Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Retour dans la Matrix

Test de l'Arturia Matrix 12 V

Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Arturia Matrix 12 V
Photos
1/17
Arturia Matrix 12 V

Nouvel avatar chez Arturia, la réincarnation sous forme virtuelle d’une des légendes de la synthèse, l’Oberheim Matrix-12. Voyons ce que nous propose cet instrument, par rapport à son aîné, et au milieu d’une offre de synthés toujours plus pléthorique.

Depuis quelque temps, l’édi­teur Artu­ria est sur tous les fronts, logi­ciel comme hard­ware. Ainsi les nouveaux Keylab, les varia­tions autour du Micro­Brute, les synthés iOS à peine sortis, et alors que la commu­ni­ca­tion met l’ac­cent sur l’Audio­Fuse, la V Collec­tion 4 débarque, propo­sant des versions mises à jour des logi­ciels exis­tants, un nouveau système d’au­to­ri­sa­tion et pas moins de deux nouveaux instru­ments virtuels, le Solina V, testé ici et le Matrix-12 V, objet du présent test.

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.10.1
Artu­ria Matrix-12 V v.1.0.1.9
Logic Pro X 10.0.7

L’édi­teur français accroche ainsi à son palma­rès une nouvelle légende, en ayant déjà fait un tour assez complet des grands construc­teurs, tout du moins ceux qui n’opèrent pas encore sous leur propre nom (Korg avec la Legacy Collec­tion et toutes ses décli­nai­sons pour iOS, Roland avec son System-1 et ses recréa­tions de SH-101 et SH-2, etc.). Déjà respon­sable d’un réussi Oberheim SEM V (test ici), Artu­ria nous présente ici ce qui est consi­déré comme le haut de gamme du poly­pho­nique analo­gique (et un peu numé­rique) selon Oberheim, le Matrix-12, sorti en 1985, fruit des évolu­tions des produits de Tom Oberheim, dans une recherche de poly­pho­nie impor­tante (depuis les TVS-1 Two-Voices), de langage de synchro et de commu­ni­ca­tion (après le Paral­lel Bus, le MIDI, réalisé deux ans avant par un regrou­pe­ment initié par Dave Smith, et auquel appar­te­nait Oberheim), des possi­bi­li­tés de filtrage surdé­ve­lop­pées (à partir du célèbre VCF multi­mode en continu), truffé de nouveau­tés et d’une archi­tec­ture de modu­la­tion qui faisait la diffé­rence, et bien plus que la simple somme de deux Xpan­der, son prédé­ces­seur.

Artu­ria reven­dique fière­ment l’im­plé­men­ta­tion totale des fonc­tion­na­li­tés de l’ori­gi­nal, auxquelles il a ajouté tout un tas d’op­tions de son cru, comme à son habi­tude.

Intro­du­cing Artu­ria Matrix-12 V

À l’oc­ca­sion de la sortie de la V Collec­tion 4, l’édi­teur/fabri­cant inau­gure un nouveau système d’au­to­ri­sa­tion, non plus basé sur le fameux e-Licen­ser (racheté par Stein­berg, et son système de clé USB ou de dongle virtuel sur le disque dur), mais sur un système proprié­taire. On télé­charge une première appli­ca­tion nommée Welco­meApp, et à partir de cette dernière on choi­sit quel instru­ment instal­ler. L’ins­tal­la­tion comprend l’Ar­tu­ria Soft­ware Center (l’équi­valent d’un Service Center chez Native, pour donner une idée) qui fonc­tion­nera de pair avec votre compte Artu­ria (obli­ga­toire), et vous permet­tra d’ins­tal­ler et acti­ver vos instru­ments sur cinq ordi­na­teurs, l’idée étant de n’en utili­ser qu’un à la fois. Un net progrès par rapport à l’e-Licen­ser…

L’édi­teur propose une version auto­nome, et des plugs compa­tibles AAX, AU et VST 2 et 3, pour les systèmes Mac (mini­mum 10.8) et Windows (mini­mum Win7). On pren­dra soin de lancer régu­liè­re­ment l’ap­pli­ca­tion Artu­ria Soft­ware Center, qui ira récu­pé­rer, si besoin est, les mises à jour.

Le plus beau, le plus gros ?

Arturia Matrix 12 V

C’est peu de dire que le Matrix-12 a fait forte impres­sion lors de sa sortie. Par son coût bien sûr (plus de 5000 dollars de l’époque), ce qui l’a dans un premier temps réservé aux joueurs de claviers (sur) profes­sion­nels et aux stars de la musique synthé­tique. Mais avant tout par ses fonc­tions, bien entendu : douze voix de poly­pho­nie, chacune d’entre elles tota­le­ment indé­pen­dante, toutes pouvant être regrou­pées par Zone (pour créer des Multis) ou trai­tées indé­pen­dam­ment (12 sons mono sur 12 canaux MIDI diffé­rents…), deux VCO par voix avec sélec­tion libre des formes d’ondes, deux VCA, un FM VCA, un VCF multi­mode et multi­pente (15 modes diffé­rents !), cinq géné­ra­teurs d’en­ve­loppes, cinq LFO, un Lag, trois Tracking et quatre Ramp Gene­ra­tors, un Matrix Modu­la­tion System (marque de commer­ce…), un clavier cinq octaves trans­met­tant vélo­cité et pres­sion, deux leviers de modu­la­tion et un des systèmes MIDI les plus perfor­mants de l’époque. Seuls les VCO, le filtre et les deux VCA sont analo­giques, tout le reste étant mis en œuvre sous forme logi­cielle.

Cette fameuse Matrix permet­tait de créer 20 assi­gna­tions par voix, à partir de 27 sources vers 47 desti­na­tions, autant dire une manne pour le sound desi­gner. Notons que le prin­cipe de program­ma­tion était aussi assez inno­vant, puisqu’il aurait été impos­sible d’im­plé­men­ter un contrôle par para­mètre dispo­nible : on passait d’un module à l’autre via boutons dédiés, et les fonc­tions dudit module appa­rais­saient sur les LCD centraux flanqués de 12 boutons et six enco­deurs (avec parfois l’obli­ga­tion de passer de page en page). Prin­ci­pales diffé­rences avec les Xpan­der (un des premiers synthés modernes à sortir direc­te­ment dans une version sans clavier), l’ab­sence de sorties sépa­rées sur le Matrix-12 (même si une option fut rajou­tée plus tard) et le retrait de CV/Gate. 

Version Artu­ria

Arturia Matrix 12 V

Si l’édi­teur prend soin de repro­duire à l’iden­tique les fonc­tions du synthé, il ajoute aussi ses propres créa­tions. Commençons par celles-ci : d’abord, l’in­ter­face graphique, même si dans l’es­prit, diffère en ce sens qu’elle propose des modules dédiés (VCO, Filter, Env, etc.) avec leurs propres écrans, boutons et enco­deurs, et des fenêtres de program­ma­tion. On dispose de deux fenêtres prin­ci­pales, Main et Voices. Indé­nia­ble­ment, la clarté y gagne, et donc la program­ma­tion. On retrouve la clas­sique barre d’ou­tils de l’édi­teur, permet­tant prin­ci­pa­le­ment la gestion des présets. Une page Voices bascule entre Single et Multi, rendant assez claires les program­ma­tions spéci­fiques à ces statuts diffé­rents. Inédit aussi, le Program Chain qui permet d’éta­blir une liste de 128 présets que l’on appel­lera via les numé­ros de Program Change corres­pon­dants.

Ensuite, ce qu’Ar­tu­ria appelle la Name­plate, donne accès à l’af­fi­chage du clavier (KBD), des effets (FX), de la page de modu­la­tion (MOD) et à la Page2, on y revient. Du côté des effets, on dispose de deux slots en inser­tion, permet­tant de choi­sir entre six effets, Analog Delay, Delay, Phaser, Flan­ger, Reverb, Analog Chorus. Les posses­seurs de Spark retrou­ve­ront graphisme et réglages fami­liers, à l’ex­cep­tion des présets, ce qui est un peu dommage.

Arturia Matrix 12 V

La page Mod offre 40 lignes (donc 40 routages possibles en mode Single, bien plus qu’il n’en faut dans la plupart des cas) avec Source, Amount, Desti­na­tion et un bouton de quan­ti­fi­ca­tion, ce qui permet­tra de modu­ler par pas plutôt qu’en varia­tion conti­nue. Deux fenêtres char­gées de symboles s’af­fichent lors d’un choix de Source/Desti­na­tion, la sélec­tion s’ef­fec­tue d’un clic, parfois deux quand le para­mètre offre plusieurs réglages (par exemple un segment d’un géné­ra­teur d’en­ve­loppe, ou fréquence, réso­nance du filtre, etc.). 

La page Voices (mélange des pages VAssign et Zone du Matrix-12) rend aussi beau­coup plus aisée la gestion des voix, en mode Single aussi bien qu’en mode Multi. On dispose d’un bouton d’ac­ti­va­tion des voix, d’un réglage de choix de la zone, d’une trans­po­si­tion chro­ma­tique, d’un detune, d’un volume ainsi que d’un réglage de pano­ra­mique sur sept posi­tions (encore une des parti­cu­la­ri­tés de l’ori­gi­nal). La section Zones offre choix du canal MIDI, mode de jeu (dont le très carac­té­ris­tique Rotate, faisant passer d’une voix à l’autre, et les diffé­rents modes Mono), Voice Stea­ling (à l’ori­gine Voice Rob, gestion de la poly­pho­nie en cas de dépas­se­ment, par arrêt de la note la plus ancienne) et tessi­ture de la zone. On y trou­vera aussi les réglages du « sixième » LFO, celui dédié au vibrato, avec vitesse, formes d’onde (les six d’ori­gine), lag et ampli, ainsi que sources de modu­la­tion sur la vitesse et le gain, avec taux de modu­la­tion.

Un petit exemple de Rota­ting avec diffé­rent Pan.

00:0000:00

Produc­tion sonore

Arturia Matrix 12 V

L’in­ter­face revue et corri­gée permet d’avoir une vision claire des modules du synthé (rappe­lons que sous l’ap­pa­rence épurée du synthé, le capot cache un équi­valent de modu­laire de haut vol). Les deux VCO offrent les réglages clas­siques, accor­dage, detune, volume, ainsi que trois formes d’ondes (et un Noise pour le VCO2), pouvant être sélec­tion­nées simul­ta­né­ment, et un taux de PWM. Un bouton pour la Hard Sync permet­tra d’ob­te­nir les sons clas­sique­ment asso­ciés à ce réglage. Le FM VCA est lui aussi de la partie (depuis le VCO2), avec son assi­gna­tion au VCO 1 ou au filtre, avec réglage de taux.

Arturia Matrix 12 V

Côté filtre, le multi­mode, multi­pente est bien entendu de la partie, avec ses quinze types, des diffé­rents low et high aux confi­gu­ra­tions de type deux notch plus un low, etc. Puis l’on se dirige tranquille­ment vers les deux VCA, l’un censé être clas­sique­ment modulé par une enve­loppe, l’autre destiné à rece­voir toutes sortes de modu­la­tions. Ainsi on peut recréer la forme dyna­mique précise d’un son, tout en ayant de nombreuses varia­tions expres­sives simul­ta­né­ment.

Puisqu’on parle d’en­ve­loppes, louons le modèle de celles du Matrix : si l’on retrouve les clas­siques Attack, Decay, Sustain et Release, elles disposent d’un Delay placé en première posi­tion, permet­tant ainsi de déca­ler l’en­trée en action de l’en­ve­loppe, et de donner des sensa­tions de ré-attaques multiples quand on en conjugue plusieurs. La Page2 offre des réglages supplé­men­taires, notam­ment concer­nant le mode de lecture, le trig­ger (notam­ment via LFO, option très inté­res­sante d’un point de vue sonore), la dispa­ri­tion de la partie Sustain si besoin, etc.

Arturia Matrix 12 V

On ne peut pas ne pas prêter atten­tion aux LFO et leurs sept formes d’onde, aux Tracking Gene­ra­tors, leur source de commande (14 diffé­rentes) et leurs cinq points, tout comme le Lag et les géné­ra­teurs de rampe (idéaux pour éviter de mobi­li­ser une enve­loppe sur un effet progres­sif de modu­la­tion, eux-mêmes pouvant être déclen­chés par LFO).

Mais écou­tons quelques sono­ri­tés du synthé, incluant des présets la plupart du temps modi­fiés et dont les effets ont été enle­vés (parfois on enten­dra avec, puis sans, ou vice versa, mais quand même, ce besoin de mettre de la réverbe partout…). Commençons par les basses.

00:0000:00

Autre domaine réputé du Matrix, les Pads.

00:0000:00

Quelques claviers synthé­tiques, notam­ment les « Brass » si typiques des années 80 (autre grand pour­voyeur de ce type de sons, les synthés Roland).

 

00:0000:00

Et pour finir, des Leads.

00:0000:00

Bilan 

Si l’on consi­dère la repro­duc­tion des fonc­tions d’ori­gine, leur amélio­ra­tion (notam­ment au niveau de l’er­go­no­mie), et l’ajout de nouveau­tés, Artu­ria fait avec le Matrix-12 V un (presque) sans faute. Ensuite, et pour tout vous dire, je n’ai pas de Matrix-12 hard­ware à la maison, donc la compa­rai­son sonore point par point n’a pu être réali­sée. 

Mais les souve­nirs d’uti­li­sa­tion, ainsi que les sono­ri­tés connues chez Yello, Toto, Depeche Mode, Herbie Hancock, Propa­ganda, Allan Hold­sworth avec sa Synthaxe ou Michael Brecker et son EWI, les nombreuses B.O. dans lesquelles Ian Under­wood a été impliqué, sont toujours présents et faci­le­ment compa­rables via la disco­thèque idoine. Sans comp­ter les diffé­rentes banques dispo­nibles (Nostal­gia, Retro Machines MKII, Nord, etc.), même s’il faut prendre en compte les diffé­rents maté­riels utili­sés pour le sampling, ainsi que les post-trai­te­ments.

Le son est très souvent proche de l’ori­gi­nal (on pren­dra soin de désac­ti­ver les effets…), mais il semble toujours manquer quelque chose, notam­ment dans le bas qui semble un peu léger. Est-ce un effet placebo, ou une véri­table diffé­rence ? Dans ce cas précis, diffi­cile de répondre de façon défi­ni­tive. Pour­tant, le carac­tère sonore est assez proche, la repro­duc­tion de l’ef­fet Rotate (on peut modi­fier très légè­re­ment des voix semblables, donnant une impres­sion d’in­sta­bi­lité) est concluante, les Multis permettent des confi­gu­ra­tions très créa­tives, les très nombreuses modu­la­tions et sources internes permettent de répondre quasi­ment à toutes les idées de sound design, d’au­tant que l’on dispose presque du double de possi­bi­li­tés par rapport à l’ori­gi­nal. Dommage que l’on constate aussi autant de bugs, ou de petites erreurs ici ou là (voir Points Faibles). Bref. 

Matrix-12 V n’a pas eu l’im­pact immé­diat qu’ont procuré certains synthés récents (quiconque a bidouillé le filtre Uhbie de Diva a pris une véri­table claque, par exemple, là où celui de Matrix-12 est moins impres­sion­nant), mais à force de bidouiller, de program­mer, le synthé montre son inté­rêt, et s’il n’est pas un clone sonore de son aîné, il peut quand même offrir de longs moments de recherche sonore. 

 Télé­char­gez les fichiers sonores (format FLAC)

  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V
  • Arturia Matrix 12 V

 

7/10
Points forts
  • Une relecture sympathique d’un classique
  • Fidèle et différent
  • Puissance des modulations
  • Richesse du filtre
  • MIDI Learn
  • Apports de la virtualité
Points faibles
  • Le français du manuel en français n’est pas du français...
  • Pas de présets spécifiques aux effets
  • Temps de chargement de présets parfois très long
  • Pas de bypass global des effets
  • Le passage en page Voices ne permet plus l’accès aux effets, Page2, etc.
  • Certains volumes de présets à 0
  • Clics audio lors de changements de présets
  • LFO en mode Sample & Hold ne fonctionne pas
  • Saut de volume lors du chargement de présets en mode Program Chain
  • Program Chain ne répond pas aux Program Changes MIDI  !

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.