion. Parfois un peu à l’ex­cès comme sur un tambou­rin. Quant aux cordes… Dans une situa­tion où un dyna­mique serait néces­saire, l’AT2010 pourra avan­ta­geu­se­ment rempla­cer celui-ci.

Conclu­sion

AT2010 et SM58

 

Ce micro est une réus­site. Il offre une qualité et une fidé­lité sonore très bonnes si on les ramène à son tarif modeste (à peu près le prix d’un SM58) et présente surtout un son équi­li­bré auquel on a peu à toucher. Il s’avère un bon produit pour la scène où il n’est cepen­dant pas adapté à tous les styles (mais ce n’est pas son but). Il peut même s’avé­rer un choix judi­cieux en home-studio pour la réali­sa­tion de maquettes en offrant une alter­na­tive inté­res­sante aux micros statiques à large membrane premiers prix. Le home-studiste qui ne fait pas de concerts pourra s’in­té­res­ser à l’AT2020 dont est issu le AT2010 et qui coûte le même prix. À ceci s’ajoute une présen­ta­tion qui en fait un objet agréable à utili­ser.

Points forts
  • Tarif très raisonnable
  • Bonne qualité sonore
  • Tient ses promesses sur scène
Points faibles
  • Pas pour tous les styles de chant et de musiques
  • Plus sensible aux bruits de manipulation qu'un dynamique
  • Je n'ai pas osé faire de crash-test
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.