Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe
Photos
1/72

Test de la pédale Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe

Multi-effet pour guitare électrique de la marque Keeley Electronics

Écrire un avis ou Demander un avis
test
15 réactions
Où est Jimi ?
6/10
Partager cet article

Rendu célèbre grâce à ses modifications de grands classiques de la pédale, Robert Keeley peut se targuer d’avoir créé avec Keeley Electronics l’une des marques « boutique » les plus attractives du monde de la guitare.

Parti­cu­liè­re­ment actif, le fabri­cant ajoute régu­liè­re­ment des produits à son cata­logue, et ces derniers mois ont vu appa­raître un nouveau type de machine pour Keeley : les multi-effets. Cela avait notam­ment débuté avec les trois « Works­ta­tion » regrou­pant au sein d’un même boîtier diffé­rentes pédales du construc­teur. Puis, c’est la Monte­rey qui fit son appa­ri­tion, avec une promesse : réunir les effets favo­ris de Jimi Hendrix et se rappro­cher du son du maître. Alors qu’en­fin des exem­plaires viennent de débarquer en France, on passe au crible cette allé­chante pédale. Enfi­lez votre veste d’of­fi­cier, nouez votre bandana, on file en Cali­for­nie ! 

18 juin 1967 

Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 4

La Monte­rey tire évidem­ment son nom du fameux festi­val améri­cain. Événe­ment symbo­lique de la contre-culture des années 60, le mythique concert posa les jalons d’une nouvelle façon d’en­vi­sa­ger les rassem­ble­ments musi­caux. Mais notre pédale ne fait pas qu’em­prun­ter son nom au festi­val. Elle reprend égale­ment l’es­thé­tique de la Stra­to­cas­ter brûlée par Jimi Hendrix lors de sa pres­ta­tion. D’ailleurs, visuel­le­ment, la pédale est plutôt réus­sie. Mais les fini­tions manquent clai­re­ment de soin ! L’im­pres­sion des petits dessins et des diffé­rentes indi­ca­tions est en effet légè­re­ment déca­lée sur l’exem­plaire que j’ai reçu. Ce n’est pas bien grave, mais l’on est en droit d’at­tendre un peu mieux de la part d’un produit qui repré­sente tout de même un inves­tis­se­ment consé­quent (413 € offi­ciel­le­ment, mais des maga­sins la proposent moins chère).

Le format du boîtier est éton­nant vu le nombre d’ef­fets embarqués. La Monte­rey en rassemble cinq (une fuzz, une simu­la­tion de cabine Leslie, une Uni-Vibe, une wah, et un octa­ver), et pour­tant ses dimen­sions ne sont que de 11,5 × 9 × 3 cm. Pour navi­guer parmi tout cela, elle est divi­sée en deux canaux avec pour chacun un foots­witch. À droite se trouve la Fuzz, à gauche les modu­la­tions. La fuzz est analo­gique, elle s’ins­pire de la Fuzz Face, et est basée sur des tran­sis­tors Fair­child Semi­con­duc­tor. Les modu­la­tions, elles, sont numé­riques. En plus des deux foots­witchs, l’on trouve les réglages suivants :

  • Un contrôle de volume pour la fuzz
  • Un contrôle de volume pour les modu­la­tions
  • Un contrôle de gain pour la fuzz
  • Des contrôles Depth et Rate pour les modu­la­tions
  • Un contrôle dédié à l’oc­ta­ver
  • Un sélec­teur à trois posi­tions pour choi­sir entre l’ef­fet Leslie, l’ef­fet Vibe, et la wah wah
  • Un petit sélec­teur interne pour placer la fuzz en aval des modu­la­tions

Vous l’au­rez compris, il vous faudra faire un choix entre la simu­la­tion de cabine Leslie, l’uni-vibe, et la wah wah. L’oc­ta­ver et la fuzz peuvent par contre être cumu­lés avec l’une de ces modu­la­tions. En termes d’en­trées et de sorties, nous avons à faire à du très clas­sique : connec­teur pour l’ali­men­ta­tion 9V (non fourni), entrée et sortie jack mono, et entrée pour pédale d’ex­pres­sion.

Enfin, ajou­tons que la pédale est livrée dans un élégant sac velouté, en compa­gnie d’un petit papier déli­vrant des infor­ma­tions succinctes sur le fonc­tion­ne­ment de la pédale.

L’ef­fet fuzz

Rentrons tout de suite dans le vif du sujet : j’ai trouvé l’er­go­no­mie de la Monte­rey assez moyenne. Le fonc­tion­ne­ment global est bien pensé, mais la logique n’est pas toujours respec­tée. J’au­rais aimé que les boutons dédiés à la fuzz soient tous sur le côté droit (vers le foots­witch Fuzz), et que ceux dédiés aux modu­la­tions soient de l’autre côté, de façon à vrai­ment visua­li­ser les deux canaux. Évidem­ment, cela aurait déséqui­li­bré la pédale, car seule­ment deux réglages concernent la Fuzz, mais nous aurions gagné en lisi­bi­lité. 

Nous allons commen­cer notre décou­verte sonore avec le canal fuzz. Comme d’ha­bi­tude, j’ai utilisé des modé­li­sa­tions du Kemper Profi­ler, mais je n’ai pas utilisé le même preset que d’ha­bi­tude. En effet, j’ai navi­gué entre de nombreuses modu­la­tions, et les résul­tats étaient parfois déce­vants : la fuzz était trop étouf­fée, ou alors, sans être étouf­fée, elle manquait d’épais­seur. Je me suis donc mis en quête d’un preset simu­lant un vieux Marshall des années 60 et, magie, le résul­tat était enfin à la hauteur de mes espé­rances. 

Dans les 6 extraits suivants, je modi­fie le gain et j’uti­lise diffé­rents micros de la Stra­to­cas­ter. J’uti­lise le micro cheva­let d’une Les Paul dans le dernier exemple.

1 Strat Cheva­let Fuzz level 3 4, Gain 0
00:0000:26
  • 1 Strat Cheva­let Fuzz level 3 4, Gain 0 00:26
  • 2 Strat Manche Fuzz Level 3 4 Gain 1 4 00:32
  • 3 Strat Cheva­let Fuzz Level 3 4 Gain 1 2 00:46
  • 4 Strat Cheva­let Fuzz Level 3 4 Gain 3 4 00:50
  • 5 Strat Cheva­let Fuzz Level 2 3 Gain Full 01:12
  • 6 Les Paul Cheva­let Fuzz Level 2 3 Gain Full 01:08
Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 5

J’ai d’abord remarqué que la fuzz a tendance à manger certaines fréquences dans les aigus. Le son est un peu plus étouffé, plus rond par rapport à mon son dry lorsque j’en­clenche l’ef­fet avec le gain au mini­mum. Il y a donc une forte colo­ra­tion, et cela explique les résul­tats très diffé­rents suivant les amplis utili­sés. Certains appré­cie­ront, d’autres non. Person­nel­le­ment, je n’ai pas trouvé ça déran­geant lorsque le gain est fort, mais un peu plus embê­tant avec un son quasi clean, car je le trouve moins riche. Pour autant, la fuzz est inté­res­sante. Elle s’éclair­cit très faci­le­ment avec le potard de volume ou avec le réglage de gain. Le son est certes compressé, mais l’at­taque du guita­riste est bien retrans­crite.

Avec le gain à 0, on obtient déjà une petite satu­ra­tion pas toujours très harmo­nieuse. C’est beau­coup mieux lorsque l’on pousse le gain, puisque la satu­ra­tion devient plus homo­gène et accom­pagne le guita­riste de façon plus natu­relle. La fuzz est assez subtile, sa réserve de gain n’est pas énorme, mais elle est ample­ment suffi­sante pour du rock pêchu. Elle offre un beau sustain, et ne cafouille jamais à outrance. De plus, il y a très peu de bruits indé­si­rables, hormis lorsqu’on la pousse vrai­ment à fond. En fin de compte, malgré sa grosse colo­ra­tion, j’aime bien cette fuzz. Je reste par contre dubi­ta­tif quant à son adap­ta­tion à tous les amplis sans passer par la case égali­sa­tion. Il est temps de nous pencher sur la wah wah de la Monte­rey. 

L’ef­fet wah wah

Cette fois, de nombreux réglages sont dispo­nibles. Lorsque le bouton Depth est complè­te­ment vers la gauche, il s’agit d’une wah clas­sique que l’on peut soit contrô­ler avec la pédale d’ex­pres­sion, soit garder en posi­tion bloquée et modi­fier les fréquences avec le bouton Rate. En pous­sant légè­re­ment le bouton Depth, le mode « Auto Wah » est enclen­ché, et l’ef­fet répon­dra donc à votre attaque. Après 12 h, la wah devient une « harmo­nic wah », une sorte de vibrato. Écou­tons dans un premier temps l’in­ci­dence des réglages Depth et Rate.

00:0000:00

Il est aussi possible d’ac­ti­ver l’oc­ta­ver en utili­sant le bouton Octave. À 12 h, l’ef­fet n’est pas enclen­ché. Mais en tour­nant le bouton légè­re­ment vers la gauche, l’oc­tave infé­rieure pointe le bout de son nez. Il en va de même pour l’oc­tave supé­rieure vers la droite.

00:0000:00

L’ef­fet est clai­re­ment moderne, et l’on s’in­ter­roge sur la perti­nence de sa présence au cœur de la Monte­rey. Mais au niveau sonore, c’est indu­bi­ta­ble­ment inté­res­sant ! Pous­sée dans les aigus au maxi­mum, l’oc­tave supé­rieure est légè­re­ment déca­lée et cela donne un résul­tat éton­nant. C’est synthé­tique, mais pas dénué de charme. Termi­nons notre décou­verte du mode wah wah en y ajou­tant la fuzz.

00:0000:00

Au final, la wah wah est très convain­cante. Mon unique réserve concerne son utili­sa­tion avec la fuzz. Je préfère large­ment lorsqu’une wah wah est placée avant la satu­ra­tion. Mais l’éton­nant vibrato du mode « harmo­nic wah » fait son effet, et la poly­va­lence de l’en­semble ne peut que séduire. J’ai tout de même trouvé qu’il est parfois diffi­cile de maîtri­ser certaines fréquences (vos oreilles en ont certai­ne­ment fait les frais dans le dernier extrait), et un EQ n’au­rait certai­ne­ment pas été de trop.

L’ef­fet uni-vibe

L’ef­fet Vibe est proba­ble­ment l’un des éléments les plus notables du son d’Hen­drix. Il s’agit d’une forme de phaser qui agit plus ou moins forte­ment sur les fréquences sonores. Keeley Elec­tro­nics a cher­ché à repro­duire le son carac­té­ris­tique des machines à base de cellule photo-élec­trique. Il m’est diffi­cile de juger si la simu­la­tion est réus­sie, je ne suis pas un grand expert de l’Uni-Vibe, mais voici une série de trois extraits sonores qui vous permet­tront de vous faire un avis. Dans le premier exemple j’uti­lise seule­ment les boutons Depth et Rate, dans le deuxième j’ajoute l’oc­ta­ver, et enfin j’ajoute à tout cela la fuzz dans le troi­sième.

10 Strat manche Vibe Level 1 2 Octave 1 2
00:0001:38
  • 10 Strat manche Vibe Level 1 2 Octave 1 2 01:38
  • 11 Strat inter­mé­diaire Vibe + Octa­ver Level 1 2 Depth 1 2 Rate 1 2 01:52
  • 12 Strat cheva­let Vibe Level 1 2 et Fuzz Level 1 2 Gain variable 02:58

À l’image de la fuzz, la vibe colore le son. En l’en­clen­chant avec le bouton Depth au mini­mum, on entend que l’on perd une partie du spectre par rapport à la guitare dry. Cet effet n’est pas destiné à être utilisé avec le réglage aussi bas, et l’ef­fet enve­loppe telle­ment le son que l’on oublie rapi­de­ment cette colo­ra­tion. Person­nel­le­ment, je trouve tout de même que l’on perd un peu de pêche. Mais c’est proba­ble­ment une ques­tion de goût et, encore une fois, un effet n’est pas forcé­ment fait pour être trans­pa­rent. Passons main­te­nant à l’ef­fet rotary.

La simu­la­tion de cabine Leslie

Cet effet tente de recréer les sono­ri­tés du fameux système de haut-parleurs rota­tifs. Cette fois, il n’est pas possible d’ajou­ter l’oc­ta­ver. En effet, le bouton Octave permet de contrô­ler le volume du HP dédié aux graves (tambour) et du HP dédié aux aigus (trom­pette). Concrè­te­ment, en pous­sant le bouton vers la gauche, on entend plus le tambour, et vers la droite plus la trom­pette. Comme à notre habi­tude, le premier extrait est dédié aux boutons Depth et Rate. Dans le deuxième, je joue avec le potard Octave. Pour termi­ner, j’ajoute la fuzz dans le dernier exemple.

13 Strat manche Leslie Level 1 2 Octave 1 2
00:0001:12
  • 13 Strat manche Leslie Level 1 2 Octave 1 2 01:12
  • 14 Strat inter­mé­diaire Leslie + Octa­ver Level 1 2 Depth 2 3, Rate 2 3 01:12
  • 15 Strat inter­mé­diaire Leslie Level 1 2 Fuzz Level 1 2 Gain variable 02:22
Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 12

J’aime beau­coup les simu­la­tions de cabine Leslie. Suivant les réglages, l’on tend vers un chorus, ou vers un trémolo. Jouer avec les boutons Depths et Rate permet d’ob­te­nir un effet fou ou alors beau­coup plus subtil. Le mode Rotary de la Monte­rey est très fin et, quels que soient les réglages, ça sonne !

Ce mode offre même une option très inté­res­sante pour modi­fier l’em­preinte sonore de la fuzz. En effet, en plaçant le bouton Rate à 0, l’os­cil­la­tion entre les deux haut-parleurs de la Lelise va s’ar­rê­ter, et le bouton Octave devient alors une sorte de simu­la­teur de HP. Dans l’exemple suivant, je débute avec le bouton Octave à 12 h, puis je le baisse complè­te­ment, avant de l’aug­men­ter au maxi­mum. Pour cet extrait, j’ai modi­fié le sélec­teur interne de la Monte­rey. Il permet de placer la satu­ra­tion après la modu­la­tion, ce qui dans notre cas permet de modi­fier le signal reçu par la fuzz et de mieux perce­voir l’in­fluence du « faux » simu­la­teur de HP.

00:0000:00

Profi­tons-en pour décou­vrir l’in­fluence du sélec­teur interne sur les trois modes de modu­la­tions (Uni-Vibe, Leslie, et wah wah). Pour chacun des exemples, je débute avec la fuzz en amont des modu­la­tions (réglage d’usine), puis je la place en aval.

17 Dips­witch sur vibe
00:0000:42
  • 17 Dips­witch sur vibe 00:42
  • 18 Dips­witch sur Leslie 01:02
  • 19 Dips­witch wah 01:02

Le chan­ge­ment est radi­cal, et j’en­tre­vois enfin les sons « hendrixiens » tant recher­chés ! Non contente de propo­ser une multi­tude d’ef­fets et de réglages, la Monte­rey s’offre le luxe de doubler toutes les possi­bi­li­tés grâce à ce petit sélec­teur. On en arrive à regret­ter que ce bouton ne soit pas en façade, car, par exemple, j’aime placer ma wah wah en amont de ma satu­ra­tion, mais je préfère la plupart des autres modu­la­tions en aval. Malheu­reu­se­ment, il ne sera pas possible de modi­fier cela à la volée. 

« I stand up next to a moun­tain »

Il est diffi­cile de se faire un avis défi­ni­tif sur la Monte­rey de Keeley Elec­tro­nics. Il faut du temps pour décou­vrir la pédale, maîtri­ser toutes ses possi­bi­li­tés, et surtout trou­ver LE son. C’est un bon point, et en même temps ce n’est pas forcé­ment ce que l’on attend d’une pédale dont la commu­ni­ca­tion s’axe autour du son d’un artiste. Si vous vous atten­dez à obte­nir rapi­de­ment un son typé Hendrix, passez votre chemin. Il s’agit plus d’une addi­tion d’ef­fets utili­sés par le guita­riste légen­daire qu’une repro­duc­tion de son empreinte sonore. C’est donc une certaine décep­tion qui prévaut, même s’il faut bien avouer qu’en plaçant la fuzz après les modu­la­tions, l’on retrouve un peu plus les sono­ri­tés de Jimi. Mais, en dehors de toutes ces consi­dé­ra­tions, la Monte­rey est-elle une bonne pédale ?

Les effets ne sont jamais trop extrêmes, et ils restent exploi­tables dans la plupart des condi­tions. Parfois, certaines fréquences sont trop boos­tées, et même si les potards déjà présents permettent souvent de régler ça, j’au­rais beau­coup aimé qu’il y ait un bouton de tona­lité ou un EQ. Il faut en plus ajou­ter à cela la forte colo­ra­tion de la pédale. Une égali­sa­tion inté­grée aurait permis d’adap­ter faci­le­ment la machine à son ampli. Les effets sonnent tous bien mais, fonda­men­ta­le­ment, aucun ne m’a profon­dé­ment marqué.

En résumé, hormis si cette pédale rassemble exac­te­ment les effets que vous dési­rez, il est certai­ne­ment plus sage de cibler quelques pédales avec un usage dédié à un effet. La Monte­rey pour­rait être un outil utile au débu­tant, mais son iden­tité est trop marquée pour plaire au plus grand nombre. Quel débu­tant souhai­te­rait une Leslie et une Uni-Vibe plutôt qu’une réverbe et un delay par exemple ? Sans être un échec, cette Monte­rey m’a déçu. L’er­reur prin­ci­pale est certai­ne­ment d’avoir axé la commu­ni­ca­tion autour de Jimi Hendrix. Certes l’on retrouve les effets chéris par le guita­riste, mais la promesse du son d’Hen­drix dans une pédale n’est pas complè­te­ment tenue (ou diffi­ci­le­ment acces­sible). Elle pourra, par contre, certai­ne­ment conve­nir à la petite niche de guita­ristes qui souhai­te­raient à moindre coût s’équi­per d’une wah, d’une simu­la­tion de cabine Leslie, d’une Uni-Vibe, d’un octa­ver, et d’une fuzz. D’au­tant plus que la plupart des effets sonnent (pour peu que l’on passe du temps à décou­vrir la bête), et que les possi­bi­li­tés sont innom­brables. À réser­ver donc aux utili­sa­teurs aver­tis.

  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 10
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 9
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 8
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 7
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 6
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 5
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 4
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 3
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 11
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 12
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 2
  • Keeley Electronics Monterey Rotary Fuzz Vibe : Test Keeley Monterey Photo 1

 

6/10
Points forts
  • Beaucoup d’effets dans un boîtier compact
  • Les nombreux réglages offrent une réelle profondeur et de multiples possibilités
  • Mélange d’effets vintage et plus modernes (notamment l’octaver)
  • La wah wah très polyvalente
  • L’entrée pour pédale d’expression
  • Les deux boutons de volume pour ajuster la fuzz et les modulations
Points faibles
  • Coloration qui implique d’adapter son matériel à la pédale
  • Pas de potard général de tonalité ou d’égalisation (ce qui aurait partiellement résolu le point précédent)
  • Ergonomie moyenne
  • Le sélecteur pour modifier le chaînage est interne et non en façade
  • Les finitions décevantes sur mon exemplaire

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.