Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Gibson Falcon 20
Photos
1/24

Test de l'ampli Gibson Falcon 20

Ampli combo tout lampe pour guitare de la marque Gibson

Écrire un avis ou Demander un avis
Test écrit
22 réactions
Retour vers le passé
7/10
Partager cet article

Annoncés lors du NAMM Show en janvier dernier, les amplis Gibson font leur grand retour. C’est une décision assez logique de la part de la firme établie à Nashville dans la mesure où elle a fait l’acquisition de la marque Mesa Boogie il y a quelques années.

Test de l'ampli Gibson Falcon 20 : Retour vers le passé

Apparu au cata­logue de Gibson dans les années 60, le Falcon 20 est un petit combo à lampes. C’est un des modèles que le fabri­cant a décidé de réédi­ter, confiant ce travail à Randall Smith, ingé­nieur élec­tro­ni­cien ayant conçu les amplis Mesa Boogie.

Unboxing

Falcon20-18Dès l’ou­ver­ture du carton portant le logo Gibson, des vapeurs de vernis nitro­cel­lu­lo­sique s’en échappent. C’est assez curieux, à croire que Gibson parfume ses produits. L’am­pli est fourni avec son foot switch à 2 boutons qui permet d’ac­ti­ver/désac­ti­ver la réverbe et le trémolo, j’y revien­drai, et avec sa housse de protec­tion. Le Falcon 20 est un combo assez compact avec des dimen­sions de 22,54 cm de profon­deur, 44,45 cm de haut et 50,8 cm de large. Il pèse 14,96 kg ce qui le rend assez trans­por­table. L’en­ceinte est fabriquée en Bouleau de la Baltique de qualité marine. Elle est entiè­re­ment recou­verte d’un vinyle couleur crème. La grille qui cache le haut-parleur Jensen Black­bird AlNiCo 40 est de couleur Oxblood, comme sur le Falcon 20 des années 60. Cette dernière est ornée d’un logo Gibson chromé sur fond Oxblood. Le panneau de contrôle est en inox poli et intègre les réglages de Volume, Tone, Reverb, Depth et Frequency. Les switches Power et standby sont aussi loca­li­sés sur le panneau de contrôle, aux côtés du switch d’at­té­nua­tion à 3 posi­tions Falcon20-6: Full, Half et Low. Enfin, on trouve les 2 entrées de l’am­pli (1 et 2) et l’em­base Jack pour la connexion du foot switch. L’am­pli est visuel­le­ment très réussi, de la poignée au diamant orange en passant par les boutons de poten­tio­mètres. Ces derniers sont inspi­rés des boutons qu’on trouve sur les guitares Gibson. Ils sont d’ailleurs agréables à mani­pu­ler. Les switches Power et standby sont équi­pées d’une petite boule qui ajoute un détail esthé­tique. 

À l’ar­rière, l’en­ceinte est ouverte et laisse appa­raître le haut-parleur Jensen, le tank de réverbe qui abrite 3 ressorts de taille moyenne, les 2 lampes de puis­sance estam­pillées Mesa Boogie et les diffé­rentes connec­tiques. L’am­pli dispose de 3 sorties : 2 sorties sous 4 ohms et une sortie sous 8 ohms, sur laquelle est bran­ché le haut-parleur. On profite égale­ment d’une sortie Slave label­li­sée ici « Moni­tor ». Le Falcon 20 est un ampli mono canal tout lampes sans master volume. La section de puis­sance est équi­pée de 2 lampes 6V6 qui peuvent être rempla­cées par des 6L6. La section préam­pli intègre 4 lampes 12AX7 dont 2 sont utili­sées pour la réverbe et le trémolo. La recti­fi­ca­tion est assu­rée par des diodes au Sili­cium. Il béné­fi­cie de l’am­pli de puis­sance Multi-Watt déjà présent sur quelques amplis Mesa Boogie. Il permet de profi­ter de 3 puis­sances diffé­rentes : 12 watts, 5 watts ou 1 watt avec les 6V6 d’ori­gine. En passant sur des 6L6, on obtient des puis­sances de 15 watts, 6 watts et 2 watts. Malgré un unique canal, l’am­pli dispose de 2 modes acces­sibles sur les 2 entrées diffé­rentes. L’en­trée 2 est plus clean que l’en­trée 1. 

Falcon20-10

Hand-wired in Peta­luma?

Falcon20-13

Sur l’ar­rière de l’am­pli est impri­mée l’ins­crip­tion « Hand-Wired in Peta­luma, Cali­for­nia ». Je m’em­presse donc de reti­rer les 8 vis du panneau arrière afin d’ad­mi­rer ce circuit câblé à la main. À ma grande surprise, je découvre plusieurs PCB/circuits impri­més sur lesquels sont soudés les compo­sants. Même les lampes sont direc­te­ment fixées sur ce circuit imprimé. Seuls les 5 poten­tio­mètres semblent avoir été câblés à la main. Un ampli dont le circuit est construit autour d’un PCB n’est pas néces­sai­re­ment mauvais, mais compte tenu du tarif du Falcon 20, on atten­dait une réali­sa­tion plus haut de gamme. Premier mauvais point donc pour notre petit combo. 

  • Falcon20-11
  • Falcon20-12
  • Falcon20-14
  • Falcon20-15
  • Falcon20-16
  • Falcon20-17

 

Le son

Après avoir sorti l’am­pli de son carton, je le mets en place pour commen­cer le test. Dès la mise sous tension de l’ap­pa­reil, son venti­la­teur se met en route. C’est assez surpre­nant la première fois, ce venti­la­teur étant tout de même assez bruyant. Je commence le test en bran­chant ma Fender Stra­to­cas­ter dans l’en­trée 1 de l’am­pli. Avec le réglage de volume autour de 3, il produit déjà une pres­sion acous­tique assez forte. Le rendu sonore est agréable, le grain est bien vintage et l’am­pli projette bien le son notam­ment grâce à son baffle légè­re­ment incliné. La sono­rité est inté­res­sante, ne ressem­blant ni à un Fender de la même époque ni à un Vox. Sur l’en­trée 1, le Falcon Footswitch20 sature assez vite, autour de 4/5 sur le réglage de volume. La nature de la guitare et des micros utili­sés ressort très bien, l’am­pli étant très réac­tif. Le réglage de tona­lité est bien conçu. On peut à loisir, éclair­cir ou assom­brir le son. À réglages équi­va­lents, le son est plus clair en utili­sant l’en­trée 2. La réverbe est très vintage dans l’es­prit. Elle est très présente, même sur ses réglages les plus bas. Elle génère une qualité « spla­shy » très inté­res­sante qui sera idéale pour de la Surf’ Music. Elle fonc­tionne grâce au Tank inté­grant 3 ressorts et à une lampe 12AX7. Le trémolo m’a beau­coup moins enthou­siasmé. Même avec un réglage de profon­deur (Depth) assez haut, il n’est pas très intense. Le poten­tio­mètre de vitesse (Frequency) est bien étagé et permet un réglage rapide et facile. Malgré un manque d’in­ten­sité selon moi, ce trémolo produit quand même une oscil­la­tion vintage pas désa­gréable. Réverbe et trémolo peuvent être acti­vés/désac­ti­vés à distance grâce au foot switch à 2 boutons fourni avec l’am­pli. C’est un foot switch Mesa Boogie orné d’un logo Gibson. 

Clean Reverb – Strat
00:0000:42
  • Clean Reverb – Strat00:42
  • Clean Tremolo – Strat00:52
  • Clean + TS808 – Strat00:43
  • Edge of Brea­kup – Strat01:14
  • Crunch Tone Tweak – Strat01:23

 

J’aug­mente le volume de l’am­pli et passe sur mon Epiphone Flying V équi­pée de micros Gibson Burst­bu­ckers. Avec le volume autour de 6, on obtient un son saturé très agréable, mais inex­ploi­table en appar­te­ment. Même avec l’at­té­nua­teur sur sa posi­tion mini­male (Low), le volume sonore est bien trop fort pour une utili­sa­tion en appar­te­ment, sauf si vos voisins sont extrê­me­ment tolé­rants ou font partie de votre groupe. Malgré un fort volume, le son est très sympa et déve­loppe un côté vintage qui nous renvoie direc­te­ment dans les années 60. Sur ce réglage, le Falcon 20 est très réac­tif et répond à merveille au poten­tio­mètre de volume de la guitare. En montant encore le volume de l’am­pli pour arri­ver à 8, le son gagne en satu­ra­tion et le volume augmente encore. On obtient une sorte de distor­sion vintage qui sera idéale pour du Blues, du Rythm’n’­Blues, du Rock à la Beatles ou Rolling Stones. Je place le volume à fond pour écou­ter ce que l’am­pli a dans le ventre. Le volume perçu est le même que quand le volume est sur 8, seul le taux de satu­ra­tion augmente. Avec l’am­pli à fond donc, le son est assez proche de celui d’une disto/fuzz très compres­sée. Quand on attaque fort, on entend et on ressent le SAG de l’am­pli de puis­sance. Cela se traduit par un écra­se­ment au niveau du volume qui donne l’im­pres­sion que l’am­pli est à 2 doigts d’ex­plo­ser. Ce son est chouette et très riche en harmo­niques. J’ai cepen­dant préféré le son avec le réglage de volume autour de 5/6. Malgré un seul canal, le Falcon 20 est capable d’une belle variété sonore grâce à sa grande dyna­mique et à ses 2 effets inté­grés qu’on peut acti­ver/désac­ti­ver à volonté et à distance grâce au foot switch. Le haut-parleur Jensen Black­bird de 12 pouces, fabriqué en Italie s’il vous plaît, va dans ce sens égale­ment. Il permet à l’am­pli d’être aussi à l’aise en sons clairs qu’en sons crunch. Je n’irai pas jusqu’à le quali­fier de poly­va­lent, l’am­pli n’étant pas très flexible en termes d’uti­li­sa­tion. Cepen­dant, il sera aussi effi­cace en studio que sur scène ou qu’en répé­ti­tion. Seule l’uti­li­sa­tion domes­tique est limi­tée à cause d’une trop grande pres­sion acous­tique. Il manque une posi­tion sur l’at­té­nua­teur pour que le Falcon 20 soit utili­sable à la maison, c’est dommage.

Blues Crunch – Flying V
00:0001:01
  • Blues Crunch – Flying V01:01
  • Rock Crunch – Flying V01:49
  • Max Volume – Flying V01:47

 

Après avoir exploré les possi­bi­li­tés sonores offertes par l’am­pli, je commence à tritu­rer mes pédales d’ef­fets. Notre petit combo vintage du jour n’a pas bron­ché face à des effets comme le chorus, l’over­drive ou encore la Wah. L’am­pli ne dispo­sant pas de boucle d’ef­fets, concep­tion vintage oblige, j’ai placé tous mes effets en façade, même le delay. Mon chorus TC Elec­tro­nic SCF s’est très bien entendu avec le son clair du Falcon 20. La légen­daire Ibanez TS-808 s’est très bien enten­due avec l’am­pli. 

Falcon20-3

En bref

Le Gibson Falcon 20 est un bon ampli. Il possède cepen­dant un rapport qualité prix très moyen. Son tarif de 2 209 € est très élevé compte tenu de son circuit abso­lu­ment pas câblé à la main en point par point. Au lieu de cela, les compo­sants sont soudés sur un PCB qui rendra les répa­ra­tions et chan­ge­ments de lampes très pénibles. Il profite de quelques ajouts modernes bien pensés comme l’am­pli de puis­sance Multi-Watt. Ses sons clairs sont très corrects, tout comme ses sons satu­rés. Cepen­dant, malgré un format compact et un poids très raison­nable, le Falcon 20 a plus sa place sur scène que dans un salon, le « sweep spot » de l’am­pli se situant autour de 5 sur le réglage de volume. Bien que l’am­pli soit fabriqué en Cali­for­nie et sente bon le vernis nitro­cel­lu­lo­sique, son tarif reste trop élevé. Malgré un son vintage très agréable et origi­nal, il faut que Gibson revoie sa copie ou baisse le prix de ce petit combo.

  • Falcon20-2
  • Falcon20-4
  • Falcon20-7
  • Falcon20-8
  • Falcon20-9
  • Falcon20-19
  • Falcon20-20
  • Falcon20

 

7/10
Fabrication (?) : États-Unis
Points forts
  • Jolis sons
  • Facilité d’utilisation
  • Qualité de fabrication de l’enceinte
  • Atténuateur de puissance
  • Réverbe
  • Look
Points faibles
  • Trémolo pas assez intense
  • Ventilateur ultra bruyant
  • Construction sur circuit imprimé très cheap
  • Tarif beaucoup trop élevé
Auteur de l'article Hushman

Guitariste polyvalent, j'aime autant jouer des cocottes funk que des gros riffs en Drop C, en passant par des morceaux des Stones ou encore du Jazz Manouche. Passionné de matos guitare depuis que j'ai posé mes doigts sur le manche de ma première guitare, je suis également technicien du son et enregistre et produis quelques morceaux dans différents styles (blues, soul, techno ...)


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Hushman

Guitariste polyvalent, j'aime autant jouer des cocottes funk que des gros riffs en Drop C, en passant par des morceaux des Stones ou encore du Jazz Manouche. Passionné de matos guitare depuis que j'ai posé mes doigts sur le manche de ma première guitare, je suis également technicien du son et enregistre et produis quelques morceaux dans différents styles (blues, soul, techno ...)