Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
pédago

FX Story : le Flanger

Petite histoire du Flanger

Atmosphérique, tournoyant, aérien : tels sont les mots qui décrivent habituellement le flanger, un effet vieux de 40 ans qui a fait le son de nombreux standards et qui méritait bien qu'on s'intéresse à ses origines, son fonctionnement et son utilisation.

Atmo­sphé­rique, tour­noyant, aérien : tels sont les mots qui décrivent habi­tuel­le­ment le flan­ger, un effet vieux de 40 ans qui a fait le son de nombreux stan­dards et qui méri­tait bien qu’on s’in­té­resse à ses origines, son fonc­tion­ne­ment et son utili­sa­tion.

Si une légende voudrait que Les Paul (le célèbre père de la guitare du même nom) ait décou­vert le flan­ger plusieurs années aupa­ra­vant, c’est plus vrai­sem­bla­ble­ment en avril 1966 que cet effet aurait été inventé, durant les sessions d’en­re­gis­tre­ment de Tomor­row Never knows, chan­son figu­rant sur l’al­bum Revol­ver des Beatles.

townsendOr, en jouant sur le déca­lage tempo­rel entre les deux signaux, les hommes de George Martin (le célèbre produc­teur des Beatles) ne tardèrent pas à se rendre compte qu’au-delà de sa fonc­tion initiale, l’ADT permet­tait de produire un drôle d’ef­fet 'tour­noyant’. Evoquant à la fois le son qu’on obtient lorsqu’on colle son oreille à un coquillage et celui d’un avion à réac­tion qui vous passe au-dessus de la tête, l’ef­fet en ques­tion ne tarda pas à trou­ver un nom.En studio, un ingé son du nom de Ken Town­send cher­chait à l’époque un moyen de doubler des pistes vocales autre­ment qu’en les enre­gis­trant deux fois de suite. Son idée était de récu­pé­rer le signal de la tête d’en­re­gis­tre­ment d’un magné­to­phone en plus du signal prove­nant de sa tête de lecture, puis de synchro­ni­ser les deux signaux en pres­sant légè­re­ment une tige métal­lique du magné­to­phone en contact avec la bande à retar­der. De cette façon, on récu­pé­rait deux images sonores au lieu d’une. Baptisé ADT pour Arti­fi­cial Double-Tracking, le système plut énor­mé­ment à Lennon qui n’ai­mait pas parti­cu­liè­re­ment l’idée de devoir répé­ter deux fois la même piste vocale en studio.

Sur ce point, l’his­toire n’est pas très claire. Lorsque John Lennon inter­ro­gea George Martin sur ce système, ce dernier aurait préféré ne pas entrer dans les détails tech­niques et aurait évoqué, non sans humour, un « double-bifur­ca­ted splo­shing flange », le flange dési­gnant la tige métal­lique à pres­ser pour retar­der la bande sur le magné­to­phone. De cette expli­ca­tion, Lennon n’au­rait, par la suite, gardé que le terme de 'flan­ging’. Une autre version voudrait que le mot «  flange  » soit issu d’un sketch de Peter Sellers, avec lequel George Martin travaillait à l’époque…

Quoi qu’il en soit, le flan­ger était né et allait séduire un grand nombre de musi­ciens des années 60, dont Jimi Hendrix.

Prin­cipe

Il fallut peu de temps à des élec­tro­ni­ciens talen­tueux pour recréer le son produit par ces magné­to­phones «  désyn­cho­ni­sés  ».

L’idée est donc d’ap­pliquer un retard court (en dessous de 10ms) à un signal. On peut renvoyer une partie du signal déjà traité dans l’en­trée de l’ef­fet (réglage de feed­back), cepen­dant que dans les flan­gers les plus sophis­tiqués, le temps de retard varie dans le temps au moyen d’un LFO (Low Frequency Oscil­la­tor soit oscil­la­teur basse fréquence). Le signal traité est alors combiné à du signal non traité pour créer l’ef­fet recher­ché.

Notons que ce prin­cipe de fonc­tion­ne­ment est le même en analo­gique et en numé­rique, à ceci près qu’il est appliqué de façon logi­cielle dans le deuxième cas.

Réglages

Voici les réglages que l’on trouve couram­ment sur les flan­gers du marché :

Depth (profon­deur) / Mix qui corres­pond au taux de mélange entre signal traité et signal non traité.
Delay (retard) qui défi­nit le retard mini­mum entre le signal traité et le signal non traité.
Speed (vitesse) / Rate (fréquence) qui défi­nit enfin la vitesse de modu­la­tion.

Selon le modèle, on peut trou­ver d’autres para­mètres comme le type de forme d’ondes du LFO ou le taux de feed­back. Notez que la vitesse de modu­la­tion est un des para­mètres clé. Une modu­la­tion plutôt lente sera utile pour épais­sir un son de type guitare satu­rée ou une nappe de clavier, par exemple.

On pourra égale­ment synchro­ni­ser l’ef­fet au tempo pour les flan­ger les plus sophis­tiqués ce qui sera du plus bel effet des sons plus percus­sifs (type char­ley ou guitare en son clair). Ce prin­cipe est utilisé entre autres dans la M-Audio Black­Box testée il y a peu sur Audio­Fan­zine, et sur sa grand sœur l’Adre­na­Linn.

De leurs côté, la plupart des plug-ins logi­ciels proposent un mode « tempo » au lieu d’une valeur en Hz. Si votre flan­ger ne vous le permet pas, voici la formule pour synchro­ni­ser un fréquence à un tempo :

Tempo / 60 = la valeur en Hz pour obte­nir une pulsa­tion par temps.

Exemple : pour un un tempo de 120, 120 / 60 = 2Hz. Pour une pulsa­tion à la croche, multi­pliez par deux, à la double croche, par quatre, etc.

Place­ment

Dans une chaîne compre­nant plusieurs effets, tradi­tion­nel­le­ment, le flan­ger se situe après la wah, la distor­sion et les effets sur la dyna­mique (compres­seur, expan­seur…), et avant les effets de spatia­li­sa­tion (delay + réverb). Placer le flan­ger après un delay est égale­ment rela­ti­ve­ment courant.

Comme toujours, les règles sont faites pour être enfreintes et je vous engage à faire toutes les expé­ri­men­ta­tions possibles, bien entendu ! D’ailleurs, si le flan­ger est en géné­ral peu utilisé en conjonc­tion avec d’autres effets de modu­la­tion de type chorus ou phaser, rien ne vous empêche d’es­sayer, voire de mélan­ger plusieurs flan­gers : soyons fous !

Pour finir, il y a une distinc­tion impor­tante entre un Flan­ger mono et un Flan­ger stéréo (tous ne le sont pas). Ce dernier élar­git consi­dé­ra­ble­ment l’image sonore et il permet même de faire «  tour­ner  » le son d’une enceinte à l’autre en jouant sur le pano­ra­mique du signal. Le Flan­ger mono est, lui, plus contenu.

Exemples d’uti­li­sa­tion

Passons main­te­nant en revue les utili­sa­tions courantes du flan­ger :

On l’em­ploie tout d’abord souvent sur un mix entier pour souli­gner une partie dans un morceau ou tout simple­ment donner un effet un peu psyché­dé­lique (sortez les vestes à franges et les panta­lons violets).

00:0000:00

 Le flan­ger utilisé est ici synchro­nisé au tempo (à la triple croche) ce qui accen­tue la pulsa­tion ryth­mique. Mais on peut aussi s’en servir sur tout ou partie de la batte­rie (en parti­cu­lier les char­leys pour donner un effet tour­nant) :

00:0000:00

 Flan­ger utilisé sur toute la batte­rie, stra­ta­gème souvent utilisé pour souli­gner un break de batte­rie seul. Écou­tez main­te­nant la char­ley trai­tée unique­ment, synchro­nisé au tempo :

00:0000:00

 Sur des nappes de clavier, le flan­ger permet d’élar­gir le son (surtout en stéréo) et de le rendre plus vivant. Voyez cet exemple qui fleure bon les eigh­ties : coif­fure casque et néons fluos obli­ga­toires.

00:0000:00

 Avec une guitare claire comme satu­rée, la modu­la­tion intro­duite par le flan­ger permet enfin de gros­sir le son et le rend plus épais (le trait est ici un peu forcé, à utili­ser avec modé­ra­tion dans un mix surtout si d’autres guitares sont présentes).

00:0000:00
00:0000:00

Notez que la plupart de ces exemples ont été fabriqués en utili­sant le plugin flan­ger livré avec Cubase SX ou le plugin Clas­sic Flan­ger de Kjae­rhus (voir maté­riel et plug-ins de réfé­rence).

Maté­riel et plug-ins de réfé­rence

Commençons par les flan­gers pour guitare sous forme de pédale (qui peuvent être utili­sés avec d’autres instru­ments, certains musi­ciens ne s’en sont pas privé). La plupart sont mono sauf pour le modèle de chez TC.

Effets et périphériques de studio : BossBoss BF-2

la pédale violette a été fabriquée pendant des années et propose une bonne palette de son (d’au­cuns diront qu’elle est un peu froide). Elle a été récem­ment remplacé par la BF-3 aux possi­bi­li­tés plus éten­dues (mais encore plus froide que son prédé­ces­seur pour certains).

Effets et périphériques de studio : ElectroharmonixElec­tro Harmo­nix Deluxe Elec­tric Mistress

Flan­ger au son chaud utilisé entre autres par Pink Floyd (on l’en­tend notam­ment sur «  Run Like Hell  » dans l’al­bum «  The Wall  »).

Effets et périphériques de studio : TcelecTC Elec­tro­nics Stereo Chorus/Flan­ger

la petite pédale noire que TC a recom­mencé à fabriquer à la fin des années 90 sous la pres­sion popu­laire est un grand clas­sique.

Effets et périphériques de studio : IbanezIbanez FL-9

Pédale des années 80 reve­nue égale­ment sous la pres­sion popu­laire, le son d’époque.

En terme de plug-in, le Clas­sic Flan­ger de Kjae­rhus Audio (www.kjae­rhu­sau­dio.com), au format VST pour Windows, est gratuit et permet donc d’ex­pé­ri­men­ter à moindre frais.

Effets et périphériques de studio : Endless flangerSi la plupart des séquen­ceurs audio­nu­mé­riques sont livrés avec un flan­ger de base, on pourra aussi s’in­té­res­ser à la Endless Serie d’Oli Larkin (www.oli.adbe.org), ou comment combi­ner les effets à modu­la­tion que sont le phaser et le flan­ger avec une illu­sion acous­tique donnant l’im­pres­sion que la tona­lité du son progresse à l’in­fini dans le grave ou l’ai­gu…

Enfin, du côté des payants, on ne manquera pas de s’in­té­res­ser à l’Ana­log Chorus / Flan­ger issu du Blue Tube Bundle de Nomad Factory (www.nomad­fac­tory.com) ou encore au Golden Modu­la­tor | GMO-1, encore chez Kjae­rhus Audio (www.kjae­rhu­sau­dio.com) : un plug très bien conçu et dédié aux effets à modu­la­tion en géné­ral.

Pour finir, sachez que tout multi-effet géné­ra­liste qui se respecte, qu’il soit en rack ou en péda­lier, se doit de propo­ser un flan­ger, souvent stéréo.

Disco­gra­phie sélec­tive

Voici une petite disco­gra­phie sélec­tive de morceaux utili­sant plus ou moins abon­dam­ment le flan­ger :

Effets et périphériques de studio : Bold as love jimi hendrix experience album cover artJimi Hendrix sur « Axis Bold (As Love) » dans Axis Bold (As Love) : Ecou­tez le break de batte­rie avant le solo final.

Effets et périphériques de studio : Sweet Smoke Just A PokeSweet Smoke sur « Silly Sally » dans Just a Poke : Une pochette d’an­tho­lo­gie pour un disque bien de son temps (1972) et un long solo de batte­rie qui n’en finit plus de décol­ler grâce à un flan­ger lent. Faîtes tour­ner !

Pink Floyd sur « Run Like Hell » dans The Wall : l’in­tro du morceau est un vrai régal : le micro aigü d’une Tele­cas­ter dans un compres­seur, un flan­ger et un delay. Impa­rable.

Effets et périphériques de studio : CovLenny Kravitz sur « Are You Gonna Go My Way » dans Are You Gonna Go My Way : Un tube Hendrixien en diable dont le pont précé­dent le solo est accen­tué par un flan­ger sur tout le mix.

Effets et périphériques de studio : ZooropaU2 sur « Numb » dans Zooropa ou comment The Edge, après avoir repoussé les limites du delay, utilise les varia­tions de pitchs appor­tées par le flan­ger pour accou­cher d’une ryth­mique façon «  scie circu­laire  ». 

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.