Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Overloud Breverb 2
Photos
1/22

Test de l'Overloud Breverb2

Réverbération algorithmique logicielle de la marque Overloud

Prix public : 199 € TTC
test
22 réactions
Breverb revient
9/10
Partager cet article

L’éditeur Overloud revient sous les feux de l’actualité, avec la nouvelle version de sa réverbe Breverb, naturellement nommée Breverb2. Voyons ce qui se cache sous l’interface revue et corrigée.

Parfois étouf­fés par la force de frappe des services de commu­ni­ca­tion des grands éditeurs, par l’ava­lanche de produits rendue possible par la coop­ta­tion de divers déve­lop­peurs ou simple­ment la masse d’em­ployés au dépar­te­ment R ET D, les « petits » éditeurs n’en restent pas moins actifs, créa­tifs et leurs produits n’ont souvent rien à envier à ceux de leurs confrères plus instal­lés.

Machine de Test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.6.8
Logic Pro 9.1.5
Breverb2

Over­loud n’est pas à propre­ment parler un nouveau venu, du moins ses fonda­teurs ; Thomas Sera­fini, dans le domaine du codage dédié aux simu­la­tions d’am­plis et d’ef­fets depuis des années, et Alfonso De Prisco étaient en effet déjà à l’œuvre sur la première version d’Am­pli­tube signée IK Multi­me­dia. Et les Afiens ont pu déjà entendre leurs produits ici même, que ce soit l’ex­cellent multief­fet pour claviers VKFXou la réverbe à ressort Sprin­gAge.

L’édi­teur a aussi signé plusieurs plug-ins (non testés sur AF) comme les simu­la­teurs d’am­pli TH1 Triode, TH2 et Mark 1 Studio ou la réverbe Breverb, qui débarque donc en version 2.

Intro­du­cing Breverb2

Overloud Breverb2

Le logi­ciel est dispo­nible unique­ment via télé­char­ge­ment sur le site de l’édi­teur, au tarif de 199 euros HT. Un upgrade depuis la première version peut être effec­tué pour la somme de 99 euros HT. On procède à l’au­to­ri­sa­tion direc­te­ment au sein de l’in­ter­face du logi­ciel, depuis un ordi­na­teur connecté ou non, après avoir au préa­lable créé un compte sur le site, grâce au numéro de série fourni lors de l’achat. Over­loud utilise depuis quelques temps son propre système d’au­to­ri­sa­tion (exit Pace et iLok…) et permet d’au­to­ri­ser ses produits sur trois ordi­na­teurs diffé­rents, ce qui devient de moins en moins courant.

Breverb2 s’ins­talle sans aucune procé­dure parti­cu­lière, et est proposé sous forme d’ap­pli­ca­tion auto­nome (on peut imagi­ner certaines utili­sa­tions live) et plug-ins VST, AU et RTAS. Stan­da­lone et plugs sont compa­tibles Mac et PC, 32 et 64 bits pour les deux plate­formes, ce qui est aussi appré­ciable, quand on voit le nombre d’édi­teurs qui n’ont toujours pas proposé de versions 64 bits de leurs produits.

Au menu, en plus des fonc­tion­na­li­tés déjà présentes dans Breverb, deux nouveaux algo­rithmes, Spaces et Source, plus de 50 types d’es­paces supplé­men­taires, une nouvelle gestion des presets et deux ou trois autres chan­ge­ments.

Faders pour les braves

Grâce à ces deux nouveaux algo­rithmes, la Breverb2 offre main­te­nant sept moteurs de réver­bé­ra­tion diffé­rents, Hall, Plate, Room, Inverse, Spaces Small, Spaces Large et Source. On devine très faci­le­ment que la source d’ins­pi­ra­tion a été Lexi­con (480L), on comprend en regar­dant les prin­cipes de fonc­tion­ne­ment et les para­mètres dispo­nibles que TC a aussi été pris en compte (diffi­cile de faire plus incon­tour­nable en termes de réverbe de post­pro­duc­tion que la System 6000). Et les réverbes Spaces et Source évoquent très forte­ment les VSS3 et VSS4 (en version stéréo seule­ment, bien sûr) du fabri­cant danois. Mais n’al­lons pas trop vite.

Overloud Breverb2

Première consta­ta­tion, évidente pour tout le monde, le très grand chan­ge­ment apporté à l’in­ter­face graphique. Beau­coup plus grande, avec une domi­nante noire et rouge remplaçant la beige-oran­gée précé­dente, ce qui résulte en une meilleure lecture à distance, et un grand navi­ga­teur afin de circu­ler rapi­de­ment parmi les nombreux presets d’usine (enfin…). Ceux-ci sont regrou­pés par banque, 11 au total. Il est très facile de rajou­ter des banques, de sauve­gar­der ses propres presets, y compris dans les banques d’usine, qui ne sont pas toutes pleines. On revien­dra sur les diffé­rentes familles et presets. Le fait de dispo­ser d’un navi­ga­teur a permis à l’édi­teur de dépla­cer les réglages précé­dem­ment en ligne au sein de la fenêtre centrale, appor­tant là encore une meilleure visi­bi­lité.

Overloud Breverb2

Les six faders façon hard­ware sont toujours présents, mais ne peuvent plus cette fois être ouverts sur le côté, ce qui aurait été utile vu la nouvelle taille de l’in­ter­face. Chan­ge­ment d’im­por­tance, le menu d’as­si­gna­tion du fader à une fonc­tion a disparu, remplacé main­te­nant par une fonc­tion de clic-droit-glissé-déposé très rapide, mais qui implique aussi d’être sur l’on­glet présen­tant ladite fonc­tion, là où le menu permet­tait une sélec­tion immé­diate. Les faders disposent de Midi CC assi­gnés d’ori­gine, ce qui permet de para­mé­trer très rapi­de­ment un contrô­leur, dans mon cas les faders du K2500X et ceux de la MC Mix en mode flip. Tout du moins en mode stan­da­lone, les choses sont un peu plus complexes en utili­sa­tion dans Logic.

On retrouve les grands indi­ca­teurs de niveaux In et Out, très effi­caces, ainsi que les faders In, Dry et Wet, ces derniers béné­fi­ciant main­te­nant de la très utile préfé­rence « Don’t Change IN, DRY and WET upon preset loading ». Bien vu. Au milieu, la nouvelle présen­ta­tion des réglages, avec un menu dérou­lant permet­tant la sélec­tion des diffé­rents types de réverbe.

Hall & autres

Du plus grand au petit, on commen­cera par Hall, tout juste après un petit coup d’œil sur deux onglets qui reste­ront, quel que soit le type de réverbe sélec­tionné, à savoir EQ et Gate. Ce dernier toute­fois ne sera pas dispo­nible avec les réverbes Source. Un petit voyant témoigne de l’ac­ti­vité ou non de chaque section, il suffit de cliquer dessus pour modi­fier son état.

Overloud Breverb 2

L’on­glet EQ propose un double para­mé­trique, avec réglages de gain (± 18 dB), de fréquence (40 à 20 000 Hz) et de Q, ce dernier permet­tant de dépas­ser le statut de para­mé­trique en offrant aux extrêmes de sa course le choix entre LPF, Low Shelf, HPF ou Hi Shelf. De quoi travailler correc­te­ment la sono­rité des réverbes, un travail plus sophis­tiqué pouvant de toute façon être effec­tué via un EQ plus complet. Rappe­lons à l’oc­ca­sion la néces­sité d’éga­li­ser les réverbes : ce n’est pas la peine de passer du temps sur l’EQ d’un son (que ce soit à la prise via le place­ment de micros ou post, à la console et les EQ) pour ne pas prêter atten­tion au son de ses réverbes, qui peuvent « pour­rir » ce travail. Sans parler du travail avec des échan­tillons, des instru­ments virtuels, qui sont eux conçus de manière à sonner le plus flat­teur possible, c.-à-d., occu­pa­tion quasi complète du spectre audio et largeur stéréo, comment dire, large… Autre soin à appor­ter juste­ment, la véri­fi­ca­tion de la largeur et de la phase. Over­loud a une nouvelle fois inclus sous les faders DRY et WET les deux curseurs permet­tant de resser­rer la stéréo, c’est bien vu. Un seul regret, leur valeur de réglage ne s’af­fiche nulle part, pas très pratique vu la très courte course du poten­tio­mètre.

Overloud Breverb 2

Du côté du Gate, six para­mètres, l’ha­bi­tuel Thre­shold, une enve­loppe A/H/R permet­tant de faire réagir le Gate, avec réglages en ms et en valeur de notes pour le main­tien et le relâ­che­ment, et un choix de courbe d’at­té­nua­tion, linéaire (dite Gamma) ou Sigma, plus ou moins en forme de S, la pente étant ajus­table via le para­mètre Slope. Très effi­cace, le Gate permet de retrou­ver tous les effets bien connus de synchro au tempo, de coupure, etc.

Retour à Hall. Trois onglets, Main, Pre et Freq sont propo­sés. Le premier offre les réglages de Time (de 600 ms à 20 secondes !), Size, Diffu­sion, Shape et Spread (tous en pour­cen­tage). Time et Size sont liés, le premier donnant la durée de la queue de réverbe, le second agis­sant sur la taille suppo­sée de la pièce. De même Shape et Spread sont à utili­ser conjoin­te­ment, les deux inter­ve­nants sur l’en­ve­loppe de la réver­bé­ra­tion.

Juste pour entendre le travail de la réverbe, tout à fond en termes de diffu­sion, de taille, les 20 secondes promises (qui se trans­forment en minu­tes…), etc., pas d’EQ ni de filtrage sur un accord bref de Rhodes.

00:0000:00

 

Overloud Breverb 2

On passe à l’on­glet Pre, qui inclut bien évidem­ment le pré-délai (en ms ou en valeur ryth­mique, de la triple croche à la blanche, pratique pour un effet parfai­te­ment synchrone). Deux rota­tifs Regen, L et R permettent de régler le taux de signal réinjecté par canal, tandis que Motion et Depth influent sur la vitesse et le taux de modu­la­tion des lignes de retard.

Enfin le troi­sième onglet, Freq, influe sur le compor­te­ment de deux plages de fréquences, High et Low, chacune dotée d’un multi­pli­ca­teur en fonc­tion du temps de réver­bé­ra­tion géné­ral et d’un cros­so­ver qui défi­nit le début de la plage de fréquences. High profite d’un Damping pour atté­nuer les fréquences supé­rieures, et Low d’un Low Cut.

Quelques exemples avec une guitare sèche, puis passant dans le preset AcGui­tar­Ve­nue légè­re­ment modi­fié, puis dans une réverbe plus longue et plus modu­lée.

00:0000:00

Ou encore cette batte­rie, dont la caisse claire et le char­ley reçoivent des trai­te­ments entre réverbe et écho (grâce aux réglages Regen) via envois sur Bus, plus diffé­rentes réverbes sur le kit (toutes Breverb2) et le Stereo Delay de Logic sur le char­ley (pour l’ef­fet d’ou­ver­ture de l’image stéréo). Quatre Breverb2 ici, avec à peine un léger frémis­se­ment de la jauge CPU. L’édi­teur insiste sur l’op­ti­mi­sa­tion, il a raison (on y revien­dra).

00:0000:00

Les Hall propo­sés sont tout aussi perti­nents sur des pianos acous­tiques par exemple, comme le montrent les exemples suivants (piano sans réverbe pour commen­cer).

00:0000:00

On dispose de presets dotés du préfixe DYN, pour Dyna­mic, en réfé­rence à la section d’ori­gine de la 480L. La Breverb première du nom incluait une section Dyn, qui permet­tait de modi­fier trois para­mètres, volume, EQ et durée, en temps réel en fonc­tion du signal entrant. Cette section a disparu, du moins son accès à l’uti­li­sa­teur, car les presets DYN font clai­re­ment entendre une program­ma­tion de cette fonc­tion.

On peut néan­moins souhai­ter un retour d’une telle section lors d’un prochain update. Voici un exemple sur un accord de piano élec­trique.

00:0000:00

Room service, Plate du jour, etc.

Les réglages sont un peu moins nombreux une fois que l’on sélec­tionne Plate. Dans l’on­glet Main, on ne trouve plus que Main, Time, Diffu­sion et Shape, fonc­tion­nant suivant les mêmes prin­cipes que ceux de Hall. La page Pre ne contient que le Prede­lay, un réglage global de Regen (plus de canaux sépa­rés) et Motion. L’on­glet Freq perd le Low Cut, et reste sinon iden­tique à celui de Hall.

Quelques exemples sur un groove complet, plaçant le kit dans une ambiance globale.

00:0000:00

Essayons aussi sur un quatuor de cordes.

00:0000:00

Puis sur le piano déjà présenté dans ce test.

00:0000:00

Passons à la Room, qui se voit aussi moins dotée que Hall. Dans Main, on retrouve les quatre réglages de Plate, mais Shape laisse la place à Decay, qui est une balance entre les premières réflexions et la réver­bé­ra­tion propre. Exit le Regen dans la page Mod, ne sont présents que Prede­lay, Motion et Depth, cette dernière paire déjà rencon­trée dans la réverbe Hall. Enfin Freq propose un coupe-bas, un coupe-haut et un Damping.

On commence par une contre­basse.

00:0000:00

On conti­nue avec la guitare des premiers exemples.

00:0000:00

Puis avec la batte­rie.

00:0000:00

Et on finit avec le piano.

00:0000:00

Enfin dernière réverbe dite Clas­sic, Inverse. Deux onglets (hors les sections EQ et Gate), Main et Freq. Ce dernier propose les réglages réduits au strict mini­mum : coupe-bas, coupe-haut. Main offre Time, Diffu­sion, Prede­lay, Motion et Depth.

Voici quelques exemples de réverbe inver­sée.

00:0000:00

Spaces, fron­tières de l’in­fini

Overloud Breverb 2

Spaces et Source sont les réelles nouveau­tés de Breverb2 en termes de réverbe (jusque-là, à quelques détails près, on était en terrain connu). On dispose de deux types de Spaces, Small et Large. Les deux partagent le même type, réunis en quatre onglets, Main, Early, Reverb et Time. Dans Main, on choi­sit le type d’es­pace (Studio, Tight, Booth et Fast pour Small, Natu­ral, Alive, Smooth et Open pour Large), ainsi que les réglages de Time, Prede­lay, Reverb Delay (un retard supplé­men­taire entre premières réflexions et réverbe), Early Level et Reverb Level. Ces deux derniers permettent de très préci­sé­ment doser le niveau des premières réflexions (Early Reflec­tions, ER) et de la réverbe, y compris avec la possi­bi­lité de n’uti­li­ser qu’un seul des deux trai­te­ments.

L’on­glet Early offre ensuite le choix entre le type de premières réflexions (35 types diffé­rents) et les para­mètres Color (modi­fi­ca­tion des fréquences aiguës), Size (Small, Medium, Large), Low Cut et Balance, qui modi­fie la propor­tion des ER dans les canaux L et R (on y revien­dra). L’on­glet Reverb contient les réglages Diffu­sion, Low Cut et High Cut, Low Damp et High Soften. Enfin, l’on­glet Time offre une divi­sion du spectre audio en quatre zones, chaque zone pouvant alors être modi­fiée de façon graphique afin d’ap­pliquer un multi­pli­ca­teur du para­mètre Time (de l’on­glet Main), de x 0,05 à x 2,5.

Overloud Breverb 2

Rien qu’à lire ces quelques para­mètres, on a la confir­ma­tion que l’édi­teur s’est inspiré de la VSS3 de TC. Les Early Type déjà, de Venue à Concert Hall, en passant par Alley, Swim, Airport, Bathroom, Yard, Street, Confe­rence, etc., quasi iden­tiques à ceux de l’ori­gi­nale de TC, avec quelques chan­ge­ments de noms restant néan­moins trans­pa­rents (Swim­Sta­dium pour Swim, ConfRoom pour Confe­rence, etc.), l’on­glet Time, corres­pon­dant à Decay/Cros­so­ver, et les para­mètres de niveaux, de Color et de Balance, fonda­men­taux. Surtout ce dernier : imagi­nons que l’on veuille repro­duire l’ef­fet d’un instru­ment situé dans une pièce, à gauche, près d’un mur. Les premières réflexions seront alors plus impor­tantes sur la partie du sol, du plafond et du mur de gauche, le reste de la réver­bé­ra­tion pouvant lui être plus ou moins central. Quand on utilise une réverbe sur un Bus, et ce indé­pen­dam­ment du pan de la piste d’ori­gine, l’en­voi, à moins qu’il puisse être prélevé post-pan, se fera au centre de la réverbe. Ce qui donnera un son Dry placé à un endroit dans la stéréo et sa réverbe qui n’en tien­dra pas compte, à moins de repro­duire ce place­ment sur le pan du Bus. Mais ce place­ment ne sera alors qu’un dépla­ce­ment de l’en­semble de la réver­bé­ra­tion vers la droite ou la gauche et non pas une resti­tu­tion de la posi­tion du son dans l’es­pace.

Avec Early Balance, on place réel­le­ment ce son où l’on veut, puisque le fait de dépla­cer le rota­tif vers la gauche provoque plus d’ER à gauche qu’à droite (ce n’est pas juste une augmen­ta­tion/dimi­nu­tion de volu­me…), afin de repro­duire le compor­te­ment réel du son. Une façon unique de placer un groupe dans une pièce par exemple.

Ce para­mètre pouvant être assi­gné à un fader, et donc auto­ma­tisé, il est aisé de repro­duire en temps réel un effet de dépla­ce­ment de la source dans l’image stéréo, même si pour cet usage, la VSS4 est préfé­rable. L’ef­fet est rare­ment utilisé en musique, mais est fonda­men­tal en post­pro­duc­tion. Hélas, on ne retrouve pas ce para­mètre pour la queue de réverbe, quel domma­ge…

Voici un exemple de dépla­ce­ment d’un son avec ce type d’ef­fet, utili­sant unique­ment les ER, avec auto­ma­tion du para­mètre Early Balance suivant le pan de l’au­dio. La première partie de l’exemple fait entendre la Breverb2, la seconde la VSS3 de TC.

00:0000:00

Autre exemple plus tradi­tion­nel, sur le piano, avec une réverbe légère de type Theatre. Les réglages ont été effec­tués de façon à sonner le plus proche possible, sachant qu’il « manque » dans la Breverb2 des para­mètres présents dans la VSS3 (Reverb Width, la section Modu­la­tion, Early Pos, etc.). Dans l’exemple suivant, on entend la Breverb2 d’abord, la VSS3 ensuite.

00:0000:00

La réverbe permet donc de placer préci­sé­ment les instru­ments dans une pièce, avec de nombreuses possi­bi­li­tés d’ajus­te­ment. Voici deux versions d’un quatuor de cordes, la première trai­tée avec une réverbe globale, la seconde avec une réverbe par instru­ment.

00:0000:00

Voici quelques exemples de pièces sur le groove de batte­rie.

00:0000:00

Un conseil, pour les réglages : mettre le volume de la queue de réverbe (Rev. Level) à zéro lors des premiers essais, de façon à « sentir » la pièce en travaillant les ER, puis monter seule­ment après coup ce volume.

Overloud Breverb 2

Enfin, Sources propose via quatre onglets une approche que l’on devine simi­laire à celle de l’al­go­rithme VSS4, consi­déré comme la meilleure Source Reverb stéréo de TC, mais comme je ne possède pas de Reverb 4000 ou de System 6000, il faudra se passer de compa­rai­son…

L’on­glet Main propose les réglages de Time, Prede­lay, Early Level et Reverb Level et d’un menu dérou­lant Space, repre­nant plus ou moins les diffé­rentes simu­la­tions d’es­pace (10 au total) de l’ori­gi­nale, de Concert Hall à Cinema, en passant par Booth, Lounge, Ware­house, etc.

Early offre le cœur de la réverbe, avec son graphique de posi­tion­ne­ment des deux sources possibles, et leur­ni­veau respec­tif. C’est là que l’on va déter­mi­ner la posi­tion des éléments à trai­ter, de façon précise.

00:0000:00

On trouve dans l’on­glet Early 2 les para­mètres Early Low Color, High Color, Start, Stop (inté­res­sant pour effec­tuer un dosage entre le nombre et la durée des ER) et Decrease, leur nom parlant d’eux-mêmes. Le dernier onglet, Reverb, permet d’ajus­ter Size, Diffu­sion, Low Cut, Low Damp, High Cut et High Soften.

Cette réverbe, comme l’ori­gi­nale, peut être utili­sée sur tout type de sources, même si son usage évident reste la post-prod.

Repre­nons néan­moins notre groove de batte­rie.

00:0000:00

Enfin, une guitare mono trai­tée par les diffé­rents presets conçus pour ce type de programme et dotés du préfixe [M].

00:0000:00

Bilan

 

Plus qu’une mise à jour de la première version, la Breverb2 ajoute une autre approche de la réverbe à celle déjà rete­nue. L’édi­teur a en toute logique incor­poré les prin­cipes de réver­bé­ra­tion utili­sés par les produits haut de gamme de TC Elec­tro­nic. Repre­nant les réver­bé­ra­tions dites Clas­sic de son aînée, répu­tées à juste titre pour leur qualité audio, la Breverb2 offre avec les algo­rithmes Spaces non pas une copie fidèle de la VSS3, mais une très bonne version maison de ses prin­cipes. On peut logique­ment suppo­ser qu’il en est de même pour Source et la VSS4.

L’ab­sence de tous les para­mètres des origi­naux et un compor­te­ment légè­re­ment diffé­rent (mais parfois éton­nam­ment proche…) n’en font pas moins une réverbe de grande qualité, au sein d’un envi­ron­ne­ment bien conçu (l’au­to­ma­tion complète devrait faire son retour lors d’un update à venir) et très cohé­rent dans sa volonté de qualité audio. D’un côté, la richesse des simu­la­tions de pièces et les capa­ci­tés de « gluing » du son des réverbes modu­lées typiques du construc­teur améri­cain, de l’autre la préci­sion, les nombreux outils de para­mé­trage sonore et les possi­bi­li­tés de place­ment des sources du construc­teur danois, le tout au sein d’un seul plug-in qui, s’il ne se veut pas une copie exacte de ses inspi­ra­teurs, se comporte très bien, pour un prix tout à fait raison­nable.

L’ar­rêt du déve­lop­pe­ment de la Power­Core a attristé ses posses­seurs, sachant que dans notre monde infor­ma­tique sans cesse en évolu­tion arri­vera un moment où elle ne sera plus compa­tible avec les stan­dards alors en acti­vité. Ne sachant pas si le construc­teur danois sortira jamais une version native de ses réverbes, on peut sous certains angles retrou­ver leur son et leur compor­te­ment avec la Breverb2. Ce qui n’est pas la moindre des réus­sites de l’édi­teur italien.

Encore un produit utile, offrant la plupart des outils deman­dés par le compo­si­teur, le musi­cien, le sound desi­gner, etc. Une version de démo est télé­char­geable sur le site d’Over­loud, n’hé­si­tez à vous faire votre propre idée…

Adden­dum : La version 2.0.1 sortie le 28 novembre voit le retour de l’au­to­ma­tion complète de tous les para­mètres.

9/10
Points forts
  • Superbe qualité sonore
  • Interface très ergonomique
  • Gestion des attributions des faders
  • Réussite du concept deux (types de réverbe)-en-un
  • Outil de réverbération complet
  • Parfois surprenant de fidélité
  • Early Type de Spaces
  • Interface graphique de Source
  • Nombreux réglages
  • Gestion de la largeur stéréo incluse
  • Nouveau navigateur
  • Presets bien conçus
  • Réactivité de l’éditeur en termes de mises à jour
  • Prix
Points faibles
  • Préférence «Ask Confirmation...» pas toujours prise en compte
  • Interface parfois trop grande
  • Plus de possibilité de placer les faders sur le côté
  • Peut paraître complexe aux débutants

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.