Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Cakewalk Sonar 4 Producer Edition
Photos
1/2

Test de Sonar 4 de Cakewalk

Séquenceur généraliste de la marque Cakewalk appartenant à la série Sonar 4

test
Sonar 4 U ?

Séquenceur roi aux Etats-Unis, Sonar entend bien s'imposer définitivement en Europe. Et si, face à lui, Cubase a su jusqu'à présent conserver son territoire, les choses pourraient bien changer avec cette version 4, qui regorge d'améliorations et s'ouvre au son multicanal de fort belle manière.

Cakewalk Sonar 4

Tandis que Sonar 3 mettait l’ac­cent sur le routage midi et les trai­te­ments audio, la version 4 apporte des nouveau­tés impor­tantes en matière d’édi­tion de pistes, permet de réali­ser un véri­table mixage surround et gère bien mieux la consom­ma­tion des ressources maté­rielles. Livré avec une offre logi­cielle d’ins­tru­ments virtuels, de plugins et d’ou­tils connexes, ce logi­ciel améliore par ailleurs certaines fonc­tion­na­li­tés déjà présentes dans les versions précé­dentes.

Après la décou­verte de l’offre, l’ins­tal­la­tion du produit et les premier signes de vie de Sonar 4, nous abor­de­rons les nouveau­tés concer­nant l’in­ter­face utili­sa­teur. Nous exami­ne­rons ensuite les inno­va­tions concer­nant l’édi­tion des pistes et les possi­bi­li­tés de mixage surround. Puis nous nous penche­rons sur les amélio­ra­tions de certaines fonc­tion­na­li­tés d’un apport non négli­geable pour l’uti­li­sa­teur. Enfin, nous verrons quels sont les instru­ments virtuels et les trai­te­ments sonores four­nis avec le logi­ciel et nous détaille­rons l’offre commer­ciale propo­sée.

Pour termi­ner, les « Sona­ristes » pour­ront lire un tuto­riel complet sur la gestion des fichiers audio depuis la version 2 !

Vous êtes prêts ? Allons-y…

Sonar, ouvre-toi !

C’est une belle boite verte, d’un vert plus clair que la version précé­dente, qui m’in­vite à en explo­rer le contenu. Au début, on est toujours impres­sionné par l’épais­seur du guide de l’uti­li­sa­teur – presque 900 pages – qui contient en fait la version anglaise, française et alle­mande. Le coffret, quant à lui, renferme un cd d’ins­tal­la­tion – trilingue égale­ment – et un dvd nommé «  addi­tio­nal content  ». Ce dernier contient cinq exemples complets de projets Sonar (dont un vidéo), signés par des profes­sion­nels et allant du rap au funk en passant par le jazz ou le r’n’b.

En parcou­rant rapi­de­ment le contenu du premier cd, je m’aperçois qu’un dossier contient des fichiers pdf propo­sant, dans la langue de son choix :

– un manuel utili­sa­teur deux fois plus complet que la version papier,
- une liste complète des raccour­cis claviers stan­dards, pour bien démar­rer.

Notons au passage que le manuel en version élec­tro­nique est d’une grande qualité, les illus­tra­tions sont en couleurs et son contenu s’adresse aussi bien aux débu­tants (avec les didac­ti­ciels d’ini­tia­tion) qu’aux utili­sa­teurs confir­més (grâce à l’ex­pli­ca­tion détaillée des nouveau­tés).

Je stocke tout ça mon disque et démarre enfin l’ins­tal­la­tion…

 

Sonar se met en 4

Cette première étape se déroule sans aucun problème. On retrouve les étapes suivantes : choix de la langue, numéro de série, sélec­tion des compo­sants, dossier d’ins­tal­la­tion, asso­cia­tion de fichiers, enre­gis­tre­ment des effets VST.

Cakewalk Sonar 4

Nous arri­vons alors à l’ins­tal­la­tion des compo­sants d’im­port/export pour les formats WMA 9 et Quick­Time 6.5.1. Si ce dernier est déjà installé, il suffira de sélec­tion­ner unique­ment l’ins­tal­la­tion des filtres. Sinon la prochaine étape sera l’ins­tal­la­tion de Quick­Time.

Ca y est ! L’ins­tal­la­tion est termi­née et, malgré mon impa­tience, je vais quand même appliquer le patch pour passer en version 4.0.1 avant de lancer sonar. Ce patch, dispo­nible sur le site de Cake­walk, consiste en un unique fichier qui met à jour n’im­porte quelle version ache­tée. L’opé­ra­tion est donc plus simple que le laby­rinthe de patchs de la version 3.

Avant de lancer Sonar, inté­res­sons à l’offre logi­cielle qui l’ac­com­pagne.

 

Le package Sonar 4

Project5 test drive est présenté comme un outil complé­men­taire avec son lot de synthés et d’ef­fets exploi­tables direc­te­ment dans Sonar. Cette version d’éva­lua­tion est limi­tée à 45 jours mais pour ma part, elle s’est achevé au bout de deux secondes. En effet, une boite de dialogue appa­raît immé­dia­te­ment pour m’in­for­mer que cette version n’est pas compa­tible avec le Service Pack 2 de Windows XP. En revanche, il est écrit que la version payante fonc­tionne avec tous les service packs… Utili­sa­teurs du SP2, passez donc votre chemin ou télé­char­gez la version démo sur le site de cake­walk.

En plus des plugins midi Cake­walk, nous retrou­vons la série habi­tuelle Musi­cLab (Rhythm’n Chords 2 Lite, Velo­Mas­ter Lite, Looper, Slicy­Drum­mer Lite) et Ntonyx (Style Enhan­cer Micro 2.0) auxquelles on ajou­tera JMT Orches­tra­tor 2.1 Lite, un petit nouveau dont nous parle­rons plus tard.

Côté utili­taires, on retrouve :

– Plugin Mana­ger, permet­tant de gérer les plugins audio et midi instal­lés sur votre système ainsi que les prédé­fi­ni­tions d’ef­fets par impor­ta­tion et expor­ta­tion de fichier,
- Cake­walk Audio Finder 3.3 qui va gérer les fichiers audio utili­sés dans vos projets Sonar,
- Disk­Wel­der Bronze en version d’éva­lua­tion limi­tée à 5 utili­sa­tions. Cet outil permet de graver un DVD Audio en 5.1 surround ou en stéréo. Bien évidem­ment, cet outil n’est inté­res­sant que si l’on exploite les possi­bi­li­tés de mixage surround.

Enfin, une mise à jour de l’en­co­deur MP3 de Cake­walk est four­nie et néces­site un numéro de série. Nous verrons plus loin qu’on peut main­te­nant oublier cet enco­deur anor­ma­le­ment payant car doré­na­vant, vous pour­rez expor­ter du mp3 comme bon vous semble avec Sonar 4.

J’ar­rête ici les présen­ta­tions car il est temps de lancer mon nouveau Sonar…

Démar­rage contrôlé

Coco­rico

Depuis la version 3, la traduc­tion française s’est amélio­rée. Je ne retrouve pas les boutons «  Suppr.  » mais bien «  Annu­ler  ». En revanche, il reste encore «  Rack de bypass  » pour «  bypas­ser  » le rack d’ef­fets mais surtout, je découvre avec horreur un bug propre à la version française : l’im­pos­si­bi­lité de quan­ti­fier des notes midi à la triple-croche !!! Dans la boite de quan­ti­fi­ca­tion, on trouve écrit «  Triple-croche  » à la place de «  Trio­let de blanches  » et lorsqu’on choi­sit une réso­lu­tion de triple-croche, les notes sont quan­ti­fiées aux trio­lets de blan­che… Ne compre­nant rien à l’al­le­mand, je préfère donc instal­ler la version anglaise.

Lors de son premier lance­ment, Sonar nous invite à débu­ter son para­mé­trage en cher­chant les versions précé­dem­ment instal­lées.

Le mien a tout de suite trouvé le fichier de confi­gu­ra­tion de mon ex-Sonar et me propose de reprendre l’in­té­gra­lité des para­mètres déjà défi­nis.

Ensuite vient la série de tests effec­tués par l’ana­ly­seur wave afin de déter­mi­ner les perfor­mances de synchro­ni­sa­tion du maté­riel audio.

J’ar­rive donc sur le nouveau Sonar. Tous les para­mètres de mon ancienne version ont été conser­vés (défi­ni­tion des péri­phé­riques midi, ports audio utili­sés, options audio et globales, histo­rique des fichiers ouverts, …) En revanche, le modèle de couleurs a été appa­rem­ment réini­tia­lisé, il faudra donc passer par Options>Couleurs pour retrou­ver sa confi­gu­ra­tion de couleurs. Un conseil : si vous avez défini vos propres couleurs dans votre ex-Sonar, sauve­gar­dez bien votre preset avant de passer à la version 4.

Cakewalk Sonar 4

 

Moteur audio

Avant de tester les perfor­mances du moteur audio, réca­pi­tu­lons les confi­gu­ra­tions requises propo­sées par Cake­walk.

La confi­gu­ra­tion mini­male doit tour­ner sous Windows 2000/XP, avec un proces­seur cadencé à 800 MHz et 128 Mo de RAM. N’im­porte quel disque dur conte­nant au moins 100 Mo d’es­pace libre est néces­saire et n’im­porte quelle inter­face midi et audio compa­tible Windows est suppor­tée.

Cakewalk Sonar 4

Mais Sonar 4 fonc­tion­nera bien mieux sur la confi­gu­ra­tion recom­man­dée : Windows XP, vitesse du proces­seur à 1,2 GHz mini­mum, 512 Mo de RAM, disque dur EIDE/Ultra DMA/SCSI à 7200 tr/min, inter­face audio compa­tible WDM ou ASIO.

En ce qui concerne l’af­fi­chage, il est préfé­rable d’avoir une défi­ni­tion mini­male de 1280*960.

La confi­gu­ra­tion utili­sée pour cet article est la suivante : P4 à 2.53 GHz, 1 Go de RAM, disque UDMA 7200 tr/min avec 8 Mo de cache, affi­chage 1280*1024, drivers WDM.

J’ef­fec­tue le premier test sur un projet conte­nant 92 pistes dont envi­ron le tiers en stéréo, avec très peu d’ef­fets et en écou­tant seule­ment un petite dizaine d’entre elles (les autres étant seule­ment «  mutées  » et non archi­vées). Autant vous dire que mon objec­tif était de provoquer des décro­chages pendant la lecture. Avec Sonar 3, la charge disque était à 70% avec des décro­chages par endroits et la charge CPU indiquait 10–15%. Sur Sonar 4 la charge disque est nette­ment infé­rieure (entre 30 et 50%) et la charge CPU se stabi­lise autour de 30% avec de rares décro­chages.

En effec­tuant d’autres tests, on s’aperçoit rapi­de­ment que l’op­ti­mi­sa­tion des perfor­mances du moteur audio n’est pas seule­ment un argu­ment commer­cial. Sonar 4 semble mieux gérer la répar­ti­tion des charges et a donc l’air encore plus stable que la version précé­dente.

Tout nouveau, tout beau

Cakewalk Sonar 4

Le navi­ga­teur

Pour se repé­rer dans un projet conte­nant une centaine de piste, il faut être agile de la souris. Afin d’évi­ter une luxa­tion du majeur due à une utili­sa­tion abusive de la molette, Cake­walk crée la fenêtre de navi­ga­tion. Le concept n’est pas neuf mais s’avère très utile pour se dépla­cer rapi­de­ment d’une extré­mité à l’autre d’un même projet.

En bref, cette fenêtre contient un condensé graphique de la tota­lité du projet dans lequel un rectangle de visua­li­sa­tion repré­sente la vue en cours de la fenêtre prin­ci­pale. Il suffira de redi­men­sion­ner ou dépla­cer ce rectangle et la vue suivra ces chan­ge­ment. Cette fenêtre peut être inté­grée à la fenêtre prin­ci­pale et il suffira alors d’un clic pour la faire appa­raître/dispa­raître. Si vous dispo­sez de deux écrans, il est possible d’ou­vrir une fenêtre de navi­ga­tion indé­pen­dante que vous place­rez alors sur votre second écran. Sur un clic droit dans le navi­ga­teur, un menu contex­tuel vous propo­sera diffé­rentes actions de redi­men­sion­ne­ment ou d’af­fi­chage.

La vidéo

Sonar 4 nous propose une nouvelle piste, spéciale et unique, qui accueillera les images minia­tures d’une séquence vidéo impor­tée.

Les formats suppor­tés sont Video for Windows (avi), MPEG, Windows Media Video (wmv) et bien sûr Quick­Time (mov). L’im­por­ta­tion d’une vidéo insère auto­ma­tique­ment la bande son sur une nouvelle piste audio.

Cakewalk Sonar 4

La piste vidéo contient main­te­nant les images minia­tures pouvant être numé­ro­tées et sur lesquelles vous pour­rez cliquer pour posi­tion­ner la tête de lecture.

Je n’ai pas trouvé de raccour­cis clavier permet­tant de se dépla­cer image par image. Cela aurait été utile en matière de montage sonore. Il reste un solu­tion : dans la fenêtre vidéo – que l’on peut rendre indé­pen­dante de Sonar – les flèches gauche et droite permettent ce dépla­ce­ment à l’image près. Il suffira alors d’in­sé­rer un marqueur pour reve­nir faci­le­ment au même point par la suite.

Une fois les marqueurs créés, les images minia­tures peuvent être utiles pour se repé­rer globa­le­ment en gagnant de la place (au lieu d’ou­vrir la fenêtre vidéo si l’on ne dispose que d’un seul écran).

Une fois le montage son effec­tué, on pourra expor­ter la vidéo au format Video for Windows (avi), Windows Media Video ou Quick­Time. Les options d’en­co­dage vidéo au format avi seront fonc­tion des codecs instal­lés dans votre système.

Cakewalk Sonar 4

Confi­gu­ra­tion des vu-mètres

Depuis Sonar 3, l’ap­pa­rence et le compor­te­ment des vu-mètres sont tota­le­ment confi­gu­rables grâce à un menu acces­sible direc­te­ment à partir de la fenêtre prin­ci­pale.

Doré­na­vant, on pourra égale­ment modi­fier les perfor­mances des vu-mètres. Une nouvelle option permet d’édi­ter les para­mètres concer­nant leur balis­tique. On pourra alors agir sur :

– la fréquence d’ac­tua­li­sa­tion,
- la vitesse de dispa­ri­tion de crête (peak),
- le temps de main­tien de crête,
- durée d’ap­pa­ri­tion et de dispa­ri­tion des crêtes.

Le réglage de ces para­mètres est utile dans le sens où l’af­fi­chage en temps réel des signaux consomme des ressources et il peut parfois s’avé­rer indis­pen­sable d’al­lé­ger la charge proces­seur pour conti­nuer à travailler.

Une nouvelle manière de travailler

Cakewalk Sonar 4

L’ou­til Mute

Avant tout, signa­lons que Sonar 4 nous permet main­te­nant de muter (en français, rendre silen­cieux) un clip parmi ceux présents sur une piste.

Il suffira de sélec­tion­ner le clip et d’ap­puyer sur la touche 'Q’. Un symbole appa­raît en début de clip, indiquant que ce dernier ne sera pas audible pendant la lecture. Cette nouvelle fonc­tion nous dispense de créer une nouvelle piste, y copier les clips que l’on ne veut plus entendre et muter cette piste. Quel gain de temps !

Cakewalk Sonar 4

L’ou­til Mute, plus qu’une fonc­tion, repré­sente un nouveau mode d’édi­tion. Dans ce mode, nous pour­rons agir très rapi­de­ment sur des portions de clips afin de les muter ou non. Sans cet outil, l’opé­ra­tion aurait été possible en décou­pant le clip en plusieurs parties, en créant une nouvelle piste, en copiant les parties à muter sur cette piste et en «  mutant  » cette dernière.

En mode Mute, il nous suffira de sélec­tion­ner une portion du clip en glis­sant la souris :

– dans la partie infé­rieure du clip pour rendre la sélec­tion muette,
- dans la partie supé­rieure pour réta­blir l’au­di­tion sur la portion défi­nie.

Graphique­ment, il ne restera que les contours de la forme d’onde dans les portions silen­cieuses, les parties audibles restant remplies.

Cakewalk Sonar 4

De la même manière, nous pour­rons agir sur les clips midi. Dans ce cas, les notes mutées seront celles qui débutent dans la partie sélec­tion­née. Les notes concer­nées seront alors grisées pour signa­ler leur état silen­cieux.

Enfin, notons que le mute d’un clip entier conserve l’état des portions silen­cieuses ou audibles de ce clip, et l’on retrou­vera après «  demu­tage  » le clip tel qu’il était avant.

La possi­bi­lité d’agir sur des portions de clip prend toute sa dimen­sion quand elle est combi­née aux nouveaux outils d’édi­tion dont nous allons montrer la puis­sance dans la partie suivante.

 

Super­po­si­tion de clips

Cakewalk Sonar 4

Lors d’une séance d’en­re­gis­tre­ment, il arrive souvent d’en­re­gis­trer en boucle plusieurs prises pour en garder la meilleure. On obtient alors plusieurs clips dispo­sés sur plusieurs pistes qu’il va falloir écou­ter une à une puis sélec­tion­ner les parties dési­rées afin de construire la piste finale.

Pour ce genre de travail, Sonar propose une solu­tion qui lui permet­tra de se faire oublier : enre­gis­trez dans une seule piste et vous obtien­drez plusieurs pistes… dans la même piste ! Je m’ex­plique : il s’agit en fait d’une super­po­si­tion de clips dans la même piste, qui devient alors une piste multi­couches.

Pendant la phase de sélec­tion, le mode Mute présente des avan­tages nombreux.

Cakewalk Sonar 4

En utili­sant le mute de clip, un seul clic de souris permet­tra de rendre silen­cieux un clip entier (voir plus haut).

Si l’on veut écou­ter rapi­de­ment un seul clip de la série, il suffira d’ap­pliquer un Alt-Ctrl-clic sur le clip pour que tous les autres clips super­po­sés soient rendus muets – c’est une fonc­tion solo de clip en quelque sorte.

Si l’on désire rendre silen­cieux tous les clips sauf le clip 1 et seule­ment pendant la durée de ce dernier, une nouvelle action (menu contex­tuel du clip) appe­lée «  Isoler le clip  » rendra silen­cieux tous les clips sur la durée corres­pon­dant au clip 1.

Cakewalk Sonar 4

On peut égale­ment effec­tuer cette opéra­tion sur une portion de clip, qui rendra silen­cieuse, pour les autres clips super­po­sés, la portion défi­nie – une sorte de solo de clip exclu­si­ve­ment pendant sa durée.

Ces opéra­tions deman­de­ront un appren­tis­sage initial avec les combi­nai­sons des touches Alt et/ou Ctrl et de la souris. Cepen­dant, cet effort préli­mi­naire sera un bon inves­tis­se­ment pour votre future effi­ca­cité d’uti­li­sa­tion.

 

Cakewalk Sonar 4

Enfin, lorsqu’on approche la souris de la fron­tière sépa­rant deux clips super­po­sés, le curseur se trans­forme en outil de découpe qui suppri­mera le chevau­che­ment entre ces deux clips. On dépla­cera à sa guise le point corres­pon­dant à la fin du premier et au début du second clip.

Cette nouvelle capa­cité à super­po­ser des clips dans une même piste ne se limite pas à l’en­re­gis­tre­ment. En effet, lorsqu’on déplace un clip d’une piste sur un clip d’une autre piste, cette dernière rajoute auto­ma­tique­ment une couche pour le nouvel arri­vant, permet­tant à l’uti­li­sa­teur de bien visua­li­ser la super­po­si­tion des clips. On observe aussi le même compor­te­ment lorsqu’on enre­gistre sur une piste déjà remplie, qu’elle soit audio ou midi.

L’af­fi­chage des clips super­po­sés se révèle très pratique lorsqu’on travaille sur une seule piste : les ajouts de clips sont visibles d’un seul coup d’œil grâce au système de couches.

Quand on ne travaille plus sur une piste en couches, le menu contex­tuel de la piste nous permet de cacher les super­po­si­tions, rame­nant la piste dans un état normal. L’écran se retrouve alors moins chargé. Mais pour aller encore plus loin dans la lisi­bi­lité, Sonar 4 propose égale­ment les dossiers de pistes.

 

Les dossiers de pistes

Ranger une pièce n’est jamais agréable, mais quel plai­sir une fois la tâche effec­tuée !!! Avec les dossiers de pistes, le range­ment devient plus rapide, plus effi­cace et prend même une autre dimen­sion pour l’édi­tion de pistes.

Cakewalk Sonar 4

 

Un dossier de pistes peut renfer­mer des pistes audio et midi. Le fait qu’une piste appar­tienne à un dossier ne l’em­pêche pas d’être utili­sée comme une piste normale. Les avan­tages graphiques du dossier de pistes sont les suivants :

– clas­se­ment rapide des pistes : votre projet devient une usine à gaz ? Rangez vos pistes dans des dossiers clas­sés par caté­go­rie !
- présen­ta­tion simpli­fiée : si votre batte­rie est compo­sée de pistes midi et audio et que vous voulez travailler sur la basse, enfer­mez tout ça dans un dossier de pistes «  Batte­rie  » qui pren­dra moins de place à l’écran !

A ces atouts graphiques s’ajoutent des possi­bi­li­tés d’édi­tion. En effet, il est tout à fait possible de copier, boucler, scin­der, étirer, redi­men­sion­ner un dossier de pistes. Cette action globale se réper­cu­tera sur les pistes appar­te­nant au dossier. En résumé, si vous éditez votre batte­rie par blocs, plus besoin de s’em­bê­ter à sélec­tion­ner les blocs à dépla­cer sur plusieurs pistes : enfer­mez-les dans un dossier de pistes et travaillez direc­te­ment sur ce dernier !

Cakewalk Sonar 4

Après avoir libéré de la place à l’écran, libé­rons les ressources !!!


Sonar freeze

La fonc­tion freeze (gel) va vous permettre de libé­rer des ressources dans votre projet. Ce nouvel outil consiste à faire le mixage tempo­raire d’une piste audio. Ainsi, tous vos effets temps-réel ainsi que toutes vos enve­loppes d’au­to­ma­tion vont être appliqués sans perdre les données d’ori­gine et votre piste pren­dra une couleur bleue «  free­zer  » indiquant qu’elle a été gelée. De cette manière, la charge cpu dimi­nue forte­ment.

Cakewalk Sonar 4

 

L’in­té­rêt est bien sûr de geler les plus grands consom­ma­teurs de ressources, à savoir les instru­ments virtuels. En deux clics, la fonc­tion freeze vous dispense de mixer votre instru­ment (bounce to track) et d’ar­chi­ver les pistes d’ori­gine, ce qui vous permet­tra de travailler rapi­de­ment et serei­ne­ment un autre instru­ment virtuel, par exemple.

Une fois la piste gelée, il est possible de la dége­ler (unfreeze) pour en modi­fier certains para­mètres. On peut égale­ment effec­tuer un dégel rapide (quick unfreeze) : dans ce cas, la piste gelée est cachée pour donner accès à la piste d’ori­gine. On peut alors éditer les para­mètres mais on n’en­ten­dra pas le résul­tat sonore. Pour cela, il faudra plutôt dége­ler norma­le­ment, modi­fier ses para­mètres puis rege­ler. On peut donc se deman­der si le dégel rapide est utile et dans quels cas d’uti­li­sa­tion ?

Pour ma part, j’au­rais aimé trou­ver une fonc­tion freeze géné­ra­li­sée, c’est à dire qui mixe rapi­de­ment un ensemble de pistes audio. L’uti­li­sa­teur aurait donc pu dimi­nuer aussi la charge disque. On pour­rait même rêver à un gel de dossiers de pistes… Peut-être dans la version 5 ?

Après ce passage en antarc­tique, allons faire un tour dans l’es­pace inter­si­dé­ral.

Le surround

Cakewalk Sonar 4

Sonar 4 propose 30 formats surround diffé­rents, du 2.1 au 8.1 en passant par le plus répandu, le 5.1.

Pour utili­ser le surround, il faudra vous munir de haut-parleurs (6 pour le 5.1) dont un, en géné­ral, pour les fréquences basses et sur lequel sera dirigé le canal LFE – pour Low Frequency Effect – vous savez, les basses fréquences des effets d’ex­plo­sion ou de trem­ble­ment de terre dans vos films préfé­rés !

Chaque haut-parleur sera asso­cié à une sortie audio mono­pho­nique de votre carte audio­nu­mé­rique, selon la confi­gu­ra­tion du format choisi.

Il suffira alors d’in­sé­rer un bus surround vers lequel doivent s’ache­mi­ner les pistes mono ou stéréo que vous voulez spatia­li­ser. Pour chacune de ces pistes, il faudra donc diri­ger la sortie vers le bus surround.

On remarque alors des chan­ge­ments dans les infor­ma­tions de ces pistes.

Cakewalk Sonar 4

Tout d’abord, la piste envoyée au bus surround présente main­te­nant autant de vu-mètres que de sorties utili­sées, permet­tant de contrô­ler les niveaux de sortie vers les diffé­rents haut-parleurs.

Ensuite, le pano­ra­mique a disparu. Il est remplacé par une petite sphère ainsi qu’un para­mètre d’en­voi au LFE. En effet, le LFE n’est pas concerné par la spatia­li­sa­tion du son, il ne s’oc­cupe que de repro­duire le son global sur lequel vous pour­rez défi­nir un passe-bas (option prévue dans Sonar) pour se limi­ter aux basses fréquences.

Cakewalk Sonar 4

La petite sphère appa­rue corres­pond à la spatia­li­sa­tion du son vers les autres haut-parleurs. Grâce à son menu contex­tuel, nous pouvons alors «  muter  » n’im­porte quelle sortie, défi­nir des contrô­leurs midi agis­sant sur les para­mètres surround, armer l’au­to­ma­tion globale mais surtout, ouvrir le panneau surround.

La panneau surround permet d’ef­fec­tuer tout modi­fi­ca­tion spatiale à la souris. Vous voulez muter un haut-parleur ? Cliquez dessus ! Vous voulez écou­ter en solo un autre ? Double-cliquez ! Vous voulez faire tour­ner le son ? Main­te­nez le bouton de la souris enfoncé et dépla­cez-vous comme bon vous semble sur cette surface circu­laire !

Les para­mètres surround sont les suivants :

– l’angle est celui formé entre le centre en façade et la source sonore tandis que le focus repré­sente la distance entre la source et le centre du cercle. Ce sont ces deux para­mètres qui varient selon le dépla­ce­ment de la souris,
- la largeur corres­pond à la largeur stéréo (indé­pen­dant du place­ment devant/derrière),
- la balance avant/arrière règle la balance entre les haut-parleurs en façade et les haut-parleurs arrières,
- le para­mètre LFE contrôle l’en­voi du son au canal LFE, que l’on peut mettre en solo grâce au bouton adja­cent.

Ces para­mètres peuvent être contrô­lés en midi ; on pourra donc enre­gis­trer leur auto­ma­tion. Sonar accepte le contrôle du surround par joys­tick qui devra être déclaré comme une surface de contrôle.

Cakewalk Sonar 4

Côté trai­te­ment du son, le seul effet vrai­ment surround fourni est un compres­seur de la suite Soni­tus. On peut y régler diffé­rentes compres­sions sur 4 groupes de sorties.

Ceci étant, nos effets habi­tuels pour­ront-ils s’ap­pliquer à un bus surround ? Aucun problème, lorsqu’on rajoute l’ef­fet, il y a autant d’ins­tances créées que de groupes de sorties.

Par exemple, en 5.1, on aura par défaut une instance pour les haut-parleurs gauche/droite de façade, une autre pour les gauche/droite arrières, une pour le haut-parleur central et une dernière pour le canal LFE. Toutes ces instances sont regrou­pées dans la fenêtre d’ef­fet.

La fenêtre d’ef­fet propose aussi un panneau «  Surround bridge  » permet­tant de modi­fier cette confi­gu­ra­tion à souhait ! La seule contrainte est d’as­so­cier 2 sorties maxi­mum à chaque groupe – c’est compré­hen­sible pour les effets stéréo.

En ce qui concerne l’au­to­ma­tion des effets utili­sés en surround, la varia­tion d’un para­mètre concer­nera par défaut toutes les instances de l’ef­fet. Mais on peut agir sur une seule instance ; il faudra alors décou­pler (unlink) le para­mètre ou l’ins­tance concer­née.

Cakewalk Sonar 4

Cette opéra­tion s’ef­fec­tue toujours dans le panneau «  Surround bridge  » où l’on pourra aussi, en un seul clic, rendre tous les contrôles indé­pen­dants, le temps d’en­re­gis­trer l’au­to­ma­tion d’une instance donnée.

Enfin, l’ex­por­ta­tion du mixage surround s’ef­fec­tue au format Wav PCM multi­ca­nal ou Windows Media Advan­ced Strea­ming Format.

Ceux qui n’ont pas de système 5.1 pour­ront détour­ner l’uti­li­sa­tion du panneau surround. Par exemple, on peut très bien imagi­ner d’as­so­cier les sorties surround à diffé­rents péri­phé­riques externes de trai­te­ment du son afin de réali­ser du morphing d’ef­fet circu­lai­re… A tester !

CEs petits rien qui changent la vie…

Raccour­cis claviers

Comme je l’écri­vais en début d’ar­ticle, dès le premier lance­ment de Sonar, j’ai retrouvé les raccour­cis-claviers que je m’étais aupa­ra­vant consti­tués. Mais si j’avais réins­tallé Windows, j’au­rais proba­ble­ment tout perdu…

Heureu­se­ment, il est main­te­nant possible de sauve­gar­der l’en­semble des raccour­cis dans un fichier ! Dans la fenêtre de défi­ni­tion des raccour­cis, deux nouveaux boutons sont appa­rus : import et export. Au prochain refor­ma­tage système, je n’au­rais pas à tout redé­fi­nir, quel bonheur !

De plus, Cake­walk a décidé de ratis­ser large, puisqu’ils four­nissent carré­ment des modèles de raccour­cis clavier prove­nant direc­te­ment de Cubase SX, Digi­tal Perfor­mer, Logic Audio, Nuendo, Sampli­tude et autres… qu’il suffira d’im­por­ter pour que les cuba­siens repen­tis (pour ne citer qu’eux) ne soient pas tota­le­ment perdus en arri­vant sur Sonar !

Au pire, la liste exhaus­tive des raccour­cis stan­dard se trouve dans un fichier pdf sur le cd d’ins­tal­la­tion.

 

Déca­lages

Si vous utili­sez la grille magné­tique lors de vos dépla­ce­ments de clips, il vous est sûre­ment arrivé de devoir bascu­ler sans arrêt entre déca­lage rela­tif et absolu.

La version 4 propose une faci­lité décon­cer­tante de dépla­ce­ment de clips : les déca­lages para­mé­trables.

Dans les options globales, trois déca­lages (nudge) peuvent être défi­nis. Il vous suffira alors de sélec­tion­ner un clip (ou un ensemble de clips) pour le(s) dépla­cer à l’aide des touches du pavé numé­rique !

Cakewalk Sonar 4

Ainsi, les touches 1 et 3 corres­pondent respec­ti­ve­ment aux dépla­ce­ments gauche et droite du premier déca­lage, 4 et 6 pour le deuxième, 7 et 9 pour le troi­sième. Les touches 8 et 2 permettent respec­ti­ve­ment de dépla­cer le clip sur la piste supé­rieure et infé­rieure. Enfin, la touche centrale 5 fait immé­dia­te­ment appa­raître la boite de dialogue permet­tant de régler ces déca­lages !

Chaque déca­lage peut être exprimé en temps musi­cal rela­tif (mesure, blanche, noire, etc), en temps absolu (seconde, mill­li­se­conde, échan­tillon, etc) ou bien pourra suivre le déca­lage défini dans la grille magné­tique.

On pourra, par exemple, posi­tion­ner un déca­lage absolu dans la grille magné­tique pour les opéra­tions souris et défi­nir un déca­lage para­mé­trable rela­tif pour les opéra­tions clavier, tout ceci augmen­tant terri­ble­ment l’ef­fi­ca­cité du travail d’édi­tion !

 

Expor­ta­tion audio et codage mp3

L’ex­por­ta­tion audio permet doré­na­vant de défi­nir la fréquence d’échan­tillon­nage du fichier à expor­ter. De plus, elle dispose main­te­nant de presets que vous pour­rez défi­nir selon vos habi­tudes.

L’énorme nouveauté dans cette partie est l’ex­por­ta­tion mp3. L’en­co­deur mp3 de Cake­walk est, comme on le sait, une version d’éva­lua­tion qu’on ne peut utili­ser que pendant la période d’es­sai. Sonar 4 nous propose une alter­na­tive : utili­ser un enco­deur externe de notre choix ! Comment faire ?

Cakewalk Sonar 4

Il faut d’abord bien choi­sir son enco­deur. Il doit être utili­sable en ligne de commande, c’est à dire dans une fenêtre dos. On trouve sur le net des enco­deurs gratuits : BladeEnc (que j’ai utilisé pour ce test), Lame, etc…

On lance ensuite, dans le menu Outils, Cake­walk Exter­nal Enco­der Confi­gu­ra­tion. C’est dans cette fenêtre que l’on four­nira à Sonar les rensei­gne­ments concer­nant l’uti­li­sa­tion de son enco­deur préféré.

Il faut pour cela connaître la syntaxe de ce dernier, la rensei­gner, four­nir son empla­ce­ment sur le disque ainsi que l’ex­ten­sion du fichier en sortie. On termine la confi­gu­ra­tion en lui donnant un nom (MonEn­co­deur par exemple) et en la sauve­gar­dant.

Cakewalk Sonar 4

Une fois les infor­ma­tions four­nies, je me lance dans l’ex­por­ta­tion de mon projet et… surprise : dans la liste des types de fichiers s’est rajouté un nouveau format : MonEn­co­deur !

Je le sélec­tionne et je valide. Je vois alors appa­raître une fenêtre dos indiquant que mon enco­deur est en train de travailler. Le tour est joué, je retrouve mon fichier mp3 à l’en­droit indiqué…

En fait, il est possible de four­nir n’im­porte quel programme prenant un fichier wav en entrée, ce qui ouvre l’ex­por­ta­tion audio à tous les délires imagi­na­bles… C’est beau la tech­no­lo­gie…

 

Les clips groove

L’édi­tion des clips groove (boucles synchro­ni­sées au tempo) a été sensi­ble­ment amélio­rée. Dans la fenêtre spéci­fique, vous pour­rez défi­nir diffé­rentes valeurs de gain, de pano­ra­mique ou de hauteur pour un clip groove donné. Les modi­fi­ca­tions s’ef­fec­tue­ront par coupe, une coupe étant défi­nie par l’es­pace entre deux marqueurs groove.

Gain, pano­ra­mique et hauteur seront alors repré­sen­tés par des enve­loppes à angles droits sur lesquelles on pourra tenter les pires expé­rien­ces…

 

Métro­nome audio

En matière de métro­nome dans Sonar, nous avions le choix entre le bip sacca­geur du PC ou bien l’uti­li­sa­tion de notes midi que l’on devait redi­ri­ger vers un instru­ment, ce qui n’était pas toujours sans soucis.

Cakewalk Sonar 4

Le nouveau métro­nome est arrivé : il est audio, génère ses sons sur la sortie de votre choix et vous propose un éven­tail de 38 sons diffé­rents (kick, claves, stick, conga, hihats, etc). On pourra régler le niveau sonore et le son asso­cié au premier temps sépa­ré­ment des autres. J’au­rais appré­cié la présence d’un bouton d’au­di­tion au lieu de faire des aller-retours pour choi­sir le son de mon tempo…

Enfin, ce métro­nome audio consomme peu de ressource (j’ai constaté un légère varia­tion de ma charge cpu de 1% envi­ron) et son écoute est plutôt agréable. Ceci-dit, rien ne vous empê­chera de garder l’an­cienne méthode si vous y tenez.


Autres nouveau­tés

Pour termi­ner, voici en vrac quelques amélio­ra­tions annexes qui méritent d’être citées.

On peut choi­sir parmi six règles de compor­te­ment de pano­ra­mique celle qui corres­pond à nos besoins. Ces règles concernent la correc­tion du niveau de signal entre un réglage extrême gauche/droite et un réglage centré – selon les besoins, on pourra appliquer une dimi­nu­tion de 6dB au centre, une augmen­ta­tion de 3dB sur les extrêmes, etc…

Pendant l’édi­tion d’un effet, il est main­te­nant possible d’uti­li­ser en même temps les raccour­cis de trans­port de Sonar (arrê­ter la lecture, reve­nir en début de projet, etc…). C’est un gain de temps par rapport aux versions précé­dentes où il fallait chan­ger de fenêtre active.

Il est possible d’écou­ter unique­ment les clips sélec­tion­nés. Après sélec­tion des clips, l’au­di­tion sélec­tive se fait par un simple Shift-espace.

Plug-ins et DXi

Cakewalk Sonar 4

Côté midi, un nouveau compo­sant fait son appa­ri­tion, JMT Orches­tra­tor 2.1 Lite, qui est appa­rem­ment un arran­geur. S’ap­puyant sur une tech­no­lo­gie nommée «  Musi­cal Object Morphing  », ce module midi va en fait vous géné­rer des accom­pa­gne­ments dont vous pour­rez para­mé­trer le style, la tona­lité, et bien d’autres carac­té­ris­tiques.

Son utili­sa­tion n’a pas l’air évidente au premier abord mais une docu­men­ta­tion en ligne vous permet­tra sûre­ment de maîtri­ser l’en­gin.

Aucun nouveau plugin audio n’est à signa­ler, mis à part :
- le compres­seur Soni­tus Surround­Comp qui reprend les mêmes carac­té­ris­tiques que son équi­valent stéréo,
- la version surround de la reverb Lexi­con.

Cakewalk Sonar 4

On retrouve comme dans la version précé­dente, la suite Soni­tus – d’ex­cel­lente facture, la reverb Lexi­con Pantheon, le simu­la­teur d’am­pli Reval­ver ainsi que les effets Cake­walk habi­tuels. Concer­nant les instru­ments virtuels, on retrouve la Dream­Sta­tion, le Cyclone, etc…
Vous pour­rez avoir un aperçu de ces plugins et instru­ments virtuels dans l’ar­ticle précé­dent.

La grosse décep­tion du dernier Sonar est l’ab­sence de Vsam­pler, ce qui va faire regret­ter à certains de ne pas avoir pris le train Cake­walk avant… Signa­lons tout de même que pour conser­ver la dernière version de Vsam­pler (mise à jour grâce au patch Sonar 3.1.1), nous serons obligé de lais­ser la version 3 instal­lée. Au pire, on pourra désins­tal­ler Sonar 3 et réins­tal­ler unique­ment Vsam­pler mais qui se retrou­vera alors en version 3.01…

Sonar change d’ex­pan­deur et remplace l’an­cien Virtual Sound Canvas par le TTS-1 dont le son est signé Roland. Le TTS-1 est un expan­deur compa­tible GM2, multi­tim­bral 16 parties, poly­pho­nique 128, possé­dant 256 sons prédé­fi­nis, 9 sets de batte­rie et 512 mémoires utili­sa­teur. On pourra diri­ger les sons vers 4 sorties indé­pen­dantes (compre­nez 4 pistes audio stéréo dans Sonar).

Cakewalk Sonar 4

L’en­gin est doté d’une reverb et d’un chorus géné­raux et pour chacune des 16 parties, on pourra agir sur les para­mètres suivants : filtre, carac­tère, équa­li­seur sommaire, enve­loppe, vibrato, tuning, porta­mento, profon­deur de modu­la­tion, inter­valle de «  bend  ». On pourra asso­cier un contrô­leur midi à chacun de ces para­mètres par canal/numéro de contrô­leur ou par appren­tis­sage auto­ma­tique.
Il ne faut pas s’at­tendre à une dyna­mique sonore extra­or­di­naire mais ce petit expan­deur peut dépan­ner à coup sûr dans pas mal de situa­tions…

Passons main­te­nant à la doulou­reuse partie qui nous rappelle que Sonar n’est pas un free­ware.

Combien ça coûte ?

Concer­nant les tarifs, l’offre est encore plus agres­sive que celle de Sonar 3 car Cake­walk propose ce produit à 499 euros à tous les posses­seurs d’un Cubase, Logic, etc…
Par ailleurs, les posses­seurs de Sonar 3 Produ­cer désin­té­res­sés par le Surround pour­ront s’of­frir la Sonar 4 Studio à 99 euros !!! Cepen­dant, ils devront accep­ter certaines restric­tions :

– aucune carac­té­ris­tique surround (mixage, édition, effets),
- pas de piste d’aperçu vidéo,
- une version light de la reverb Lexi­con Pantheon,
- absence de la suite Soni­tus (c’est dur !)
- pas d’équa­li­seur par piste et pas de contrôle d’ef­fets assi­gnables (ouille !),
- ni POW-r dithe­ring, ni MPEX (algo­rithme avancé de time-stret­ching).

Pour finir, voici la liste exhaus­tive des tarifs présents sur le site du distri­bu­teur. La version Produ­cer coûtera 629 euros sans mise à jour. Sinon, le tarif sera de :

  • 179,01 euros (le calcul a du être savant !) à partir de Sonar 3 Produ­cer,
  • 229 euros à partir de Sonar 3 Studio,
  • 249 euros à partir de Sonar 1 ou Sonar 2,
  • 299 euros à partir de Project5 ou Pro Audio,
  • 349 euros à partir de tout autre produit Cake­walk,
  • 499 euros à partir de Cubase, Logic, etc…

Pour la version Studio, le prix sera de 299 euros ou bien :

  • 99 euros à partir de Sonar 3,
  • 119 euros à partir de Sonar 1 ou Sonar 2,
  • 149 euros à partir de Project 5 ou Pro Audio,
  • 199 euros à partir de tout autre produit Cake­walk.

L’in­ves­tis­se­ment est toujours aussi inté­res­sant au vu des tarifs de mise à jour !

Conclu­sion

Contrai­re­ment à l’in­dus­trie du disque, l’heure est à l’ou­ver­ture dans le domaine tech­no­lo­gique et Cake­walk ne s’y trompe pas : Sonar 4 parle main­te­nant dans une tren­taine de formats surround, il commence à dialo­guer avec divers formats vidéo et permet d’uti­li­ser n’im­porte quel codeur mp3. De plus, Sonar four­nit des confi­gu­ra­tions de raccour­cis claviers tirés de ses concur­rents pour faci­li­ter la tâche des nouveaux adeptes.

En revanche, j’ai éprouvé moins d’en­thou­siasme concer­nant l’offre logi­cielle, même si elle reste assez four­nie (suite Soni­tus, reverb Lexi­con Pantheon, expan­der TTS-1, Cyclone, etc…). Il est regret­table que Vsam­pler ait disparu si vite. Par ailleurs, le bug de quan­ti­fi­ca­tion à la triple-croche dans la version française est dur à digé­rer quand on est amené à l’uti­li­ser.

Ceci dit, la version 4 exploite mieux les ressources maté­rielles et donne à l’uti­li­sa­teur la possi­bi­lité d’agir sur les perfor­mances du logi­ciel (fonc­tion freeze, balis­tique des vu-mètres). L’in­ter­face graphique a été quelque peu amélio­rée grâce à son navi­ga­teur mais permet surtout un clas­se­ment et un édition globale des pistes (dossiers de pistes).

Enfin, sans obli­ger l’uti­li­sa­teur à chan­ger ses habi­tudes, de nouveaux outils (super­po­si­tion de pistes, mute de clips, …) rendent le travail plus souple et plus effi­cace, à condi­tion de les assi­mi­ler bien sûr.


Points forts :

[+] 30 formats de Surround suppor­tés (2.1 à 8.1)
[+] Fonc­tion freeze et dossiers de pistes
[+] Utili­sa­tion d’un enco­deur mp3 externe de son choix
[+] Edition de clips super­po­sés sur une même piste

Points faibles :

[-] Plus de Vsam­pler dans l’offre logi­cielle
[-] Dans la version française seule­ment, impos­sible de quan­ti­fier à la triple-croche.

Annexe : Gérer les fichiers audio avec Sonar

Où sont mes fichiers audio ?

Avant d’ap­prendre à confi­gu­rer la gestion de vos fichiers audio dans Sonar, vous aurez peut-être envie de savoir où se trouvent les fichiers asso­ciés aux clips audio de vos projets actuels…

Cakewalk Sonar 4

Pour connaître en un instant l’em­pla­ce­ment de tous les fichiers audio d’un projet donné :

– ouvrez votre projet,
- ouvrez la fenêtre «  Project Files  » acces­sible par le menu «  File > Project Audio Files…  ».

Vous obtien­drez ainsi une liste de noms de fichiers asso­ciés au projet en cours, avec leur empla­ce­ment et leur taille respec­tive.

Cakewalk Sonar 4

Pour savoir quel fichier audio est utilisé par un clip donné, cliquez droit sur le clip et sélec­tion­nez «  Clip Proper­ties…  » dans le menu contex­tuel (vous pouvez égale­ment sélec­tion­ner le clip et appuyer sur Alt-Entrée).

Sélec­tion­nez ensuite l’on­glet «  Audio Files  » et vous obtien­drez le nom du fichier audio asso­cié au clip, avec son empla­ce­ment sur le disque.

Voyons main­te­nant comment Sonar gère les fichiers audio en géné­ral.


Comment ça fonc­tionne ?

Dans Sonar, votre projet peut être sauve­gardé sous deux formats diffé­rents :

– CWP (Cake­walk Project) qui ne contient que les réfé­rences aux fichiers audio utili­sés,
- CWB (Cake­walk Bundle) qui contient les fichiers audio. Ce format est donc très volu­mi­neux et servira plutôt à l’ar­chi­vage.

Dans le cas du format CWP (le plus couram­ment utilisé), il est parfois très utile de savoir où sont situés les fichiers audio asso­ciés. Depuis la version 2, Sonar propose deux confi­gu­ra­tions :
- la première consiste à stocker tous les fichiers audio de tous les projets dans un dossier spéci­fique (nommé par défaut  » WAVE­DATA "), dont vous pour­rez bien sûr modi­fier le chemin.
- la seconde permet d’af­fec­ter un dossier audio par projet. Ce dossier contien­dra unique­ment les fichiers audio du projet.


Comment ça se para­mètre ?

Cakewalk Sonar 4

Le choix de gestion des fichiers audio s’ef­fec­tue dans l’on­glet «  Audio data  » (menu Options > Global). Dans le champ «  Global Audio Folder  », il faut préci­ser le dossier qui accueillera tous les fichiers audio de tous les projets.

Si vous optez pour la solu­tion un projet/un dossier audio asso­cié, il faudra cocher, tout en bas de cette fenêtre, la case «  Use Per-Project Audio Folders  ».


Si vous avez choisi d’uti­li­ser un dossier audio par projet, vous serez peut-être confronté à deux situa­tions :

1. Vous voulez sauve­gar­der un projet déjà exis­tant, mais avec votre nouvelle orga­ni­sa­tion (un dossier par projet). Dans ce cas :

– ouvrez le projet,
- File>Save as,
- cochez « copy all audio in project »
- sélec­tion­nez le dossier dans lequel seront placés vos fichiers audio (pour plus de sûreté, créez-le avant),
- Enre­gis­trez : c’est fait.

2. Vous créez un nouveau projet :

Cakewalk Sonar 4

– Nouveau projet (File>New…),
- Dans le deuxième champ (Loca­tion), indiquez le réper­toire du projet (mais pas celui des fichiers audio),
- Si besoin est, modi­fiez dans le champ suivant le nom du dossier qui contien­dra vos fichiers audio,
- rensei­gnez le nom du projet (premier champ) : ce sera le nom de votre fichier CWP,
- l’unique case présente doit être cochée,
- choi­sis­sez votre template (Normal ou autre),
- Appuyez sur OK.

 

Signa­lons que parfois, Sonar propose le nom de dossier suivant : «  Audio…  ». Or si vous avez créé un dossier « Audio », il faudra alors enle­ver les trois petits points après «  Audio  ». En géné­ral, véri­fiez bien que les noms de dossiers dans Sonar soient exac­te­ment les mêmes que sur le disque.

Penchons-nous main­te­nant sur la main­te­nance des fichiers audio de Sonar grâce à son outil dédié.

 

Comment utili­ser Audio Finder ?

 

Confi­gu­ra­tion

Cake­walk Audio Finder, fourni avec Sonar, vous donne une vision globale des fichiers audio par projet et permet de faire le grand ménage !

Cakewalk Sonar 4

Une fois lancé, le première opéra­tion consiste à confi­gu­rer le moteur de recherche. Appuyez sur le bouton «  Confi­gu­re…  ».

Dans la liste  » Drives to search ", sélec­tion­nez le lecteur dans lequel vos projets (fichiers CWP) sont stockés. Si ces derniers sont dispat­chés sur plusieurs lecteurs, sélec­tion­nez-les tous en main­te­nant la touche Ctrl appuyée.

Sélec­tion­nez les types de fichiers que vous voulez cher­cher dans la zone «  File exten­sions  ». Si vous n’êtes pas sûr, sélec­tion­nez toutes les exten­sions.

Le champ «  Global Audio Folder  » doit conte­nir l’em­pla­ce­ment à partir duquel la recherche des fichiers audio va débu­ter. Tous les sous-dossiers conte­nus dans cet empla­ce­ment vont être sondés. Si vos fichiers audio sont dispat­chés sur plusieurs disques, vous pour­rez soit lancer autant de recherches (confi­gu­ra­tions diffé­rentes) que de disques, soit créer un réper­toire qui contien­dra des raccour­cis vers les diffé­rents empla­ce­ments et four­nir ce réper­toire fédé­ra­teur.

Nous verrons par la suite qu’il est très impor­tant de couvrir l’in­té­gra­lité des lecteurs conte­nant vos projets ainsi que de four­nir un «  Global Audio Folder  » conte­nant tous vos fichiers audio. Pour ce faire, n’hé­si­tez pas à réor­ga­ni­ser vos disques et faisant une sauve­garde préa­lable, pour plus de sûreté.

La confi­gu­ra­tion effec­tuée, il ne reste plus qu’à appuyer sur «  Ok  » pour vali­der les para­mètres que vous avez modi­fié.

 

La recherche

Lancez main­te­nant la recherche (bouton «  Find  » de la fenêtre prin­ci­pale) et si les lecteurs sélec­tion­nés sont de grandes capa­cité, allez boire un café car l’opé­ra­tion risque d’être assez longue.

Une fois le sablier disparu, le bouton «  Find  » réap­pa­rait, indiquant que la recherche est termi­née. Exploi­tons les résul­tats !

A condi­tion de bien avoir préa­la­ble­ment confi­guré votre recherche, vous obte­nez :
- tous vos projets dans la liste supé­rieure,
- tous les fichiers audio dans la liste infé­rieure.

Vos fichiers audio peuvent avoir trois statuts :
- Refe­ren­ced : le fichier est asso­cié à un ou plusieurs projets, aucun problème.
- Orphan : le fichier est orphe­lin, c’est à dire qu’au­cun des projets affi­chés ne l’uti­lise,
- Missing : le fichier est réfé­rencé dans un ou plusieurs projets affi­chés mais n’a pas été trouvé pendant la recherche.

Dans le cas des fichiers orphe­lins, il faut faire très atten­tion. Soit le fichier n’est vrai­ment plus utilisé et vous pouvez l’ef­fa­cer, soit le projet asso­cié n’a pas été réper­to­rié – dans ce cas, véri­fiez bien votre confi­gu­ra­tion de recherche et en parti­cu­lier la liste «  Drives to search  ».

Concer­nant les fichiers manquants, la situa­tion est simi­laire : soit le fichier n’existe plus nulle part, soit vous avez mal rensei­gné le champ «  Global Audio Folder  » dans votre confi­gu­ra­tion de recherche.

 

Exploi­ta­tion des résul­tats

Cakewalk Sonar 4

En cliquant sur un projet, les fichiers audio asso­ciés sont auto­ma­tique­ment sélec­tion­nés dans la liste infé­rieure.

En sens inverse, si vous cliquez sur un fichier audio réfé­rencé, le projet conte­nant est auto­ma­tique­ment sélec­tionné dans la liste supé­rieure.

Pour affi­cher les fichiers audio par statut (réfé­rencé, orphe­lin, manquant), il vous suffira de cliquer sur le champ «  Status  » pour ordon­ner la colonne et cliquer à nouveau pour en inver­ser l’ordre.

En géné­ral, l’uti­lité de l’ou­til Audio Finder consiste à effa­cer les fichiers orphe­lins et à repé­rer les fichiers manquants.

Cakewalk Sonar 4

Pour effa­cer les fichiers orphe­lins, sélec­tion­nez-les et appuyez sur le bouton «  Delete Wave…  » qui vous propo­sera de les dépla­cer ou non dans la corbeille.

Pour élimi­ner les fichiers manquants de vos projets, sélec­tion­nez le fichier manquant pour connaître le projet conte­nant, ouvrez ce projet, repé­rez les clips audio vides et effa­cez ces clips de votre projet.

Points forts
  • 30 formats de Surround supportés (2.1 à 8.1)
  • Fonction freeze et dossiers de pistes
  • Utilisation d'un encodeur mp3 externe de son choix
  • Edition de clips superposés sur une même piste
Points faibles
  • Plus de Vsampler dans l'offre logicielle
  • Dans la version française seulement, impossible de quantifier à la triple-croche.
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.