Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Modartt Pianoteq 4
Photos
1/12

Test Modartt Pianoteq 4

Piano acoustique virtuel de la marque Modartt

Pianoteq passe la 4e
9/10
Partager cet article

Nouvelle évolution ou simple mise à jour, en tout cas la version 4 de Pianoteq débarque, et l’on est impatient de savoir ce qu’elle ajoute au précurseur du piano virtuel totalement modélisé.

En ce qui concerne les instru­ments virtuels censés repré­sen­ter, recréer, émuler des instru­ments acous­tiques réels, on connaît les solu­tions à base d’échan­tillons, celles utili­sant des tech­niques hybrides, échan­tillons et modé­li­sa­tion par exemple et celles n’uti­li­sant que la modé­li­sa­tion. Tout type d’ins­tru­ment peut béné­fi­cier de l’une ou l’autre, mais c’est le piano qui nous inté­resse aujour­d’hui, à la faveur de la sortie de la version 4 de Piano­teq, le premier piano n’uti­li­sant que de la modé­li­sa­tion, signé Modartt, et dont la première version remonte à 2006.

Depuis plusieurs mois, nous avons commencé à passer en revue les diffé­rentes versions virtuelles des pianos, ce qui permet d’ef­fec­tuer des compa­rai­sons entre diffé­rentes approches, tech­niques et savoir-faire (un élément à ne pas mino­rer), et en parti­cu­lier les Ivory II Grand Pianos et Upright Pianos de Synthogy, les Granny Piano, Bowed Grand Piano, Plucked Grand Piano, Emotio­nal Piano et Mont­cla­rion Hall Piano de Tone­ham­mer, le Alicia’s Keys de Native Instru­ments et les Kawai Ex-Pro, Old Black Grand et autres 88 notes d’Acous­tic­sampleS. On pourra aussi lire un compa­ra­tif incluant l’Add-On Ele dédié aux Rhodes et Wurlit­zer sur cette page.

Et l’on trou­vera aussi sur Audio­fan­zine d’autres tests de pianos plus anciens, comme les Galaxy Pianos II de Best Service, un compa­ra­tif entre l’Akous­tik Piano de Native et The Grand 2 de Stein­berg ainsi que celui de la version 3.5 de Piano­teq

On se consacre donc aujour­d’hui à la version 4 dudit Piano­teq et à ses nouveau­tés.

Intro­du­cing Modartt Piano­teq 4

Modartt Pianoteq 4

Vendue 399 euros (dans sa version Pro, 249 dans sa version Stan­dard et 99 dans sa version Play à venir), Piano­teq 4 est dispo­nible via télé­char­ge­ment sur le site de l’édi­teur, télé­char­ge­ment qui sera très rapide puisque le fichier ne pèse qu’à peine 20 Mo, modé­li­sa­tion oblige. Notons que l’up­grade à partir de n’im­porte quelle version précé­dente (d’une même version à l’autre, par exemple de Stan­dard 3 à Stan­dard 4) n’est vendue que 29 euros, une poli­tique tari­faire très basse que l’on ne rencontre que plutôt rare­ment.

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.6.8
Logic Pro 9.1.7
Modartt Piano­teq 4.0.2

Le logi­ciel est bien entendu compa­tible Mac et PC, mais aussi Linux (bravo) et est fourni en tant que plug VST, AU et RTAS, et sous forme d’ap­pli­ca­tion auto­nome (stan­da­lone) et dispo­nible pour systèmes 32 et 64 bits, et est protégé via un numéro de série. On télé­char­gera aussi les nouvelles versions des Add-Ons gratuits KIViR et Bells, l’un appor­tant de nombreux instru­ments histo­riques (des piano­fortes à un CP80 Yamaha), l’autre toutes sortes d’ins­tru­ments à base de cloches. Au menu, un nouveau piano, des nouveaux effets, un petit « module » et quelques fonc­tion­na­li­tés.

Du cosmé­tique au fonc­tion­nel et vice versa

Modartt Pianoteq 4

Nouveau piano, donc, modé­lisé d’après un Stein­way D (pour tous les détails des tech­niques et procé­dés mis en œuvre, voir les précé­dents bancs d’es­sai sur les produits de l’édi­teur), et dispa­ri­tion des C3 et M3 inclus dans les versions anté­rieures. On dispose donc main­te­nant d’un piano Grand D4 (le fameux Stein­way) et d’un Grand K1, le modèle créé de toutes pièces par Modartt (non, ce n’est pas un Kawai). À la diffé­rence des anciens modèles, l’édi­teur a inclus de très nombreux présets, permet­tant de choi­sir rapi­de­ment un instru­ment en fonc­tion du style ou du genre abordé. Bien sûr, il serait dommage de ne pas adap­ter, grâce aux nombreuses fonc­tion­na­li­tés, le piano très préci­sé­ment à sa main et son oreille.

Notons à ce propos un nouvel outil de cali­bra­tion, permet­tant d’ajus­ter via un proces­sus semi-auto­ma­tisé à la fois la vélo­cité Note-On, la vélo­cité Note-Off et l’ac­tion de la pédale de sustain (il est conseillé de dispo­ser d’une pédale à contrôle continu plutôt qu’in­ter­rup­teur). Les diffé­rents points sur les courbes obte­nues peuvent être retou­chés, et les résul­tats obte­nus peuvent être sauve­gar­dés (un plus de cette version est l’in­clu­sion de la fonc­tion Save As le plus souvent possible).

Quelques fonc­tion­na­li­tés ont disparu, comme le réglage Quadra­tic Effect (ou a-t-il été inté­gré de façon dyna­mique/intel­li­gente ?) ou dépla­cée, comme le Sound Speed qui se retrouve dans la page de gestion des cinq micros, ou l’EQ qui béné­fi­cie main­te­nant d’un grand écran de program­ma­tion, permet­tant de placer autant de points que l’on veut et dispo­sant de présets (et de possi­bi­lité d’en sauve­gar­der).

Modartt Pianoteq 4

Autre grand chan­ge­ment, la gestion des effets ; en effet, ceux-ci sont main­te­nant regrou­pés dans un multi-effet à trois slots plus un dédié à la nouvelle réver­bé­ra­tion à convo­lu­tion, offrant plusieurs impul­sions de bonne qualité, ainsi que la possi­bi­lité d’im­por­ter les siennes au format Wave, bien vu. Les trois autres slots peuvent être confi­gu­rés libre­ment, avec possi­bi­lité d’in­ver­ser la posi­tion (pratique quand on a déjà effec­tué de nombreux réglages) et de sélec­tion­ner entre sept effets diffé­rents, Tremolo, Wah (tout deux déjà présents dans les versions précé­dentes), Chorus, Flan­ger, Delay, Amp et Comp. Si tous ne sont pas a priori prévus pour les pianos acous­tiques (quoiqu’on puisse très bien envi­sa­ger toutes sortes d’usage, notam­ment en musique à l’image ou en musique contem­po­raine), ils enri­chi­ront avec bonheur les sono­ri­tés des Add-Ons. Chaque effet dispose bien sûr de ses réglages et présets (les effets tempo­rels dispo­sant d’une synchro). Une fois la fenêtre fermée, un petit indi­ca­teur en bas de l’in­ter­face à droite permet­tra de toujours savoir quels slots sont actifs et quel type d’ef­fet est installé. Le Limi­ter a quant à lui migré direc­te­ment sur la sortie (on peut le désac­ti­ver en cliquant sur la lettre L de l’in­di­ca­teur de niveau).

Modartt Pianoteq 4

Autre nouveauté, le module Mallet Bounce permet­tant de para­mé­trer le rebond d’une mailloche, ou de baguettes, avec para­mètres de sensi­bi­lité à la vélo­cité, de retard initial, de déclin du retard, de la vélo­cité plus une fonc­tion « huma­ni­sa­tion ». Un ajout fort bien venu, puisqu’il pourra être appliqué avec réus­site sur les sono­ri­tés de Cimba­lom (mais aussi sur d’autres moins évidentes au départ, pour des effets spéciaux).

Voici un extrait sur une phrase de Cimba­lom, d’abord sans, puis avec. 

00:0000:00

Du son

Modartt Pianoteq 4

Reve­nons à nos pianos, et au nouveau modèle. Les précé­dents tests sur les pianos utili­sant de l’échan­tillon­nage ou des modèles hybrides ont fait entendre pour la plupart des Stein­way, on pourra donc compa­rer les diffé­rents fichiers d’une même pièce.

Avant toute chose, la grande force de la modé­li­sa­tion, sa gestion de la dyna­mique sans aucun à coup, ni chan­ge­ment intem­pes­tif de timbre ou saut de vélo­cité.

00:0000:00

On peut aussi appré­cier la réso­nance sympa­thique, via cet exemple faisant entendre quelques notes jouées par-dessus un accord plaqué mais non entendu, les notes faisant vibrer les cordes dont les étouf­foirs sont ainsi en posi­tion haute (un prin­cipe utilisé en musique contem­po­raine).

00:0000:00
Modartt Pianoteq 4

Malgré toutes leurs quali­tés, les concur­rents pur sampling ou hybrides n’ar­rivent pas à lutter sur ces points parti­cu­liers…

On va conti­nuer avec quelques exemples plus musi­caux, notam­ment cette pièce de Rimski-Korsa­kov, utili­sant le programme D4 Clas­si­cal Recor­ding BA, puis le D4 Clas­si­cal BA (moins réver­béré).

00:0000:00

Toujours dans la douceur, avec le programme D4 Impres­sio­nist :

00:0000:00

Un autre exemple le fait entendre dans une sono­rité plus punchy et présente, avec le préset D4 Bebop. 

00:0000:00

Autre ambiance sonore, ce boogie, et un préset D4 Jazz puis d’un D4 Out Of Tune trafiqué, qui place­rait presque le modèle entre 1/4 de queue et piano droit.

00:0000:00

Même préset D4 Jazz, puis D4 Clas­si­cal pour un exemple utilisé dans quasi tout les tests de pianos virtuels.

00:0000:00

L’exemple suivant utilise deux pianos, l’un pour la ryth­mique, l’autre pour le thème (D4 Clas­si­cal et K1 Close Mic).

00:0000:00

Bilan

Indé­nia­ble­ment, le D4 est un argu­ment de poids dans la moti­va­tion d’un choix entre piano modé­lisé-piano échan­tillonné. Sans comp­ter ce qui fait vrai­ment la force du Piano­teq, c’est-à-dire le réalisme de la réponse au jeu et le compor­te­ment sonore du piano (réso­nance sympa­thique, réponse à la vélo­cité, pédales, géné­ra­tion des harmo­niques, etc.). La nouvelle réverbe à convo­lu­tion fait aussi son effet, en donnant un espace aux sono­ri­tés parfois sèches du piano, avec un réalisme agréable, en tout cas plus probant que la réverbe précé­dente. Les effets seront aussi parfai­te­ment adap­tés aux modé­li­sa­tions de pianos élec­triques et élec­tro-acous­tiques, voire aux clave­cins, cimba­lom et autres « claviers » plus rares, pour des sono­ri­tés du type de celles utili­sées par John Barry, Morri­cone ou Roy Budd.

Modartt Pianoteq 4

Cepen­dant, il reste parfois à l’oreille comme un senti­ment d’in­com­plé­tude, notam­ment dans le registre grave, parfois trop clair. Et de temps en temps, certaines attaques semblent aussi trop présentes. Mais ce senti­ment est nette­ment moins présent que dans les versions précé­dentes. 

Bref, ce qui est évident, c’est que les versions « pur sampling » en revanche sont main­te­nant dépas­sées. De son côté, Piano­teq 4 montre encore une nouvelle avan­cée dans cette approche unique qu’est la modé­li­sa­tion, avec une réus­site indé­niable, sans atteindre encore la perfec­tion. Ce qu’on peut dire aussi, sur des critères diffé­rents, des versions hybrides à base d’échan­tillons et de modé­li­sa­tion. Il reste du chemin à parcou­rir pour les deux approches, mais quel progrès quand même, depuis les premières versions utili­sant l’une et l’autre tech­niques. Une version de démo est dispo­nible sur le site de l’édi­teur, n’hé­si­tez pas à l’es­sayer si vous êtes à la recherche d’un piano virtuel, il y a de fortes chances que l’ins­tru­ment vous séduise.

9/10
Points forts
  • Son
  • Réalisme sans égal de la réponse au jeu
  • Nouveau modèle D4
  • Module Mallet Bounce
  • Nouveaux effets
  • Outil de calibration
  • Réverbe à convolution
  • Nombreux présets
  • Quatre pédales
  • Sustain progressif
Points faibles
  • Son manquant parfois un peu de corps
  • Certaines attaques

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.