Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Sugar Bytes Obscurium
Photos
1/13

Test Sugar Bytes Obscurium

Autre synthétiseur virtuel de la marque Sugar Bytes

Écrire un avis ou Demander un avis
Faire le point sur Obscurium
9/10
Award Innovation 2015
Partager cet article

Dernier logiciel signé Sugar Bytes, Obscurium intrigue par son nom. Puis par son interface, bourrée de points lumineux là où l’on attendrait des potards en tout sens. Que nous a donc concocté l’éditeur ? Audiofanzine fait la lumière sur Obscurium.

S’il est bien une chose qui a au moins été abor­dée une fois par les diffé­rents auteurs des tests sur Audio­fan­zine, sans mention­ner bien sûr ce qui se dit dans les forums, c’est l’ab­sence d’ori­gi­na­lité, le manque de prise de risque, le défi­cit de créa­ti­vité dont peuvent faire preuve de nombreux éditeurs de logi­ciels ou de maté­riels. Car à quoi bon modé­li­ser l’énième version d’un compres­seur vintage, ou sortir un para­mé­trique à 10 bandes (quand n’im­porte quel para­mé­trique de votre STAN fait le même boulot, si l’on parle bien de para­mé­trique et non pas d’ar­naque marke­ting), alors que le marché du free­ware comme du logi­ciel payant est déjà plétho­rique ? Bien sûr, propo­ser du nouveau implique du temps, des moyens humains et finan­ciers, le tout investi dans la recherche et le déve­lop­pe­ment. Il semble parfois plus facile à certains éditeurs de déve­lop­per des outils inno­vants, faci­lité due à leur bonne fortune grâce à un produit ou une tech­nique deve­nus des stan­dards de l’in­dus­trie. Mais il a bien fallu qu’ils les conçoivent à un moment ou un autre, et géné­ra­le­ment au début de leur carriè­re… Il y a en effet peu de chances que l’on amasse suffi­sam­ment d’ar­gent en vendant un nouveau 1176 à la créa­tion d’une entre­prise plutôt qu’un outil de correc­tion de hauteur temps réel, par exemple. Ou une approche tota­le­ment diffé­rente de la station de travail. Ou tout autre désir de chan­ger nos routines, nos habi­tudes de musi­ciens, de produc­teurs, d’in­gé­nieurs, de tech­ni­ciens. Bien sûr, il ne s’agit pas non plus de réin­ven­ter la roue, ou de trans­for­mer ce qui coulait de source en une pratique tota­le­ment… impra­ti­cable.

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.10.4
Sugar Bytes Obscu­rium 1.0.2
Logic Pro X 10.1.1

En ce qui concerne le sound design, la synthèse, sortir des clas­siques sché­mas oscil­los+­fil­tre+am­plis+­mo­du­la­tions a du bon. Plusieurs éditeurs se sont lancés dans des outils inno­vants, tant d’un point de vue tech­nique qu’er­go­no­mique (ne parlons pas ici des envi­ron­ne­ments comme Max, Super­Col­li­der ou Reak­tor, mais de synthés « prêts à l’em­ploi », ni des outils conçus pour tablettes, néces­sai­re­ment diffé­rents) : l’iRis d’iZo­tope par exemple, ou les récents synthés de Native inclus dans Komplete 10 (et le toujours vert Absynth…), sans oublier les plus anciens (voire arrê­tés) Krishna de Devine Machine, Virtual ANS, Meta­Synth de U&I Soft­ware, Synplant de Sonic Charge, etc.

Et voilà que Sugar Bytes, déjà respon­sable des inté­res­sants Cyclop et Unique (sans comp­ter leurs effets, tels qu’Effec­trix ou Egoist), toujours à la recherche de solu­tions ergo­no­miques diffé­rentes, nous présente Obscu­rium, intri­gant nouveau synthé­ti­seur.

Intro­du­cing Sugar Bytes Obscu­rium

Sugar Bytes Obscurium

Vendu 99 euros chez son éditeur, Obscu­rium est dispo­nible pour les ordi­na­teurs sous Windows (à partir de XP) et Mac OS X (à partir de 10.6.7), en version 32 et 64 bits, aux formats de plug-ins VST, AU, RTAS (Mac seule­ment) et AAX, ainsi que sous forme d’ap­pli­ca­tion auto­nome. L’au­to­ri­sa­tion se fait via un simple numéro de série, ce qui permet d’ins­tal­ler le logi­ciel sur plusieurs ordi­na­teurs, merci m’sieur l’édi­teur.

Du coup, une fois installé, il ne reste plus qu’à l’ou­vrir ! Et à effec­tuer une opéra­tion simple, qui pren­dra plus ou moins de temps selon vos posses­sions en plug-ins VST : faire abstrac­tion (pour le moment) de l’in­ter­face tota­le­ment inha­bi­tuelle, aller dans l’on­glet Sound, cliquer sur le bouton Plugin puis dans le champ Empty, et choi­sir Rescan All dans le menu dérou­lant. Pourquoi ? On y revient…

Oscillo surprise

Le moins que l’on puisse dire est que l’in­ter­face est assez pertur­bante, avec tous ces points et agglo­mé­rats de couleur vives en lieu et place de modules/sections d’os­cil­la­teurs, filtrage, modu­la­teurs, et autres réglages habi­tuels de la synthèse.

Sugar Bytes Obscurium

Pour­tant, ils sont là, mais sous une forme diffé­rente et ne sont pas les seuls respon­sables de la produc­tion de son au sein du logi­ciel. Obscu­rium, appelé « a timbral orga­nism, a gene­ra­tive synthe­si­zer  » par ses concep­teurs (mais méfions-nous des concepts…) va faire appel à des auto­ma­tions de la plupart de ses para­mètres, via des sources habi­tuelles (et d’autres moins habi­tuelles), mais aussi par l’in­ter­mé­diaire de gestes simples, comme dessi­ner une courbe, une forme dans la partie dédiée de l’in­ter­face. Mais si les choses étaient aussi simples, cela n’au­rait aucun inté­rêt. Rentrons dans le détail.

Donnons d’abord une version simple du fonc­tion­ne­ment du synthé : on dispose de plusieurs onglets qui offrent diffé­rentes fonc­tions de synthèse ou de déclen­che­ment, puis de 16 Flexible Para­me­ters (la rangée verti­cale à droite de l’in­ter­face, nommés ci-après FP) dépen­dants de ce qui est retenu comme source sonore (dans l’on­glet Oscil­la­teur), qui seront « animés » suivant plusieurs options via la partie centrale, très graphique (partie nommée Motion Sequen­cer), offrant hori­zon­ta­le­ment 32 pas de séquence par FP et verti­ca­le­ment l’éten­due des valeurs MIDI et/ou d’autres éléments dédiés ; les quatre parties fonc­tionnent de manière inti­me­ment liée. Les FP affichent les éléments suscep­tibles de modi­fi­ca­tions, au niveau du Pitch, de la partie Analog, de la FM et du Filter. Mais ils peuvent aussi reflé­ter ce qui est une des grandes forces du logi­ciel…

Sugar Bytes Obscurium

Mais ne mettons pas la char­rue avant le prin­temps, et commençons par les onglets : l’on­glet Sound donne accès à ce qui consti­tue l’équi­valent de l’os­cil­la­teur pour Obscu­rium. L’os­cil­la­teur est consti­tué d’une partie « Analog », d’une autre FM à trois oscil­la­teurs et d’une sacrée surprise. Du côté Analog, un réglage Spread permet de passer d’une forme d’onde simple à un multiple (typique­ment de la Super­Saw, que l’édi­teur a implé­men­tée de façon convain­cante dans Cyclop). On passe dans l’on­glet Pitch pour faire répondre le synthé à ce qui est joué via MIDI seule­ment (on revien­dra sur les parti­cu­la­ri­tés de cet onglet), et il suffit de jouer une note pour entendre le résul­tat. Mais où choi­sit-on donc la forme d’onde ? Eh bien il suffit de cliquer sur le bouton Wave dans la partie Analog des FP pour affi­cher le « séquen­ceur » 32 pas corres­pon­dant, qui affiche alors, de haut en bas, la dent de scie et la carrée plus toutes les posi­tions inter­mé­diaires, et de dessi­ner le mouve­ment que l’on souhaite effec­tuer d’une forme d’onde à une autre (ou tout autre posi­tion statique) pour entendre le résul­tat en jouant une note.

Les autres para­mètres acces­sibles dans l’on­glet sont Pan Spread, qui permet diffé­rents effets de pan en continu, et un chorus, un delay et une réverbe, dont on règle le taux et le dosage Dry/Wet.

Sugar Bytes Obscurium

Sont dispo­nibles dans les FP (donc modu­lables) la fréquence de synchro, la largeur d’im­pul­sion et le Mix entre la partie analo­gique et la FM.Car on dispose bien de synthèse FM, en sélec­tion­nant un des trois algo­rithmes dispo­nibles, en défi­nis­sant leur rapport via le bouton Ratio, rapport que l’on peut forcer à être harmo­nique grâce au bouton… Harmo­nic. Dans les FP seront dispo­nibles les contrôles des fréquences des porteurs (FMX) ainsi que le taux de modu­la­tion des opéra­teurs (FM1) et le feed­back (FM2). Ajou­tons à cela un géné­ra­teur de bruit, nommé… Noise. De même, on peut auto­ma­ti­ser la fréquence de coupure, la réso­nance et le type de filtre (Low, Band et Hi Pass). Et la surprise ?

Eh bien, c’est que l’on peut ouvrir quasi­ment n’im­porte quel instru­ment VST (pas d’AU, dommage) en guise d’os­cil­la­teur ! Ce qui ouvre des pers­pec­tives sonores hallu­ci­nantes, d’au­tant que les FP corres­pondent alors à ceux que vous choi­si­rez dans votre synthé préféré (ou que vous ferez choi­sir aléa­toi­re­ment par Obscu­rium, résul­tats décoif­fants garan­tis…), à l’ex­cep­tion des cinq premiers, Arp, Mod, Pitch, Chord et Poly, qui sont consti­tuants des possi­bi­li­tés de séquence d’Obs­cu­rium. Votre synthé ne dispose pas de séquen­ceur, ou de modu­la­tions en nombre suffi­sant ? Ouvrez-le dans Obscu­rium, tout simple­ment. Une idée abso­lu­ment géniale, qui fonc­tionne, qui plus est, avec la quasi-tota­lité des instru­ments VST instal­lés sur mon ordi. Pour pous­ser le bouchon le plus loin possible, on peut même ouvrir Obscu­rium au sein d’Obs­cu­rium…

Dot comme commande ?

Sugar Bytes Obscurium

Les autres onglets réservent eux aussi des surprises. Pitch offre les réglages d’oc­tave, de detune, de glide, et surtout le choix des Scales (gammes, de toutes origines) qui condi­tion­ne­ront la façon dont les FP dédiés au Pitch anime­ront le son en rela­tion avec les types de Chord Table (jouer une note crée un accord corres­pon­dant à la gamme, au mode choisi, selon quatre renver­se­ments/construc­tions diffé­rents). On peut aussi deman­der à Obscu­rium de ne jouer que ce que l’on joue sur un clavier (externe ou celui inclus) ou ce qu’en­voie un séquen­ceur, en cliquant sur MIDI Only.

L’on­glet Mods offre un géné­ra­teur de forme dyna­mique à trois segments (AHR), un LFO et un amount pour chacun. Chaque segment peut être modulé par le FP Mod, le LFO par l’en­ve­loppe et vice versa. Même chose du côté de l’on­glet Amp Env, offrant une Arp Env, fonda­men­tale pour la produc­tion d’ar­pège en rela­tion avec le FP Arp, et qui offre aussi une MIDI Env, permet­tant de modi­fier celle de tout signal MIDI entrant.

Clock contient les réglages concer­nant le dérou­le­ment du séquen­ceur, du para­mètre Clock (divi­sions ryth­miques) au sens de lecture, avec possi­bi­li­tés de séquence de la séquence : chaque pas pouvant avoir une durée indi­vi­duelle, ainsi qu’une direc­tion chan­geante. De plus, on peut déci­der de la lecture des 32 pas du séquen­ceur en continu (avec ou sans Legato), ou au contraire de passer de pas à pas à chaque chan­ge­ment de note/accord (Step Play) et du taux de Swing (lecture de plus en plus ternaire).

Sugar Bytes Obscurium

Le Motion Sequen­cer permet donc d’ani­mer indé­pen­dam­ment les 16 FP, et lui-même peut être animé par la fonc­tion Morph, offrant deux états A et B, le passage de l’un à l’autre se faisant via LFO, Env ou (mini) Sequen­cer inclus, avec taux d’ap­pli­ca­tion sur les 32 pas des 16 lignes, et/ou le passage d’un réglage d’un FP à un autre via le bouton Shift verti­cal, avec offset (on décide du point de départ du morphing des valeurs), avec choix de morphing en continu, ou via une échelle par crans. Là encore, une excel­lente idée, parfai­te­ment mise en place et program­mable (voir la capture d’écran).

Chaque FP peut être modulé, en plus du Motion Sequen­cer (ou à la place, car on peut couper la modu­la­tion par ce dernier via le triangle d’ac­ti­va­tion à gauche du nom du FP) par Env ou LFO, via les réglages à droite de son nom, avec plage d’ac­tion Min-Max (avec un très utile rappel visuel). Enfin l’édi­teur a inté­gré de multiples outils de dessin, avec fonc­tions Copy/Paste, Shift, etc., avec une ergo­no­mie extrê­me­ment bien conçue (voir la deuxième vidéo). Il y a quelques autres fonc­tions et astuces, que l’on trou­vera dans le manuel que l’on peut télé­char­ger ici. Il est temps d’écou­ter de quoi est capable la bête.

Évidem­ment, en termes de sons, on comprend bien qu’il ne s’agit pas de produire des imita­tions de tel ou tel instru­ment acous­tique, ou de sonner comme un coucou vintage. Mais voyons plutôt ce que ça donne, en rappe­lant que l’on peut, si l’on n’est pas satis­fait du son intrin­sèque de Obscu­rium (au niveau des oscil­los ou des filtres par exemple), char­ger son synthé favori au gros son analo et lui faire subir tout ce que peut faire le logi­ciel.

00:0000:00

 

 

Bilan

Autant le dire tout de suite, je suis très emballé par Obscu­rium. Le fait de sortir de ses routines de program­ma­tion, de jeu est toujours exci­tant, la nouveauté du geste impliquant une pensée diffé­rente (voir Joe Zawi­nul qui jouait avec un clavier inversé, les aigus à gauche, les graves à droi­te…). Obscu­rium ne propose pas un nouveau son, quoique l’uti­li­sa­tion d’ins­tru­ments d’autres éditeurs, dans le détour­ne­ment qui peut en être fait, permet des choses rela­ti­ve­ment inédites, mais bien une façon diffé­rente de le produire. Si l’ins­tru­ment peut donner de très bons résul­tats dans les mains d’un débu­tant (même s’il y aura aussi beau­coup de résul­tats diffi­ci­le­ment exploi­tables), un pratiquant assidu de la synthèse pourra en tirer sciem­ment des sono­ri­tés excep­tion­nelles.

De plus, l’édi­teur ayant déjà porté sur tablette avec beau­coup de réus­site quelques-uns de ces produits (Cyclop, Egoist…), nul doute qu’une version iPad/Android d’Obs­cu­rium en asso­ciant le tactile au prin­cipe graphique (qu’on dirait presque pensé par la plate­forme) en fera un outil de scène incon­tour­nable. C’est déjà, en l’état, une très belle réus­site.

  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium
  • Sugar Bytes Obscurium

 

9/10
Award Innovation 2015
Points forts
  • Tout, pour une façon réellement différente de produire du son
Points faibles
  • Le manuel, parfois peu clair au vu de la complexité du logiciel
  • N’utilise que les instruments VST

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.