Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Arturia SparkLE Creative Drum Machine
Photos
1/387

Test de l'Arturia SparkLE

Autre surface de contrôle de la marque Arturia appartenant à la série Spark

Prix public : 249 € TTC
test
49 réactions
Du bleu dans le groove

La nouvelle version de la Spark Creative Drum Machine signée Arturia se voit dotée d’un contrôleur matériel plus compact et d’un nouveau nom, SparkLE. Voyons comment tout cela communique.

Malgré quelques versions sous forme rack (Roland R-8M, par exemple) ou les ancêtres de type Ace Tone, Maes­tro Rhythm King, Roland CR-78, Korg Mini­pops et compa­gnie, la plupart des boîtes à rythmes maté­rielles ont proposé une inter­face permet­tant, via des pads, de rentrer ou jouer direc­te­ment des grooves ou instru­ments sépa­rés, et grâce à divers potards, faders et switches, de modi­fier en temps réel plusieurs para­mètres, selon le type de géné­ra­tion du son, analo­gique, numé­rique, faisant appel à des échan­tillons, de la modé­li­sa­tion ou tout mélange de synthèse possible et imagi­nable. Autant dire que les plus anciens (…) d’entre nous, comme les utili­sa­teurs de MPC ou d’Elec­tribe, ont pu acqué­rir des habi­tudes qui ont été bien bous­cu­lées par les versions exclu­si­ve­ment logi­cielles des instru­ments qui leur ont succédé.

Car même si ces instru­ments logi­ciels offrent des capa­ci­tés que peuvent leur envier leurs prédé­ces­seurs maté­riels, notam­ment en matière de puis­sance de program­ma­tion et de variété sonore, et même si certains s’in­gé­nient à nous propo­ser des inter­faces graphiques repre­nant des pads et des façades bien connues, il a long­temps manqué à l’uti­li­sa­teur le prin­ci­pal : l’ou­til permet­tant de déclen­cher tout ça, obli­geant à se rabattre sur le piano roll ou les touches d’un clavier Midi. Et, concer­nant ce dernier, encore faut-il que l’im­plé­men­ta­tion ne soit pas fantai­siste, ou tout du moins stan­dar­di­sée (ce qui est plus ou moins le cas avec la norme Gene­ral Midi). Mais quand on se retrouve face à des monstres comme BFD2 ou Super­ior Drum­mer, un 88 notes peut ne pas suffi­re…

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.8.3
Logic Pro 9.1.8
Artu­ria Spark LE

Depuis quelque temps, et pas seule­ment pour des raisons pratiques pour l’uti­li­sa­teur, mais aussi pour le fabri­cant (l’in­ter­face maté­rielle comme dongle ulti­me…), on voit refleu­rir des contrô­leurs spéci­fique­ment dédiés à une utili­sa­tion non mélo­dique (i.e. sans clavier de type piano), comme la série des Maschine de Native Instru­ments, le récent Push d’Able­ton ou le plus ancien Monome, les diffé­rents contrô­leurs Akai (MPD32, APC40, etc.) et l’in­clu­sion de plus en plus fréquente de pads sur les claviers de commande. Sans parler des autres caté­go­ries de contrô­leurs, des Lemur, Rhizome ou QuNeo en passant par les produits Eowave, sans oublier l’in­ter­façage décou­lant des tablettes, smart­phones et compa­gnie (liste non exhaus­tive).

En 2011, Artu­ria propose un ensemble logi­ciel et maté­riel conçu pour la créa­tion de sons et patterns de batte­rie, Spark Crea­tive Drum Machine. L’édi­teur a ensuite sorti plusieurs exten­sions ou décli­nai­sons, comme Spark VDM (que l’on trouve chez Artu­ria sous ce nom ou celui de Spark Vintage), testé ici. Tout récem­ment, l’édi­teur/fabri­cant propose une version plus compacte de son produit, avec un nouveau contrô­leur dédié, le tout revê­tant l’ap­pel­la­tion SparkLE. Revue de détail.

Intro­du­cing Artu­ria SparkLE

On compren­dra aisé­ment que le produit ne s’achète qu’en boîte, pour la somme de 249 euros (prix public conseillé). Manuel papier trilingue, DVD d’ins­tal­la­tion, câble USB de bonne longueur (mini USB d’un côté, pas mon format de contac­teur préféré, plutôt fragi­le…), le contrô­leur plutôt fin et plat doté (donc…) d’un connec­teur mini USB et d’un port pour verrouillage Kensing­ton, et une pochette néoprène assez « clas­sieuse » composent le contenu du coffret.

Arturia SparkLE

Compa­ti­bi­lité Mac/PC assu­rée, bien entendu, avec les formats VST, AU et RTAS (AAX en cours, nous dit Artu­ria) et on dispose d’une version auto­nome. Sont aussi instal­lés deux logi­ciels supplé­men­taires, Spark Midi Control Center (inutile) et SparkLE Midi Control Center, ainsi que la banque d’échan­tillons signés Sonic Reality, Ueber­schall, Ulti­mate Sound­Bank, Sample Magic, Modern­Beats et Sounds Of Revo­lu­tion et plus géné­ra­le­ment tous les kits, projets, etc. Sous Mac OS X, l’en­semble, pesant moins de 1,2 Go, est placé dans HD>Library>Artu­ria>Spark. Eh oui, Spark, et non SparkLE, car du côté logi­ciel, il s’agit bien de la version complète. Merci.

Des Templates pour Able­ton Live et Reason sont ou seront dispo­nibles (le premier est déjà offert au télé­char­ge­ment, le second en attente, peut-être, de la nouvelle version de Reason prévue durant le deuxième trimestre de cette année), ce qui permet­tra de pilo­ter l’un et l’autre logi­ciel via le contrô­leur. Notons tout de suite que le contrô­leur est USB Class Compliant (pas de pilotes à instal­ler), qu’il envoie du Midi Out, à la fois vers l’ex­té­rieur (si l’on dispose d’une inter­face Midi, par exemple) ou au sein d’un hôte gérant ces infor­ma­tions en prove­nance d’un plug (donc pas dans Logic…), depuis les pads et depuis le séquen­ceur inté­gré (il est conseillé de ne pas utili­ser les deux possi­bi­li­tés en même temps).

L’au­to­ri­sa­tion se fera via le numéro de série et le code de déver­rouillage four­nis, en se connec­tant sur son compte utili­sa­teur créé sur le site. Un code d’ac­ti­va­tion est envoyé en retour. Pas besoin de clé eLicen­ser, et le logi­ciel fonc­tionne tout aussi bien sans le contrô­leur (qui ne fait donc pas office de dongle…).

Du maté­riel

Arturia SparkLE

On pourra, même si les fonc­tions et sons peuvent être diffé­rents, se réfé­rer au test de Spark VDM déjà mentionné. La partie prin­ci­pale est bien entendu le nouveau contrô­leur, aussi commen­ce­rons-nous par celui-ci (en détaillant l’une ou l’autre fonc­tion du logi­ciel si besoin).

L’objet offre un design plutôt réussi, la fini­tion et l’as­sem­blage semblent de bonne qualité. Même si l’on est face à un petit format (entre le clavier d’un Mac et le Nocturn de Nova­tion, pour se faire une idée), SparkLE est plutôt lourd, grâce à sa plaque infé­rieure en métal (tout le reste, à l’ex­cep­tion du contrô­leur tactile, est en plas­tique). Les grandes diffé­rences avec son aîné sont la dispa­ri­tion de l’écran central, de la triple rangée de trois rota­tifs assi­gnés à trois des prin­ci­paux réglages d’un son (donc chan­geant suivant l’ins­tru­ment sélec­tionné), des six potards centraux (assi­gnés aux réglages Cutoff, Reso, Aux 1 & 2, Panning et Volume), ainsi qu’au bouton Tap pour entrer manuel­le­ment le tempo. De même, le gros rota­tif cliquable ne dispose plus de sa couronne de switches pour la sélec­tion des patterns et banques. Mais le nouveau contrô­leur a été de ce côté parti­cu­liè­re­ment opti­misé, et l’on retrouve ces accès via les 64 pas du séquen­ceur et un ensemble de switches permet­tant de les bascu­ler en mode Bank, Pattern, Seq et Tune (qui permet de jouer des mélo­dies sur les 16 switches). L’ac­cès aux Kits, Instru­ments et Projets via le rota­tif est même simpli­fié grâce à autant de boutons.

Arturia Spark

Chose plutôt amusante, on peut choi­sir dans les Prefe­rences (fenêtre Sequen­cer) le type d’in­ter­face graphique (SparkLE, Spark Crea­tive, ou choix en fonc­tion du contrô­leur bran­ché). Ainsi, on peut affi­cher celle du Spark complet, et s’aper­ce­voir que le contrô­leur fonc­tionne sans souci, et que l’on retrouve vite ses marques. Les six boutons centraux sont certes manquants, mais corres­pondent aux fonc­tions du pad tactile en mode Instru­ment.

On béné­fi­ciera des fonc­tions supplé­men­taires en acti­vant leur visi­bi­lité via le point d’in­ter­ro­ga­tion sur le côté droit de l’in­ter­face, puis en main­te­nant le bouton Select enfoncé pour la sélec­tion d’une de ces fonc­tions. Il faudra malheu­reu­se­ment garder un œil sur le logi­ciel, car seules sept de ces fonc­tions sont indiquées sur le contrô­leur.

C’est d’ailleurs un des reproches que l’on pourra faire à l’en­semble : on sera toujours obligé d’avoir l’ordi hôte près de soi, pour cause de manque d’écran de rappel sur le contrô­leur (fonda­men­tal pour les chan­ge­ments de filtre, de Slice ou Roll, voir enca­dré), pour absence de séri­gra­phie affi­chant les fonc­tions supplé­men­taires (alors que la place ne manque pas), et pour illi­si­bi­lité de certaines typos sur l’écran même de l’ordi (le choix de la typo orange des pads sélec­tion­nés est parti­cu­liè­re­ment incom­pré­hen­si­ble…).

Arturia Spark

Un autre reproche : alors que chaque fonc­tion/bouton sur l’écran a son vis-à-vis sur le contrô­leur (du moins lorsque l’on est en affi­chage Center, celui des potards et pads), il manque inex­pli­ca­ble­ment celui du Shuffle. Si l’on n’ose croire qu’il a été prévu sur le logi­ciel et oublié sur le contrô­leur, c’est pour­tant l’im­pres­sion donnée. Autre problème : on sait que le contrô­leur peut passer de mode exclu­sif Spark à un mode contrô­leur Midi, dont les potards et switches seront réas­si­gnés via le SparkLE Midi Control Center. Oui, mais comment passe-t-on en mode Midi ? Rien ne le précise dans le mode d’em­ploi (pour infor­ma­tion, il faut pres­ser en même temps les boutons Filter, Slicer et Roller…) !

Pads et sons

Arturia Spark

Quelques mots sur les huit pads, de presque 2,5 cm de côté, sensibles à la vélo­cité et à la pres­sion. On peut leur donner une vélo­cité par défaut, de 0 à 127 via les Prefe­rences acces­sibles dans la fenêtre Top. L’uti­li­sa­tion normale les verra dotés d’une réponse normale à la vélo­cité. Ils sont assez sensibles (on peut ainsi jouer de toutes les nuances sans rele­ver les doigts et simple­ment appuyer plus ou moins forts) et il faudra de toute façon un certain temps d’adap­ta­tion (si je pouvais retrou­ver les pads de ma R-8…). Il manque peut-être un réglage de courbe de vélo­cité dans le logi­ciel, ce qui permet­trait d’af­fi­ner la réponse sur certains. Voilà un petit exemple de vélo­cité direc­te­ment depuis les pads, les effets de trai­te­ment de la dyna­mique ayant été si néces­saire coupés.

00:0000:00

Pad FX ? Si.

On retrouve le pavé tactile pouvant comman­der jusqu’à huit zones diffé­rentes. Deux modes de fonc­tion­ne­ment, Touch et Latch, et deux assi­gna­tions, Global, pour l’en­semble des instru­ments du pattern, et Instru­ment, par instru­ment sélec­tionné. Cette dernière permet de compen­ser l’ab­sence des six rota­tifs centraux du contrô­leur origi­nal. Côté Slicer et Roller, les prin­cipes restent les mêmes, ainsi que l’en­voi Send 1/2 et les Pan/Level. En revanche Filter, dans les deux assi­gna­tions, voit ses Low, Band et Hi-Pass renfor­cés par cinq filtres issus de l’ému­la­tion du SEM par l’édi­teur (test ici). Autant dire que ça sonne…

À ce propos, si jamais vous avez l’im­pres­sion de n’avoir qu’une seule vélo­cité, n’ou­bliez pas de jeter un œil sur la très puis­sante fenêtre Bottom, en parti­cu­lier la partie Mixer et FX : il n’est pas rare qu’un compres­seur soit utilisé avec un Thre­shold très bas, une enve­loppe rapide et un ratio élevé… Un simple Bypass dudit compres­seur vous rendra toute la dyna­mique dési­rée.

Le logi­ciel embarque plus de 1500 sons et 100 kits, avec des possi­bi­li­tés de synthèse, resyn­thèse et modé­li­sa­tion très éten­dues, un séquen­ceur très complet dispo­sant d’un mode Song afin d’or­don­ner ses patterns (et gardant l’an­cienne repré­sen­ta­tion en cercle des patterns et banques), et une section mixage et trai­te­ments plutôt effi­caces, avec 14 effets à dispo­si­tion (on ne revien­dra pas sur toutes ces possi­bi­li­tés). Un conseil, prendre le temps de regar­der et para­mé­trer la page Prefe­rences, offrant de nombreuses options d’ex­port audio et Midi, de séquences, de contrôles, etc.

Voici quelques exemples de sons et grooves d’usine, on l’en­tend, la palette est large…

00:0000:00

Bilan

Autant le dire tout de suite, j’ai été séduit par cette version « légère » de Spark. Malgré quelques défauts et bugs (la fonc­tion Update Spark Control­ler renvoie sur un écran de non-connexion, est-ce à dire qu’elle est unique­ment prévue pour le Spark complet ?), l’ou­til logi­ciel est très puis­sant, et la banque four­nie offre de nombreuses possi­bi­li­tés sonores et pistes de départ. Les patterns four­nis permettent de démar­rer très rapi­de­ment, les modi­fi­ca­tions s’ef­fec­tuant très faci­le­ment en direct via les pads/switches ou à la souris dans l’édi­teur du séquen­ceur. L’im­port par glis­ser/dépo­ser des échan­tillons maison ou en prove­nance d’autres biblio­thèques assure de ne jamais être limité par une esthé­tique datée ou réser­vée à un style unique.

Le contrô­leur SparkLE est quant à lui une belle réus­site, même si l’on ne peut juger pour le moment de la durée de vie des potards, switches et rota­tif/contac­teur. Après la première impres­sion au débal­lage (heu, c’est un peu petit…), on s’ha­bi­tue très vite au format et la maîtrise des pads s’ac­quiert rapi­de­ment. Le contrô­leur est très stable, grâce à son poids et aux patins anti­dé­ra­pants (on aurait aimé un set de rechange). Manquent quand même quelques potards et boutons, et surtout un écran de retour, dont l’ab­sence se fait cruel­le­ment sentir lors de l’uti­li­sa­tion du pad tactile, ou la sélec­tion des Kits, Projects et Instru­ments, obli­geant à garder un œil sur l’écran de l’ordi (atten­tion au stra­bis­me…).

Malgré tout, à ce prix, Artu­ria propose une véri­table machine de produc­tion sonore dédiée aux instru­ments de batte­rie et percus­sion, pouvant héber­ger et trai­ter bien d’autres types de sons, dotée d’une ergo­no­mie tant logi­cielle (beau­coup de glis­ser/dépo­ser) que maté­rielle idéale. Et elle est surtout très portable, ce qui en fait une solu­tion parfaite pour les musi­ciens nomades.

Points forts
  • Qualité du contrôleur
  • Logiciel Spark complet
  • Solution véritablement portable
  • Plus de 1500 sons et 100 kits
  • Puissance de programmation
  • Puissance de synthèse et de traitements
  • Trois moteurs de synthèse
  • Modélisation très efficace
  • Pad tactile
  • Programmation séquenceur façon TR (via boutons)
  • Mode Tune
  • Nouveaux filtres OB
  • Six layers possibles
  • Qualité sonore globale
  • Automation interne de quasiment tous les paramètres
  • Beaucoup de fonctionnements par glisser/déposer
  • Utilisation en Midi possible
  • SparkLE Midi Control Center
  • Pads et séquenceur envoient du Midi Out
  • Import d’autres banques Spark (ici, Spark VDM)
Points faibles
  • Disparition de la fonction Tap Tempo
  • Templates en attente...
  • Bug d’Update Spark Controller
  • Où est le bouton Shuffle sur le contrôleur ?
  • Sérigraphie orange quasi illisible
  • Toujours pas d’automation possible du pad tactile
  • Manque de courbe de réponse à la vélocité pour les pads
  • Manuel très incomplet
  • Toms aigu-medium-grave de gauche à droite (inverse de l’habitude)
  • Niveaux des patterns non harmonisés
  • Quid de la durée des pads et rotatifs ?

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.