Behringer 2600
+
Behringer 2600

2600, Synthétiseur analogique en rack de la marque Behringer.

Avis
Comparateur de prix
Petites annonces
test Le plan B

Test du synthétiseur Behringer 2600

  • Réagir
  • 316 réactions
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Award Qualité / Prix 2020

Le Behringer 2600 se positionne comme un clone amélioré de l’ARP 2600, accessible aux musiciens pas forcément fortunés, bricoleurs ou collectionneurs. Un bon plan ?

Aussi prestigieux que le Minimoog, l’ARP 2600 est un synthé semi-modulaire produit entre 1971 et 1980. Avec son grand pupitre vertical à HP intégrés et son clavier quatre octaves, il est aussi à l’aise dans les sons musicaux que les bruitages. On lui doit autant les basses fermées de certains titres signés JMJ que les joyeux gazouillis de R2D2, ce qui permet au passage d’enterrer une fois pour toutes la légende urbaine selon laquelle le son proviendraient d’un OB-1 (qui date de 1979, soit deux ans après la sortie du premier Star Wars). L’ARP 2600 a été décliné en 4 modèles et 9 révisions : 2600 « Blue Marvin » (bleu tout alu, filtre 4021), 2600C « Gray Meanie » (gris tout alu, filtre 4012), 2600P (gris en suitcase, 4 révisions avec différents VCO de qualité variable, filtre 4021) et 2601 (3 révisions, passage à partir de la V2 du filtre 4021 au 4071 suite à un contentieux avec Moog et aux couleurs orange sur fond noir). Les versions les plus convoitées sont celles à base de filtre 4021, plus gras et plus ouvert, le 4071 étant limité à 12 kHz suite à une erreur de conception.

Aujourd’hui, soit un demi-siècle plus tard (!), les amateurs d’ARP 2600 ont plusieurs alternatives pour se rassasier : les collectionneurs fortunés et chanceux peuvent craquer pour un modèle vintage (à choisir judicieusement), les nostalgiques moins aventureux mais tout de même fortunés opter pour un clone signé ARP fabriqué par Korg (série limitée à 1 000 exemplaires), les un poil moins fortunés se tourner sur le clone de 2600 d’Antonus et les bricoleurs avertis se lancer dans la construction d’un clone TTSH (Two Thousand Six Hundred). Mais pour le peu fortuné pas du tout bricoleur, c’est-à-dire le commun des musiciens, il n’y avait jusque-là pas trop de possibilités. Jusqu’à ce que Behringer se lance dans un clonage de 2600, pour une fraction du prix. A vos patches !

Black rack

B2600_2tof 12 unlit.JPGLe 2600 reprend les codes couleurs des ARP 2600 et Odyssey les plus récents, à savoir orange sur fond noir. La façade est impressionnante, c’est une véritable invitation aux expérimentations les plus folles : 63 curseurs de 40 mm rétroéclairés (couleur suivant le rôle du curseur), 15 interrupteurs (doubles / triples), 2 poussoirs momentanés, 92 mini-jacks de brassage ou audio, 2 sorties audio jack 6,35 mm, une sortie casque mini-jack stéréo 3,5 mm avec potentiomètre de volume dédié et un interrupteur secteur. Il reste une petite partie de connectique à l’arrière, sur un plan judicieusement placé en retrait pour ne pas consommer d’espace en cas de mise en rack : mini-potentiomètre pour régler l’intensité des LED des curseurs (de la lumière éblouissante à l’extinction complète), deux entrées jack pour pédales (blocage d’intervalle en mode Duo et activation du portamento), deux prises MIDI (In/Thru) avec sélecteurs de canal, une prise USB (MIDI / échange de données avec l’appli) et une prise pour alimentation externe (12 V DC / 2 A / C+ avec bloc externe central). Un dispositif permet de sécuriser le cordon pour éviter tout arrachement. A part l’alimentation externe, rien à redire.

Tous les réglages ou presque sont continus, y compris l’accordage grossier des VCO. C’est assez perturbant pour ceux qui ont l’habitude des réglages discrets par pieds et demi-tons. Cela nécessite dextérité et précision pour bien doser tout cela. De même, il faut un certain temps pour s’habituer au fonctionnement par défaut de l’appareil : signaux audio et modulations précâblés, réglage des curseurs situés au-dessus des entrées… puis compréhension du câblage qu’on ne manquera pas de mettre en œuvre (pour refaire les sons de basse fermée d’Equinoxe et Chronologie, pas besoin de patcher ?). On remarque aussi 31 capuchons caoutchouc amovibles : ils permettent l’accès à tous les ajustables depuis la façade. Un mot sur la qualité de construction, qui nous semble très bonne : carrosserie tout en métal, curseur offrant une bonne résistance, connectique sertie (mais pas vissée). Cela nous donne donc un poids de 4,9 kg pour 482 x 354 x 110 mm. Comme on peut le voir sur les photos, le 2600 est rackable, il occupera exactement 8U en format 19 pouces.

Architecture générale

Le 2600 comprend une vingtaine de modules analogiques purs : 3 VCO, 1 mélangeur pré-VCF, 1 VCF, 1 VCA, 1 mélangeur post-VCA, 1 enveloppe AR, 1 enveloppe ADSR, 1 portamento, 1 générateur de CV duophonique, 1 LFO, 1 portamento, 1 préampli, 1 suiveur d’enveloppe, 1 modulateur en anneau, 1 générateur de bruit, 4 processeurs de tensions et 1 S&H ; c’est peu ou prou ce qu’on retrouve sur un ensemble 2600 + clavier 3620, hormis les touches.

B2600_2tof 15 unlit.JPGS’y ajoute une réverbération à ressort modélisée, contrairement à l’original. Tous ces modules sont déjà précâblés, que ce soit le parcours du signal audio depuis les sources jusqu’aux sorties ou les modulations basses et hautes fréquences. Il représente donc un puissant synthé à lui seul, même sans câblage.

Mais l’utilisateur peut décider de chambouler tout ou partie de cette belle harmonie, au moyen de cordons de brassage : par exemple, envoyer la dent de scie du VCO1 dans le filtre (plutôt que l’impulsion), moduler la PW du VCO2 par le LFO (plutôt que le bruit) ou encore piloter la fréquence du filtre avec l’enveloppe AR (plutôt que l’ADSR). Dès que l’on connecte un cordon à l’une des prises 3,5 mm, on remplace la connexion préétablie. Les processeurs de tensions permettent de mélanger et/ou doser plusieurs signaux pour en fabriquer des plus complexes. C’est aussi l’occasion de router des signaux sonores ou des modulations à partir de / vers un système modulaire plus vaste (modules de synthèse, modulations, séquenceurs, etc.). A chaque étage sonore, le 2600 offre des possibilités d’interconnexions. Revers de la médaille, aucun réglage n’est mémorisable ou pilotable en CC MIDI : le son et les modulations passent physiquement par les composants, la seule partie numérique concerne le pilotage MIDI des notes et du pitchbend. L’appli Synth Tool permet de régler la priorité de note (basse, haute, dernière) et l’étendue de pitchbend ; elle permet aussi de recalibrer la machine (procédure manuelle) et mettre à jour l’OS.

Etat de l’ARP

B2600_2tof 06.JPGN’ayant pas d’ARP 2600 sous la main et étant toujours en confinement, nous avons envoyé des exemples sonores à deux heureux propriétaires d’ARP 2600 doté du filtre 4021. Deux personnes de confiance sans concession ni complaisance, bien au contraire ! Ils ont immédiatement reconnu et validé le caractère sonore sur différents réglages typiques : basse punchy à filtre fermé, plage de résonance extrême du filtre, S&H bien barré, modulations extrêmes… bref, les exemples sonores caractéristiques de ce test. Ils ont également commenté la capacité de l’ARP 2600 à singer certains sons Moog typiques avec le filtre 4021, que l’on retrouve aussi dans les extraits. Nous avons aussi confié le 2600 à l’ami Pulsophonic (prof de musique, organiste, contrebassiste, designer sonore et bourré d’autres talents que nous ne détaillerons pas ici...) qui nous a concocté un magnifique « Switched-On B » (Concerto Brandebourgeois n°3 de JS Bach) programmé, joué et enregistré à la main, sans effet externe ajouté, ainsi que 7 ensembles de bruitages complexes. Bravo !

Pour notre part, nous avons apprécié le grain des VCO, la musicalité du filtre 4021 et la rapidité extrême des enveloppes. Sans oublier les possibilités infinies de câblage, qui n’ont de limite que l’imagination de l’utilisateur. Côté réverbe modélisée, la qualité est très correcte, le signal entrant n’est pas noyé. Elle a tendance à saturer quand on pousse trop le niveau d’entrée, il faudra être là encore fin sur les réglages… Au global, le comportement typique de l’ARP 2600 nous semble avoir été méticuleusement analysé et bien reproduit par les développeurs, chapeau ! Nous avons pu échanger pas mal de temps avec une partie de l’équipe et il faut avouer qu’ils se sont bien pris la tête pour y parvenir. Cela a représenté un travail considérable, bien plus complexe que cloner un synthé compact entièrement précablé et basique comme un Model D ! Dernier point, le 2600 tient parfaitement l’accordage.

B2600_1audio 00 Switched-On B_1
00:0006:24
  • B2600_1audio 00 Switched-On B_106:24
  • B2600_1audio 01 Chrono Bass 1&2_101:54
  • B2600_1audio 03 Low Bass_100:40
  • B2600_1audio 04 Rez Bass_100:20
  • B2600_1audio 05 Squares_101:03
  • B2600_1audio 06 Grey PWM_100:34
  • B2600_1audio 07 Magnetic Dry_100:30
  • B2600_1audio 08 Magnetic Spring_100:30
  • B2600_1audio 09 Dont Go Saw_100:27
  • B2600_1audio 10 Dont Go PWM_100:27
  • B2600_1audio 11 Arp Laser_101:03
  • B2600_1audio 12 Blackstar Fifth_100:59
  • B2600_1audio 13 Solo Voice_100:29
  • B2600_1audio 14 Soft Duo_100:36
  • B2600_1audio 15 Pick Duo_100:34
  • B2600_1audio 16 S&H Game_103:03
  • B2600_1audio 17 Porte Nawak01:00
  • B2600_1audio 18 Noisy Winds01:36
  • B2600_1audio 19 Noisy Bloups01:44
  • B2600_1audio 20 Filter FM01:25
  • B2600_1audio JD 1 Voice01:07
  • B2600_1audio JD 2 Noises06:46
  • B2600_1audio JD 3 Noises02:33
  • B2600_1audio JD 4 Noises01:42
  • B2600_1audio JD 5 Noises03:15
  • B2600_1audio JD 6 Noises00:40
  • B2600_1audio JD 7 Noises01:40

Sources sonores

Allez, on descend dans la synthèse. Commençons par les 3 VCO. Le premier est capable de produire simultanément une onde impulsion variable (routée par défaut vers le mixeur) et une onde dent de scie. On peut prélever les signaux en sortie de VCO pour les envoyer dans n’importe quelle entrée (audio ou pas). On peut modifier la largeur d’impulsion à la main (contrairement à l’ARP2600 dont l’onde carrée est fixe).

B2600_2tof 16 unlit.JPGOn peut moduler la fréquence par 4 sources prédéfinies (suivi de clavier, S&H, ADSR, LFO) ou ce qu’on veut à la place, en routant une source à l’une des entrées. La quantité de modulation est définie par les curseurs situés à la verticale des entrées, comme c’est le cas pour tous les modules. Les VCO 2 et 3 sont identiques. Ils sont capables de produire simultanément les ondes triangle, dent de scie, sinus et impulsion variable, ce qui va aussi plus loin que sur l’ARP 2600 dont le VCO3 est moins complet (ondes dent de scie et impulsion variable uniquement). Par défaut, c’est l’impulsion du VCO2 et la dent de scie du VCO3 qui sont routées vers le mixeur. Là encore, rien n’empêche de prélever n’importe(s) quelle(s) onde(s) et l’envoyer vers n’importe(s) quelle(s) entrée(s).

Les fréquences des VCO2 sont modulables par 4 sources prédéfinies (suivi de clavier, S&H, ADSR, impulsion du VCO1) et celles du VCO3 par 4 autres sources prédéfinies (suivi de clavier, bruit, ADSR, sinus du VCO2). Les largeurs d’impulsion des VCO 2 et 3 sont cette fois modulables par une source prédéfinie (bruit pour le VCO2 et ADSR pour le VCO3), que l’on peut évidemment remplacer par ce qu’on veut avec un cordon. Tous les oscillateurs peuvent être accordés entre 10 Hz et 10 kHz en continu (réglages grossier et fin). Pour chacun, on peut déconnecter le suivi de clavier, ce qui les change en LFO (0,03 à 30 Hz). Le générateur de bruit possède un niveau ajustable et une couleur variable en continu (rouge à blanc). Amélioration remarquable par rapport à l’ARP 2600, il est maintenant possible de synchroniser les VCO 2 et 3 au VCO1. Cela donne accès des territoires sonores étendus, merci.

Filtre au choix

B2600_2tof 05.JPGLe 2600 reprend les deux types de filtre passe-bas 4 pôles en échelle de transistors qui ont équipé l’ARP 2600, sélectionnables par un interrupteur situé en façade. Le premier (4021 Moog) est très incisif et très résonant. Le second (4071) est nettement plus timide et pâle : il coupe davantage les aigus (11 kHz au lieu de 16 kHz) et résonne moins fort. Bref, on reste le plus souvent sur le premier, qui a une véritable personnalité, les chasseurs d’ARP 2600 vintage recherchent aussi les modèles à base de 4021. Le filtre récupère le signal issu du mixeur. Ce dernier est capable de mélanger 5 sources prédéfinies : sortie du modulateur en anneau (nous y reviendrons), onde impulsion du VCO1, onde impulsion du VCO2, onde dent de scie du VCO 3, bruit. Elles sont également substituables, avec le même principe d’entrée audio et de curseur individuel de dosage que pour les VCO. Pousser le niveau des sources fait saturer l’étage d’entrée du filtre, c’est très agréable.

Le filtre dispose aussi de 3 entrées de modulation de fréquence. Elles sont précablées sur le suivi de clavier, l’ADSR et l’onde sinus du VCO2 (FM audio). Même principe que pour les modulations des VCO, on peut les substituer avec ce qu’on veut, en basse fréquence ou en audio ; il ne faut d’ailleurs surtout pas se priver de moduler le filtre par des sources audio discontinues, c’est comme ça qu’on fabrique la voix de R2D2 avec une résonance en auto-oscillation.

B2600_2tof 10.JPGConcernant les réglages propres au filtre, on trouve une fréquence de coupure (réglages continus grossiers et fin de 10 Hz à 10 kHz, qui montent évidemment plus haut en fonction des modulations telles que le suivi de clavier) et une résonance continue qui peut pousser le filtre en auto-oscillation. La sortie du filtre peut être directement prélevée via le jack idoine.

Elle est également routée par défaut au VCA, qui possède un réglage de gain initial, 2 entrées audio précablées (VCF donc, ainsi que la sortie du modulateur en anneau) et 2 entrées de modulation précablées (AR linéaire et ADSR exponentielle), là encore toutes substituables. En sortie, un mixeur final permet de doser deux sources (VCF et VCA par défaut) ; il débouche sur 2 entrées post-fader et une sortie mélangée. On arrive ensuite au réglage de panoramique et au bus stéréo vers la réverbe. Elle possède une entrée substituable (mixeur final par défaut), deux curseurs de niveau (canaux gauche et droit), deux entrées gauche/droite pour mélange d’un signal stéréo externe sur le circuit de retour et une sortie mono directe.

Modulations totales

B2600_2tof 04.JPGAu rayon des modulations, le 2600 est plutôt bien doté, sans être exceptionnel. C’est surtout sur les possibilités infinies de routage qu’on en tirera le meilleur. On commence par deux enveloppes (AR et ADSR) ultra rapides avec des courbes caractéristiques bien reproduites ici. On peut les déclencher par les Gate / Trigger internes, deux signaux externes (en remplacement) ou via le S&H. Leurs sorties sont préassignées ou assignables au choix, via leur prise jack respective. On peut changer les facteurs de temps (x0,5 / x1 / x2) ; par contre, il n’y a pas d’entrée pour les moduler, dommage. On poursuit par la section de suivi de clavier. On y trouve 4 sorties (Gate, Trigger, suivi de clavier, voix la plus haute), un sélecteur de répétition (sans répétition, avec répétition liée au cycle du LFO, avec répétition continue liée au cycle du LFO) et un mode de déclenchement (simple / multiple). Un mode Duo permet de déclencher un second VCO avec un CV différent du premier, en reliant la sortie « voix la plus haute » à l’un des VCO ; ce dernier est joué indépendamment du premier par la note la plus haute, en duophonie. Les enveloppes peuvent être liées ou redéclenchées. On trouve aussi un portamento, avec curseur de temps, interrupteur marche / arrêt et un bouton-poussoir de déclenchement momentané, comme sur le 3620.

B2600_2tof 08.JPGVient ensuite le LFO, capable de générer 3 formes d’onde simultanées (triangle, carré, sinus), certaines étant précâblées vers différents modules. On peut bien sûr tout réassigner, chacune offrant une sortie jack. L’onde sinus dispose d’un délai et d’une intensité réglables. La fréquence du LFO possède son propre curseur, mais on ne peut ni le synchroniser en MIDI, ni forcer son cycle. On poursuit avec un préampli et son réglage de gain (avec facteur x10, x100 ou x1 000), utile pour traiter de l’audio ou contrôler le signal entrant dans le suiveur d’enveloppe, son voisin direct. Ensemble, ils permettent de transformer n’importe quel signal entrant en tension de commande. On arrive au modulateur en anneau, agissant par défaut sur l’onde dent de scie du VCO1 et l’onde sinus du VCO2 (RM classique). Evidemment, on peut remplacer ces signaux par ce que l’on veut. On peut aussi optimiser le mode de réponse (audio ou basse-fréquence) et régler le niveau de sortie. La sortie du RM est précâblée vers le mixeur pré-filtrage, mais on peut l’envoyer partout ailleurs. 

Allez, on passe aux processeurs de tension. Le premier crée un ou plusieurs signaux complexes en multipliant plusieurs sources vers plusieurs destinations, avec quatre points d’entrée/sorties combinables au choix. Juste en-dessous, il y a trois autres processeurs : l’un mélange deux signaux entrants, les atténue de 10 V, les module par un signal asservi au suivi de clavier et inverse le tout (cf. photo, ce sera plus simple !). Le suivant ajoute 10V au signal entrant et inverse le tout en sortie. Le dernier lisse le signal entrant suivant un temps ajustable ; il est optimisé pour le suiveur d’enveloppe. Il nous reste à parler du S&H, assez élaboré. Il est produit par le bruit interne (substituable) et une horloge. Il dispose d’un niveau ajustable, d’une vitesse ajustable, d’une entrée horloge, d’une sortie horloge et d’une sortie de modulation. Sa vitesse contrôle aussi l’interrupteur voisin, capable d’alterner soit un signal entrant vers deux sorties, soit deux signaux entrants vers une sortie. Pour utilisateur averti !

Conclusion

Tout comme l’ARP 2600, le 2600 Behringer est un pursang qui nécessite pas mal de patience et de finesse pour être dressé. Ce clone est bluffant, tant sur le plan sonore que comportemental. L’interface utilisateur est très agréable, même si elle diffère de l’originelle, par sa compacité et sa disposition. Si on perd la réverbe à ressort, les HP et l’alimentation interne, on gagne en revanche un certain nombre d’améliorations bienvenues dans les sections VCO et VCF. Le 2600 n’est pas adapté à celui qui a l’habitude de travailler avec des mémoires ou des automations, tout se fait à la main et en fonction de l’inspiration du moment. D’autant que la parfaite continuité des commandes rend difficile la reproduction à l’identique d’un son donné à plusieurs reprises. Mais c’est le propre du 2600, comme tout modulaire, avec cette fois un prix défiant toute concurrence et une disponibilité garantie. Une nouvelle référence à suivre dans le milieu semi-modulaire et un nouveau standard qualité/prix, qui mérite largement l’Award Audiofanzine éponyme.

  • B2600_2tof 01.JPG
  • B2600_2tof 02.JPG
  • B2600_2tof 03.JPG
  • B2600_2tof 04.JPG
  • B2600_2tof 05.JPG
  • B2600_2tof 06.JPG
  • B2600_2tof 07.JPG
  • B2600_2tof 08.JPG
  • B2600_2tof 09.JPG
  • B2600_2tof 10.JPG
  • B2600_2tof 11 unlit.JPG
  • B2600_2tof 12 unlit.JPG
  • B2600_2tof 13 unlit.JPG
  • B2600_2tof 14 unlit.JPG
  • B2600_2tof 15 unlit.JPG
  • B2600_2tof 16 unlit.JPG
  • B2600_2tof 17 unlit.JPG
  • B2600_2tof 18 unlit.JPG
Notre avis :
Award Qualité / Prix 2020
Points forts Points faibles
  • Sonorité et conception fidèles à l’ARP 2600
  • VCO très complets
  • Filtre de qualité, avec les deux variantes
  • Enveloppes hyper rapides
  • Souplesse des routages
  • Tous les modules du 2600 disponibles
  • Fonctionnalités nouvelles (VCO, PWM, synchro, LFO)
  • Semi-modularité globale
  • MIDI USB/DIN
  • Construction solide et intelligente
  • Compact et rackable (8U x 19 pouces)
  • Curseurs rétroéclairés à intensité variable
  • Prix hyper serré
  • Pas d’entrée modulation sur la résonance
  • Nécessite un temps de prise en main
  • Alimentation externe
  • Pas de mémoires
  • Pas de CC MIDI
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail