Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
RME Audio Fireface UFX+
Photos
1/136

Test de l'interface audio RME Fireface UFX+

Interface audio Thunderbolt de la marque RME Audio appartenant à la série Fireface

Test écrit
140 réactions
RME en veut toujours plus
9/10
Award Valeur sûre 2016
Partager cet article

Après avoir remplacé la Fireface 800 par la Fireface 802 en 2014 et la Babyface par la Babyface Pro l’année dernière, le constructeur allemand RME revoit cette année le haut de sa gamme d’interfaces audio externes avec l’UFX+, version survitaminée de l’UFX sortie il y a déjà 6 ans et qui restera tout de même au catalogue.

Six ans, c’est long, et pas mal de choses se sont passées chez RME depuis, comme les sorties des Baby­face et Baby­face Pro, ou encore des Fire­face UCX et 802. Et comme chez les alle­mands, on n’aime pas gâcher, la UFX+ profite des quelques avan­cées logi­cielles et maté­rielles décou­lant du déve­lop­pe­ment des inter­faces préci­tées. La UFX+ n’est donc pas, a priori, juste une UFX ayant subi un léger lifting. Le premier chan­ge­ment est d’ailleurs très visible puisque la UFX+ hérite du design de la face avant « mi-gris, mi-bleu » de la Fire­face 802 et non de celui de l’UFX. Pour le reste de la façade et l’er­go­no­mie géné­rale, c’est en revanche presque iden­tique, avec les entrées combo Jack/XLR, les sorties casques, les entrées MIDI, le port USB pour l’en­re­gis­tre­ment direct-to-disk, l’écran couleur de taille modeste mais à la réso­lu­tion élevée, les quatre boutons et les trois enco­deurs rota­tifs.

RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 10

Première bonne surprise, un point faible de l’UFX relevé dans notre test publié il y a 6 ans semble être corrigé : les deux sorties casques disposent désor­mais, en plus d’une puis­sance de sortie élevée (atten­tion les oreilles !), de leur propre potard de volume. C’est bon de se sentir écouté. Il ne reste donc plus que le « moins » concer­nant la télé­com­mande option­nelle que l’on trou­vait à l’époque un peu trop chiche. Ce point semble lui aussi être sur la voie de la réso­lu­tion. Le connec­teur situé en face arrière est désor­mais au format USB et permet d’y connec­ter la nouvelle Advan­ced Remote Control USB malheu­reu­se­ment indis­po­nible lors de la rédac­tion du test. À en voir les photos, elle semble beau­coup plus complète que l’an­cienne, avec plus de boutons (15), un rétro-éclai­rage, une prise pour foots­witch, et une grosse molette sans doute héri­tée de la Babfy­face Pro, alors que l’an­cienne dispo­sait de celle de la Baby­face « normale », beau­coup plus fragile. À noter que la Advan­ced Remote Control USB fonc­tion­ne­rait lorsque l’in­ter­face est en mode stan­da­lone. Conjoin­te­ment utili­sée avec un disque dur externe USB, vous n’au­rez plus besoin d’or­di­na­teur pour enre­gis­trer ! Profi­tons-en aussi pour parler de la fonc­tion DURec (Direct USB Recor­ding) qui gère désor­mais mieux les disques durs externes lents et/ou parti­tion­nés. Le nombre de canaux enre­gis­trables en simul­tané est monté à 76 et le système intègre main­te­nant quelques fonc­tions de lecture supplé­men­taires. Rappe­lons aussi qu’il existe aussi désor­mais une appli iPad Total­mix FX (sortie en 2013) qui permet d’uti­li­ser la UFX+ avec votre tablette Apple. On constate donc que RME a fait beau­coup d’ef­forts pour l’uti­li­sa­tion en mode stan­da­lone ou avec une tablette.

Mais s’il est toujours appré­ciable de consta­ter les progrès effec­tués par un construc­teur, la concur­rence ne se tourne géné­ra­le­ment pas les pouces et en six ans, beau­coup de choses se sont aussi passées chez Univer­sal Audio, Ante­lope, Apogee et consorts… L’UFX+ est-elle donc au goût du jour ?

Thun­der !

RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 8

La face arrière apporte un premier élément de réponse. Exit les ports Fire­Wire et USB 2, bonjour le Thun­der­bolt et l’USB 3 ! On le sait, le Fire­Wire est mort, aban­donné par son géni­teur lui-même, Apple. RME se devait donc de trou­ver un remplaçant, le plus natu­rel étant le Thun­der­bolt, créé par Intel et adoubé par la pomme. L’ap­pa­ri­tion de ce petit connec­teur est d’ailleurs une petite « révo­lu­tion », car c’est la première fois qu’il est utilisé par le construc­teur alle­mand. Heureu­se­ment, les utili­sa­teurs ne dispo­sant pas de port Thun­der­bolt sur leur ordi­na­teur pour­ront utili­ser le port USB 3, descen­dant direct de l’USB 2. L’UFX+ est d’ailleurs compa­tible avec l’USB 2, même si l’on restera limité à 30 canaux d’en­trée/sortie. Autre chose impor­tante : l’in­ter­face est compa­tible Windows et Mac OS X en USB, mais aussi en Thun­der­bolt, chose assez rare pour être souli­gnée. Fina­le­ment, la seule chose qui nous chif­fonne un peu est l’ab­sence d’un deuxième port Thun­der­bolt permet­tant de chaî­ner l’in­ter­face avec un autre appa­reil Thun­der­bolt comme un disque dur externe ou un écran. Dommage.

RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 6

Autres nouveaux arri­vants sur la face arrière : les deux ports MADI. Grâce à eux, l’UFX+ passe à 94 entrées/sorties, soit plus du triple de l’UFX qui en propo­sait 30 ! RME a donc bien tiré profit de l’ar­ri­vée de l’USB 3 et du Thun­der­bolt, le MADI ajou­tant pas moins de 64 canaux audio en 48 kHz/24 bits. L’UFX+ se destine donc prin­ci­pa­le­ment à ceux ayant besoin d’énor­mé­ment d’en­trées/sorties, et le MADI explique en partie les 700 € de diffé­rence entre la UFX et l’UFX+.

Côté logi­ciel, pas grand-chose de nouveau avec un Total­mix FX toujours complet et redou­table. Allez faire un tour sur le test de l’UFX, votre servi­teur avait fait à l’époque une petite vidéo afin de montrer les possi­bi­li­tés du Total­Mix FX. RME en a quand même profité pour ajou­ter un « DAW mode » qui ravira les plus néophytes. Le concept est simple : exit la partie mixage du Total­mix, vous n’au­rez qu’à choi­sir l’en­trée à écou­ter en appuyant sur le bouton CUE et basta, plus qu’à enre­gis­trer. Revers de la médaille, vous ne pour­rez pas faire de petite balance entre le signal entrant et celui prove­nant de votre STAN… Nous pensons que Total­mix FX vaut quand même le coup d’être appri­voisé dans sa version « complète », surtout quand on achète une inter­face à 2 700 € comme l’UFX+ ! Un petit effort, rien n’est insur­mon­table.

Bench­mark

RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 2

Nous avons réglé la mémoire tampon au mini­mum (32 échan­tillons) afin d’ob­te­nir la meilleure latence : 1,40 ms en entrée et 1,23 ms en sortie (en 96 kHz) avec le Thun­der­bolt et 1,50 ms / 1,14 ms en USB 3. Ces résul­tats sont donc rela­ti­ve­ment simi­laires et globa­le­ment excel­lents, même si nous en avons déjà obtenu de légè­re­ment meilleurs avec d’autres inter­faces (1,22 / 0,81 ms avec la Focus­rite Red 4Pre derniè­re­ment).

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait des bench­marks avec notre APx515 d’Au­dio Preci­sion, et nous allons pouvoir compa­rer les résul­tats à ceux obte­nus avec les inter­faces précé­dem­ment testées.

Voici les résul­tats avec les niveaux lignes, en 96 kHz :

RME Audio Fireface UFX+ : deviation line

Avec une dévia­tion de ±0,023 dB, la UFX+ fait partie des meilleurs résul­tats obte­nus dans nos bancs d’es­sai, du même tonneau que l’Apollo 8 testée dans nos colonnes (±0,019 dB). Pas grand-chose à rajou­ter, c’est du très haut niveau.

RME Audio Fireface UFX+ : thd line

Côté distor­sion, c’est aussi très discret, avec un pour­cen­tage ne dépas­sant que rare­ment les 0,002 %. La Red 4Pre et l’Apollo font un peu mieux, mais ça se joue dans un mouchoir de poche… Elle reste dans le pelo­ton de tête !

Les quatre préam­plis de l’UFX+ sont contrô­lés numé­rique­ment et offrent un gain allant jusqu’à 75 dB, ce qui est vrai­ment très confor­table et meilleur que la plupart des inter­faces testées ici. Avec les gains réglés sur 34 dB, nous obte­nons ces résul­tats :

RME Audio Fireface UFX+ : deviation mic

 

RME Audio Fireface UFX+ : thd mic

La dévia­tion n’aug­mente pas, elle baisse même un petit peu (±0,021 dB), ce qui prouve que les préam­plis sont extrê­me­ment trans­pa­rents. La distor­sion quant à elle n’aug­mente que très peu et avec 106 dB de rapport signal/bruit, ils sont en plus très silen­cieux. Rien à redire, c’est un 10/10.

Les perfor­mances audio sont donc large­ment à la hauteur de nos attentes, même avec un prix fixé à 2 700 € TTC. D’un point de vue fonc­tion­nel, on aurait appré­cié voir certaines choses dispo­nibles chez les concur­rentes directes, comme un micro de Talk­back inté­gré (Apogee, Ante­lope), des inserts et des sorties pour le ream­ping (Apogee, Ante­lope encore), ou encore des trai­te­ments inté­grés supplé­men­taires (Univer­sal Audio et Ante­lope). Que voulez-vous, nous avons toujours quelque chose à redire !

Conclu­sion

RME revient en patron avec son UFX+ propo­sant pas moins de 94 entrées/sorties, une compa­ti­bi­lité Mac OS X / Windows / USB / Thun­der­bolt, des perfor­mances audio irré­pro­chables et quelques défauts en moins par rapport à l’UFX. Le MADI, le mode stan­da­lone (DURec et l’ARC USB) et la partie logi­cielle Total­mix FX sont des points forts indé­niables, et le senti­ment de qualité se dégage toujours autant des produits signés par le construc­teur alle­mand, tant au niveau maté­riel que logi­ciel. On aurait appré­cié avoir un connec­teur Thun­der­bolt supplé­men­taire afin de chaî­ner la belle avec d’autres péri­phé­riques et voir appa­raitre des fonc­tion­na­li­tés que l’on trouve chez la concur­rence, comme le micro talk­back inté­gré, des inserts, des sorties ream­ping ou encore des trai­te­ments inté­grés supplé­men­taires (amplis de guitare, LA2A…) pour que la tableau soit parfait. Quoi qu’il en soit, la UFX+ mérite large­ment ses 4,5 étoiles !

  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 10
  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 2
  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 3
  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 4
  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 5
  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 6
  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 7
  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 9
  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 8
  • RME Audio Fireface UFX+ : easy mode
  • RME Audio Fireface UFX+ : RME UFX+ 1
  • RME Audio Fireface UFX+ : deviation line
  • RME Audio Fireface UFX+ : thd line
  • RME Audio Fireface UFX+ : deviation mic
  • RME Audio Fireface UFX+ : thd mic

 

9/10
Award Valeur sûre 2016
Points forts
  • Thunderbolt et USB 2/3
  • Mac et Windows
  • 94 entrées/sorties
  • Des préamplis très puissants, transparents et silencieux
  • Des convertisseurs de très bonne qualité
  • L’ARC USB en option, mais de qualité
  • Sorties casques très puissantes
  • MADI
  • Enregistrement direct-to-disk sur USB
  • Très bonne latence
  • Traitements et effets intégrés
  • Totalmix FX reste un must
  • Mode simplifié pour le Totalmix
  • Appli iOS pour Totalmix
  • Totalement utilisable sans ordinateur avec la remote/appli et un disque USB
  • Drivers RME toujours aussi exemplaires
Points faibles
  • Un seul port Thunderbolt
  • Il manque certaines choses que les concurrentes font : micro de talkback intégré, inserts, sorties pour le reamping, des traitements supplémentaires
Auteur·rice de l’article Rédacteur en chef

J'ai commencé à pratiquer la musique avec des cours de piano et de violoncelle à 6 ans, mais la passion n'a vraiment débuté qu'à l'âge de 12 ans, lorsque j'ai commencé à me pencher sérieusement sur la guitare, afin de former mes premiers groupes, écrire mes premières compositions, jouer mes premiers concerts et enregistrer mes premières maquettes. Après des études scientifiques, j'ai intégré l’ISTS, une filière de l’ESRA, puis j’ai enrichi mon expérience en travaillant en studio dans les secteurs de la musique et du son à l’image, ainsi que dans le domaine du spectacle, notamment le théâtre. Ces expériences variées m’ont permis de développer une compréhension approfondie des différents aspects de la production sonore, ce qui m'a préparé idéalement pour assumer d'abord le rôle de rédacteur, puis celui de rédacteur en chef chez Audiofanzine. Je mets à profit ces compétences pour offrir un contenu écrit et vidéo précis et engageant, tout en veillant à ce que nos publications répondent aux attentes de nos lecteurs et spectateurs. Mon rôle implique également de maintenir des relations solides avec les professionnels de la musique et du son, assurant ainsi une communication fluide et efficace.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur·rice de l’article Rédacteur en chef

J'ai commencé à pratiquer la musique avec des cours de piano et de violoncelle à 6 ans, mais la passion n'a vraiment débuté qu'à l'âge de 12 ans, lorsque j'ai commencé à me pencher sérieusement sur la guitare, afin de former mes premiers groupes, écrire mes premières compositions, jouer mes premiers concerts et enregistrer mes premières maquettes. Après des études scientifiques, j'ai intégré l’ISTS, une filière de l’ESRA, puis j’ai enrichi mon expérience en travaillant en studio dans les secteurs de la musique et du son à l’image, ainsi que dans le domaine du spectacle, notamment le théâtre. Ces expériences variées m’ont permis de développer une compréhension approfondie des différents aspects de la production sonore, ce qui m'a préparé idéalement pour assumer d'abord le rôle de rédacteur, puis celui de rédacteur en chef chez Audiofanzine. Je mets à profit ces compétences pour offrir un contenu écrit et vidéo précis et engageant, tout en veillant à ce que nos publications répondent aux attentes de nos lecteurs et spectateurs. Mon rôle implique également de maintenir des relations solides avec les professionnels de la musique et du son, assurant ainsi une communication fluide et efficace.