Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Arturia 3 Compressors You'll Actually Use
Photos
1/51

Test de l'Arturia 3 Compressors You'll Actually Use

Compresseur logiciel de la marque Arturia

Prix public : 199 € TTC
test
37 réactions
Love actually
9/10
Award Valeur sûre 2019
Partager cet article

En mars 2018, Arturia s’attaquait au monde du plug-in audio avec les bundles 3 Filters You'll Actually Use et 3 Preamps You'll Actually Use. Un an plus tard, voilà que les Grenoblois remettent le couvert avec trois nouveaux plug-ins dédiés à la compression. Ces nouveaux joujoux sont-ils à la hauteur des autres produits de la marque ? Vous le saurez en parcourant ce banc d’essai…

Test de l'Arturia 3 Compressors You'll Actually Use : Love actually

Retour vers le futur

Dispo­nibles aux formats VST (2 & 3), AAX et AU en 64 bits pour Mac et PC, ces trois compres­seurs virtuels sont vendus à l’unité ainsi qu’au sein d’un nouveau bundle logique­ment baptisé 3 Compres­sors You’ll Actually Use. L’ins­tal­la­tion et l’au­to­ri­sa­tion se déroulent le plus simple­ment du monde grâce au logi­ciel Artu­ria Soft­ware Center. Fidèle à la démarche mise en place avec les deux précé­dents bundles, l’édi­teur français nous convie à un véri­table voyage dans le temps en terri­toire sonore avec la modé­li­sa­tion de trois compres­seurs ayant marqué l’his­toire du monde de l’au­dio à diffé­rentes époques :

  • Le Comp TUBE-STA basé sur le fameux compres­seur à lampes Gates STA-Level sorti à la fin des années 50 ;
  • Le Comp FET-76 calqué sur le non moins célèbre Urei 1176 apparu en 1968 ;
  • Le Comp VCA-65 modé­lisé à partir des compres­seurs dbx 165A datant de la fin des 70s si je ne m’abuse.

CompsLa tech­no­lo­gie maison TAE (True Analog Emula­tion) sur laquelle repose l’en­semble des émula­tions de synthé­ti­seurs vintages de la marque est une fois de plus mise ici à profit afin de repro­duire le plus fidè­le­ment possible les carac­té­ris­tiques audio de ces vieux coucous, mais nous y revien­drons plus tard. Commençons plutôt par jeter un œil atten­tif aux fonc­tion­na­li­tés annexes n’ayant aucun rapport avec le son, mais qui placent d’em­blée ces plug-ins sauce « analo­gique » au cœur de la MAO du 21e siècle.

Tout d’abord, les sublimes inter­faces photo­réa­listes ont la bonne idée d’être redi­men­sion­nables, mais c’est désor­mais une habi­tude chez l’édi­teur. Ce qui l’est moins en revanche, c’est le support de la molette de souris pour la modi­fi­ca­tion des para­mètres lors du survol d’un potard ainsi que l’ap­pa­ri­tion d’une fonc­tion de compa­rai­son A/B parti­cu­liè­re­ment bien fice­lée. Je ne sais abso­lu­ment pas si ceci est le résul­tat de la prise en compte des remarques faites à l’oc­ca­sion du banc d’es­sai consa­cré à leurs trois préam­plis virtuels, mais en tout cas, bien joué Artu­ria ! Vive­ment l’in­té­gra­tion de tout ça à l’en­semble de vos engins diabo­liques !
Autre excel­lente idée, chacun des compres­seurs propose un tuto­riel inter­ac­tif lors de sa première ouver­ture permet­tant de décou­vrir le fonc­tion­ne­ment de la bête sans avoir à ouvrir le moindre manuel. Je vous invite cepen­dant à tout de même parcou­rir les notices de ces trois plug-ins tant ils sont instruc­tifs.

Comme d’ha­bi­tude, le gestion­naire de presets est un modèle du genre, les habi­tués des joujoux greno­blois comme les novices s’y retrou­ve­ront en un tour­ne­main. Cerise sur le gâteau, et pas des moindres, Artu­ria a inté­gré dans ces plug-ins la fonc­tion Sound Design Tips inau­gu­rée en décembre dernier avec leur synthé virtuel Pigments. Pour faire court, cette fonc­tion s’ac­tive en cliquant sur la petite ampoule située en haut à droite de l’in­ter­face et permet de mettre en avant les réglages que le desi­gner du preset vous suggère de titiller de façon à atteindre le rendu souhaité. Là où c’est carré­ment génial, c’est que la zone de réduc­tion de gain cible est indiquée sur les VU-mètres virtuels. Et comme si cela ne suffi­sait pas, l’uti­li­sa­teur peut éditer les Sound Design Tips, ce qui ne manquera pas de faci­li­ter la réuti­li­sa­tion de ses propres presets. Perti­nence indis­cu­table, effi­ca­cité maxi­mum : chapeau bas Messieurs !

Pour en finir avec les « détails » pure­ment fonc­tion­nels, sachez que ces compres­seurs sont parti­cu­liè­re­ment peu gour­mands en ressources CPU – seule­ment 0,2 % par instance sur mon Mac Pro (modèle fin 2013 Hexa­coeur Xeon 3,5 GHz – 32 Go DDR3). En revanche, ils entraînent quelques samples de latence, ce qui est somme toute logique comme nous le verrons d’ici peu…

Bien, voyons à présent les spéci­fi­ci­tés de chacune de ces trois bestioles.

Doc

Edit TipsCommençons par le Comp TUBE-STA qui émule un compres­seur à lampes emblé­ma­tique du son radio des 50's et 60's. Sachez tout d’abord qu’Ar­tu­ria semble surtout s’être inspiré de la réédi­tion signée Retro Instru­ments qui offre beau­coup plus de possi­bi­li­tés que le modèle origi­nal. En effet, là où le célèbre rack de Gates se conten­tait d’un simple switch deux posi­tions pour jouer sur les constantes tempo­relles de compres­sion, la version virtuelle greno­bloise propose un premier potard permet­tant de choi­sir entre trois modes ainsi qu’un deuxième variant de façon conti­nue entre 2 et 8 secondes pour le Reco­very Time, ce qui ne manque pas de rendre la bête autre­ment plus poly­va­lente.

Bien entendu, l’édi­teur ne s’est pas arrêté là et propose donc en sus un réglage dry/wet ainsi qu’une fonc­tion Link débrayable qui chaîne les réglages d’en­trée et de sortie de façon à dimi­nuer le second lorsque vous augmen­tez le premier, diable­ment utile pour ne pas vous explo­ser les esgourdes lors de vos mani­pu­la­tions. La beauté de la chose, c’est que contrai­re­ment à certains concur­rents offrant le même type de fonc­tion, ce Link est bien pensé puisque rela­tif ! C’est-à-dire que vous pouvez tout de même régler le niveau de sortie pour compen­ser la perte de niveau sonore due à la compres­sion sans que cela ne touche au gain d’en­trée, mais le chaî­nage est toujours valide lors de la modi­fi­ca­tion du niveau d’en­trée rela­ti­ve­ment à votre nouveau réglage en sortie. Cela paraît bête comme chou et pour­tant, ce n’est pas si courant que ça. Encore une fois, bien joué !

Une bonne nouvelle n’ar­ri­vant jamais seule chez Artu­ria, d’autres « goodies » vous attendent en déployant le panneau infé­rieur des réglages avan­cés via un clic sur la double flèche située en haut à droite de l’in­ter­face. Ici, vous aurez accès à plusieurs contrôles pour le circuit de détec­tion :

  • Side-chain interne ou externe ;
    Un potard de gain pour le side-chain externe – néces­saire car ce type de compres­seur ne possède pas de réglage seuil ;
    5 modes de détec­tion lors d’une utili­sa­tion sur des pistes stéréo : Rever­sed, Dual, Linked, Mid Only et Side Only ;
    Un égali­seur avec filtre passe-haut, passe-bas et filtre en cloche afin de mieux cibler la zone du spectre qui déclen­chera la compres­sion ;
    Un bouton Listen de façon à pouvoir écou­ter le signal présent dans le circuit de détec­tion.

Tout cela est on ne peut plus fonc­tion­nel et diable­ment utile. Par exemple, voici un exemple utili­sant le mode de détec­tion Rever­sed qui compresse le canal droit en fonc­tion du canal gauche et vice-versa de façon à subli­mer le mouve­ment de l’image stéréo de cette batte­rie :

01_So_Pretty-Drums_dry
00:0000:24
  • 01_So_Pretty-Drums_dry00:24
  • 02_So_Pretty-Drums_wet00:24

Si vous tendez l’oreille, vous devriez consta­ter que le jeu sur la ride est beau­coup plus vivant. Inté­res­sant, n’est-ce pas ?

Voici un nouvel extrait un poil outran­cier avec une instance travaillant allè­gre­ment sur un son de synthé réver­béré afin de bien colo­rer l’en­semble tout en insti­guant une fois de plus un léger mouve­ment chaloupé au champ stéréo grâce au mode Rever­sed :

03_Synth_dry
00:0000:36
  • 03_Synth_dry00:36
  • 04_Synth_Unstable Color00:36

Nous verrons tout à l’heure d’autres exemples musi­caux, mais sachez qu’à l’usage, ce Comp TUBE-STA est extrê­me­ment musi­cal et surtout, beau­coup plus poly­va­lent que sa simpli­cité ne pour­rait le lais­ser croire de prime abord.

Biff

Arturia 3 Compressors You'll Actually Use : Screenshot-Fet-76Passons à présent au Comp FET-76. Ce dernier reprend de base l’en­semble des fonc­tion­na­li­tés de son illustre modèle avec, bien entendu, l’ajout du réglage dry/wet ainsi que de la fort utile fonc­tion Link que nous avons déjà vue. Quant à la section des réglages avan­cés du circuit de détec­tion, elle comprend les mêmes joyeu­se­tés que le Comp TUBE-STA avec tout de même deux nouveaux para­mètres pas piqués des vers…

Situé en bas à droite du panneau, le poten­tio­mètre Compres­sion Range permet de restreindre la réduc­tion de gain à une valeur maxi­male (de +100 à 0 dB). Ce genre de réglage se rencontre habi­tuel­le­ment sur les compres­seurs virtuels plus « chirur­gi­caux », mais c’est à ma connais­sance une première sur un compres­seur émulant un modèle maté­riel vintage. Pour­tant, c’est extrê­me­ment pratique et cela rend ce FET-76 telle­ment plus malléable. En outre, lorsque ce potard est calé sur 0 dB, il est possible d’uti­li­ser l’en­gin pour de la colo­ra­tion pure et dure comme ici :

05_Bass_dry
00:0000:22
  • 05_Bass_dry00:22
  • 06_Bass_wet00:22
  • 07_Bass_NY00:22

Le premier extrait se résume au son de basse source. Le deuxième est habillé d’une bonne grosse dose de distor­sion. Pour le troi­sième, le réglage dry/wet est mis à profit de façon à équi­li­brer le rendu global. Plutôt joli, ne trou­vez-vous pas ?

Deuxième nouveauté par rapport au TUBE-STA – et quelle nouveauté ! – j’ai nommé le réglage Time Warp. Ce dernier est certai­ne­ment respon­sable de l’ajout des quelques samples de latence dont je vous ai déjà parlé. Pourquoi donc ? Eh bien tout bonne­ment car ce Time Warp avance ou retarde le signal présent dans le circuit de détec­tion, un peu comme une fonc­tion looka­head, mais dans les deux sens… Une fois de plus, c’est une fonc­tion pour le moins inha­bi­tuelle sur un compres­seur de ce genre et c’est cepen­dant diable­ment attrayant, voire addic­tif. Dans les faits, le Time Warp permet de rendre ce FET-76 soit encore plus violent avec les tran­si­toires que l’ori­gi­nal qui n’était déjà pas un tendre, soit beau­coup plus laxiste. Jugez plutôt sur ce son de caisse claire prove­nant d’une Linn­Drum :

08_Linn_Snare_dry
00:0000:04
  • 08_Linn_Snare_dry00:04
  • 09_Linn_Snare_No-Time Warp00:04
  • 10_Linn_Snare_Snap-Time Warp00:04
  • 11_Linn_Snare_Loose-Time Warp00:04

Le premier extrait n’est autre que le signal source. Sur le deuxième, une instance du plug-in travaille avec un ratio de 8:1, un temps d’at­taque au plus rapide et un temps de relâ­che­ment au plus lent. Le troi­sième « attrape » direc­te­ment les tran­si­toires avec un Time Warp réglé sur Snap (looka­head de 5 milli­se­condes). Quant au dernier, il laisse large­ment passer les tran­si­toires avec un Time Warp retar­dant le signal de 10 milli­se­condes (Loose). Notez que j’ai essayé d’har­mo­ni­ser la sensa­tion de niveau sonore perçu entre chacun des samples autant que faire se peut. Mora­lité, si vous souhai­tez bien vous rendre compte des diffé­rences sonores, je vous invite à télé­char­ger les versions Loss­less des fichiers dispo­nibles en fin d’ar­ticle afin de les écou­ter dans de bonnes condi­tions sur vos enceintes de moni­to­ring. De plus, cela vous donnera l’oc­ca­sion de mieux vous rendre compte des varia­tions de niveaux crêtes. En atten­dant, pour vous faire une meilleure idée de ce qu’il se passe réel­le­ment, voici trois captures d’écran corres­pon­dant aux trois exemples sonores (No Time Warp, Snap Time Warp et Loose Time Warp) avant harmo­ni­sa­tion des volumes avec en blanc le signal source et en rouge le signal compressé :

  • 01-No Time Warp
  • 02-Snap
  • 03-Loose

Sur ces images réali­sées avec l’ex­cellent plug-in Osca­ri­zor de Sugar Audio, vous voyez bien l’im­pact impres­sion­nant que le réglage Time Warp peut avoir sur la réac­tion de ce compres­seur. À l’usage, c’est juste jouis­sif !

Avant de passer au petit dernier, je tiens tout de même à rele­ver un léger point noir. Le bouton Listen de ce Comp FET-76 n’est pas très « lisible » et j’ai plus d’une fois eu du mal à savoir s’il était enclen­ché ou non au premier coup d’oeil. C’est dommage, mais abso­lu­ment pas rédhi­bi­toire non plus. Sachez égale­ment que les deux autres compres­seurs ne souffrent pas de ce problème.

Marty

VCA-65Modé­lisé à partir du dbx 165A, le Comp VCA-65 pour­rait passer pour le « gentil » de la bande. Pour­tant, si j’avais choisi d’as­so­cier chacun de ces compres­seurs à l’un des person­nages du chef-d’oeuvre de Sergio Leone, le Bon aurait été le TUBE-STA, la Brute aurait collé au FET-76 et à n’en pas douter, ce VCA-65 aurait tenu le rôle du Truand. Pourquoi cela ? Eh bien tout simple­ment car à l’ins­tar du 165A origi­nal, ce plug-in utilise le niveau RMS du signal pour son circuit de détec­tion ainsi qu’un mode de compres­sion baptisé Over Easy par dbx qui corres­pond peu ou prou à ce que l’on nomme aujour­d’hui soft knee. De plus, son design plus « moderne » laisse suppo­ser moins de colo­ra­tion… Mais si tout cela lui permet d’être doux comme un agneau, bien d’autres carac­té­ris­tiques le rendent tout aussi sauvage que la mythique bête du Gévau­dan.

Il y a tout d’abord sa topo­lo­gie feed-forward qui implique une réac­ti­vité des constantes tempo­relles plus signi­fi­ca­tive, même lorsque le mode Auto est activé. Ensuite, les ratios dispo­nibles vont de 1:1 à 1:∞, ce qui est loin d’être anodin. Enfin, il ne faut pas oublier que ce compres­seur dispose en sortie d’un limi­teur qui ne fait pas dans la dentelle comme vous pouvez l’en­tendre sur cette caisse claire de Linn­Drum sérieu­se­ment limi­tée :

08_Linn_Snare_dry
00:0000:04
  • 08_Linn_Snare_dry00:04
  • 12_Linn_Snare_Limit00:04

Et puis bien sûr, il y a les ajouts d’Ar­tu­ria qui font une fois de plus des ravages ! Étant donné que ce VCA-65 utilise un réglage du niveau seuil plutôt qu’un seuil fixe avec réglage du niveau d’en­trée, il ne dispose pas de la fonc­tion Link. En revanche, l’en­semble des autres raffi­ne­ments sont de la partie, y compris le Time Warp et le Compres­sion Range. Mais ce n’est pas tout… Le beau joujou possède égale­ment un mode de déclen­che­ment manuel de sa compres­sion, à savoir un switch contrô­lable via l’au­to­ma­tion ou un péri­phé­rique MIDI qui déclenche la compres­sion maxi­male lorsqu’il est actionné. En voici une illus­tra­tion sonore :

03_Synth_dry
00:0000:36
  • 03_Synth_dry00:36
  • 13_Synth_wet00:36

Sur l’ex­trait arbo­rant le suffixe « wet », le limi­teur sert à satu­rer le son et l’au­to­ma­tion du switch manuel permet de jouer avec le signal sur le dernier accord. Cela ouvre des pers­pec­tives on ne peut plus ludiques. Un bémol cepen­dant, j’ai réalisé cet extrait en utili­sant l’au­to­ma­tion car la latence induite, dont nous avons déjà parlé, ne permet­tait pas une préci­sion suffi­sante pour un jeu live avec un contrô­leur MIDI.

Dernier ajout par rapport à ces deux comparses, le VCA-65 offre deux modes de détec­tions supplé­men­taires : Mid \> Side qui compresse le signal laté­ral en fonc­tion du signal Mid et Side \> Mid qui fait exac­te­ment l’in­verse. Voici ce que cela donne sur une batte­rie :

01_So_Pretty-Drums_dry
00:0000:24
  • 01_So_Pretty-Drums_dry00:24
  • 14_So_Pretty-Drums_S2M00:24
  • 15_So_Pretty-Drums_M2S00:24

Pour en finir avec ce VCA-65, je tiens à souli­gner un détail de taille : le réglage du niveau de sortie se situe avant le limi­teur, comme sur le modèle origi­nal. Il ne faut pas l’ou­blier car cela peut créer des surprises du genre : « Mais pourquoi le niveau n’aug­mente pas lorsque je pousse en sortie ? En plus, le son devient hyper cradin­gue… ». Il aurait été oppor­tun qu’Ar­tu­ria ajoute un autre potard de façon à pouvoir ajus­ter le niveau global post-limi­teur. Cela dit, je dois bien avouer que ce VCA-65 n’en reste pas moins mon petit chou­chou !

Bien, que diriez-vous à présent d’une petite séance d’écoute en compa­gnie de ces trois bestioles en situa­tion de mix ?

The power of love

Quoi de mieux pour travailler que des prises réali­sées dans le cadre de notre guide de l’en­re­gis­tre­ment en home studio ? À commen­cer par la basse :

16_None­the­less_Bass_dry
00:0000:22
  • 16_None­the­less_Bass_dry00:22
  • 17_None­the­less_Bass_wet00:22

Comme d’ha­bi­tude, le premier extrait se résume au signal source. Sur le second, une instance du TUBE-STA et pas moins de deux instances du VCA-65 sont à l’œuvre afin de colo­rer et contrô­ler le signal. Pourquoi un trai­te­ment aussi dras­tique ? Pour coller avec la batte­rie, voyons !

18_None­the­less_Drums_dry
00:0000:22
  • 18_None­the­less_Drums_dry00:22
  • 19_None­the­less_Drums_wet00:22

Ici, la grosse caisse carbure avec une combi­nai­son FET-76/VCA-65 des plus agres­sives, la caisse claire gagne un solide claquant par l’en­tre­mise d’un VCA-65 et les overheads sont « sale­ment » main­te­nus dans le fond avec un autre couple FET-76/VCA-65.

Passons au bus de guitares :

20_None­the­less_Gtr_dry
00:0000:22
  • 20_None­the­less_Gtr_dry00:22
  • 21_None­the­less_Gtr_wet00:22

C’est une nouvelle fois le VCA-65 qui est à l’œuvre afin d’ob­te­nir une couleur plus « analo » et une image stéréo sensi­ble­ment plus ouverte.

Jetons à présent une oreille à l’ins­tru­men­ta­tion dans son ensemble :

22_None­the­less_Instru_dry
00:0000:22
  • 22_None­the­less_Instru_dry00:22
  • 23_None­the­less_Instru_wet00:22

L’ex­trait « wet » comprend l’en­semble des trai­te­ments précé­dents avec en sus une instance du TUBE-STA en mode Rever­sed sur la boucle de guitares aiguës de façon à lui impri­mer un mouve­ment stéréo plus « groovy ». En compa­rant la mise à plat source avec le rendu traité, il me semble que nous amélio­rons la sensa­tion d’es­pace 3D avec plus de profon­deur et plus de largeur tout en maîtri­sant plus avant la dyna­mique du titre.

Reste à inté­grer la voix…

24_None­the­less_dry
00:0000:22
  • 24_None­the­less_dry00:22
  • 25_None­the­less_Vox_dry00:22
  • 26_None­the­less_Vox_wet00:22

Le premier extrait est bien entendu la mise à plat source. Sur le second, l’ins­tru­men­ta­tion est trai­tée comme décrit ci-dessus, mais la voix est toujours « sèche » et s’in­tègre donc mal à l’en­semble. Heureu­se­ment, une instance du FET-76 suivie d’un TUBE-STA permet de remé­dier très faci­le­ment à cela.

To be conti­nued-—\>

Artu­ria avait déjà su me séduire lors du banc d’es­sai consa­cré à leurs trois préam­plis et comme vous devez vous en douter, suite à la lecture de ce nouveau test, l’édi­teur greno­blois m’a une nouvelle fois subju­gué ! Ces compres­seurs sonnent, ils se marient très bien les uns avec les autres et les fonc­tion­na­li­tés supplé­men­taires, tant sur le plan sonore que du point de vue ergo­no­mique et didac­tique, sont d’une perti­nence rare. Comme quoi, ce n’est pas parce qu’on donne dans la modé­li­sa­tion de vieux coucous analo­giques qu’on ne peut pas inno­ver !

Bien entendu, je vous encou­rage à ne pas me croire sur parole. Télé­char­gez donc les versions d’éva­lua­tion, vous m’en direz des nouvelles ! Mais dépê­chez-vous, car l’offre de lance­ment se termine dans quelques jours à peine… Même si le coût « normal » reste une très bonne affaire, il serait tout de même dommage de passer à côté d’une offre pouvant faire descendre le tarif du bundle jusqu’à 49 € selon les produits de la marque que vous possé­dez déjà.

Pour conclure, je dirais que mon seul véri­table « regret » tient en une simple phrase : j’en veux plus ! Pourquoi pas un modèle optique, ou un compres­seur sauce API dont je suis tant friand ? Et les EQ monsieur Artu­ria, on en parle ?

Bref, vive­ment la suite…

  • Comps
  • VCA-65
  • Arturia 3 Compressors You'll Actually Use : Screenshot-Fet-76
  • Edit Tips
  • Tips
  • 01-No Time Warp
  • 02-Snap
  • 03-Loose

 

9/10
Award Valeur sûre 2019
Points forts
  • Bundle bien pensé
  • Compresseurs complémentaires
  • Véritable voyage dans le temps sonore
  • Le son
  • Le formidable VCA-65
  • Link bien ficelé
  • La fonction Time Warp
  • Le réglage Compression Range
  • Panneau des réglages avancés dans son ensemble
  • Belles interfaces redimensionnables
  • Comparaison A/B
  • Tutoriel interactif
  • Sound Design Tips
  • Gestionnaire de Presets
  • Plug-ins peu gourmands
  • Logiciel Arturia Software Center
  • etc.
Points faibles
  • Quelques samples de latence
  • Absence d’un réglage du niveau de sortie global sur le VCA-65
  • Bouton Listen peu visible sur le FET-76

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.