Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Test écrit
25 réactions
Une interface de OUFX ?
9/10
Partager cet article

Sortie en fin d'année dernière, l'UFX III de RME s'annonçait comme une interface très complète, très performante et, comme toute interface haut de gamme, chère. Alors est-ce que ça donne assez envie pour sauter le pas ? AF se charge du test...

Test de la Fireface UFX III de RME : Une interface de OUFX ?

D’au­tant plus qu’elle béné­fi­cie de l’ex­cel­lente répu­ta­tion de sa prédé­ces­seuse, l’UFX II. On peut donc légi­ti­me­ment se deman­der s’il vaut le coup de sauter le pas et de passer au modèle supé­rieur.

Explo­rons donc cette belle inter­face argent et bleu, rapide comme l’éclair.

Présen­ta­tion

Avant de commen­ter plus avant les avan­tages et désa­van­tages poten­tiels de l’in­ter­face, il est néces­saire de la décrire pour savoir à qui l’on a affaire :

Du côté de la face avant, on trouve :

  • quatre entrées de niveau micro/ligne sur combo XLR/jack 6,35 mm TRS, utili­sables aussi comme entrée instru­ments avec réglage d’im­pé­dance d’en­trée, plus une commu­ta­tion indi­vi­duelle du l’ali­men­ta­tion +48 VDC
  • deux sorties casque (voie 9/10 et 11/12)
  • deux ports (entrée et sortie) MIDI sur connec­teur DIN 5 broches (tiens, j’en profite pour préci­ser que norma­le­ment il faudrait dire « 5 broches, 180 degrés », car il existe diffé­rentes orien­ta­tions de broches ! #merci­pè­re­cas­tor)
  • un port USB qui permet d’en­re­gis­trer direc­te­ment sur support externe, jusqu’à 80 pistes simul­ta­né­ment, indé­pen­dam­ment du contrôle par ordi­na­teur puisque cette fonc­tion est gérée en interne par DSP (gestion des supports mémoire jusqu’à 2 TB).
  • sur la droite, dans la zone bleue, le contrôle par écran LCD (à contrôle TFT, donc avec une très bonne réso­lu­tion et vitesse d’af­fi­chage), qui permet de visua­li­ser tous les niveaux d’en­trées et de sortie simul­ta­né­ment, et aussi de contrô­ler grâce à deux enco­deurs et à quatre boutons, la navi­ga­tion dans les sous-menus. Le gros enco­deur à gauche de l’écran permet de gérer le niveau de moni­to­ring, les deux à droite contrôlent les sorties casque.

Fireface-UFX-III-C

Sur la face arrière : 

  • Huit entrées symé­tri­sées niveau ligne (jack 6,35 mm TRS). On peut régler deux niveaux de gain diffé­rents (+4/+19) au sein de l’en­vi­ron­ne­ment logi­ciel, ou à travers l’écran de contrôle.
  • Huit sorties symé­tri­sées niveau ligne (6 sur jack 6,35 mm TRS, 2 sur XLR) — bien noter : elles sont toutes couplées en continu (DC-coupled) pour permettre l’en­voi des tensions de contrôle vers des appa­reils externes ! Elles ont toutes trois niveaux max de sortie préré­glés, sélec­tion­nables dans le logi­ciel ou dans le menu (+19, +13, +4), sauf les deux sorties prin­ci­pales, sur XLR, qui ont quatre niveaux (jusqu’à +24) en plus d’être modu­lables par l’en­co­deur.
  • Un couple entrée/sortie AES/EBU sur XLR (bien sûr)
  • Deux couples E/S au format ADAT (accep­tant aussi le S/PDIF)
  • Deux liai­sons E/S au format MADI, permet­tant d’aug­men­ter de façon consé­quente les entrées et sorties de l’ap­pa­reil (jusqu’à 64 voies supplé­men­taires, comme le veut le format). Le proto­cole MADI peut aussi servir à faire tran­si­ter des signaux de contrôle MIDI, en ce qu’on appelle le « MIDI over MADI ». On les trouve à la fois au format optique SC et coaxial BNC. Les prises BNC peuvent égale­ment servir pour le Word­clock.
  • Un autre couple E/S MIDI au format DIN 5 broches (« Combien de degrés ? Qui a suivi ? »)
  • Une prise USB pour employer un contrô­leur externe.
  • La liai­son à l’or­di­na­teur par port USB 3.

On comprend rapi­de­ment, en tout cas, ceux qui connaissent la gamme UFX sur ces dernières années, que la UFX III est compo­sée comme un retour vers ce qui faisait la UFX+ (tout parti­cu­liè­re­ment les E/S MADI), et qui n’était pas présent sur la UFX II. Cette dernière reste en revanche au cata­logue, mais dans une version mise à jour, et c’est un point impor­tant : l’UFX III est donc la « grande sœur » d’une UFX II qui avait été pensée comme une version plus perfor­mante, mais aussi plus restreinte (moins d’E/S) de l’UFX+.

UFX-DURecArrê­tons-nous sur deux points :

Les sorties coupées en CC — là aussi, l’UFX III fait mieux que sur l’UFX+ (où cette option n’était dispo­nible que sur les sorties casques), et les anciennes UFX II… mais les nouvelles UFX II en béné­fi­cient égale­ment sur toutes les sorties.

L’UFX III emploie l’hor­loge FSClock de RME, leur meilleure horloge numé­rique, mais il est impor­tant de noter que celle-ci est aussi présente (désor­mais, ce n’a pas toujours été le cas) sur les versions mises à jour de l’UFX II.

La grande diffé­rence concerne donc véri­ta­ble­ment : le MADI, avec ses 64 voies supplé­men­taires (utili­sables égale­ment en boucle de retour type loop­back) et bien sûr l’USB 3, néces­saire pour le proto­cole MADI. RME annonce égale­ment une amélio­ra­tion des spéci­fi­ca­tions en THD+N grâce à de nouveaux conver­tis­seurs (— 6 dB).

Logi­ciel

Pour ce qui est du soft­ware, RME four­nit l’en­semble Total­Mix, en version ordi­na­teur et tablette.

On ne pourra certes pas faire un tour complet du logi­ciel (on ne le peut presque jamais), mais cette fois-ci, peut-être encore moins que d’ha­bi­tude, car le logi­ciel est si complet et si puis­sant qu’il requiert une vraie plon­gée (à travers des tuto­riels, dans un premier temps, mais aussi peut-être grâce à un manuel d’uti­li­sa­teur gros comme les pages blanches, sans rire) qu’il serait impos­sible de résu­mer ici. Nous nous conten­te­rons de quelques éléments impor­tants : 

  • Mixer full
  • Matrix Mixer

Il y a d’abord deux fenêtres prin­ci­pales : le mixer, qui comprend pratique­ment TOUT, et la matrice de routage.

Dans le mixer, on trouve d’abord les entrées physiques (première rangée, en haut à gauche), puis les voies numé­riques (milieu à gauche) puis les sorties physiques (en bas à gauche).

Sur la rangée du haut, on voit plusieurs exemples d’af­fi­chage possible de la voie : 

  1. « Normale »
  2. Avec l’on­glet « réglages » ouvert, où l’on voit le passage de stéréo à mono, le réglage de la sensi­bi­lité max, le réglage du gain, l’en­voi d’ef­fet, et l’in­ver­sion de phase.
  3. Une tranche avec l’on­glet EQ ouvert, trois types d’EQ (low shelf, notch, high shelf), les para­mé­trages des fréquences, du gain, du Q, puis un simple passe-haut, avec sa fréquence réglable, et sa pente.
  4. Une tranche avec l’on­glet « dyna­mics » ouvert, avec les réglages de seuil et de ratio, plus le réglage de gain auto­ma­tique.
  5. Une tranche complè­te­ment « repliée »

On remarque que des présets sont enre­gis­trables pour l’EQ comme pour le compres­seur. On remarque aussi que ces effets sont assi­gnables sur les entrées et les sorties indé­pen­dam­ment, même les sorties casques ou moni­to­ring.

Channel Options

Sur la partie droite du mixer, on a accès aux effets d’écho et de réverbe, dispo­nibles sur les bus d’en­voi (send), utili­sable en temps réel lors des prises (merci le DSP). L’uti­li­sa­tion d’un bus d’en­voi permet de régler indé­pen­dam­ment le recours à ces effets dans chaque mix envoyé en sortie, ce qui peut être parti­cu­liè­re­ment pratique pour répondre aux besoins des musi­ciens avec lesquels vous travaillez. De façon géné­rale, il est d’ailleurs possible d’as­si­gner un mix unique à n’im­porte quelle sortie physique, indé­pen­dam­ment les unes des autres.

On a égale­ment accès aux snap­shots, c’est-à-dire des préré­glages géné­raux mémo­ri­sés, qui permettent de travailler faci­le­ment sur plusieurs projets en même temps, et de travailler hors du studio égale­ment.

Et là, on ne fait que grat­ter la surface. Le système des onglets refer­mables est inté­res­sant, mais peut vite deve­nir embrouillé pour celui qui ne pense pas bien à tout refer­mer hors usage. En effet, on dépasse vite la capa­cité d’af­fi­chage de la fenêtre, même en plein écran, et l’on se retrouve à beau­coup navi­guer de droite à gauche pour retrou­ver des pistes aux deux points extrêmes (à moins de penser à complè­te­ment replier chaque voie inuti­li­sée). Notons quand même qu’il est très inté­res­sant que RME ait inclut la possi­bi­lité d’en­re­gis­trer sous forme de préré­glage les états visuels du logi­ciel (quel onglet est fermé, lequel ouvert…) : onglet layouts presets (voir en bas à droite).

Quant au bundle, il n’y en a pas. On le mettra dans les points néga­tifs pour chipo­ter, et, car certains concur­rents, dans la même gamme de prix, en incluent un. Ce manque inci­tera peut-être quelques utili­sa­teurs à se tour­ner, par exemple, vers Ante­lo­pe… Et cela peut se comprendre, selon les besoins de chacun, mais nous préfé­rons dire combien, au vu de la « géné­ro­sité » de l’ap­pa­reil, cette absence ne nous a pas paru abusive pour autant.

Bench­mark

Préci­­­­­sons-le d’abord, l’UFX III travaille dans une réso­­­­­lu­­­­­tion max de 24 bits/192 kHz. Un petit tour du côté de RTL Utility nous apprend que la latence réelle est la suivante :

Le buffer sur 32 échan­­tillons en 44.1 kHz, RTL Utility remonte une latence de 2,993 ms

Le buffer sur 64 échan­­tillons en 44.1 kHz, RTL Utility remonte une latence de 4,444 ms

Le buffer sur 128 échan­­tillons en 44.1 kHz, RTL Utility remonte une latence de 7,347 ms

Le buffer sur 256 échan­­tillons en 44.1 kHz, RTL Utility remonte une latence de 13,152 ms

Le buffer sur 64 échan­­tillons en 96 kHz, RTL Utility remonte une latence de 2,208 ms

Le buffer sur 128 échan­­tillons en 96 kHz, RTL Utility remonte une latence de 3,542 ms

Le buffer sur 256 échan­­tillons en 96 kHz, RTL Utility remonte une latence de 6,208 ms

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait un bench­mark avec notre fidèle APx515 d’Au­dio Preci­sion (lien). Comme d’ha­bi­tude, nous publions les résul­tats obte­nus en THD, rapport signal/bruit et dévia­tion des voies, pour les entrées et sorties analo­giques. Pour toutes les confi­gu­ra­tions, je règle le gain pour obte­nir le meilleur résul­tat possible.

Gain max : 60 dB, on peut monter jusqu’à 66 dB avec le gain numé­­rique de la STAN, et c’est ce qui est annoncé par RME.

Plage dyna­mique (pondé­ra­tion A) : 115,347 dB

Commençons par les entrées ligne : 

  • LINE - Relative Level (1,00000 kHz)
  • LINE - THD+N Ratio
  • LINE - THD Ratio
  • LINE - SMPTE Distortion Product Ratio

 

Dévia­tion : ±0,042 dB

THD+N : 0,001 % THD : 0,0006 %

Rapport signal/bruit : 101,677 dB

Distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion : –99,928 dB

Passons aux entrées micro : 

  • MIC - Relative Level (1,00000 kHz)
  • MIC - THD+N Ratio
  • MIC - THD Ratio
  • MIC - SMPTE Distortion Product Ratio

 

Dévia­tion : ±0,033 dB

THD+N : 0,001 % THD : 0,0004 %

Rapport signal/bruit : 104,770 dB

Distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion : –98,077 dB

Qu’en est-il de la sortie casque

  • HP - Relative Level (1,00000 kHz)
  • HP - THD+N Ratio
  • HP - THD Ratio
  • HP - SMPTE Distortion Product Ratio

 

Dévia­tion : ±0,196 dB

THD+N : 0,0009 % THD : 0,0005 %

Rapport signal/bruit : 103,756 dB

Distor­sion d’in­ter­mo­du­la­tion : –87,654 dB

Conclu­sion

Les résul­tats des mesures parlent d’eux-mêmes… La latence, le rapport signal bruit, la THD+N, tout est abso­lu­ment excellent (et l’on ne s’at­tend pas à moins). La plage dyna­mique est très grande, et l’on est tout parti­cu­liè­re­ment impres­sionné par des sorties casques très silen­cieuses et avec une distor­sion extrê­me­ment basse.

Fireface-UFX-IIIQuant à la diver­sité des entrées/sorties, leur nombre très élevé, les infi­nies possi­bi­li­tés de routage, là aussi, on ne trouve rien à redire. L’in­ter­face est construite avec des maté­riaux de grande qualité, chaque connec­tique est robuste. Bref, il s’agit d’un appa­reil fait pour durer, et fait pour travailler au quoti­dien sans inquié­tude.

L’élé­ment prin­ci­pal qui mérite donc d’être soulevé, à nos yeux, c’est la proxi­mité exis­tante entre cette UFX III et la UFX II qui vient d’être mise à jour par RME. La diffé­rence est nette : 62 voies de plus (en plus de résul­tats appa­rem­ment légè­re­ment meilleurs, mais on est là dans le domaine de l’in­au­dible, de toute façon). Elle est aussi moné­taire : 500 euros de plus.

Il nous semble que c’est là que tout se joue. Un tel écart de prix ne nous semble pas injus­ti­fié, car le MADI ouvre des possi­bi­li­tés impor­tantes et diver­si­fiées d’uti­li­sa­tions de l’in­ter­face. Mais par ailleurs, l’op­tion nous semble égale­ment ne corres­pondre qu’à des usages de « grande » ampleur, ce qui (d’une certaine façon) a pour consé­quence inverse de reva­lo­ri­ser l’UFX II, qui appa­raît soudain comme une option inté­res­sante et raison­nable pour tous ceux qui n’ont pas l’em­ploi de 188 voies. Pour résu­mer, l’UFX III est donc une inter­face remarquable, mais qui ne détrône aucu­ne­ment sa prédé­ces­seuse, venant plutôt ajou­ter un éche­lon d’ex­cel­lence à l’offre de la marque alle­mande.

9/10
Fabrication (?) : Allemagne
Points forts
  • 12 entrées analogiques dont...
  • 4 entrées micros
  • 8 sorties lignes
  • 2 sorties casques
  • Toutes les sorties analogiques couplées en courant continu
  • 2 E/S numérique ADAT
  • 1 E/S numérique AES
  • 1 E/S Wordclock
  • 2 E/S MIDI
  • 1 E/S MADI
  • Le tout faisant jusqu'à 188 voies
  • Possibilité d'enregistrer directement sur support mémoire USB
  • Utilisation possible en standalone (sans STAN, entièrement contrôlable par m'écran)
  • Possibilité d'utiliser un contrôleur externe
  • Possibilité d'utiliser les canaux MADI pour transporter des signaux de contrôle MIDI
  • Class Compliant
  • Latence très basse
  • THD très basse
  • Excellente linéarité
Points faibles
  • Aucun vrai bundle d'effets et de simulation (on chipote vraiment)
Auteur de l'article Pr. Soudure de La Feuille

Venu à la musique par le bruit, j'y retournerai un jour. J'aime les beaux circuits bien propres, les musiques sales et moches. Technicien de jour, la nuit je dors.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Analyse de l’audience (Google Analytics)
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités (Google Ads)
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.
Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram.

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Analyse de l’audience (Google Analytics)

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités (Google Ads)

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.