Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
18 réactions
Ça fuse dans tous les sens !
9/10
Partager cet article

La plus grande des minis, la voici : 4e du nom, la grande Minifuse d'Arturia arrive cette semaine sur notre établi, pour nous révéler ses plus et ses moins. Est-ce l'aboutissement de notre quête de la baleine blanche ?

Test de la Minifuse 4 d'Arturia : Ça fuse dans tous les sens !

Car blanche, elle l’est : nous avons, en effet, eu le plai­sir de rece­voir à notre atelier une Mini­fuse 4 dont la robe d’al­bâtre (n’ayons pas peur d’être poétiques) tranche forte­ment avec les couleurs sombres que l’on rencontre souvent chez ses concur­rents : à part la M-Caster Live de Mackie et la M-Track MK2 de M-Audio, nous ne connais­sons pas d’autres exemples actuels… C’est un choix inté­res­sant !

Arturia Minifuse 4 entréesReve­nons un peu en arrière. Il y a un an, nous testions les modèles 1 et 2, qu’Ar­tu­ria quali­fie respec­ti­ve­ment de « portable » et de « flexible ». Nous en avions souli­gné les quali­tés, à savoir de très bons résul­tats à la mesure, un bundle plus que géné­reux, et une prise en main rapide et sans prise de tête. D’un point de vue néga­tif, nous avions remarqué que l’in­ter­face était trop légère pour l’uti­li­sa­tion de câbles lourds, et que son logi­ciel Control Center était assez limité. Lesquels de ces points retrou­ve­rons-nous sur la Mini­fuse 4 ? Qu’est-ce qui a évolué en mieux ? Ou en moins bien ? Nous allons le décou­vrir dans cet article, mais avant d’en arri­ver là, procé­dons au débal­lage de cette inter­fa­ce…

Débal­lage

Immé­dia­te­ment, on découvre une inter­face de 250 mm de largeur sur 85 mm de profon­deur, faisant 570 g, plutôt petite et légère donc, sûre­ment moins portable que les versions 1 et 2, mais qui reste tout à fait maniable. Elle est accom­pa­gnée de très peu d’ac­ces­soires, simple­ment un câble USB-A vers USB-C, et une alimen­ta­tion, utile seule­ment au cas où votre ordi­na­teur ne pour­rait pas four­nir le courant néces­sai­re…

Nous avons l’im­pres­sion (mais peut-être est-ce une illu­sion) que le boîtier est construit de façon plus robuste que pour les versions 1 et 2. Comme nous avions sous la main une Mini­fuse 2, nous avions un moyen de compa­rer, et en effet la 4 semble avoir un boîtier plus épais… En tout cas, elle est plus stable, et supporte mieux l’usage de longs câbles pesants.

Comme à notre habi­tude, procé­dons à une descrip­tion rapide des faces avant et arrière de l’ap­pa­reil. À l’ar­rière on trouve, à part l’ha­bi­tuelle connec­tique de raccor­de­ment à l’or­di­na­teur, quatre sorties au format Jack TRS 6,35 mm, dont deux sont notées gauche et droite et consti­tuent les sorties prin­ci­pales. À côté on trouve deux entrées ligne au format Jack TRS 6,35 mm, qui corres­pondent aux entrées 3 et 4. Comme sur la Mini­fuse 2, on retrouve l’en­trée et sortie MIDI au format DIN 5 broches, ainsi que le hub USB.

Arturia Minifuse 4 arrière

Arturia Minifuse 4 façade avant

Comme vous le voyez ci-dessus, sur la face avant on accède aux entrées 1 et 2, sur combo XLR Jack TRS 6,35 mm, avec pour chacune un poten­tio­mètre de gain et un sélec­teur de circuit d’en­trée à haute impé­dance, pour les guitares et basses élec­triques. Un sélec­teur 48 volts four­nit l’ali­men­ta­tion fantôme. Depuis la face à l’avant on gère égale­ment les niveaux de sortie, avec l’ha­bi­tuel « gros bouton » pour atté­nuer les sorties moni­teurs. Au passage, remarquons que chaque paire de sorties (1 et 2/3 et 4) a droit à son Vumètre indé­pen­dant. Deux sorties casque complètent les options de moni­to­ring, chacune avec son volume. Pour finir, sur la droite, on remarque un bouton « A » dont nous décri­rons la fonc­tion dans la partie suivante.

Arturia Minifuse 4 avec accessoiresEn conclu­sion de cette partie, nous voulons mettre en avant quelques parti­cu­la­ri­tés de cette inter­face. En premier lieu, les entrées 1 et 2 sont des entrées micro/instru­ment, et les entrées lignes à propre­ment parler sont situées à l’ar­rière, sans contrôle de gain acces­sible depuis l’in­ter­face. Cette posi­tion à l’ar­rière, même si elle résulte d’un compro­mis néces­saire (sinon, on les aurait mises où ?) nous a malgré tout paru poser quelques diffi­cul­tés à l’usage, avec la sépa­ra­tion entre deux entrées à l’avant et deux entrées à l’ar­rière. L’ab­sence de contrôle de gain pour ses entrées est symp­to­ma­tique : en conser­vant le design sobre des modèles 1 et 2 pour cette inter­face qui possède pour­tant beau­coup plus d’en­trées et de sorties (et en évitant l’usage d’un écran permet­tant la sélec­tion de diffé­rentes fonc­tions) Artu­ria fait clai­re­ment le choix d’un appa­reil pour lequel les contrôles se manient au moins à 50 % à travers le logi­ciel. Ce qui est une façon de nous amener à la partie suivan­te…

Logi­ciel

La Mini­fuse 4 permet enfin de se servir un peu plus en profon­deur du logi­ciel MFCC (Mini­fuse Control Center) qui accom­pagne toute la gamme. En effet, cette inter­face d’une approche un peu plus « pro » n’est que l’objet externe permet­tant les bran­che­ments et quelques réglages, le « vrai » routage des entrées, des sorties et des diffé­rentes tranches et retours se fait véri­ta­ble­ment dans le soft­ware.

MFCC inputs

Le premier onglet, ci-dessus, nommé inputs, n’offre que peu de contrôle, mais il permet tout de même de contrô­ler les niveaux des entrées analo­giques, et pour les deux entrées ligne, de régler le gain. Ce point nous a, encore une fois, paru l’as­pect le plus confus de cette inter­face : deux entrées dont le gain se règle exclu­si­ve­ment sur le hard­ware, et deux autres entrées où le gain se règle exclu­si­ve­ment sur le logi­ciel. Ce n’est, à notre avis, pas intui­tif, là où, par exemple, le sélec­teur 48V peut être activé depuis le logi­ciel comme depuis l’in­ter­face.

Notons par ailleurs la fonc­tion inté­res­sante du bouton « A » qui permet, non seule­ment, de mettre l’in­ter­face en veille lorsqu’on le garde enfoncé quelques secondes, mais qui surtout permet, d’une pres­sion courte, d’ou­vrir ou de rame­ner au premier plan le logi­ciel MFCC. Pratique quand on doit régler des para­mètres aussi cruciaux que le gain d’en­trée depuis le logi­ciel.

Le second onglet, outputs, permet de router les entrées vers les sorties, et de régler leurs équi­libres réci­proques. Ci-dessous on voit les sorties 1 et 2 rece­vant les signaux prove­nant des entrées 1, 2, 3 et 4 indé­pen­dam­ment, plus le signal de retour de la STAN sur les canaux USB 1 et 2. Comme on le voit sur l’image suivante, on peut aussi sélec­tion­ner les entrées micros et ligne comme des couples stéréo. Pour finir, on voit bien sur ces images l’exis­tence d’un canal « loop­back », dont la néces­sité a été accrue par les nouveaux usagers actuels (les créa­teurs de contenu numé­rique).

  • MFCC mixer
  • MFCC mixer 2
  • MFCC mixer loopback

Quant au bundle, c’est toujours aussi géné­reux : en plus d’Able­­ton Live Lite, Artu­­ria vous offre son propre Analog Lab Intro, avec 500 presets des instru­­ments de la Collec­­tion 5, et les plugins Artu­­ria FX, 4 émula­­tions d’ef­­fets de modu­­la­­tion vintage (chorus, réverbe à plaque…). À cela, vous pouvez ajou­­ter les émula­­tions de guitares, d’am­­plis et de haut-parleurs de Native Instru­­ments. De plus, pour une durée plus limi­­tée, vous rece­­vrez une inscrip­­tion gratuite de 3 mois à Auto-Tune, et un abon­­ne­­ment à Splice Crea­­tor.

Passons au bench­mark.

Bench­mark

Préci­­­sons-le d’abord, la Mini­fuse 4 travaille dans une réso­­­lu­­­tion max de 24 bits/192 kHz. Un petit tour du côté de RTL Utility nous apprend que la latence réelle est la suivante :

En mettant le buffer sur 256 samples en 88 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 10,125 ms.

En mettant le buffer sur 256 samples en 96 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 9,740 ms.

En mettant le buffer sur 256 samples en 192 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 4,922 ms.

En mettant le buffer sur 128 samples en 88 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 5,658 ms.

En mettant le buffer sur 128 samples en 96 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 5,417 ms.

En mettant le buffer sur 128 samples en 192 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 4,927 ms.

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait un bench­mark avec notre fidèle APx515 d’Au­dio Preci­sion (lien). Comme d’ha­bi­tude, nous publions les résul­tats obte­nus en THD, rapport signal/bruit et dévia­tion des voies, pour les entrées et sorties analo­giques. Pour toutes les confi­gu­ra­tions, je règle le gain pour obte­nir le meilleur résul­tat possible.

Gain max constaté : 71.310 dB, elle en a sous le pied !

Commençons par les entrées ligne :

  • mf4-line-relative-level-1-00000-khz-steppedf
  • mf4-line-thd-ratio-steppedf

 

Dévia­tion : ±0,090 dB, excellent ! À peine moins bien de la Mini­fuse 2 que nous avions testée, mais ça reste abso­lu­ment excellent, bien en dessous de 1 dB.

THD : très bon aussi, 0,0005 % jusqu’à 1,5 kHz, puis une montée vers 0,001 %. Rien à redire !

Rapport signal/bruit : 104,772 dB.

Passons aux entrées micro :

  • mf4-mic-relative-level-1-00000-khz-steppedf
  • mf4-mic-thd-ratio-steppedf

 

Dévia­tion : ±0,103 dB

THD : Un peu plus haut que l’en­trée ligne, mais égale­ment plus homo­gène à 0,001% sur à peu près toute la ligne.

Rapport signal/bruit : 104,289 dB

Quid des entrées instru­ment ?

  • mf4-inst-relative-level-1-00000-khz-steppedf
  • mf4-inst-thd-ratio-steppedf

 

Dévia­tion : ±0,111 dB

THD : Proche de l’en­trée ligne à 0,0005 % en moyenne. Excellent !

Rapport signal/bruit : 101,281 dB

Conclu­sion

La Mini­fuse 4 ne nous a pas déçu. Certes, on formu­lera quelques critiques (par exemple les réglages de gain des entrées lignes réali­sables exclu­si­ve­ment par le logi­ciel) qui, en vérité, relèvent plutôt d’une ques­tion de prise en main. On ne doute pas que, avec un peu d’ex­pé­rience et l’usage du bouton « A », nous ne trou­ve­rons plus cette parti­cu­la­rité autant « problé­ma­tique ». On fait tous cette expé­rience, lorsque l’on passe d’un appa­reil à un autre : il y a toujours un temps d’adap­ta­tion qui fait que certaines choses peuvent appa­raître comme des défauts qui, très vite, nous paraissent complè­te­ment natu­rels. En réalité, en regard des nombreuses possi­bi­li­tés d’en­trée, de sortie, et de routage au sein du logi­ciel, pour un appa­reil d’une si petite taille, et avec d’ex­cel­lents résul­tats à la mesure, nous n’hé­si­te­rons pas à dire que la Mini­fuse 4 est une excel­lente option, que ce soit au sein des produits d’Ar­tu­ria ou face à la concur­rence.

9/10
Fabrication (?) : Chine
Points forts
  • Construction robuste
  • 6 entrées analogiques
  • Entrée et sortie MIDI
  • Deux sorties casques
  • Quatre sorties pour moniteurs
  • Un logiciel de mix très complet
  • Un bundle très généreux
  • Bon résultats en latence
  • Très bon résultat en THD et linéarité
  • L'idée sympa : le hub USB
Points faibles
  • Beaucoup de fonctions pas accessibles hors du logiciel
  • Les entrées lignes situées à l'arrière

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.