Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
36 réactions
L'EVO nouveau est arrivé
9/10
Award Qualité / Prix 2022
Partager cet article

C'est donc au tour de l'EVO 16, le plus gros modèle de la gamme lancée il y a deux ans par la marque anglaise. La 16 reprend les principes de la série (construction, design, options...) et l'adapte à une interface desktop aux nombreuses entrées et sorties, multipliant donc ses possibilités...

Test de l'EVO16 d'Audient : L'EVO nouveau est arrivé

Et c’est ce point en parti­cu­lier que nous allons mettre en avant dans ce test : le fait que, de facto, l’EVO 16 soit une inter­face qui diffère, par ses carac­té­ris­tiques propres, du projet de départ de la gamme dans laquelle elle s’ins­crit, tel qu’il avait été annoncé au NAMM 2020. En effet, là où la gamme « iD » repré­sente le flanc plus clas­sique de la produc­tion d’Au­dient (de belles desk­tops robustes avec des préam­plis de bonne qualité), la gamme EVO devait être une propo­si­tion plus simple, écono­mique, et axée sur un marché plus grand public, voire spéci­fique­ment pour les créa­teurs numé­riques. Les EVO 4 et 8, jusqu’ici, avait tenu cette promesse grâce à leur faci­lité de prise en main, leur petit format, leur côté un peu « gadget » (sans conno­ta­tion néga­tive)… Cela impliquant des inter­faces avec peu d’en­trées et de sorties, mais plutôt des options comme le bouton de réglage auto­ma­tique du gain.

EVO16 détails2Mais, récem­ment, Audient a commencé à brouiller les pistes ! D’un côté, l’iD44 MKII inclut la fonc­tion Loop­back et, d’un autre côté, l’EVO 16 propose, pour un prix raison­nable (prix construc­teur : 469 euros), une inter­face avec 24 entrées/sorties, dont 8 préam­plis micro, 2 entrées instru­ment, 8 sorties ligne, un écran LCD… Il s’agit donc d’une inter­face qui, au sein même de la produc­tion d’Au­dient, vient faire concur­rence à l’iD44 MKII.

Nous repar­le­rons rapi­de­ment de toutes ces options, mais pour commen­cer procé­dons à notre habi­tuel débal­lage.

Débal­lage

Dans les grandes lignes, l’EVO 16 reprend la plupart des éléments de design des plus petits modèles de la gamme mais en les réadap­tant à un format plus « clas­sique ». L’in­ter­face est d’une taille assez impor­tante (350 × 310 × 50 mm), ce qui la range dans la caté­go­rie des « grandes desk­tops ». Son poids, égale­ment, est plutôt élevé, à 3 kg. On est donc clai­re­ment pas sur une inter­face de voya­ge…

EVO16 entréesOn retrouve le colo­ris noir mat et les angles adou­cis qui font le style de la gamme, avec ses petits boutons ronds et concaves. Cepen­dant, là où l’EVO 4 et 8 ressem­blaient plutôt à des petites boîtes « gadgets », conçues comme un objet numé­rique mobile (on avait même l’im­pres­sion que l’EVO 4 pouvait se glis­ser dans la poche comme un portable), le modèle 16 assoie clai­re­ment son ambi­tion d’être un appa­reil « clas­sique » de (home-)studio : deux entrées à l’avant (pratique pour bran­cher rapi­de­ment un instru­ment), suivies de tous les contrôles, c’est-à-dire :

  • l’ha­bi­tuel enco­deur cliquable qui peut servir à régler les gains d’en­trée (avec 8 boutons de sélec­tion, un par entrée, sur la face avant), où les niveaux de sortie du moni­to­ring enceinte ou casque (un bouton pour les enceintes, deux boutons pour les deux sorties casque, là aussi sur la face avant)
  • Sous les deux boutons de sélec­tion des sorties casques, on trouve les deux jack 6,35 mm TRS des sorties.
  • Juste à côté un bouton « F », dont la fonc­tion est assi­gnable au sein du logi­ciel (nous y revien­drons).
  • À côté des boutons de sélec­tion d’en­trée, on trouve un commu­ta­teur 48 volts
  • Un commu­ta­teur de circuit haute impé­dance pour les entrées 1 et 2
  • Le bouton Smart Gain, présent sur toutes les inter­faces de la gamme
  • Pour finir, juste à côté de l’en­co­deur, un écran LCD couleur permet de contrô­ler le réglage des niveaux de gains et de sortie, ainsi que le niveau des signaux à l’en­trée et à la sortie.

EVO16 face

EVO16 arrière

Sur la face arrière, on trouve les 6 autres entrées micro et ligne, sur combo XLR Jack TRS 6,35 mm, suivi des 8 sorties ligne. Tout à gauche, avant la prise secteur, les 2 entrées et 2 sorties optiques (ADAT ou S/PDIF), ainsi que la sortie Word­Clock.

Comme on le comprend, l’in­ter­face en elle-même est déjà très complète, et permet­tra à l’uti­li­sa­teur de choi­sir, selon ses préfé­rences person­nelles, de travailler plus tôt au sein de l’en­vi­ron­ne­ment numé­rique, ou direc­te­ment sur le hard­ware, ou bien entendu un mix des deux. Dans tous les cas nous avons trouvé, lors de ce test, la prise en main de l’in­ter­face très facile, avec une utili­sa­tion instinc­tive qui est gran­de­ment faci­li­tée par un design plutôt spacieux.

Une petite critique ? La connec­tique n’est pas fixée au châs­sis de l’ap­pa­reil. Ainsi, elle sera plus suscep­tible de se « fati­guer » à force d’usage, puisque la contrainte méca­nique vien­dra se repor­ter plus forte­ment sur les soudures et sur le circuit imprimé. Cepen­dant, tout le châs­sis, lui, est faci­le­ment démon­table, donc toute inter­ven­tion qui s’avè­re­rait néces­saire en sera faci­li­tée.

On notera fina­le­ment que l’in­ter­face de 14 pouces peut rece­voir des ailettes de rackage (vendues par Audient, en supplé­ment) pour l’adap­ter au format 19 pouces.

Voyons main­te­nant ce que nous réserve le logi­ciel.

Logi­ciel

Le soft­ware qui accom­pagne l’EVO 16 reprend les grandes lignes habi­tuelles des logi­ciels Audient :

Mixer EVO16

On peut choi­sir de faire appa­raître les entrées analo­giques, optiques et les canaux USB indé­pen­dam­ment. Les voies ont toutes les options habi­tuelles : mute, solo, inver­sion de phase, chaî­nage stéréo… En plus d’un master, on a l’op­tion d’en­voyer les voies sur 4 mix supplé­men­taires.

Audient EVO 16 : MicPres EVO16De plus, le logi­ciel donne constam­ment accès aux contrôles de Talk­back, Master Mono, Dim et Mute, ainsi qu’à la sélec­tion d’une paire d’en­ceintes alter­na­tive. Une barre infé­rieure dérou­lante permet, en plus, pour les entrées analo­giques de faire appa­raître les contrôles de gain, l’ali­men­ta­tion fantôme et, pour les entrées 1 et 2, le circuit haute impé­dance. 

Pour finir, le logi­ciel donne accès aux para­mètres de l’in­ter­face, dans lesquels, en plus des réglages atten­dus (la réso­lu­tion par exemple) vous trou­ver tout le plan de routage des entrées/sorties, ainsi que quelques options supplé­men­taires : format ADAT ou S/PDIF pour les E/S numé­riques, sortie mono droite, gauche ou somma­tion, source pour la sortie Clock, balance pano­ra­mique de la paire d’écoutes alter­na­tive et réglage du niveau d’at­té­nua­tion du bouton Dim.

Pour finir avec les réglages de l’in­ter­face, une pres­sion longue sur l’en­co­deur cliquable vous donne accès, sur l’écran de l’in­ter­face, à un menu « Motion UI » qui vous permet de mettre l’in­ter­face en pause, de sélec­tion­ner la brillance de l’af­fi­chage, d’as­si­gner la fonc­tion du bouton « F », de contrô­ler le taux d’échan­tillon­nage de l’in­ter­face, et le format numé­rique sélec­tionné, et de réini­tia­li­ser les réglages d’usine.

  • Audient EVO 16 : Settings EVO16
  • Audient EVO 16 : EVO16 UIMenu

 

Place au bench­mark !

Bench­mark

Préci­­­sons-le d’abord, l’EVO16 travaille dans une réso­­­lu­­­tion max de 24 bits/96 kHz. Un petit tour du côté de RTL Utility nous apprend que la latence réelle est la suivante : 

En mettant le buffer sur 256 samples en 44 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 14.626 ms.

En mettant le buffer sur 256 samples en 48 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 14.125 ms.

En mettant le buffer sur 256 samples en 96 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 8.323 ms.

En mettant le buffer sur 128 samples en 44 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 4.979 ms.

En mettant le buffer sur 128 samples en 48 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 8.458 ms.

En mettant le buffer sur 128 samples en 96 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 4.979 ms.

En mettant le buffer sur 64 samples en 44 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 5.306 ms.

En mettant le buffer sur 64 samples en 48 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de  5.125 ms.

En mettant le buffer sur 64 samples en 96 kHz, le logi­­­ciel remonte une latence de 4.323 ms.

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait un bench­mark avec notre fidèle APx515 d’Au­dio Preci­sion. Comme d’ha­bi­tude, nous publions les résul­tats obte­nus en THD, rapport signal/bruit et dévia­tion des voies, pour les entrées et sorties analo­giques. Pour toutes les confi­gu­ra­tions, je règle le gain pour obte­nir le meilleur résul­tat possible.

Gain max : nous le mesu­rons à 57,566 dB, c’est assez proche de l’an­nonce du le construc­teur (58 dB).

Commençons par les entrées ligne : 

  • EVO16 Line Relative-Level- 1 00000-kHz
  • EVO16 Line THD-Ratio

Dévia­tion : ±0,097 dB. Excellent.

THD : toujours sous 0,005 % et souvent vers 0,001 %, là aussi c’est très bon.

Rapport signal/bruit : 95,247 dB.

Passons aux entrées micro : 

  • EVO16 Mic Relative-Level- 1 00000-kHz
  • EVO16 Mic THD-Ratio

Dévia­tion : ±0,213 dB. Un peu moins bien que les entrées ligne, cela étant surtout dû à une plus impor­tant dévia­tion dans le haut et bas du spectre. Toute­fois, cela reste vrai­ment très bon !

THD : Prin­ci­pa­le­ment entre 0,001 et 0,002 %. C’est excellent !

Rapport signal/bruit : 95,361 dB.

Qu’en est-il de la sortie casque ?

  • evo16-hp-relative-level-1-00000-khz
  • evo16-hp-thd-ratio

 En restant sur l’en­trée micro…

Dévia­tion : ±0,270 dB, c’est vrai­ment très bien, on est souvent sur des dévia­tions beau­coup plus impor­tantes dans le haut du spectre avec le gain de l’am­pli casque au maxi­mum.

THD : Là aussi, on est majo­ri­tai­re­ment sous 0,002 %, avec à peine plus au-dessus de 3 kHz.

Rapport signal/bruit : 92,483 dB, pour une sortie passant par un étage d’am­pli­fi­ca­tion en plus, c’est très bon.

En conclu­sion, que dire si ce n’est « super » ? Certes, l’on peut aujour­d’hui trou­ver des résul­tats meilleurs, mais pour des prix souvent 3 fois plus élevés. Et, globa­le­ment, l’EVO 16 nous renvoie de meilleurs résul­tats que la récente iD44 MKII ! Dans la gamme où s’ins­crit cette inter­face, ces résul­tats sont très bons, voire excel­lents.

Conclu­sion

Vous l’au­rez compris, on aime beau­coup cette EVO 16.

EVO16 Détail 1En vérité, son premier argu­ment (à notre avis) c’est son prix : cela peut paraître assez prosaïque, même un peu vulgaire mais, fonda­men­ta­le­ment, l’EVO 16 assemble tout ce qu’on peut attendre d’une bonne desk­top d’Au­dient (et même plus !), mais pour moins cher : la qualité des préam­plis, 8 entrées analo­giques, 8 sorties lignes, une inter­face robuste (même si, oui, les connec­tiques ont l’air un peu moins solide que sur la gamme « iD »), avec un logi­ciel pratique et complet… et cela pour 100 € de moins que l’iD44 MKII !

Si l’on ajoute à cela les E/S optiques, le bouton Smart Gain, l’écran LCD, la fonc­tion Loop­ba­ck… On doit bien recon­naître que cette inter­face est, tout simple­ment, très sédui­sante et très convain­cante. Nous avons d’ailleurs trouvé peu à redire tout au long de cet article, et au moment de conclure nous ne pouvons peut-être que noter l’ab­sence d’E/S MIDI (mais ce n’est pas la seule inter­face, de loin, à ne plus inclure ce format), et l’ab­sence d’un deuxième port USB qui permet­trait de chaî­ner faci­le­ment les inter­fa­ces… Bref, l’EVO 16 n’est peut-être pas un game chan­ger, puisque c’est une inter­face assez « simple » (sans effets inté­grés, par exemple), mais dans cette simpli­cité c’est proba­ble­ment aussi une des meilleures inter­faces d’Au­dient.

9/10
Award Qualité / Prix 2022
Fabrication (?) : Chine
Points forts
  • La plus robuste des EVO
  • 8 entrées micro
  • 2 entrées instrument
  • 8 sorties ligne
  • 2 sorties casques indépendantes
  • 2 entrées/2 sorties optiques
  • Un écran LCD très pratique
  • Très bons résultats en test
  • Un logiciel complet et pratique
  • Bundle généreux
Points faibles
  • Pas d'E/S MIDI
  • Pas de possibilité de chaîner les interfaces en USB

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.