Se connecter
Se connecter
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Apogee Jam X
Photos
1/29

Test de la Jam X d'Apogee

Interface audio ou MIDI pour tablette/iDevice de la marque Apogee

Écrire un avis ou Demander un avis
Test écrit
13 réactions
Jam X sans mon interface
7/10
Partager cet article

Aimeriez-vous enregistrer un riff de guitare dans le bus ? Une ligne de basse à bord d'un pétrolier perdu dans la tempête ? Une partie de clavier à l'arrière d'une charrette à bœufs ? Petits veinards ! C'est désormais possible avec la mini interface Jam X d'Apogee.

Test de la Jam X d'Apogee : Jam X sans mon interface

À une époque où nos vies tiennent dans un télé­phone, où des albums entiers sont réali­sés entiè­re­ment « in the box », où l’on « flui­di­fie » et « assou­plit » constam­ment les rapports de produc­tions, il n’est pas éton­nant de voir fleu­rir des inter­faces de plus en plus porta­tives. Ce constat établi (sans diffi­culté puisque depuis deux ans nous testons encore et encore des mini inter­faces), on peut remarquer que ce nouvel ajout à la liste des bancs d’es­sai AF, encore plus minia­tu­risé que les précé­dents, a l’in­té­rêt de propo­ser un appa­reil dédié à un segment spéci­fique du marché de la musique : les instru­men­tistes. On ira plus loin : étant donné que l’en­trée est mono, la Jam X cible assez clai­re­ment les guitaro-bassistes, les basso-guita­ris­tes… Les gens qui jouent d’un instru­ment à cordes équipé de micro, à manche fretté ou non, de tempé­ra­ment égal ou non (les instru­ments, pas les instru­men­tistes, quoique…), et qui souhaitent jouer et enre­gis­trer direc­te­ment dans leur STAN. Non, non, je n’ou­blie pas les aficio­na­dos des claviers mono (-phoniques ou poly­pho­niques à sortie mono).

IMG 20230720 162007La Jam X est la troi­sième itéra­tion de cette inter­face : aupa­ra­vant on a eu la Jam, et la Jam +, qui reçurent des critiques plutôt élogieuses à leur époque. Le test nous permet­tra de préci­ser ce que la nouvelle version apporte de plus… On notera pour finir qu’elle n’est pas seule sur ce terrain : Riff de Posi­tive Grid, Go Guitar Pro de TC-Heli­con, iRig HD 2 de IK Multi­me­dia, voire la U-22 de Zoom. Cela donne une certaine idée du marché dans lequel cette inter­face s’ins­crit.

En atten­dant, faisons un tour de l’ap­pa­reil pour en décrire les fonc­tions.

Débal­lage / présen­ta­tion

Bien sûr, vous ne serez pas surpris d’ap­prendre que le premier élément frap­pant, c’est la taille et le poids de l’ap­pa­reil : 10 × 4 × 2,5 cm pour un poids de 110 grammes. Oui, ça tient véri­ta­ble­ment dans la poche, et la construc­tion a l’air assez robuste pour éviter le côté « gadget » que l’on reproche à certaines mini-inter­faces.

Sur la face « avant », on trouve une prise jack TS 6,35 mm.

IMG 20230720 162034

IMG 20230720 162041

Et sur la face « arrière » une prise jack TRS 3,5 mm pour la sortie casque, et une prise USB 2.0, format Micro B pour connec­ter votre inter­face à votre ordi­na­teur, tablette ou télé­phone (la Jam X est livrée avec un câble USB Micro B > USB A). Nous n’al­lons pas nous étendre sur le format Micro USB, ce n’est certes pas la pana­cée, ni catas­tro­phique non plus. Un format USB-C bien actuel aurait été bien­venu (d’ailleurs sur la page produit du site Apogee, il est spéci­fié que l’ap­pa­reil fonc­tion­ne­rait en… Type C ! Ce qui n’est tout simple­ment pas le cas).

La prise casque serait-elle mieux à l’avant ? Nous nous sommes demandé si l’idée d’un équi­libre, physique, n’avait pas amené ce choix : ne pas surchar­ger l’in­ter­face, très légère, sur une seule de ses faces. Reste qu’un problème demeure : l’in­ter­face est trop légère pour les câbles qu’on y connecte. Un câble court, un câble long, peu importe, elle n’ar­rête pas d’être empor­tée de droite à gauche et de tomber du bureau sur laquelle nous l’avons posée. On a envie d’y ajou­ter du velcro pour la main­te­nir en place, façon pedal­board.

Lorsque l’on raccorde l’in­ter­face à un ordi­na­teur, ou autres, le voyant bleu s’al­lume au milieu de l’in­di­ca­teur trois segments : l’in­ter­face est en stand-by. Une fois l’in­ter­face en fonc­tion­ne­ment (séquen­ceur ouvert, ou tout simple­ment un lecteur audio) la LED devient verte.

  • IMG 20230720 162000
  • IMG 20230720 162023

 

Une fois vert, l’af­fi­cheur à trois segments module selon le signal d’en­trée, et le gain réglé. En augmen­tant le gain, il devient orange (signi­fiant qu’on entre en mode Soft Limi­ting, analo­gique, et aux valeurs fixes), puis rouge (satu­ra­tion).

Juste en dessous, on trouve deux contrôles :

  • Un enco­deur central, cliquable, qui permet de régler le niveau d’at­té­nua­tion en entrée du préam­pli (en le tour­nant) et le préré­glage de compres­sion (en le cliquant). C’est le « plus » proposé par la Jam X, par rapport à la Jam + : l’in­té­gra­tion de la compres­sion analo­gique déjà utili­sée par Apogee dans son Hype­mic, tout en gardant la capa­cité de faire satu­rer le préam­pli inté­gré. Le niveau de compres­sion est indiqué par l’al­lu­mage succes­sif de chaque segment de l’in­di­ca­teur à LED : 
  • IMG 20230720 162253
  • IMG 20230720 162256
  • IMG 20230720 162258
  •  Au-dessus on trouve un commu­ta­teur pour le mélan­geur, qui vous permet d’en­voyer à la sortie casque votre signal direc­te­ment prélevé à la sortie du préam­pli (avec une latence imper­cep­tible donc) et de la mélan­ger à votre retour de STAN.
    • IMG 20230720 162319

     

Les deux boutons fonc­tionnent de façon simi­laire : on clique dessus une première fois pour appe­ler la fonc­tion à régler, puis on clique à nouveau (le nombre de fois néces­saires) selon le réglage désiré. Un seul clic permet donc de visua­li­ser pour une courte durée le réglage actuel, sans le chan­ger. C’est bien pensé, même si nous avons trouvé cette durée un peu trop limi­tée : il nous est arrivé, en effec­tuant des réglages, de nous retrou­ver hors du « menu » compres­sion, par exemple, dès que l’on hési­tait un tant soit peu, et de devoir multi­plier les clics un peu inuti­le­ment.

Autre reproche, l’er­go­no­mie : les deux boutons sont trop proches l’un de l’autre. On le voit bien sur l’image ci-dessus : quand on clique sur le bouton « blend » on a tendance à toucher l’en­co­deur, et donc on risque de chan­ger invo­lon­tai­re­ment le réglage de gain. Quant à l’en­co­deur, il est vrai­ment petit, et pas facile à « prendre en main », litté­ra­le­ment. Pour finir, un enco­deur c’est bien, mais l’ab­sence totale de marquage ou d’in­di­ca­tion de niveau fait qu’on ne peut pas mémo­ri­ser les réglages selon les instal­la­tions ou les fonc­tions recher­chées.

Le niveau de sortie (casque) se règle au sein de votre envi­ron­ne­ment numé­rique (niveau de sortie de votre ordi­na­teur + niveau de master dans votre séquen­ceur).

Bench­mark

Préci­­­­sons-le d’abord, la Jam X travaille dans une réso­­­­lu­­­­tion max de 24 bits/96 kHz. Un petit tour du côté de RTL Utility nous apprend que la latence réelle est la suivante :

Le buffer sur 32 échan­tillons en 44.1 kHz, RTL Utility remonte une latence de 11,026 ms

Le buffer sur 64 échan­tillons en 44.1 kHz, RTL Utility remonte une latence de 12,001 ms

Le buffer sur 128 échan­tillons en 44.1 kHz, RTL Utility remonte une latence de 13,104, ms

Le buffer sur 256 échan­tillons en 44.1 kHz, RTL Utility remonte une latence de 20,291, ms

Le buffer sur 32 échan­tillons en 96 kHz, RTL Utility remonte une latence de 7,988 ms

Le buffer sur 64 échan­tillons en 96 kHz, RTL Utility remonte une latence de 8,012 ms

Le buffer sur 128 échan­tillons en 96 kHz, RTL Utility remonte une latence de 8,990 ms

Le buffer sur 256 échan­tillons en 96 kHz, RTL Utility remonte une latence de 11,053 ms

Afin de tester l’in­­ter­­face, nous avons fait un bench­­mark avec notre fidèle APx515 d’Au­­dio Preci­­sion. Comme d’ha­­bi­­tude, nous publions les résul­­tats obte­­nus en THD, rapport signal/bruit et dévia­­tion des voies, pour les entrées et sorties analo­­giques. Pour toutes les confi­­gu­­ra­­tions, je règle le gain pour obte­­nir le meilleur résul­­tat possible.

Gain max : 18,45 dB mesu­­rés en direct, 20,172 dB à travers la STAN (loin derrière les 36 dB annon­cés, que je n’ai jamais pu obte­nir)

Commençons par… la seule entrée : 

  • Relative Level (1,00000 kHz)
  • THD Ratio
  • THD+N Ratio

Dévia­tion : ±0,458 dB, c’est tout à fait correct.

THD : presque 0,2 % sur tout le spectre en THD+N, 0,1 % plus bas sans la compo­sante N (bruit).

Rapport signal/bruit : 64,137 dB, je n’ai pas réussi à obte­nir mieux selon les niveaux d’en­trée ou de sortie.

Qu’est-ce que donnent les diffé­rents niveaux de compres­sion ?

  • Comped Gains
  • Comped THD+N

 Ci-dessus on voit d’abord les diffé­rentes courbes de gain, où l’on remarque que chaque préré­glage de compres­sion occa­sionne une dimi­nu­tion de ±5 dB supplé­men­taire (@ 1 kHz), corré­lée avec une accen­tua­tion du grave (entre 20 et 50 Hz) d’en­vi­ron 1,5 dB supplé­men­taire.

Comment est-ce que ça sonne ?

Géné­ra­le­ment, pour ces tests d’in­ter­faces, je me concentre sur la machine, et je ne me lance pas dans des prises. C’est une conti­nua­tion du proto­cole établi par RedLed avant moi, c’est peut-être aussi par souci de modes­tie en tant que musi­cien, c’est égale­ment parce que je n’ai pas à ma dispo­si­tion de guitares tombant dans une « norme » musi­cale (je n’ai que des vieilles pelles très « garage » des années 1960, frettes usées, into­na­tion précaire, accor­dage diffi­cile) et c’est surtout parce que les inter­faces ont géné­ra­le­ment un usage global, qui ne cible pas un instru­ment en parti­cu­lier… Ici c’est diffé­rent, et j’ai donc sorti ma guitare pour faire quelques essais, non seule­ment de l’in­ter­face, mais aussi du plugin Neural DSP fourni avec.

Voilà donc ce que cela donne, avec ma bonne vieille Hofner Galaxie (micro central), enre­gis­trée dans Able­ton Live 11 Lite, avec un peu d’ha­billage (un tout petit peu de réverbe, écho, chorus), pas d’EQ, pas de mix : 

guitar_comp00_FX
00:0000:42
  • guitar_comp00_FX00:42
  • guitar_comp01_FX00:42
  • guitar_comp02_FX00:42
  • guitar_comp03_FX00:42

On entend bien la compres­sion progres­sive, l’ac­cen­tua­tion des graves, et l’on remarque, sur le niveau 3 (Vintage Blue Stomp), que l’at­taque rapide devient très audible, avec un effet de pompage moyen­ne­ment satis­fai­sant pour le type de jeu employé ici (à voir dans d’autres situa­tions). On entend aussi que chaque niveau de compres­sion amène chaque fois un peu plus de bruit de fond, mais cela est diffi­ci­le­ment évitable.

Un petit problème que nous remarquons lors du test : parfois en réglant le gain, l’en­co­deur injecte un « clic » audible lorsqu’on le tourne, sorte de petit crépi­te­ment désa­gréable (ça ressemble à un petit bruit de courant continu en sortie, pour ceux à qui cela parle).

En revanche, on appré­cie bien le réglage de gain, très progres­sif, qui permet une bonne atté­nua­tion d’en­trée, s’adap­tant très bien à des micros qui ont « la patate » (c’est le cas sur ma guitare), ou à des hauts niveaux de sorties de chaînes d’ef­fet. On arrive à garder un son vrai­ment cris­tal­lin, et assez neutre, avant d’en­trer en mode Soft Limi­ting.

Conclu­sion

On reste un peu mitigé sur cette inter­face. D’un point de vue sonore, les exemples presque sans effets que nous avons enre­gis­trés montrent bien un carac­tère sonore agréable, assez neutre (surtout sans compres­sion), qui pourra faire une bonne base pour un trai­te­ment subsé­quent au sein d’une STAN. On note aussi qu’on peut bien atté­nuer le signal en entrée, permet­tant d’ob­te­nir un son « sec » très cris­tal­lin, et promet­tant aussi une bonne adap­ta­tion aux diffé­rents niveaux de sortie selon les instru­ments ou les effets utili­sés avant l’in­ter­face. Les trois compres­sions propo­sées sont agréables, allant du discret (mais effi­cace) au fran­che­ment audible. Et pour finir, on a beau­coup aimé le plugin de Neural DSP – même si c’est un à-côté de l’in­ter­face, notam­ment parce qu’il n’est livré qu’en version d’éva­lua­tion, d’où son absence dans les points forts/faibles – et l’on trouve que l’in­ven­ti­vité sonore qu’il cultive invite le musi­cien à explo­rer des possi­bi­li­tés surpre­nantes, à expé­ri­men­ter.

Reste tout de même l’im­pres­sion d’un trop grand nombre de petits défauts, de petites conces­sions, dont aucune n’est vrai­ment rédhi­bi­toire, mais qui ont tendance, toutes ensemble, à brouiller l’ex­pé­rience de l’uti­li­sa­teur. On se demande si une inter­face un peu plus grosse ne règle­rait pas une grande partie des problèmes : meilleure ergo­no­mie, plus grande stabi­lité, place supplé­men­taire pour ajou­ter un affi­chage de niveau d’en­trée (et pas juste de modu­la­tion de signal), pourquoi pas un contrôle de niveau de sortie… Et cela d’au­tant plus que, si l’on regarde la concur­rence (voir liste dans l’in­tro), cette Jam X est la plus chère des inter­faces de ce type. À une époque où Preso­nus propose la Reve­la­tor io44 (qui a aussi son lot de défauts, nous le recon­nais­sons) avec une entrée instru­ment + des effets en DSP inté­grés, avec un affi­chage sur écran LCD, et cela pour un prix infé­rieur, nous ne sommes pas sûr que la Jam X gagne vrai­ment la partie… Si ce n’est par sa porta­bi­lité et sa simpli­cité à toute épreuve, deux quali­tés qui demeurent indé­niables.

7/10
Fabrication (?) : Mexique
Points forts
  • Facile à prendre en main
  • Des compressions efficaces (et avec une réponse en fréquence bien spécifique)
  • Un limiteur intégré pour retarder la saturation
  • Un mode "Blend" pour minimiser les problèmes de latence
  • Un réglage de gain bien progressif
  • Un son clair cristallin
Points faibles
  • Trop léger pour le poids des câbles
  • Clic parfois audible lorsque l'on augmente le gain
  • Encodeur sans marquage, ni indicateur
  • THD un peu élevée
  • Rapport S/B bas
  • Gain constaté inférieur à ce qu'annonce le constructeur
  • Niveau de sortie non contrôlable depuis l'interface
Auteur de l'article Pr. Soudure de La Feuille

Venu à la musique par le bruit, j'y retournerai un jour. J'aime les beaux circuits bien propres, les musiques sales et moches. Technicien de jour, la nuit je dors.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Pr. Soudure de La Feuille

Venu à la musique par le bruit, j'y retournerai un jour. J'aime les beaux circuits bien propres, les musiques sales et moches. Technicien de jour, la nuit je dors.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Analyse de l’audience (Google Analytics)
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités (Google Ads)
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.
Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram.

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Analyse de l’audience (Google Analytics)

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités (Google Ads)

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.