Studio & Home Studio
Instruments et matériels audio Studio & Home Studio
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
interview

Visite et interview à la SAE de Paris

Back to school ! (Visite de la SAE Paris)
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail

Pour fêter ses 30 ans, la SAE se paye de nouveaux locaux dans le nord de Paris. A l’occasion de la journée Portes Ouvertes, AudioFanzine se devait d'aller voir ça de plus près pour s’entretenir avec les deux têtes pensantes du projet...

Pour fêter ses 30 ans, la SAE se paye de nouveaux locaux dans le nord de Paris. A l’occasion de la journée Portes Ouvertes, AudioFanzine se devait d'aller voir ça de plus près pour s’entretenir avec les deux têtes pensantes du projet...

Fondée en 76 par l’ingénieur du son Tom Misner parce qu’il désespérait de trouver des gens qualifiés susceptibles de l’aider dans son activité, la SAE (School of Audio Engineering) est aujourd’hui une multinationale qui en impose : en comptant les 47 centres de formations répartis sur toute la surface du globe, le groupe SAE compte en effet 80 sociétés dont les studios professionnels 301 (celui de Sydney est notamment le plus gros studio de l’hémisphère sud), ou encore Neve, le légendaire fabriquant de consoles de mixage.

Le Hollywood français ?

Situé à la Plaine Saint-Denis, le Pôle Audiovisuel Nord Parisien est un bassin d’activité audiovisuel en devenir. Outre la SAE, on y trouve les studios des grandes émissions de télé produites par Nagui, Marc-Olivier Fogiel, Endemol ou Dechavanne, mais aussi des entreprises comme Publicis, cependant que Luc Besson devrait enfoncer le clou en y implantant ses studios de cinéma… A coup sûr, la meilleure façon qu’ait trouvé le 93 pour en finir avec la promiscuité socio-économique qu’on lui associe depuis les années 70 …

sae_tmb.jpg

Evidemment, Paris dispose de son propre centre de formation ouvert en 1993 et qui s’apprête à faire peau neuve, investissant des locaux de 2000 m², aux abords de Paris. Car c’est à la Plaine Saint-Denis que l’école a élu domicile depuis 13 ans et c’est bien à la Plaine Saint-Denis, le futur Hollywood à la française, qu’elle déménage. Lors de notre visite, le chantier touchait à sa fin même s’il restait encore beaucoup de choses à faire. Rien ne semble avoir toutefois été laissé au hasard pour accueillir les 700 étudiants de la prochaine promotion.

02r_tmb.jpg

Dans un vaste bâtiment, on trouve ainsi 9 salles de cours suréquipées, 9 studios d'enregistrement et de post-production, tous en réseau et accédant à une bibliothèque multimédia comprenant, entre autres choses, 200 Go de sons. Pionnière dans le multimédia, la SAE n’a pas oublié d’installer un studio de tournage multi-caméra avec blue-screen, cependant que 6 stations de montage vidéos numériques attendent les apprentis Coppola.

Planchers et murs traités acoustiquement, matières et déflecteurs soigneusement choisis en fonction de la vocation des salles (prise d’instruments, prise de voix, etc.) : l’endroit a fait l’objet de toutes les attentions et, pour ne rien gâcher, le matos est au rendez-vous.

Si l’on trouve ça et là les inévitables NS10 et Behringer Truth dans certaines salles, c’est bien une Neve VR et une AWS900 qui trônent dans les grands studios, en vis-à-vis d’enceintes Genelec 1030 ou 1037, ou encore des systèmes BlueSky 5.1 pour la postprod vidéo. Les effets et traitements suivent avec un Focusrite Liquid Chanel ici, des TC Electronics M5000 & M2000 là, le tout étant piloté par une impressionnante batterie de Mac G4 ou G5 tournant sous ProTools avec tout ce que l’industrie informatique a pu pondre comme plug-ins de qualité depuis quelques années.

Assurément, ça donne envie d’apprendre et on se demande bien aussi, à voir tant d’investissement, comment un tel projet a pu voir le jour. Des questions que nous avons posées à François Festy et Mike Bruck, les deux artisans de ce qui s’annonce comme une réussite…

green_tmb.jpg deflekt_tmb.jpg plancher_tmb.jpg voix_tmb.jpg

 

La SAE Paris déménage !

francois_tmb.jpg

Comment est né le projet de la SAE Paris ? Y’a-t-il un rapport avec la création des studios de cinéma que projette d’installer Luc Besson à Saint Denis ?

François Festy : Ici, nous devions jusqu’ici refuser des étudiants pour des raisons de place. Il fallait donc nous agrandir. Nous avons visité des choses en banlieue, mais aussi à Paris même, près de Nation, sans jamais trouver rien de très convaincant. A la faveur d’un audit sur le projet d’implantation de Luc Besson, les Entrepôts et Magasins Généraux de Paris (propriétaires de la zone) sont toutefois parvenus à nous faire une proposition intéressante, à deux pas d’ici : 2000 m² en plein Pôle Audiovisuel Nord Parisien, de quoi recevoir 700 étudiants au lieu de 450 que nous pouvons accueillir actuellement…

 

Quel budget représente ce nouveau projet ?

Mike Bruck : Rien qu’en terme de travaux, on est aux alentours des 2 millions d’euros, et on frise les 2,5 à 3 millions si l’on prend en compte le matériel. Evidemment, ces chiffres ne tiennent pas compte des frais d’exploitation futurs, comme la masse salariale.

 

stud_tmb.jpg

Qu’est ce qui coûte d’ailleurs le plus cher pour une école SAE en France ?

Mike : La masse salariale bien sûr, dans la mesure où le statut de Freelance n’est pas aussi souple en France qu’à l’étranger, et la TVA surtout, car ici, comme nous sommes pas sous contrôle d’Etat, notre activité de formation est assimilée à un business comme un autre.

 

Pourquoi justement n’êtes vous pas sous contrôle d’Etat ?

Mike : Pour préserver notre indépendance et notre réactivité : accepter un droit de regard dans nos programmes de formation ou sur l’équipement de nos instituts, c’est souffrir des lourdeurs de l’administration française et dépendre de gens qui de toutes façons n’y connaissent pas grand-chose…

 

Pourquoi avoir choisi de louer des locaux plutôt que de les acheter, vu que vous avez fait des travaux relativement coûteux ?

François : Nous avons un bail de 12 ans, ce qui est une durée suffisante pour amortir l’investissement. En achetant, nous nous serions exposé à la difficulté de reconversion des locaux en cas de revente…

 

Comment se passe l’achat des différents matériels ?

icon_tmb.jpg

François : Nous dealons tous les achats des écoles SAE à partir de la Hollande : pour Pro Tools par exemple, notre interlocuteur est donc Avid plutôt que Digidesign France. De même pour l’achat des macs : toute la négociation se fait avec Cupertino et non avec Apple France. Ce qui nous permet d’avoir des prix de gros…

Mike : Pour poursuivre sur l’exemple Apple, sachez que rien que l’an dernier, nous avons acheté 12 000 Macs. Cela nous permet par exemple de remettre un iBook à chaque étudiant dans les centres de formations allemands et américains, et normalement, à partir d’octobre en France.

 

Vous voulez direz que vous donnez des iBook !?

Mike : Tout à fait.

 

console_tmb.jpg

Disposez vous de réductions ?

Mike : Bien évidemment, mais je tiens à préciser que nous n’avons pas de cadeaux pour autant. Nous payons le matos. Il y a toutefois certains arrangement parfois : un développeur ou un constructeur peut nous confier du matériel ou un logiciel en beta test. Qu’y a-t-il de mieux, en effet, que des gens qui apprennent pour éprouver la solidité ou la stabilité d’un produit ? Nous l’avons fait aussi avec la Neve 88D.

 

De quels ordres peuvent être les rabais dont vous bénéficiez ?

Mike : Disons que certains constructeurs peuvent nous vendre du matériel à prix coûtant. Pas parce que nous sommes un bon client, mais parce que les gens que nous formons sont leurs futurs acheteurs…

Du fait que la SAE possède Neve, comment envisagez vous la formation sur des produits ‘concurrents’ ?

Philippe : Sans aucune ambiguïté. Notre but est de former des gens sur les matériels qu’ils vont trouver en dehors d’ici. Et si Neve est un standard du marché, les produits SSL le sont tout autant. Il n’y a donc pas de raison que nous ne proposions pas à nos étudiants d’être formé là-dessus.

Mike : Nous avons d’ailleurs fait l’acquisition de 10 AWS récemment.

behringer_tmb.jpg

En vis-à-vis des consoles Neve, SSL, et des systèmes Pro-Tools HD, on peut s’étonner de la présence de matériel Behringer ou Tapco. Que pouvez-vous nous dire là-dessus ?

François : D’abord, je tiens à préciser que les matériels en question, destinés pour l’essentiel aux salles de classe, disposent d’un relativement bon rapport qualité/prix. Ensuite se pose une question : pourquoi j’irais proposer du Tubetech à un grand débutant ? Je préfère qu’il fasse ses armes sur du Behringer qu’il peut maltraiter à loisir pour apprendre les rudiments. Dans les auto-écoles, on n’apprend pas à conduire sur des Rolls Royce… Et je tiens à rassurer là-dessus : quand ils ont fait leurs armes, tous nos étudiants ont par la suite accès à du matériel de qualité, avec par exemple 90 heures de console Neve minimum pour chacun au cours de leur formation…

 

 

La formation

Quels sont les critères pour entrer à la SAE ?

hd_tmb.jpg

François : Officiellement, tu peux difficilement te passer d’un niveau bac car il y a des connaissances à avoir en électro et en maths qui sont du niveau Terminale Scientifique… D’une façon plus officieuse, un ingé son en séance ne passe pas son temps à faire des calculs : son premier outil de travail, c’est sa culture technique : savoir où placer tel micro pour prendre le son de tel instrument, et ça, c’est plus une affaire d’expérience que de connaissance scientifique. Du coup, on a certains étudiants qui n’ont pas forcément la bagage suffisant pour comprendre les démonstrations trigonométriques sur la microphonie, mais qui compensent grâce à leur expérience et leur oreille. Inversement, on a des étudiants qui sortent de S ou de Maths Sup, Maths Spe parce qu’ils ont voulu tenter Louis Lumière (16 places pour 400 concurrents) et qui ne seront pas aussi à l’aise en pratique.

Y-a-t'il des possibilités d'équivalence avec le système scolaire classique ?

Pour avoir une équivalence universitaire, il faut évidemment être titulaire du Bac (n’importe lequel). Il y a ensuite un système d’homologation avec l’université Middlesex de Londres. Par ce biais, le diplôme ‘Bachelor of Arts’ que nous préparons équivaut à un bac + 3, ce qui permet de faire jouer le systèmes de points ECTS reconnus par l’Education Nationale (notez qu’il est même possible de poursuivre jusqu’au niveau doctorat à la SAE). Il n’y a donc aucun problème pour compléter sa formation au sortir d’une formation SAE, et un titulaire du Bachelor of Arts peut tout à fait s’inscrire dans une Fac pour compléter sa formation au niveau maîtrise par exemple…

Le Système Européen de Transfert de Crédit

La validation internationale des diplômes et des formations repose, au sein de la Communauté Européenne, sur un système de crédits communs, appelé ECTS (Système Européen de Transfert de Crédits - European Credits Tranfer System). Les crédits ECTS obtenus sont capitalisables et transférables, par exemple dans le cas d'un parcours d'études à travers plusieurs établissements européens.

Extrait du site http://www.edufrance.fr/

 

Y a-t-il des échanges entre les différentes écoles SAE ?

François : Effectivement, on peut très bien commencer une formation dans l’une des 47 écoles SAE pour la finir dans une autre tandis que certaines formations (le journalisme notamment) s’accompagnent de stages en entreprise à l’étranger : dans la ville où se situe une école , évidemment. Et quand c’est à Byron Bay, notre école phare en Australie, avec ses 31 studios, sa centaine de stations individuelles et ses 100 000 m², et son campus à l’américaine en bord de plage, inutile de dire que la chose est plutôt agréable…

En fait, il faut bien comprendre que la SAE tourne autour de 2 ou 3 idées centrales : celle de former des gens qui soient efficaces dès leur sortie de l’école, ce qui implique des équipements et des intervenants de qualité, mais aussi celle que nous sommes dans une industrie où la créativité et la culture sont extrêmement importantes. Sur ce point, en dépit de cours consacrés à la culture musicale, la diversité culturelle des étudiants de la SAE suffit à elle seule à s’ouvrir à d’autres horizons créatifs. D’autant que la SAE a un pied dans de nombreuses parties du monde, dont le Koweit et les Emirats des Arabes Unis, les deux pays les plus occidentaux du Moyen Orient.

 

Vous pensez d’ailleurs vous implanter dans d’autres pays du monde, sur d’autres continents ?

François : Ca fait partie de nos projets bien sûr, dans la limites de certains facteurs géopolitiques : le premier critère pour monter une école SAE dans un pays, c’est la stabilité économique et politique de son régime…

Mike : Il faut savoir aussi que les chinois nous ont demandé 40 centres de formations pour leur territoire… Sur ce point, nous devrions plutôt créer un grand campus capable d’accueillir 3000 à 4000 étudiants.

 

Une formation SAE coûte-t-elle la même chose partout ?

François : Globalement oui, même s’il y a des ajustements en fonction du niveau de vie de chaque pays. Par exemple, Paris, Londres et New York sont à peu près dans les mêmes prix, à 10 % près…

 

On dit que les tarifs pratiqués par la SAE sont chers. Que peux tu dire à ce sujet ?

François : Ca m’énerve que les gens ne regardent pas les tarifs qui sont pourtant disponibles sur le net : certaines écoles offrent des formations sur 3 ans à 6500 € l’année, quand nos formations d’Eudio Engineer sont proposées à 10 000 € sur 12 mois en temps complet, et 8500 € sur 21 mois en temps partiel. Et précisons que le Bachelor of Arts, reconnu par la Middlesex University, coûte quant à lui 8500 € + 6000 € pour 33 mois de formation.

planning_tmb.jpg

Mike : Pour compléter cela, j’attire votre attention sur le fait que l’enseignement public n’est pas si gratuit qu’on veut bien le dire… Un étudiant qui fait 5 ans de philosophie après le bac doit se loger 5 ans, se nourrir 5 ans, ce qui finit par coûter cher…

François : Par rapport à l’enseignement, les français et les anglo-saxons n’ont clairement pas la même culture : d’un côté, les français sont habitués à la gratuité du service public, de l’autre les anglais trouvent ça normal de payer pour apprendre. L’avantage de ce système, c’est qu’il a un impact non négligeable sur le contexte et le contenu de la formation : c’est vrai pour le matériel mais c’est aussi vrai pour les formateurs, car en plus de nos professeurs réguliers qui dispensent des cours fondamentaux sur la prise de son, la microphonie, etc., la SAE s’attribue aussi les services d’intervenants qualifiés, tel Jean-Pierre HALPOIX qui bosse énormément pour le cinéma et fait de la formation à l’INA pour la postprod, mais aussi Alan Parson, DJ Muggs, Roger Nichols, Eric Shilling, Desmond Child qui ont vendu 200 millions de disques à eux 5.

C’est ce qui m’énerve parfois quand j’entends ça et là dire que la SAE est une boîte à fric : pensez vous sincèrement qu’un établissement issu de l’enseignement public puisse vous amener Alan Parson comme ça ? Il y forcément des sommes considérables en jeu pour pouvoir proposer ce genre de choses…

 

Comment approchez vous les gens comme ça ?

François : C’est 30 ans de construction Lego. Tu mets une brique après l’autre et tu lèves des opportunités comme ça. Il y a ainsi pas mal de gens qui sont passé par la SAE… José Cotto par exemple, est un étudiant de la SAE Miami et cela fait deux années consécutives qu’il gagne un Grammy Award aux Etats-Unis : meilleur producteur et meilleur ingé son… En France, je pourrais aussi te citer Philippe Amir qui est l’ingé son d’IAM ou encore Martiano qui a été assistant du son pour Obispo pendant deux ans, ou encore Lagatta qui fait Johnny Hallyday au Stade de France.

 

cabine_tmb.jpg

Sur la formation Engineer, le temps partiel semble presque plus intéressant que le temps plein ?

François : Ca dépend de tes objectifs et du temps que tu es prêt à consacrer à ta formation mais c’est vrai que ça permet de faire de l’alternance et ça te laisse du temps pour digérer ce que tu apprends. Et surtout, quand tu es un vrai ‘mort de faim’, tu peux faire en temps partiel beaucoup plus d’heures qu’en temps complet. Pourquoi ? Parce qu’en dehors des 5 heures hebdomadaires de cours théoriques, le reste c’est de la pratique. Et la pratique s’organise simplement : tu disposes d’une carte qui permet de réserver un studio sur un planning, en sachant que l’école est ouverte 16 heures par jour, 6 jours sur 7… S’il y a bien sûr une répartition équitable de ces possibilités de réservations, ce sont toujours les plus motivés qui en jouissent le plus, profitant de ce qu’un étudiant n’est pas venu à la séance qu’il avait pourtant réservée.

Quelles sont les chances pour les diplômés de la SAE de trouver ensuite un emploi ?

François : Elles sont excellentes pour ceux qui finissent leur formation (95 %) mais il faut bien comprendre que la SAE ne mène pas qu’à la carrière, tant convoitée, d’ingénieur du son en studio…

Si le talent et le génie ne s’apprennent pas, la SAE ne peut pas non plus peser sur le marché du travail dans le petit monde de l’audio. Tout le monde rêve de vivre de sa passion et on comprend aisément que des jeunes ambitionnent de devenir ingé son plutôt que de suivre une voie de garage dans laquelle ils ne s’épanouissent pas. Reste que les places sont chères et que s’il y a beaucoup d’appelés, il y a en définitive peu d’élus. Je suis d’ailleurs assez fier du discours très clair que nous tenons à ce sujet à nos étudiants.

Les mecs viennent plein de rêve et si cette passion est un formidable carburant pour l’apprentissage, elle est loin de suffire car il semble bien qu’à notre époque, la passion se transforme difficilement en force de travail, en investissement personnel (et je ne parle pas d’argent à ce niveau, mais bien d’implication, de rigueur). A la fin, seule une poignée se donnent vraiment les moyens de réussir : comme je le disais précédemment, j’ai vu des étudiants dormir devant un studio dans l’espoir que celui qui l’avait réservé ne se pointerait pas. Et c’est en général ceux-là qui réussissent…

En revanche, il faut bien comprendre que la formation dispensée par la SAE ne conduit pas qu’aux carrières d’ingé son. Chez nombre de distributeurs ou de constructeurs de matériel audio réputés, on trouve des gens qui sont passé par la SAE. C’est le cas chez JukeBox, Sennheiser France, Audio Addict ou encore Innovason…

Soyez le premier à réagir à cet article
Soyez le premier à réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail