Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Happy birthday to you

Test de la STAN Image Line FL Studio 20

Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Image Line FL Studio 20 Signature Edition
Photos
1/39
Image Line FL Studio 20 Signature Edition

Séquenceur électro de la marque Image Line appartenant à la série FL Studio 20.

Si en 2013, nous testions FL Studio 11 puis FL Studio 12 et 12.1 en 2015, en 2018 nous testons… FL Studio 20 ! Pardon ?

Il faut dire que c’est le ving­tième anni­ver­saire du logi­ciel né en 1998 sous le nom de Fruity Loops. À l’époque, il ne s’agis­sait guère plus que de l’ému­la­tion virtuelle d’un step-séquen­ceur analo­gique hard­ware. Son créa­teur Didier Dambrin a depuis fondé la société Image Line pour éditer le logi­ciel qui a beau­coup évolué.

Reste à savoir si derrière ce numéro de version bien rond et la barre symbo­lique des vingt ans d’exis­tence, l’édi­tion 2018 de FL Studio n’est qu’une version ultras­té­roï­dée du logi­ciel. C’est ce que nous allons décou­vrir ensemble, sachant que je renvoie ceux qui souhai­te­raient avoir des détails sur le fonc­tion­ne­ment géné­ral de la STAN au banc d’es­sai de la version 11 expliquant tout cela.

On se cotise pour les cadeaux ?

Avant de commen­cer, deux choses sont à noter. La première, et non des moindres, c’est qu’à partir de cette 20e mouture, FL Studio n’est plus réservé au monde Windows mais qu’il est égale­ment compa­tible avec Mac OS. La seconde, c’est qu’il est très impor­tant de rappe­ler la poli­tique tari­faire parti­cu­lière d’Image Line qui s’avère poten­tiel­le­ment très inté­res­sante. En effet, on achète FL Studio une fois dans sa vie, et toutes les mises à jour futures sont gratuites. Seuls sont factu­rés le passage d’une gamme à une autre.

Rappe­lons que les versions propo­sées sont les suivantes : « Fruity » à 99 €, « Produ­cer » à 199 €, « Signa­ture » à 299 € et enfin «  All plugins » à 899 € (TTC).
Pour les détails fonc­tion­nels de chacune de ces gammes, je vous propose de vous rendre direc­te­ment sur le site du fabri­cant.

Les amuse-bouches

linear phaseOn commen­cera par les plug-ins, sachant que ZGameE­di­tor Visua­li­zer, Slicex et Direct­Wave gagnent chacun quelques menues amélio­ra­tions. tandis que la réverbe inté­grée Reeverb 2 se dote d’un modu­la­teur ultra­ba­sique censé donner plus de natu­rel à son rendu… Pour le coup, je ne suis pas très convaincu. On saluera en revanche l’ajout de deux presets à la réverbe à convo­lu­tion Fruity Convol­ver qui la trans­forment tout simple­ment en… EQ à phase linéaire ! Et comme cela fonc­tionne très bien, c’est bien vu.

Termi­nons ce tour d’ho­ri­zon des plug-ins avec un quasi-nouveau venu : le VFX Level Scaler à utili­ser au sein du Patcher. Pour rappel, le Patcher est une inter­face graphique qui permet de créer très rapi­de­ment et simple­ment des chaînes poten­tiel­le­ment complexes d’ins­tru­ments et d’ef­fets. Je quali­fie VFX Level Scaler de « quasi nouveau venu » car il s’agit en fait d’une version live du Level Scale Tool déjà présent dans le piano roll. Cette dernière offre toute­fois bien d’autres possi­bi­li­tés que le plug dont il s’ins­pire, lequel se limi­tait à la gestion de la vélo­cité entrante. En effet, outre la vélo­cité, VFX Level scaler prend en charge les infor­ma­tions MIDI de relâ­che­ment, de pitch, de pano­ra­mique et celles prove­nant des modu­la­teurs X et Y. Ces para­mètres devraient d’ailleurs parler aux vieux habi­tués du logi­ciel, à qui Image Line réserve une petite surprise dont nous en parle­rons plus loin…

VFX Level ScalerLes modi­fi­ca­tions peuvent se faire selon des progres­sions linéaires ou loga­rith­miques, les courbes étant inté­gra­le­ment para­mé­trables. Il n’y a en revanche aucun preset prévu pour l’ins­tant, ni de possi­bi­lité d’en créer. Une fonc­tion d’hu­ma­ni­sa­tion est égale­ment présente avec plusieurs modes d’opé­ra­tion. On peut ainsi répar­tir les éléments aléa­toires exclu­si­ve­ment dans le domaine posi­tif (au-dessus de de la valeur d’ori­gine), dans le domaine néga­tif (en dessous de la valeur d’ori­gine) ou équi­ta­ble­ment entre les deux. On dispose même d’un para­mètre permet­tant de régler la durée de l’af­fi­chage des événe­ments sur l’écran inté­gré du plug.

Comme tous les éléments du Patcher de FL Studio, les para­mètres du Level Scaler sont pilo­tables par MIDI à condi­tion de réali­ser au préa­lable une télé­com­mande dédiée au sein de ce même Patcher. À l’usage, nous béné­fi­cions donc là d’un plug-in qui marie très bien simpli­cité d’uti­li­sa­tion et puis­sance, et qui fera la joie des mani­pu­la­teurs de flux MIDI même si ces évolu­tions inté­res­santes n’ont rien de révo­lu­tion­naire. Aussi allons-nous voir ce qu’il se trame du côté du step-séquen­ceur…

Le retour des vieux amis

graph editorVoici le moment de dévoi­ler la surprise que j’ai évoquée plus haut. En effet, les fans de la STAN seront ravis de décou­vrir que le Graph Editor est de retour, après avoir été évincé de la version 12 !

On rappel­lera rapi­de­ment aux néophytes que cette fonc­tion­na­lité, qui faisait un peu partie de l’ADN de FL Studio, permet­tait d’ac­cé­der à de multiples para­mètres (cf. ceux gérés par le VFX Level Scaler) pour chacun des pas du step-séquen­ceur. La version actuelle reprend l’in­té­gra­lité des fonc­tions des versions anté­rieures, avec une nette amélio­ra­tion graphique et un piano roll minia­ture pour les hauteurs de notes.

Le sampleur retrouve quant à lui des effets qui avaient eux aussi disparu par le passé, mais gagne égale­ment de nouvelles fonc­tion­na­li­tés – offset et sample start – qui permettent d’édi­ter rapi­de­ment le point de départ d’un sample. Tout comme pour les plug-ins, il n’y a rien de renver­sant là-dedans et même si le retour du Graph Editor fait plai­sir, c’est ailleurs qu’on trou­vera les chan­ge­ments les plus profonds appor­tés par les déve­lop­peurs d’Image Line.

À table ! …de mixage

Les modi­fi­ca­tions subies par la table de mixage ne sont elles non plus pas très nombreuses. On passera rapi­de­ment sur le fait que l’on dispose désor­mais de 125 pistes pour se concen­trer sur la seule véri­table grosse évolu­tion de la console, qui est loin d’être anodine. En effet, durant les dernières années, nombreux ont été ceux qui ont témoi­gné sur Inter­net avoir rencon­tré des défaillances de la compen­sa­tion auto­ma­tique de latence des plug-ins au sein du logi­ciel d’Image Line (voir enca­dré). Et il semble­rait que l’édi­teur ait entendu les doléances des utili­sa­teurs. En consé­quence, les déve­lop­peurs ont complè­te­ment réécrit les routines concer­nées pour cette version 20.

En ce qui me concerne, j’ai passé le nouveau système de compen­sa­tion à la mouli­nette de deux bons géné­ra­teurs de latence : les plug-ins LinEQ et Puig­Tec EQP1A de chez Waves. Dans les deux cas, la compen­sa­tion auto­ma­tique s’est très bien compor­tée, mais elle le faisait chez moi déjà dans la version 12 de FL Studio ! Je me garde­rai donc de tirer quelque conclu­sion que ce soit pour le moment. Seuls le temps et les utili­sa­teurs nous diront si Image Line a réussi ou non son pari.

Atelier maquillage

nouvelle interfaceParmi les chan­ge­ments profonds opérés dans cette dernière mouture, on parlera aussi de l’in­ter­face géné­rale. Au lance­ment du logi­ciel, on remarque tout de suite que certaines petites choses ont évolué. Ainsi, les boutons de redi­men­sion­ne­ment et de ferme­ture de la fenêtre prin­ci­pale viennent rejoindre le coin supé­rieur droit de l’es­pace de travail, comme pour toutes les autres appli­ca­tions : révo­lu­tion ! Si vous le souhai­tez, rien ne vous empêche toute­fois de reve­nir à une version FL Studio 12 de votre inter­face, ou même de la modi­fier tota­le­ment et de créer diffé­rents presets selon vos besoins. Voyons cela plus en détail.

Rappe­lons qu’il y a long­temps qu’Image Line porte une atten­tion parti­cu­lière à l’as­pect et l’er­go­no­mie de l’in­ter­face de son séquen­ceur. Celui-ci a même été l’un des premiers logi­ciels audio à propo­ser une inter­face graphique inté­gra­le­ment vecto­ri­sée afin de permettre le libre redi­men­sion­ne­ment des diffé­rents éléments qui la consti­tuent. Cette carac­té­ris­tique a d’ailleurs été adop­tée par la majeure partie des éditeurs concur­rents pour leurs propres produits, et l’on ne peut que s’en féli­ci­ter. En plus de cette vecto­ri­sa­tion, les versions anté­rieures de FL Studio propo­saient déjà la possi­bi­lité de modi­fier l’em­pla­ce­ment des diffé­rents éléments de l’in­ter­face, à condi­tion toute­fois de rester dans la partie supé­rieure de la fenêtre de travail. Aujour­d’hui, Image Line pousse encore plus loin la logique qui consiste à lais­ser l’uti­li­sa­teur adap­ter son envi­ron­ne­ment de travail à ses besoins spéci­fiques. En effet, on n’est plus limité au seul espace supé­rieur pour placer ses barres d’ou­tils : libre à chacun de les dispo­ser où bon lui semble sur la tota­lité de l’es­pace de travail. On peut égale­ment défi­nir l’es­pa­ce­ment entre les diffé­rents éléments, et si cet espa­ce­ment sera fixe ou flexible.

édition interface graphique

Au-delà de ça, Image-Line nous propose dans la dernière version de son soft un véri­table éditeur qui nous permet de suppri­mer ou d’ajou­ter des éléments à volonté et de sauve­gar­der comme je le mention­nais plus haut toutes les modi­fi­ca­tions effec­tuées au sein d’au­tant de presets qu’on le souhaite.

Mais il est temps main­te­nant d’abor­der l’élé­ment qui a subi à mon sens les plus inté­res­santes évolu­tions, j’ai nommé la play­list.

Le gâteau, le gâteau !

Signa­lons tout d’abord quelques menues amélio­ra­tions qui, sans être révo­lu­tion­naires, rendront l’ex­pé­rience FL Studio encore plus agréable pour l’uti­li­sa­teur, telles que le passage de 199 à 500 du nombre maxi­mal de pistes de la play­list, ou encore la possi­bi­lité de régler ces dernières à la même taille ou de cacher toutes celles d’un même groupe en un seul clic. On notera égale­ment que la mini-preview située dans la barre hori­zon­tale de la play­list et du piano roll est désor­mais affi­chable sur deux lignes si on le souhaite, que l’au­dio enre­gis­tré s’af­fiche à présent direc­te­ment durant l’en­re­gis­tre­ment, ou encore qu’une prise de son en boucle groupe immé­dia­te­ment entre elles les pistes créées par chaque répé­ti­tion de la boucle. Tous ces éléments ne manquent certes pas d’in­té­rêt, mais comme dirait l’autre, il n’y a pas de quoi décor­ner un bœuf non plus (pauvre bête)…

En revanche, on s’in­té­res­sera davan­tage à ce qui suit. Tout d’abord, on saluera l’en­trée de FL Studio dans l’ère moderne – petit tacle affec­tueux – avec l’ar­ri­vée de deux fonc­tions présentes depuis des lustres chez la concur­rence mais qui faisaient jusqu’ici cruel­le­ment défaut dans le séquen­ceur d’Image Line. La première fonc­tion, c’est le punch in / punch out qui permet de n’en­re­gis­trer un signal qu’entre certains points de la time­line préa­la­ble­ment défi­nis. Pour bien faire les choses et contrai­re­ment à certains concur­rents (n’est-ce pas, Able­ton Live…), le logi­ciel auto­rise même l’in­ser­tion d’au­tant de points d’en­re­gis­tre­ment qu’on le souhaite. C’est très bien.

punch in

Quand à la seconde fonc­tion, il s’agit de la possi­bi­lité d’in­clure enfin des chan­ge­ments de signa­ture ryth­mique, et ce aussi bien dans la play­list que dans les patterns à travers le piano roll. Allé­luia !

time signatureMais ce n’est pas tout. En ce qui concerne le rende­ring, la play­list offre main­te­nant trois nouvelles options très appré­ciables. On peut doré­na­vant conver­tir en un seul fichier audio tous les éléments MIDI ou audio d’une piste, tous les éléments sélec­tion­nés sépa­ré­ment au sein de pistes diffé­rentes, ou encore tous les clips iden­tiques d’un morceau, ce qui est très pratique pour créer rapi­de­ment des fichiers audio.

Puisqu’on parle de fichiers audio, on appré­ciera beau­coup égale­ment la nouvelle fonc­tion­na­lité qui permet de décou­per instan­ta­né­ment et direc­te­ment dans la play­list un fichier audio en plusieurs « slices », sans plus néces­si­ter de passer forcé­ment par l’ou­til Slicex. Cette découpe peut se faire selon des frac­tions tempo­relles, des frac­tions de boucle ou même selon certains presets ryth­miques de styles musi­caux prédé­fi­nis, hélas non enri­chis­sables avec ses propres presets. Mais c’est déjà fort louable dans l’état actuel des choses. Atten­tion toute­fois, concer­nant les presets de style musi­caux, il arrive parfois que sur un maté­riau un peu complexe, le résul­tat final soit un peu surpre­nant et surtout dépasse un peu la durée de l’échan­tillon préa­lable. Aucun problème n’est toute­fois à signa­ler avec des ryth­miques de départ simples, ou avec la découpe selon des frac­tions tempo­relles.

arrangementCe qui fait vrai­ment à mon sens le sel de cette nouvelle play­list et l’un des prin­ci­paux inté­rêts de cette version 20 de FL Studio réside toute­fois dans la possi­bi­lité de gérer plusieurs arran­ge­ments au sein d’un même projet ! Oui, vous avez bien lu : on peut désor­mais créer autant d’ar­ran­ge­ments qu’on le souhaite et navi­guer entre eux comme on le ferait par exemple entre les patterns, de manière tota­le­ment fluide et sans aucun temps de char­ge­ment. Et ceci inclut égale­ment l’ac­ti­va­tion de la fonc­tion « perfor­mance mode », c’est-à-dire que vous pour­rez navi­guer entre des arran­ge­ments dont certains disposent de la matrice de clips « façon Able­ton » et d’autres qui en sont dépour­vus.

Enfin, sachez que vous pouvez égale­ment déci­der de fusion­ner deux arran­ge­ments selon plusieurs modes. Bref, c’est une fonc­tion qui vous offre une grande liberté et qui augmente très sensi­ble­ment la flui­dité de votre travail.

Ainsi, je dois dire qu’à titre person­nel et en tant que testeur, j’ai tout parti­cu­liè­re­ment goûté cette fonc­tion qui m’a évité plusieurs fois de devoir créer des projets diffé­rents selon les aspects spéci­fiques du logi­ciel que je souhai­tais tester, et ainsi de ne pas avoir à me retar­ti­ner à chaque fois les temps de char­ge­ment, en parti­cu­lier ceux des plug-ins (FL Studio lui-même étant toute­fois très véloce à ce niveau-là). À ma connais­sance, seul Studio One propose jusqu’à main­te­nant une solu­tion compa­rable, avec le prin­cipe des « Scratch pads ».

Aucune fête ne saurait être parfai­te…

Si toutes les évolu­tions de FL Studio que je vous ai présen­tées durant ce banc d’es­sai sont tout à fait posi­tives et perti­nentes, il me semble utile de souli­gner certaines choses plus discu­tables. J’évoquais plus haut le souci d’Image Line de propo­ser une ergo­no­mie toujours plus pous­sée à l’uti­li­sa­teur. Certes… mais à la condi­tion que celui-ci fasse l’ef­fort de s’adap­ter. On pour­rait dire que cette consta­ta­tion s’ap­plique à tous les logi­ciels : ce n’est pas faux. Mais Image Line pousse le concept encore plus loin en refu­sant d’ap­pliquer certaines conven­tions répan­dues dans le monde infor­ma­tique (sur lesquelles je ne revien­drai pas en détail) et qui peuvent s’avé­rer dérou­tantes pour celui qui découvre le soft, d’au­tant que les raccour­cis clavier ne sont pas éditables, contrai­re­ment à ce qu’on voit chez nombre de concur­rents !

samplerCeci m’amène à repar­ler de la nouvelle fonc­tion d’édi­tion d’in­ter­face, dont je trouve qu’Image Line ne tire pas encore complè­te­ment parti. Je m’ex­plique : d’une part, les éléments présents dans l’in­ter­face par défaut ne sont pas si nombreux que cela et s’avèrent pour la plupart très utiles : les suppri­mer n’aura de sens que pour les utili­sa­teurs expé­ri­men­tés maîtri­sant tous les raccour­cis clavier. D’autre part, les éléments supplé­men­taires que l’on peut affi­cher ne sont pas très nombreux non plus (neuf en tout).

Or, comme de nombreuses STAN, FL Studio est un logi­ciel qui regorge de fonc­tion­na­li­tés perdues au fin fond de divers sous-menus. Un grand nombre d’entre elles est certes acces­sible via les raccour­cis clavier, mais l’im­pos­si­bi­lité de modi­fier ces derniers force l’uti­li­sa­teur à apprendre par cœur les raccour­cis prévus par défaut s’il ne veut plus perdre son temps dans les sous-menus, ce qui peut vite s’avé­rer fasti­dieux. Il me semble donc qu’il aurait été judi­cieux de profi­ter des nouvelles possi­bi­li­tés de confi­gu­ra­tion d’in­ter­face – et notam­ment de créa­tion de presets ! – pour propo­ser l’ac­cès « graphique » à davan­tage de fonc­tion­na­li­tés du logi­ciel. Cela aurait par exemple permis à l’uti­li­sa­teur de se consti­tuer libre­ment des inter­faces diffé­rentes en fonc­tion des situa­tions (compo­si­tion, édition audio, mixage, etc.). Connais­sant l’édi­teur et sa poli­tique très conscien­cieuse de mise à jour, il n’est pas inter­dit de penser que nous ne sommes qu’à la première étape d’une évolu­tion dans ce sens.

Conclu­sion

Que dire en conclu­sion de cette ving­ti…­par­don trei­zi…, enfin bref, dernière version de FL Studio ? Eh bien, il faut se rendre à l’évi­dence : on ne peut pas juger cette STAN comme n’im­porte quelle autre, à cause de son modèle écono­mique singu­lier. En effet, je le rappelle encore ici, on ne paie FL Studio qu’une seule fois dans sa vie, et toutes les mises à jour posté­rieures sont gratuites, qu’elles soient mineures ou majeures. Et cela influence consi­dé­ra­ble­ment le regard que l’on peut porter sur le logi­ciel, par ailleurs excellent en soi, et sur l’exi­gence d’in­no­va­tion que l’on peut avoir (ou non) concer­nant chaque nouvelle édition du soft.

Disons-le tout net : si la dernière version en date avait dû être payante comme chez la plupart des concur­rents, je ne sais pas si j’au­rais conseillé aux déten­teurs d’une version anté­rieure d’évo­luer vers elle. Certes, on ne peut pas dire que les amélio­ra­tions propo­sées ne soient pas inté­res­santes, au contraire.
Mais il faut bien se rendre à l’évi­dence : à part l’édi­teur d’in­ter­face et la gestion d’ar­ran­ge­ments multiples qui font à mon sens le véri­table inté­rêt de cette nouvelle mouture, tout le reste fait davan­tage penser à une grosse mise à niveau, soit vis-à-vis des anciennes versions avec le retour de fonc­tion­na­li­tés dispa­rues et appré­ciées des utili­sa­teurs (le Graph Editor) et la correc­tion de fonc­tions défaillantes (la repro­gram­ma­tion de la compen­sa­tion de latence dont l’ave­nir nous dira si elle a été effi­cace), soit vis-à-vis de la concur­rence avec l’adop­tion tardive mais bien­ve­nue de prin­cipes tels que l’in­ser­tion de chan­ge­ments de signa­ture ryth­mique ou celle de points de punch in / punch out.

Au vu de ce constat, on se dit que l’on est tout de même loin de ce que la célé­bra­tion d’un 20e anni­ver­saire aurait pu nous lais­ser espé­rer en termes d’in­no­va­tions et de surprises. Seule­ment voilà, les mises à jour étant gratuites pour tous les anciens utili­sa­teurs, ces derniers n’ont abso­lu­ment aucune raison de ne pas évoluer vers cette version 20, et ce, qu’ils soient restés sous Windows ou bien qu’ils aient swit­ché vers Mac OS, puisque FL Studio 20 propose pour la première fois la compa­ti­bi­lité avec les ordi­na­teurs à la pomme.

Qu’en est-il enfin pour ceux qui souhai­te­raient acqué­rir le soft (299 €) pour la première fois ? Disons que ceux-ci auront accès à un logi­ciel très puis­sant, très stable, bourré de bonnes idées et poten­tiel­le­ment indé­fi­ni­ment évolu­tif. Mais je leur conseille­rais toute­fois de bien essayer la démo en premier lieu car l’er­go­no­mie géné­rale très parti­cu­lière de la STAN pourra en effet dérou­ter ceux qui sont habi­tués à des envi­ron­ne­ments plus clas­siques.

  • linear phase
  • VFX Level Scaler
  • graph editor
  • punch in
  • time signature
  • sampler
  • arrangement
  • nouvelle interface
  • édition interface graphique

 

8/10
Points forts
  • Toutes les raisons pour lesquelles on aime FL Studio (cf. tests précédents)
  • La compatibilité avec Mac OS
  • L’éditeur d'interface
  • La gestion des arrangements multiples
  • Le VFX Level Scaler
  • La transformation de la réverbe à convolution en EQ à phase linéaire
  • Le retour du Graph Editor
  • L’adoption des changements de signature rythmique et des points de punch in/out
  • La reprogrammation de la compensation automatique de latence…
Points faibles
  • …dont l'avenir nous dira si elle a été efficace
  • Le concept de l'éditeur d'interface qui pourrait être poussé plus loin
  • ...notamment pour compenser l'absence d'édition des raccourcis clavier
  • Une version anniversaire qui fait davantage penser à une grosse mise à niveau plutôt qu'à la version bourrée d'innovations que l'on aurait pu attendre

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.