Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
IK Multimedia SampleTank 3
Photos
1/25

Test de l'IK Multimedia SampleTank 3

Acheter
test
68 réactions
La fin d’une arlésienne
6/10
Partager cet article

Après des mois et des années d’attente, l’éditeur IK Multimedia sort enfin la troisième version de son lecteur d’échantillons multitimbral, SampleTank 3, qui disputait à quelques autres le titre de logiciel le plus longuement attendu. L’attente est-elle récompensée ?

C’est peu dire que les utili­sa­teurs de logi­ciels attendent parfois des mois, voire des années avant que leurs outils de prédi­lec­tion ne profitent des avan­cées d’une tech­nique (le passage de 32 à 64 bits par exemple) ou d’une mise à jour assu­rant la compa­ti­bi­lité avec un tout nouveau système d’ex­ploi­ta­tion (le passage du 32 au 64 bits par exemple, pardon…). 

La plupart de ces outils est main­te­nant compa­tible avec les systèmes les plus récents. Il en reste quand même quelques-uns à la traîne (au hasard Sylen­th1…) et Sample­Tank, le rompler (lecteur d’échan­tillon) d’IK Multi­me­dia (première version sortie en 2001…), faisait, jusqu’à ce jeudi 24 juin, partie des logi­ciels dont on atten­dait à la fois une refonte et une compa­ti­bi­lité certi­fiée avec les OS et logi­ciels 64 bits (dans notre cas, Logic X et Mave­ricks). Certi­fiée, car sur certaines confi­gu­ra­tions, Sample­Tank 2.5 fonc­tionne (avec quelques bugs et plan­tages) en stan­da­lone (voir capture d’écran). Bien sûr, comme la majo­rité des plugs d’ef­fets et instru­ments restés en 32 bits, il pouvait être utilisé dans Logic X par exemple avec l’ex­cellent bridge de Soun­dRa­dix, 32 Lives, mais on ne pouvait consi­dé­rer cette solu­tion ni accep­ter les problèmes en version auto­nome comme défi­ni­tifs.

SampleTank 3

La progres­sion de ST2.5 vers ST3 a beau­coup fait parler, rica­ner, jaser, s’éner­ver les proprié­taires du logi­ciel (et ceux de la concur­rence), puisqu’elle aura pris quasi­ment quatre ans pour s’ef­fec­tuer, avec une atti­tude de l’édi­teur souvent velléi­taire (« ça sort bien­tôt  » répété à l’in­fini). C’est pourquoi l’an­nonce de sa sortie effec­tive a aussi­tôt fait tout autant de bruit, puisque la pres­sion est quand même forte. Qu’est-ce qui a bien pu faire que l’édi­teur, par ailleurs très actif dans des tas d’autres domaines (notam­ment pour iPad, iPhone et tous les « aille » quelque chose), ait attendu quatre ans pour four­nir cette mise à jour ? Du coup, on peut espé­rer de très grandes choses. Ou simple­ment un outil plei­ne­ment fonc­tion­nel. Voire un mélange des deux. Des ques­tions qui devraient trou­ver leurs réponses dans ce test.

 

Intro­du­cing IK Multi­me­dia Sample­Tank 3

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
MacBook Pro 2,3 GHz
OS 10.9.4
Logic Pro 10.0.7
IK Multi­me­dia Sample­Tank 3, puis 3.0.1

Pour les deux types de mises à jour, depuis ST2 XL ou Phil­har­mo­nik, depuis n’im­porte quel autre logi­ciel ou maté­riel IK, ou pour un premier achat, IK Multi­me­dia propose trois tarifs : 146, 194 et 292 euros (les tarifs annon­cés par IK dans ses commu­niqués sont hors taxes) jusqu’au 30 septembre, puis passe­ront après cette date à 194, 244 et 342 euros.

L’édi­teur propose le logi­ciel sous forme boîte ou via télé­char­ge­ment. Ce dernier procédé comporte l’ins­tal­leur de l’ap­pli­ca­tion et huit dossiers compres­sés sépa­rés consti­tuant la biblio­thèque sonore (à peu près 25 Go à télé­char­ger). On charge la nouvelle version de l’Au­tho­ri­za­tion Mana­ger, on auto­rise avec le numéro de série fourni (on dispose de 10 auto­ri­sa­tions simul­ta­nées !) puis il ne reste plus qu’à défi­nir un dossier pour l’ins­tal­la­tion des sons, chaque dossier conte­nant son propre instal­leur. Pas de problème à signa­ler, tout va bien, appli­ca­tion auto­nome, plug-ins VST 2 et 3, AAX, AU 64 bits sont placés aux endroits adéquats. Tout juste peut-on signa­ler que les instal­leurs sont toujours consi­dé­rés comme des « apps en prove­nance d’un déve­lop­peur non iden­ti­fié  », selon la termi­no­lo­gie chère à Apple (et que l’ins­tal­leur pose un dossier compressé nommé « Audio.zip » conte­nant les plugs dans la biblio­thèque, sans que l’on en comprenne l’uti­lité, puisqu’une fois à la poubelle, rien n’a changé). 

IK Multimedia SampleTank 3

On impor­tera via la commande prévue toutes les anciennes banques (Phil­har­mo­nik, Sonic Synth 2, Sample­Moog, etc.), en n’ou­bliant pas (si le logi­ciel ne l’ef­fec­tue pas) la première réac­tua­li­sa­tion de la base de données (qui se fait auto­ma­tique­ment ensuite). Un reproche, le logi­ciel pour­rait ne scan­ner que la dernière acqui­si­tion, il devient en effet vite pénible d’at­tendre la fin d’un scan complet pour un seul son impor­té… Selon les biblio­thèques, certains sons ne passent pas, un message d’er­reur préci­sant lesquels. L’édi­teur suggère aux utili­sa­teurs de lui faire remon­ter rapi­de­ment les infos, et promet des correc­tions rapides (le test a commencé sur la première mouture et s’est pour­suivi avec la mise à jour 3.0.1). 

Atten­tion, si l’on désire conti­nuer à utili­ser Sample­Tank 2.x, car la procé­dure d’im­port de ST3 regroupe les trois fichiers .sti, .stp, .stw ou le seul .stip sous une nouvelle forme, .pak, qui ne pourra être recon­nue par les précé­dentes versions. Ne pas mettre trop vite toutes les anciennes banques à la poubelle, donc…

Chan­ge­ment complet

IK Multimedia SampleTank 3

Le premier constat à l’ou­ver­ture est d’ordre graphique : le design a changé du tout au tout. Du coup, on espère qu’il en est de même des fonc­tion­na­li­tés ; il serait dommage qu’une telle attente ne soit récom­pen­sée que par des chan­ge­ments cosmé­tiques ou ergo­no­miques, aussi réus­sis soient-ils.

Le prin­cipe de la fenêtre unique a vécu, place à une orga­ni­sa­tion sur trois pages : Play, Mix et Edit, acces­sibles via la barre d’ou­tils inamo­vible, qui regroupe aussi un lien vers le maga­sin en ligne, les réglages de Prefe­rences et Audio/MIDI, l’af­fi­chage des mentions légales et de la version ainsi que l’icône de lance­ment du Mana­ger. La première page offre l’ac­cès au navi­ga­teur situé sur la gauche, lui-même propo­sant le choix entre Multi, Instru­ment, Pattern et Live, ainsi que le menu d’im­port, Save, etc., le champ de recherche, l’ou­ver­ture de l’on­glet Info (image de l’ins­tru­ment, poids, descrip­tion et assi­gna­tion des Macros) et l’ou­til de scan de la biblio­thèque. Le mode Live permet de char­ger des Songs (64 maxi­mum), conte­nant jusqu’à 16 Multis, avec numéro assi­gnable de Program Change.

Au centre, cinq colonnes offrent numéro de Part, de canal MIDI, mute, solo et effa­ce­ment du son sélec­tionné, dont le nom appa­rait sur la droite. Pour finir, deux curseurs volume et pan et un indi­ca­teur de niveau (tout cela par Part, évidem­ment). 

IK Multimedia SampleTank 3

Au-dessus du clavier virtuel (en stan­da­lone, on peut ouvrir une fenêtre trans­for­mant le clavier de l’ordi en clavier, hélas unique­ment en Qwer­ty…) se trouve la barre des réglages des Macros et FX (voir ci-dessous). Tout en bas, les menus de MIDI Learn, d’as­si­gna­tions aux rota­tifs des Macros avec plage d’ac­tion et fonc­tion­ne­ment en Latch ou non (par Part, bravo), le bouton Panic, l’in­di­ca­teur de tempo, la sélec­tion de la tona­lité et le bouton de lecture (hein ?).

Bouton de lecture, car ST3 intègre main­te­nant un séquen­ceur MIDI, permet­tant de pilo­ter un son via diffé­rentes séquences MIDI pré-program­mées (plus de 2000). De ryth­miques de batte­rie complètes à des arpèges, des riffs ou autres motifs, les patterns sont variés, bien program­més et (rela­ti­ve­ment) carac­té­ris­tiques du style abordé. Ils permettent de consti­tuer très rapi­de­ment une base, d’au­tant qu’ils peuvent être expor­tés dans la STAN de son choix par glis­ser-dépo­ser. Deux problèmes : d’abord, alors que certains patterns permettent l’en­chaî­ne­ment en conti­nuité ryth­mique (on lance le rythme, et on change en cours de route de varia­tions sans que le pattern ne redé­marre à zéro), la plupart des boucles de batte­rie ne le permettent pas (redé­mar­rage sur le premier temps). Ensuite, quand on double-clique dans le navi­ga­teur (procé­dure de char­ge­ment normale), les boucles se chargent par défaut sur le clavier de façon chro­ma­tique, à partir de C0, ce qui fait qu’elles se super­posent aux KeyS­witches des instru­ments en dispo­sant… Heureu­se­ment, on peut les glis­ser-dépo­ser direc­te­ment sur le clavier de ST3.

Effets et macros

IK Multimedia SampleTank 3

Le système de boutons Macros change, puisqu’il n’est plus partagé avec les huit pages de ST2 (Synth, Filter, ENV 1 et 2, Velo­city, LFO 1 et 2, Range). À moins de bascu­ler en mode FX, on garde donc toujours sous la main les huit raccour­cis vers les fonc­tions primor­diales (tous auto­ma­ti­sables ou pouvant être pilo­tés via surface de contrôle). Les kits de batte­rie en profitent notam­ment, puisqu’ils ne dispo­saient que de quatre assi­gna­tions dans ST2 ; main­te­nant, les huit réglages sont assi­gnés, la plupart du temps aux volumes de chaque élément d’un kit (kick, snares, etc.).

On ne perd donc son affi­chage (mais pas ses fonc­tions…) que lorsqu’on bascule en mode FX. Un chan­ge­ment aussi, puisque les effets restaient toujours affi­chés, avec un mode Bypass, et les diffé­rentes sections Part, Send et Master. Ces deux dernières ne sont acces­sibles que dans la nouvelle page Mix, ainsi que les menus de sauve­gardes de présets (voir l’ar­ticle). Du côté des effets four­nis, ST3 gagne énor­mé­ment, puisque sont inclus de nombreux modules direc­te­ment issus de T-RackS et Ampli­tube (par exemple les compres­seurs Black 76, White 2A, les amplis Ameri­can Vintage T, Jazz Amp 120, SVT Clas­sic, les effets Uni-V, Chorus C1, liste non exhaus­tive), pour un total de 55 effets (dont 22 nouveaux).

Mixage et édition

IK Multimedia SampleTank 3

Autre page d’im­por­tance, Mix, qui propose des fonc­tion­na­li­tés iden­tiques à une console, même si plus limi­tées (ça dépend aussi de quelle console on parle…). 16 tranches, quatre retours stéréo et un Master sont les prin­ci­pales consti­tuantes de la table, auxquelles on ajoute cinq inserts par tranches, quatre départs indé­pen­dants avec fonc­tion­ne­ment Pre ou Post-Fader (indé­pen­dant lui aussi), une sauve­garde de présets d’ef­fets hélas seule­ment en chaîne, et non plus élément par élément et le Lock habi­tuel, préve­nant toute modi­fi­ca­tion acci­den­telle. Tous les faders et rota­tifs réagis­sant à la molette de la souris, enfin… Seul reproche, on ne peut pas se dépla­cer hori­zon­ta­le­ment dans la console via la molette, dommage. Tous les para­mètres de la table (et de ST3) peuvent être faci­le­ment auto­ma­ti­sés, via un MIDI Learn extrê­me­ment simple. Cette partie fait indé­nia­ble­ment de ST3 un outil sonore bien plus perfor­mant, notam­ment pour le live si l’on utilise plusieurs claviers et/ou canaux MIDI.

La partie Edit est elle aussi très pratique, puisque l’on évite l’un des écueils des premières versions, celui de ne pas dispo­ser de tous les réglages sous les yeux (pour le détail de qui fait quoi, on se rappor­tera au test de l’ami Los Teignos, ici). Sur cinq rangées, toutes les fonc­tions sont clas­sées par type d’ac­tion ou section de synthèse. Dans la première, la gestion de la Part, avec les réglages de base (poly­pho­nie, trans­po­si­tion, plage de notes et de vélo­cité, pan et volume), les Mute et Solo, et l’ac­ti­va­tion de l’édi­tion en mode Zone, l’une des forces du rompler : on y applique tous les réglages indé­pen­dam­ment par chaque partie d’un son défini comme Zone, sachant que cela peut être une seule note. Et quand on parle réglage, on entend aussi les trois moteurs de synthèse diffé­rents : une zone en resam­pling, l’autre en Pitch Shift, une autre en Stretch Note, etc.

IK Multimedia SampleTank 3

Trois moteurs que l’on trouve dans la partie Sample (plus le Stretch Phrase) ainsi que les réglages s’y rappor­tant. Nouveauté, la section Round Robin, pouvant être acti­vée à loisir, et la sélec­tion de l’ar­ti­cu­la­tion ou de l’élé­ment chargé ; là aussi, réglages tota­le­ment indé­pen­dants suivant l’élé­ment/arti­cu­la­tion, ce qui, ajouté aux Zones, commence à rendre bougre­ment puis­sant le logi­ciel. Aux trois filtres réso­nants multi­pente de ST2, IK a ajouté des émula­tions des filtres Moog (Ladder), des Peak, Notch, Formant et Phaser, ainsi qu’une pente supplé­men­taire (troi­sième ordre, 18 dB/oct.) et un Over­drive. Voilà une section très puis­sante, avec de belles satu­ra­tions et réso­nances (atten­tion aux oreilles et aux baffles) et qui sonne bien mieux que celle de son prédé­ces­seur. Les sections Velo­city, LFO et Env (AHDSR, miam) se montrent quasi iden­tiques à celles de ST2 et l’on retrouve aussi les quatre modes de jeu, Poly, Legato 1 et 2 et Mono.

Tout ça multi­plié par 16 Parts, bien entendu. Atten­tion quand même à la consom­ma­tion CPU, ça peut monter très vite avec plusieurs modes de synthèse et les meilleurs effets en prove­nance d’Am­pli­tube ou T-RackS…

Copieuse biblio­thèque

IK Multimedia SampleTank 3

L’édi­teur offre avec ST3 une biblio­thèque bien four­nie, plus de 33 Go de sons, et affiche 4000 instru­ments en 21 caté­go­ries, ainsi que plus de 2500 kits, éléments sépa­rés de batte­rie et percus­sions. Une mise au point tout de suite : il n’y a pas réel­le­ment 4000 instru­ments sépa­rés, mais un certain nombre (désolé, je n’ai pas eu la patience de les comp­ter) plus des varia­tions. Cela n’est pas grave en soi, mais il fallait le mention­ner. On en trou­vera la liste détaillée ici. Un clic sur les sons ouvre la plupart du temps un player audio (qui ne contient pas toutes les arti­cu­la­tions, ne rêvons pas non plus).

On appré­ciera les batte­ries, diverses et poly­va­lentes, offrant en géné­ral jusqu’à six niveaux de vélo­cité et 10 échan­tillons de Round Robin pouvant être acti­vés ou non (une des nouveau­tés de ST3, en lecture et au niveau de l’édi­tion), les nouveaux pianos acous­tiques (deux Grand Concert, un Baby Grand, un droit et un bastringue) assez réus­sis pour des pianos de works­ta­tion, et doté de deux nouveaux effets assez convain­cants gérant la réso­nance sympa­thique ainsi que l’ou­ver­ture/ferme­ture du capot. On se débar­ras­sera en revanche immé­dia­te­ment du Stereo Imager qui est ajouté dans les présets…

IK Multimedia SampleTank 3

On trouve de nouvelles guitares (toujours convain­cantes en arpège ou notes sépa­rées, moins en ryth­mique) et basses (dont des filets plats plutôt rares, bien vu), une section de cuivres et vents pop (les saxes de ST2, grâce au moteur Stretch et aux Legato étaient parmi les plus réalistes des works­ta­tions à base d’échan­tillons, les trom­pettes, en revan­che…), les pianos élec­triques (plutôt les Rhodes et CP que les Wurli, béné­fi­ciant des nouveaux effets) ou encore des instru­ments sympho­niques avec de nombreuses varia­tions et tech­niques de jeu, et inté­grés en instru­ment unique avec KeyS­witches (une autre des grandes nouveau­tés du logi­ciel). Ces derniers sons sont tous héri­tés et décli­nés des banques créées par Miro­slav Vitous, précé­dem­ment inté­grés par IK dans Phil­har­mo­nik, donc pas vrai­ment de première jeunesse mais souvent effi­caces (pupitres enre­gis­trés avec le Czech Phil­har­mo­nic Orches­tra dans le Dvorak Symphony Hall, au siècle précé­dent…).

L’édi­teur four­nit aussi des sons de ST2 XL dans une version rema­niée pour ST3, notam­ment au niveau des effets, car il n’y a pas de layers ou Round Robin supplé­men­taires. 

J’ai long­temps hésité à four­nir des exemples sonores pour le test, mais IK a fourni telle­ment de matière qu’il serait vain de riva­li­ser sauf problèmes rédhi­bi­toires, ce que je n’ai pas trouvé (hors appré­cia­tion person­nelle de sons, je parle ici de bouclages horribles, de clics, etc.). On trou­vera tous les exemples sonores ici et  (aller­giques, atten­tion, en raison de la très forte conte­nance en Rudess…). 

Bilan

Pour l’at­tendre, on l’a attendu. Du coup, on est content de retrou­ver ce qui faisait ses quali­tés, notam­ment au niveau de la synthèse, et les nouveau­tés, agen­ce­ment de l’en­semble, nouveaux sons (très souvent de qualité, notam­ment l’in­clu­sion des Phil­har­mo­nik), effets sans reproche en prove­nance d’Am­pli­tube et T-RackS, Round Robin et KeyS­witches. Indé­nia­ble­ment, ST3 est devenu une belle bête de course, à la hauteur de ses concur­rents si l’on se limite à la banque de sons four­nie d’usine, et non à ses possi­bi­li­tés globales. On peut certes chipo­ter sur tel ou tel son, mais globa­le­ment l’offre est bien pensée et réali­sée. D’au­tant que les grooves et patterns MIDI sont une bonne idée, elle aussi très bien réali­sée.

Mais on est aussi désap­pointé par l’ab­sence d’avan­cée majeure dans la gestion de samples externes, ce qui permet de répondre défi­ni­ti­ve­ment à une ques­tion (jusqu’à la 4 ?) : non, Sample­Tank 3 n’est pas un sampleur au sens où Kontakt ou Mach­Five, voire l’exs24 le sont (même s’ils n’échan­tillonnent pas direc­te­ment…), il est avant tout un lecteur de banques de sons devant être créées par des éditeurs externes. De ce côté, nombre d’ex­ten­sions avaient été déve­lop­pées, notam­ment par Sonic Reality. Mais elles ont vieilli. Et il semble peu probable que l’on arrive à la qualité des banques prévues pour Kontakt par exemple, pas en termes de son, certes, mais en regard des éton­nantes possi­bi­li­tés de scrip­ting incluses. En ce sens, Sample­Tank 3, ayant tout juste inclus Round Robin et KeyS­witches, fait pâle figure : faudra-t-il attendre 10 ans pour voir du scrip­ting ?

Pour­tant, certaines annonces laissent présa­ger du meilleur en ce qui concerne l’ave­nir sonique de l’en­gin. 

Alors, en l’état, ST3 reste un excellent outil de créa­tion, de maquettes (voire plus pour certains sons) ainsi que pour la scène, sur laquelle la qualité globale des sons et la variété des présets devraient répondre à toutes les attentes. Seule la qualité de futures exten­sions dira si l’on souhaite garder le logi­ciel quand la concur­rence ne manquera pas de progres­ser à grands pas, et que l’on souhai­tera utili­ser un outil poly­va­lent (rompler, sampler, synthé) plutôt que spécia­li­sé… 

  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3
  • IK Multimedia SampleTank 3

 

6/10
Points forts
  • Interface
  • Maintien et optimisation des fonctions précédentes
  • Fonctionnalités de la page Mix
  • Fonctionnalités de la page Edit
  • Puissance de la synthèse (trois moteurs, synthèse par Zone voire note, etc.)
  • Import toujours possible (Wave, Aiff uniquement)
  • Nombre et qualité des Patterns MIDI
  • Glisser-Déposer des Patterns MIDI
  • Nouvelles sonorités
  • Nouveaux filtres
  • Présets de qualité
  • KeySwitches
  • Round Robin
  • Effets provenant d’Amplitube et T-RackS
  • Boîte à sons idéale pour le live
  • Multi-fenêtre
  • Inclusion de sons ST2 XL
  • Nombre d’autorisations (10 !)
  • Simplicité des assignations et contrôles MIDI
  • Import de toutes les banques précédentes
  • Ouverture vers de nouvelles banques (projet Alan Parsons, par exemple)
  • Molette de la souris enfin active quasiment partout
  • Mode Live
  • 64 bits, enfin...
Points faibles
  • Certaines sonorités en dessous voire totalement dépassées
  • Import d’échantillon (Wave, Aiff uniquement) encore perfectible
  • Peu de programmes profitant vraiment des possibilités de synthèse
  • Format de samples/présets différent
  • Computer Keyboard en Qwerty...
  • Certains Patterns uniquement en déclenchement immédiat
  • Plus de sauvegarde de préset d’effet séparé, uniquement par chaîne
  • Déplacement horizontal via molette impossible dans Mix
  • Le double-clic pour charger les Patterns les superpose sur les KeySwitches
  • Peut vite consommer beaucoup de CPU

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.