Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou
test
Sans Caparison possible

Test de la guitare Caparison Dellinger II-M3

Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Caparison Dellinger II-M3
Photos
1/31
Caparison Dellinger II-M3

Guitare de forme SC de la marque Caparison appartenant à la série Dellinger.

Il est rare de pouvoir mettre la main sur une guitare Caparison, marque japonaise de prestige qui propose des instruments réalisés en demi-séries à la main. Ne boudons pas notre plaisir avec cette Dellinger.

Pourtant jouées par de grands noms tels que Mattias Eklundh de Freak Kitchen, Michael Romeo de Symphony X ou Christopher Amott quand il faisait partie d'Arch Enemy, les guitares Caparison restent confidentielles malgré un succès d'estime indéniable. Ces instruments orientés metal jouissent d'une réputation excellente auprès des guitaristes portés sur les soli, tentons donc d'y jeter une oreille de façon totalement objective.

Faisant partie des Regular Series au même titre que les Angelus ou Horus, cette Dellinger affiche une robe noire sobre mais classe. La caisse en 3 parties est constituée d'un tronc central en érable autour duquel sont collées deux ailes en acajou. Un tel choix de bois est cohérent car l'érable du corps entre en résonance avec l'érable du manche pour une bonne dispersion des vibrations, et donc du sustain. Ce manche vissé en 4 points est serti d'une touche en ébène de très bonne qualité, brillant et présentant de belles fibres similaire à la qualité ESP. Les 24 frettes qui ornent la touche sont finies de manière irréprochable, sans aucun accroc d'aucune sorte. Les repères en montres molles constituent un agrément visuel typique des Caparison.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 5

6Le chevalet est un vibrato bloquant et flottant Schaller dont l'ancrage dans le corps est plus haut que d'usage sur une guitare de ce type, l'angle du manche étant ajusté en conséquence. Il s'agit là d'un détail qui n'influe pas sur le confort de jeu mais permet de tirer le vibrato plus haut dans les aigus sans rencontrer la caisse. Les contrôles sont peu nombreux, un volume très progressif et un toggle switch 3 positions sans split. Dommage, il est toujours sympathique de pouvoir bénéficier de sons hors phase. Les positions sont donc limitées à du full humbucker (micro chevalet/les deux micros ensemble/micro manche). Ces micros sont des réalisations Caparison qui répondent au doux nom de PH-F et PH-R. La prise jack Switchcraft est insérée dans la caisse pour éviter les décrochements intempestifs, à la façon d'une Ibanez Jem.

La tête à la forme caractéristique est garnie de 6 mécaniques Gotoh dont les cabestans ont été réduits pour permettre aux cordes d'être bien calées sur le sillet lors du montage et ainsi éviter l'usage d'une barre de rétention. Le pitch des cordes ne gagne donc pas jusqu'à un ton au moment de la fermeture des galets. Après dévissage de la plaque arrière, on constate une baie de ressorts de rappel dénuée de poussière, peinte en noir au même titre que le corps et très propre.

  • 4
  • 8
  • 10
  • 11

Le talon est profilé pour favoriser la vitesse et un accès aux aigus aisé. Rien ne vient gêner la main lors d'un démanché fou aux alentours de la 24e case. Le manche est très confortable, en D aplati mais ne plaira pas à tout le monde. Assez arrondi vers les bords, il constitue une bonne raison pour essayer l'instrument en magasin avant achat, quand on a la chance de pouvoir le faire bien entendu... La jonction tête/manche est parfaite et l'équilibre une fois debout et sanglé l'est tout autant, nous en reparlerons en fin de test.

  • 9
  • 7

La guitare est livrée dans un sublime étui semi-rigide parfaitement conçu et favorisant un transport sans aucun danger. Bon, on branche ?

Kuro no josei (la dame en noir)

Le test est réalisé avec la tête EVH 5150 III 50w EL34 dans un baffle Laboga 4x12 équipé en Celestion V30 et repiqué à l'aide d'un unique Shure SM57 dans une carte Scarlett Focusrite 18i8. Aucune EQ à part celle de l'ampli n'est mise en œuvre sauf dans le mix final. Les effets que l'on entend dans certains exemples proviennent uniquement de pédales : Fender Micro Comp, Boss CE-3, TC Electronic Flashback et Mini HOF.

Déjà, il convient de signaler que la résonance à vide de cette Dellinger est assez notable, claire et bien définie. L'ébène de la touche apporte une précision certaine au delà de la 12e case, là où le palissandre devient un peu flou.

En son clair, la guitare offre de belles sonorités full humbucker. Le grain n'est pas droit et brille par une attaque franche similaire à celle des Seymour Duncan. La position intermédiaire impliquant les deux micros en simultané sera la plus favorable à de beaux arpèges mouillés de reverb ou de chorus. Assez délicieux à dire vrai, à tel point que l'on se prend à enclencher ses effets. Comme nous nous en doutions, l'absence de split réduit tout de même les possibilités tonales en clean. Certes c'est une modification simple qui ne coûte pas grand chose, mais sur un instrument à 2 500 euros on est en droit de ne rien avoir à changer du tout.

clean
00:0001:39
  • clean01:39
  • cleancompreverb01:54
  • cleancompchorusdelay01:54

Le second canal du EVH nous amène directement en terre heavy metal, tant pis pour le crunch. Cette Caparison n'est pas faite pour ça, sacrilège ! En saturation assez franche, les micros continuent de bien s'en sortir avec de belles articulations et une belle réponse aux harmoniques artificiels ou pincés. La gestion du gain au volume est efficace avec un potard progressif apte à apaiser le niveau de sortie à la volée. Le grain est décidément appréciable même si on commence à constater une légère imprécision dans les graves et une tonalité assez sombre ce qui est assez étonnant alors qu'en clean c'était le contraire, la brillance était de mise. Cette guitare en l'état conviendra parfaitement à un ampli un peu bright comme les EVH équipés en 6L6 ou la gamme Engl.

saturation
00:0002:14
  • saturation02:14
  • saturationdelay01:39

Le confort de jeu est bien présent, la forme du dos du manche ne gêne absolument pas votre serviteur. La finition des frettes est véritablement digne du meilleur luthier et rend possible n'importe quel démanché de la mort qui tue sans aucune résistance pour la main gauche. La tenue d'accord est diabolique malgré une violence absolue lors de la manipulation de la tige de vibrato grâce à un sillet parfaitement ancré dans la tête et une stabilité des bois parfaite obtenue après un séchage sérieux. Hé non les amis, quand l'accord n'est pas tenu sur une guitare à vibrato à blocage, ce dernier n'est presque jamais responsable... C'est le sillet qu'il faut accuser ! Comme vous pouvez l'entendre, le fameux effet « flutter » est au rendez-vous, la disposition assez haute du vibrato par rapport à la caisse nous permet d'y aller de bon cœur.

L'accès aux aigus se vérifie sans peine, les bends jusqu'au Mi en 22e case sortent sans accroc. Le sustain général est très bon, merci l'ajustement parfait du manche dans la neck pocket ! Toutes les vibrations sont transmises de belle manière et la présence d'érable au centre de la caisse n'y est certainement pas pour rien.

Sur le canal 3 de la tête EVH qui déchaîne la disto de l'enfer, la guitare s'en sort bien. À nouveau, le très léger manque de précision dans les graves se fait sentir surtout lors des palm mute. Cela ne dérangera pas le hardos ou le heavy métalleux dans son travail sidérurgique mais pourra éventuellement titiller le djenteux accordé en drop de La en 13/52. Dans ce cas, le changement de micros pourrait pointer le bout de son nez ce qui est un peu dommage pour un instrument haut de gamme. Pourtant, certaines marques comme Kiesel/Carvin arrivent à équiper leurs modèles de micros propriétaires absolument parfaits, ce qui ne rend pas l'indépendance vis à vis des classiques Seymour Duncan ou Dimarzio impossible.

gainmax
00:0001:34

Le rendu est très cohérent dans un contexte de mix. Une très légère EQ a été ajoutée sur Cubase pour faire ressortir le solo dans le style de Marty Friedman. En situation de studio, la fiabilité de la tenue d'accord et le peu de variations physiques grâce aux bois parfaitement maîtrisés soulageront le musicien désireux de travailler dans de bonnes conditions sans devoir tripatouiller son instrument tous les quarts d'heure. La guitare n'a pas été ré-accordée une seule fois lors de l'enregistrement des exemples audio. Belle performance !

mix
00:0003:20

Jouée debout, l'équilibre est sans faille. On aurait pu craindre le syndrome Gibson SG avec une tête qui plonge mais il n'en est rien malgré la grande dimension de cette jolie crosse. La prise jack Switchcraft semble par contre atteinte du même problème que toutes les prises dans ce style, certains câbles étant plus ou moins générateurs de faux contacts en fonction des minuscules différences de calibres. Attention de bien utiliser des câbles équipés de jacks de bonne qualité sous peine d'être tout simplement muté en plein jeu. Ce petit souci n'est en rien inhérent à la qualité de la guitare, beaucoup de Vigier Excalibur ou d'Ibanez Jem en sont d'ailleurs victimes.

Woman from Tokyo

Contrairement aux clichés qui entourent la marque, cette Dellinger assure aussi bien en rythmique qu'en solo et n'est pas uniquement destinée au shredder chevelu (ou non). Le spectre tonal est assez large et flexible pour affronter tous les styles métalliques en dépit de légères réserves concernant les micros Caparison. Rien de grave, mais à un tel tarif l’exigence est de mise. Un changement de kit pour du Seymour Duncan TB4 et SH1N serait particulièrement pertinent, à chacun de décider en son âme et conscience. Caparison propose une vision de la guitare metal et il convient de la considérer comme telle. L'instrument reste un bel outil, fiable et à la lutherie parfaitement travaillée. Plus que jamais, un test en magasin est conseillé, autant en ce qui concerne le manche que la tonalité globale. Si vous avez l'opportunité de réaliser ce test pré-achat, apportez un ampli que vous connaissez par cœur pour « entendre » la guitare. À ce niveau de qualité, c'est un peu comme les voitures de collection : certaines ont des défauts mais tellement de charme qu'on leur pardonne tout...

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11

 

7/10
Points forts
  • Fabrication haut de gamme pour une lutherie parfaite
  • Finition des frettes
  • Stabilité du séchage et de l'assemblage
  • Choix des bois pertinent
  • Tenue d'accord démoniaque
  • Poids mesuré
  • Accès aux aigus
  • Étui semi-rigide superbe
Points faibles
  • Micros légèrement imprécis dans les graves
  • Pas de split
  • Un manche qui ne plaira pas à tout le monde
  • Tarif un peu élevé
  • Trop rare pour un essai en magasin
  • fry1985
    fry1985
    Posteur AFfranchi
    99 posts au compteur
    tellement vrai le problème des sillets bloquant qui bougent
  • Neogeofanatic
    Neogeofanatic
    Rédacteur
    145 posts au compteur
    C'est ce que je fais, je discute :)
  • MetallicRiffer
    MetallicRiffer
    Posteur AFfiné
    175 posts au compteur
    Citation de Neogeofanatic :

    C'est en effet un guitariste qui parle et si tu ne comprends pas, c'est que tu n'es pas guitariste.

    Un son ne se mesure pas qu'avec un voltmetre, c'est un ressenti, comme la musique. Je.ne m'adresse pas à des ingénieurs mais à des musiciens. A bon entendeur ;)

    Ps: Si, les cabestans aident à l'inclinaison, ayant plusieurs guitares présentant ce souci j'ai parfaitement raison, désolé !


    Nan mais change rien Nono, tes articles sont très agréables à lire et en plus les extraits sonores envoient du pâté plein les murs (c'est aussi un élément concret très précis ! :lol:)
    perso, j'avais juste donné mon opinion sur l'importance du bois de la touche (ou d'autres éléments de lutherie électrique), rien de grave, c'était juste pour discuter.
  • Neogeofanatic
    Neogeofanatic
    Rédacteur
    145 posts au compteur
    Citation de Ulrich_04 :
    La barre de rétention n’est pas utile du fait de l’inclinaison de la tête, pas des cabestans. sinon, la résonance est claire et definie, un bois est flou, la reverb mouille, le grain est droit ou pas, il brille, un micro est articulé, bref, c’est un guitariste qui parle, on comprend rien. C’est dommage parce que tu passes du temps sur la lutherie et c’est assez précis, par contre dès que ça touche au son, c’est le bordel. Y’a pas moyen d’avoir les niveaux de sortie des micros, les fréquences qu’ils favorisent, des éléments concrets qui éviteraient de lancer des débats enflammés ?


    C'est en effet un guitariste qui parle et si tu ne comprends pas, c'est que tu n'es pas guitariste.

    Un son ne se mesure pas qu'avec un voltmetre, c'est un ressenti, comme la musique. Je.ne m'adresse pas à des ingénieurs mais à des musiciens. A bon entendeur ;)

    Ps: Si, les cabestans aident à l'inclinaison, ayant plusieurs guitares présentant ce souci j'ai parfaitement raison, désolé !
  • Doc Plus
    Doc Plus
    Admin
    33677 posts au compteur
    Je rappelle que ce topic concerne la Caparison Dellinger II-M3 et donc n'est pas la place pour un débat sur l'importance des bois.;)
  • Ulrich_04
    Ulrich_04
    Nouvel AFfilié
    30 posts au compteur
    La barre de rétention n’est pas utile du fait de l’inclinaison de la tête, pas des cabestans. sinon, la résonance est claire et definie, un bois est flou, la reverb mouille, le grain est droit ou pas, il brille, un micro est articulé, bref, c’est un guitariste qui parle, on comprend rien. C’est dommage parce que tu passes du temps sur la lutherie et c’est assez précis, par contre dès que ça touche au son, c’est le bordel. Y’a pas moyen d’avoir les niveaux de sortie des micros, les fréquences qu’ils favorisent, des éléments concrets qui éviteraient de lancer des débats enflammés ?
  • ironbull
    ironbull
    Posteur AFfamé
    315 posts au compteur
    evrybody no spoken glish sir :lol:
  • sqoqo
    sqoqo
    Je poste, donc je suis
    6502 posts au compteur
    Les travaux de Jean-Loïc Le Carrou et Benoît Fabre au LAM (Lutherie Acoustique Musique) de Jussieu sont intéressants. Pour son équipe qui bosse sur l'évaluation quantitative des paramètres de lutherie, la différence entre touches mapple et touche rosewood n'est pas significative.
    En tout cas pas plus que les différences existant de toute façon entre guitares de modèles absolument identiques

    Mais ils savent que le ressenti est quelque chose de complexe et donc ne le bazardent pas bêtement comme une lubie non-cartésienne

    Citation :
    The Type-2 RN (rosewood) and Type-2 MN (maple) sets are expected to differ only in one lutherie parameter: the wood of the fingerboard. The modal frequency and damping ratio differences between these two sets are then expected to be mainly due to this lutherie change. None of these guitar sets stands out from the other, and no higher variability is noticed between intentionally different guitars (RN and MN guitars) than between two nominally identical guitars (guitars from the same set).


    Citation :
    Modal frequency and damping ratio are important for the description of the string/structure coupling. They can explain sound differences related to energy losses from the string’s point of view. But they strongly depend on co- incidences that might occur between string playing frequencies and structure frequencies. In the general case, such a coincidence does not occur so clearly, and other mechanical features than modal frequency and damping ratio may be more appropriate for characterising the influence of the structure on the sound. The use of mean conductance values has been proposed in a previous study for the discrimination between ebony and rosewood fingerboards [24]. For the guitars of the present study, this mechanical parameter did not give clear results, so future work should concentrate on finding other mechanical parameters allowing to render the difference between maple and rosewood fingerboards. The modal masses have been discarded from this study. A future study should investigate these parameters, since they also participate in the string/structure coupling [3].


    Citation :
    . Many guitar players have a holistic approach to the guitar: the instrument is perceived and evaluated as a whole. This may be why guitar players often test several guitars before purchasing one, or why they can play many guitars of the same model for many different purposes, music styles, etc. Nowadays many phenomena are explained by scientific investigations, but some lutherie subtleties still escape the mechanical modelling.

  • La Truite
    La Truite
    Drogué à l'AFéine
    11405 posts au compteur
  • ironbull
    ironbull
    Posteur AFfamé
    315 posts au compteur
    c'est intéressant le ressenti de chacun sur le son, certains entendent beaucoup de choses d'autres rien, c'est un peu comme le vin, certains trouveront un goût de framboise d'un vin poussé dans un coteau orienté plein sud, d'autres ne feront pas la différence entre un vinaigre et un millésime, après ce qui est vrai de ce qui l'est moins.......
    certains disent que le long tenon favorise le sustain, j'ai possédé des grattes à long tenon sans trop de sustain et certaines à vibrato et manche vissé au sustain impressionnant.....à beaucoup d'affirmations on trouve des contre exemples, c'est çà qui est marrant, après y-a des certitudes, les bois, les micros, manche collé, vissé, conducteur, l'accastillage sont les grands éléments qui rentrent vraiment dans la couleur finale du son d'un instrument, chacun ses conclusions; perso je trouve en général les instruments anciens meilleurs que les tout neuf, je trouve qu'ils commencent à "parler" au bout de 5ans (environ) et ont une belle voix au bout de vingt ans, en tout cas c'est ceux que j'affectionne particulièrement, j'ai construit des grattes avec du bois de 150ans et elles ont un son particulier, peut-être aussi parcque "c'est moi qui l'ai fait", c'est une histoire d'alchimie, le son d'une guitare c'est souvent un manque dans une certaine fréquence que l'on peut compenser par un micro qui aura cette fréquence exacerbée, exemple si votre gratte manque de grave et que vous aimez les guitares avec des basses (c'est un choix et un goût), j'aurais tendance à monter un tone zone .....
    puis tout çà on le ressent quand on joue l'instrument, pas juste à l'écoute.
    j'ai possédé une gratte que je trouvais pourrie en son jusqu'au jour où je l'ai branchée dans un jcm800 avec une overdrive et une disto en série, le marshall bien poussé (dehors), c'était le son de van halen, en mieux j'oserais dire....
    j'en ai revendu certaines que je trouvais pas sensas à des gars qui me disaient avoir trouvé leur guitare ultime....
    c'est çà qui est rigolo et passionnant je trouve.......
  • Neogeofanatic
    Neogeofanatic
    Rédacteur
    145 posts au compteur
    Oui Vibraphonik, les frettes inox ont un son different des frettes en maillechort. Il est assez incroyable de constater l'ignorance de beaucoup sur l'incidence des matériaux dans l'acoustique d'une guitare ainsi que le ton acerbe qui accompagne en général cette lacune, devant tant de travail pédagogique je vais me contenter d'intervenir uniquement en ce qui concerne le matériel testé lors de chaque test. Bonne joute verbale à ceux qui s'y prêtent ! ;)
  • ironbull
    ironbull
    Posteur AFfamé
    315 posts au compteur
    bullshit:lol:
    tout le monde est le bullshit de quelqu'un.....
    parle à un luthier de l'importance de la touche, tu verra se qu'il t'en dit......
    gibson c'est fait un nom sur un mélange de bois spécifiques qui sont une alchimie assez fantastique, ibanez ce l'est faite sur le tilleul et ses dimarzio, fender sur de l'aulne, manche tout érable et micros simples, trois gros maitres étalons dans la guitare électrique,trois alchimies réussies sur lesquelles ont reviendra toujours car se sont celles qui ont inspiré les plus grand gratteux.....et les plus inspirantes.
    Après chacun pense se qu'il veut, çà fait plus de trente ans que je trafique des grattes, j'en construit même, j'en ai possédé et revendu dans les 200 et essayé autant, pratiquement mélangé tous les micros avec tous les bois, il en ressort se qu'il en ressort, mais mes conclusions confirment et expliquent souvent le pourquoi de beaucoup de choses...

Voir les réactions précédentes

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.