PRS
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
interview Interview de Paul Reed-Smith

Audiofanzine rencontre Paul Reed Smith à Paris

  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

Place Pigalle un lundi matin. Rendez-vous nous est fixé à 10h30 à l’Hôtel Villa Royale. Au cinquième étage de l’établissement, une porte ouverte derrière laquelle M. Paul Reed Smith nous attend. Nous entrons dans la petite pièce, Paul est là, un large sourire aux lèvres, et il nous salue d’un amical Welcome ! 

JB : Bonjour Paul, pouvez-vous expliquer en quelques mots les difficultés auxquelles PRS Guitars fait face en ce qui concerne la restriction sur l’utilisation du palissandre ?

PRS :  Oui bien sûr, c’est assez simple en fait. Le palissandre n’est pas une essence interdite, il n’est pas illégal de l’utiliser. Les formalités administratives sont plus lourdes et il y a juste un tas de papiers à remplir. Au départ, les restrictions ne concernaient pas du tout les fabricants de guitare, c’étaient surtout les ébénistes chinois qui étaient visés par cette limitation. L’export de guitares vers l’Europe ou le Royaume-Uni prend maintenant une semaine de plus, ce n’est pas la fin du monde. Parmi les 330 employés qui travaillent à l’usine PRS, une personne est chargée uniquement de s’occuper du travail administratif relatif au CITES.

JB : Nous remarquons que des marques comme Fender ou Gibson se rabattent sur des essences comme le Pau Ferro sur leurs modèles plus abordables ; c’est un choix que vous ne partagez pas ?

PRS :  Comme je l’ai dit, l’utilisation du palissandre n’est pas interdite ou illégale. C’est juste plus compliqué et plus long, mais ce n’est finalement pas grand-chose. Le pau ferro est une essence intéressante, ce n’est pas un mauvais bois. J’estime juste que le palissandre fait partie de l’essence des guitares PRS et je ne souhaite donc pas changer. C’est un petit peu comme la conduite en y réfléchissant, il y a des règles que chacun applique, et tout se passe bien. Sauf place de l’Étoile !! [rires]

PaulReedSmith (2 sur 2)JB : Pouvez-vous nous en dire davantage sur le modèle Paul’s Guitar ?

PRS : Bien sûr ! Pour commencer, je ne suis pas fan du nom Paul’s Guitar. C’est vrai que c’est la guitare que j’utilise quotidiennement, sur scène, chez moi et en studio, mais il lui faudrait un autre nom (rires). Je me suis basé sur un modèle existant et je l’ai modifié. J’ai mis un chevalet fixe et j’ai mixé un peu les micros ; au départ, j’avais essayé un modèle Bass pour la position chevalet. Un point sur lequel j’ai particulièrement insisté est le son des micros simples. Grâce aux deux commutateurs placés sur la table de la guitare, on obtient facilement et instantanément des sons de Stratocaster assez authentiques. C’est assez rare avec des micros à doubles bobinages et c’est un son que j’affectionne particulièrement.

JB : Guitariste confirmé, le fait de jouer en groupe sur scène vous a-t-il influencé pour concevoir certains aspects de la guitare ?

PRS : Je conçois depuis 1985 toutes les guitares en tant que guitariste. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment Leo Fender est arrivé à des produits aussi innovants sans être guitariste. C’est cet amour que j’ai pour la guitare qui m’aide à concevoir de nouveaux modèles et les jouer est toujours un réel plaisir. En termes de feeling, le modèle Paul’s Guitar est comme un vieux t-shirt [rires]. On l’enfile et on se sent tout de suite bien et son contact est familier et agréable. C’est ce que je voulais obtenir avec cette guitare. En fait je m’en rends compte en jouant cette CE 24 [voir photo], c’est le cas avec beaucoup de modèles PRS ; au premier contact, l’instrument semble familier et agréable [Nda: il inspecte la guitare, la joue un peu]. Tu vois ? Le frettage est nickel, le profil du manche est tout de suite familier, c’est une chouette guitare ! 

JB : Paul, pouvez-nous dire ce que vous pensez des nouveaux modèles Gibson de la série 2019 et du retour sur les rails de la marque, grâce notamment au nouveau président ?

PRS : En ce qui concerne les nouveaux modèles 2019 je n’ai pas vraiment d’avis, n’ayant pas eu le temps de les tester en profondeur. J’ai eu des échos de certains employés me disant qu’ils nous avaient volé quelques teintes… Pour ce qui est du retour de Gibson après avoir quasiment fait faillite, je pense que c’est une bonne chose. Le changement de président n’avait pour unique but que de remettre l’entreprise sur les rails. Je pense qu’il connaît le business et c’est un bon guitariste, amoureux de Gibson, c’est un bon début.

JB : Lors de votre passage au NAMM 2019, avez-vous eu l’occasion de croiser des produits qui vous ont particulièrement marqués ? Pédales d’effet, guitares, micros, accessoires ?

PRS : Au NAMM je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de quitter le stand PRS [rires]. Du coup, les nouveautés intéressantes que j’ai pu voir se situaient sur le stand PRS ! J’aime particulièrement les nouveaux modèles acoustiques, notamment le modèle 60 et évidemment ma guitare signature que j’apprécie énormément. Je suis toujours à la recherche d’effets sans vraiment chercher ; cette année je suis tombé sur une pédale de réverbe allemande particulièrement bien fabriquée et très intéressante. J’ai un studio d’enregistrement pour lequel je cherche toujours du matériel. J’ai eu la chance très récemment de pouvoir acquérir une réverbe Lexicon, le modèle utilisé par Queen en studio. Le son qui sort de cette machine est simplement incroyable. Tu sais, je suis un fou de matos, mais je pense qu’on l’est tous d’une manière ou d’une autre [rires]. Mais cette réverbe, j’en suis fou amoureux !

JB : Un aspect des guitares PRS me semble tout à fait surprenant, toutes les guitares, peu importent les séries, sont impeccables, la qualité de fabrication et surtout la constance de cette qualité de fabrication sont impressionnantes. Comment arrivez-vous à de tels résultats sur tous vos instruments ?

PaulReed-Smith-23PRS : C’est avant tout embaucher les bonnes personnes et les former encore et encore et encore et encore. Ensuite il s’agit d’un travail d’équipe. Tous les employés ont l’habitude de travailler ensemble et savent exactement ce qu’ils ont à faire dans la chaîne de production. Nous avons des gens qui travaillent avec nous depuis 1985, soit l'année de création de la marque ! L’ancienneté a cet avantage certain de garantir la constance dont tu parlais. Il s’agit avant tout d’un travail d’équipe, d’une remarquable équipe de 330 personnes formées et archi-compétentes dans leur domaine. Un autre aspect qui garantit une qualité de fabrication constante est l’attention portée au détail. Quand on prête attention au moindre petit détail de finition de l’instrument, sa qualité globale augmente. Si tu prends cette CE 24 en main, tu verras qu’elle est parfaitement réglée, et je viens juste de la sortir de sa housse ! C’est la même chose pour la production des modèles SE. Comme tu l’as souligné, nous utilisons les mêmes essences et c’est avec le même soin apporté au détail que nous produisons ces guitares. Tous les vendredis, quelques membres de l’équipe et moi-même choisissons quelques étuis au hasard, nous les ouvrons et inspectons minutieusement les guitares afin de garantir une qualité de production constante. Nous n’avons pas eu de soucis pour l’instant, toutes les guitares inspectées répondaient à 100% au cahier des charges.

JB : Paul, nous parlions de Gibson tout à l’heure, à l’évidence c’est une marque que vous affectionnez particulièrement malgré une concurrence évidente. Que diriez-vous à quelqu’un qui souhaite acquérir une Gibson Les Paul mais qui hésite avec une PRS ?

PRS : Effectivement, la Les Paul a toujours été, avec la Strat, un modèle de guitare qui me touche particulièrement. Je pense qu’en termes de choix de guitare il faut appliquer la même méthode qu’une femme qui souhaite acquérir une paire de chaussures : tu dis au vendeur de t’apporter dix modèles et tu lui demandes de ficher le camp ! [rires] Tu verras, sentiras et entendras la guitare qui te procurera le plus de plaisir, celle qui te parle le plus. C’est le conseil le plus avisé que je peux donner. C’est une des raisons de mon voyage en France. Vous aimez beaucoup la guitare ici ! Regarde par la fenêtre, je suis assis ici depuis une heure et c’est un véritable défilé de parisiens avec des guitares à la main. Et les magasins spécialisés sont fermés aujourd’hui en plus. La France est une vraie nation amoureuse de la guitare, et je voulais vraiment être certain que les personnes qui souhaitent essayer les instruments PRS puissent se faire une idée en les jouant, les regardant dans le cadre d’un évènement convivial et chaleureux. J’aime beaucoup venir en France notamment pour cela. Vous avez d’excellents musiciens également ; le bassiste avec qui je vais jouer ce soir est juste le meilleur bassiste du monde, et il est français !

JB : Revenons rapidement et avant de se quitter sur le palissandre. Fender dans les années 1960 utilisait énormément le palissandre brésilien, dit palissandre de Rio. Quelles différences voyez-vous entre le palissandre indien et ce palissandre brésilien ?

PaulReed-Smith-61PRS : Pour commencer, il faut bien comprendre une chose quand on parle de bois ; l’essence compte, c’est évident. Mais l’important est la quantité d’eau présente dans le bois (déterminée par le temps de séchage) et la quantité de résine encore présente. Nous utilisons les deux essences sur nos guitares, mais le palissandre brésilien est uniquement réservé aux guitares destinées au sol américain. Les guitares prévues pour l’export en Europe sont construites avec du palissandre indien. Les deux essences se valent sur beaucoup de points ; le palissandre brésilien a cette particularité qu’il se nourrit tout seul. En le ponçant on fait remonter l’huile du bois, ce qui le nourrit et lui fait donc conserver une très jolie teinte. Mais regarde la touche de cette CE. Elle est superbe ! Le bois est bien foncé, le grain est bien serré, c’est une très belle touche, et elle est en palissandre indien. Je ne te parle même pas du son de cette guitare qui est tout bonnement incroyable. Mais comme je le disais, la quantité d’eau et de résine détermine beaucoup la qualité du bois ; je possède plusieurs guitares qui ont des touches en ébène et qui sonnent magnifiquement bien. Les violons ont une touche en ébène ! [rires] Mais pour répondre à ta question, le palissandre brésilien a un veinage plus prononcé et possède davantage de variations au sein du tronc. Le palissandre indien est lui plus monotone, mais au point de vue sonore, pour un temps de séchage identique et une quantité de résine identique, la différence est infime. Je vais revenir rapidement sur les restrictions sur cette essence ; il faut bien comprendre que les morceaux de palissandre qui nous arrivent ne sont pas issus d’arbres froidement abattus pour fabriquer des guitares. Dans notre cas, il s’agit d’arbres étant morts naturellement lors des moussons qui touchent les pays tropicaux. Aucune raison d’interdire son utilisation, donc. Il suffit de suivre les règles. 

JB : Merci infiniment pour ce petit moment Paul et pour ces réponses.

PRS : Merci à toi, j’ai passé un bon moment ! À ce soir à la Boule Noire !

  • PaulReed-Smith-10
  • PaulReed-Smith-8
  • PaulReed-Smith-9
  • PaulReed-Smith-5
  • PaulReed-Smith-6
  • PaulReed-Smith-2
  • PaulReed-Smith-16
  • PaulReed-Smith-34
  • PaulReed-Smith-32
  • PaulReed-Smith-24
  • PaulReed-Smith-22
  • PaulReed-Smith-21
  • PaulReed-Smith-36
  • PaulReed-Smith-31
  • PaulReed-Smith-25
  • PaulReed-Smith-23
  • PaulReed-Smith-26
  • PaulReed-Smith-28
  • PaulReed-Smith-29
  • PaulReed-Smith-30
  • PaulReed-Smith-19
  • PaulReed-Smith-27
  • PaulReed-Smith-18
  • PaulReed-Smith-37
  • PaulReed-Smith-38
  • PaulReed-Smith-33
  • PaulReed-Smith-35
  • PaulReed-Smith-17
  • PaulReed-Smith-20
  • PaulReed-Smith-40
  • PaulReed-Smith-39
  • PaulReed-Smith-55
  • PaulReed-Smith-50
  • PaulReed-Smith-58
  • PaulReed-Smith-61
  • PaulReed-Smith-53
  • PaulReed-Smith-57
  • PaulReed-Smith-62
  • PaulReed-Smith-47
  • PaulReed-Smith-56
  • PaulReed-Smith-49
  • PaulReed-Smith-54
  • PaulReed-Smith-60
  • PaulReed-Smith-46
  • PaulReed-Smith-45
  • PaulReed-Smith-52
  • PaulReed-Smith-59
  • PaulReed-Smith-48
  • PaulReed-Smith-51
  • PaulReed-Smith-44
  • PaulReed-Smith-63
  • PaulReedSmith (2 sur 2)
  • PaulReed-Smith

 

Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail