Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Arturia Solina V
Photos
1/16

Test Arturia Solina V

Mettre la nappe
8/10
Partager cet article

À l’occasion de la sortie de sa V Collection 4, Arturia a inclus deux nouveaux instruments : le Matrix-12 V et le Solina V. C’est ce dernier que nous testons aujourd’hui.

Parmi les instru­ments iconiques, l’Eminent Solina String Ensemble (aussi sorti sous la bannière de ARP, doté dans un premier temps du nom de ARP Model 2100 String Ensemble SE-IV) a une place de choix, tant on a pu le retrou­ver durant toutes les décen­nies depuis sa sortie en 1974. On peut même reve­nir un peu en arrière, jusqu’en 1972, année de sortie de l’Eminent 310 Unique, premier orgue domes­tique inté­grant le prin­cipe de la ligne de retard BBD (Bucket Brigade Device, inventé en 1969 par Leo Sang­ster et Kees Teer du Philips Research Labs, une créa­tion fonda­men­tale pour un certain nombre de déve­lop­pe­ments indus­triels) afin de produire ce type de son. Le construc­teur implanté aux Pays-Bas a vite compris que ses « cordes » et effets d’en­semble pouvaient rencon­trer un grand succès auprès des groupes rock, pop, progres­sifs, s’il pouvait en propo­ser une version portable. Enter Solina et la diffu­sion massive de sono­ri­tés qui sont deve­nues des stan­dards.

Pour être juste, il faut cepen­dant préci­ser que l’idée de construire un instru­ment dédié revient à Ken Free­man, qui a présenté son premier synthé poly­pho­nique dédié aux cordes en 1972, puis la version finale, le Free­man String Sympho­ni­zer, en 1973 (pensons aussi au Mello­tron, même si sa produc­tion sonore repose sur l’équi­valent d’échan­tillons plutôt que de tradi­tion­nels oscil­la­teurs).

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.10.1
Artu­ria Solina V 1.0.0.409
Logic 10.0.7

Depuis, de nombreux construc­teurs se sont engouf­frés dans la brèche et ont proposé leurs propres versions d’un instru­ment spécia­lisé, de Elka à Roland, de Crumar à Korg, de Logan à Yamaha, etc. Jusqu’à des machines plus récentes, comme le Strei­ch­fett de Waldorf (test de l’ami synth­wal­ker ici).

Du côté audio­nu­mé­rique, les versions virtuelles ont aussi incarné une vision de l’ins­tru­ment, qu’elles soient à base d’échan­tillon­nage comme la VSM de GForce (dont le test se trouve ici) ou le String Machines d’UVI (non testé), ou de modé­li­sa­tion/synthèse, comme le Strings Dream Synthe­si­zer de NuSof­ting ou le Solina V, qui fait l’objet de ce test. 

Intro­du­cing Artu­ria Solina V

Arturia Solina V

À l’oc­ca­sion de la sortie de la V Collec­tion 4, l’édi­teur/fabri­cant inau­gure un nouveau système d’au­to­ri­sa­tion, non plus basé sur le fameux e-Licen­ser (racheté par Stein­berg, et son système de clé USB ou de dongle virtuel sur le disque dur), mais sur un système proprié­taire. On télé­charge une première appli­ca­tion nommée Welco­meApp, et à partir de cette dernière on choi­sit quel instru­ment instal­ler. L’ins­tal­la­tion comprend l’Ar­tu­ria Soft­ware Center (l’équi­valent d’un Service Center chez Native, pour donner une idée) qui fonc­tion­nera de pair avec votre compte Artu­ria (obli­ga­toire), et vous permet­tra d’ins­tal­ler et acti­ver vos instru­ments sur cinq ordi­na­teurs, l’idée étant de n’en utili­ser qu’un à la fois. Un net progrès par rapport à l’e-licen­ser…

L’édi­teur propose une version auto­nome, et des plugs compa­tibles AAX, AU et VST 2 et 3, pour les systèmes Mac (mini­mum 10.8) et Windows (mini­mum Win7).

Solina Alonsi

L’in­ter­face graphique, comme souvent chez Artu­ria, est réus­sie dans son aspect hyper­réa­liste, elle est aussi impo­sante et non-redi­men­sion­nable. Elle reprend à la lettre et quasi dans l’ordre la répar­ti­tion des commandes, entre les quatre faders (Volume Bass, Cres­cendo, Sustain Length et Volume (Upper)) et les sept boutons pous­soirs (registres infé­rieurs, Contra­bass et Cello, et supé­rieurs, Viola, Violin, Trum­pet et Horn, ainsi que le fameux Ensemble, qui peut être mono ou stéréo). Rappe­lons en effet que l’ori­gi­nal permet­tait de jouer deux parties sépa­rées. Sur cette première partie de l’in­ter­face, Artu­ria a simple­ment trans­formé le rota­tif de volume en fader, et ajouté les deux tradi­tion­nelles molettes de Pitch et de modu­la­tion.

Arturia Solina V

Comme souvent aussi chez l’édi­teur, un panneau supplé­men­taire a été ajouté, qui permet un accès à de nombreuses fonc­tions et réglages non dispo­nibles sur l’ori­gi­nal. On note tout de suite trois ajouts sur l’in­ter­face prin­ci­pale corré­lés à l’ou­ver­ture du panneau : deux réglages de taux d’ac­tion des molettes, trois réglages de dosage des effets (FX1, 2 et Rev), ainsi qu’un registre supplé­men­taire, Humana. Ce dernier rappelle immé­dia­te­ment le nom « Vox Humana », fameux préset du Poly­moog (inclus après la première version), et pour cause, puisqu’il s’agit de son émula­tion.

Les autres apports sont le fonc­tion­ne­ment en mode poly­pho­nique ou para­pho­nique, une section Master gérant réac­tions à l’Af­ter­touch et à la vélo­cité, un LFO très complet avec multiples formes d’ondes, Synchro, Retrig, retard, assi­gna­tions pour produire Tremolo ou Vibrato, etc. Ensuite une partie Bass Section offre un filtre réso­nant et son géné­ra­teur d’en­ve­loppe, ainsi qu’un arpé­gia­teur avec possi­bi­lité de synchro et plusieurs modes de répar­ti­tion des notes. On conti­nue avec un Upper Reso­na­tor, ensemble de trois filtres réso­nants, confi­gu­rables globa­le­ment en Hi, Lo et Band-Pass, avec leur gain respec­tif.

Arturia Solina V

On termine avec la section Effects, permet­tant d’uti­li­ser deux effets simul­ta­nés à choi­sir pour le premier module entre Phaser Dual Stage et Chorus (façon analo­gique avec trois modes), pour le second entre délai analo­gique ou numé­rique. Évidem­ment, les diffé­rents réglages changent suivant l’ef­fet choisi. Dernier module, une réverbe à convo­lu­tion, dont il faudra surveiller la consom­ma­tion CPU, offrant 24 présets, y compris la réverbe de l’Eminent 310 (une réverbe à ressort sur l’ori­gi­nal, avec réglage via un fader placé sur la droite de l’orgue). Rappe­lons que c’est d’ailleurs avec ce dernier instru­ment, et non pas un Solina, que Jarre a signé son premier album. Le nom des présets peut faire penser aux multi-effets Roland DEP-5 et RSP-550, à la pédale Boss RV-2 (la première pédale de réverbe numé­rique) et le préset King Medium à la pédale Dane­lec­tro Spring King (ou pas…). 

Du son, rien que du son

Évidem­ment, dès que l’on reçoit un synthé virtuel, quel qu’il soit, le premier réflexe est de jouer, sans cher­cher forcé­ment à en comprendre le pourquoi du comment, à moins d’une archi­tec­ture parti­cu­lière. Ce n’est pas le cas là, l’in­ter­face est suffi­sam­ment claire pour s’y retrou­ver tout de suite, et s’en­chaînent rapi­de­ment les parties issues de clas­siques, afin de véri­fier la perti­nence des présets et de l’ins­tru­ment.

Arturia Solina V

Profi­tons-en pour rappe­ler que le Solina V emploie la tech­nique de modé­li­sa­tion physique, comme l’ex­plique (longue­ment) l’édi­teur dans son mode d’em­ploi. Les exemples suivants utilisent les présets souvent modi­fiés, avec unique­ment les effets inclus, avec un réglage de latence très élevé (voir Bilan).

00:0000:00

Bilan

Sans offrir toutes les carac­té­ris­tiques de l’ori­gi­nal (où est le souffle de l’ins­tru­ment et des effets…), le Solina V est une recréa­tion plai­sante de cet instru­ment mythique, augmen­tée de possi­bi­li­tés d’édi­tion et d’ef­fets non présents, qui ne limitent pas (trop) l’ins­tru­ment à des sono­ri­tés uniques. Un gros défaut tout de même, l’im­pos­si­bi­lité de travailler en faible latence avec la réverbe, celle-ci affiche une consom­ma­tion CPU hors norme : j’ai été obligé de travailler à 1024 échan­tillons en jeu direct, autant dire que c’est ingé­rable. On gagnera donc tout à la désac­ti­ver (seule­ment possible via le rota­tif en posi­tion 0) et à utili­ser un autre logi­ciel… NDLR : le souci a été corrigé dans la dernière mise à jour.

Deux approches s’op­posent parmi les copies réus­sies, le sampling pour la VSM (on ne parlera pas du produit UVI, puisque non testé ici), le seul réel concur­rent payant du Solina, et la modé­li­sa­tion rete­nue par Artu­ria. Le choix se fera en fonc­tion des quali­tés et défauts que l’on prête à l’une ou l’autre des tech­niques, que l’on ne rappel­lera pas ici. Les deux sont à peu près au même tarif, l’un très spécia­lisé (Solina V), l’autre plus poly­va­lent dans la resti­tu­tion des machines légen­daires. Les posses­seurs de Reak­tor pour­ront aussi se diri­ger vers le déjà ancien (2007) mais très réussi Ensemble (gratuit, qui plus est) créé par Hugo Portillo, le Solina-V String Ensemble V1, mis à dispo­si­tion dans la Reak­tor User Library.

Bref, l’em­bar­ras du choix. On peut cepen­dant télé­char­ger une version de démo chez Artu­ria, ce qui permet­tra de se faire une idée plus person­nelle des capa­ci­tés de l’ins­tru­ment. Ce qui n’est hélas pas le cas chez son concur­rent de GForce, malgré ses trois pages de démos audio.

  • Arturia Solina V
  • Arturia Solina V
  • Arturia Solina V
  • Arturia Solina V
  • Arturia Solina V
  • Arturia Solina V
  • Arturia Solina V
  • Arturia Solina V
  • Arturia Solina V
  • Arturia Solina V
8/10
Points forts
  • Réussite globale de l’instrument
  • Possibilités de traitement supplémentaires
  • Qualité des effets embarqués
  • Nouveau système d’autorisation
  • Excellent MIDI Learn
Points faibles
  • Rien

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.