Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
interview
18 réactions

Interview de Bruce Franklin et Rick Wartell, guitaristes de Trouble

Doom legends
Partager cet article

Si Trouble n’a jamais réellement rencontré le succès qu’il mérite, le groupe de Chicago peut au moins se targuer d’avoir été à l’origine de plusieurs genres musicaux en inspirant et influençant multitudes de formations.

En effet, ces héri­tiers natu­rels de Black Sabbath, ont posé les bases du doom metal avec leurs premiers opus sombres et réso­lu­ment « heavy » et ont su se renou­ve­ler avec brio au cours des années 90 en insuf­flant une grosse dose de groove et de psyché­dé­lisme à leur musique pour là encore ériger les fonda­tions du stoner metal. Trouble est dirigé depuis 1979 par l’ex­cel­lente paire de guita­ristes que consti­tuent Bruce Frank­lin et Rick Wartell, véri­tables maitres de la science du riff et solistes de classe mondiale. Nous les avons coin­cés tour à tour dans leur loge lors du festi­val Doomed Gathe­rings à Paris le 15 mai dernier pour parler avec eux de leur maté­riel de scène.

Inter­view de Bruce Frank­lin

Bonjour Bruce ! Avant de parler de ton maté­riel à propre­ment dit, peux-tu nous racon­ter ton appren­tis­sage de la guitare et la façon dont tu as forgé ton jeu, le cerveau et les doigts étant sans aucun doute le premier maillon du signal sonore d’un guita­riste ?

Bruce franklin

Bruce Frank­lin : J’ai appris à jouer du rock en jouant par-dessus mes disques favo­ris quand j’étais jeune. Je jouais prin­ci­pa­le­ment au son des disques de Deep Purple, Black Sabbath, Led Zeppe­lin et Alice Cooper. Un peu de Uriah Heep égale­ment, mais c’est surtout des albums des quatre premiers groupes que j’ai cités dont j’ai le plus appris jusqu’à déve­lop­per le style qui est le mien aujour­d’hui. Ritchie Black­more (Deep Purple) était incon­tes­ta­ble­ment ma plus grande influence en matière de solo lorsque j’ap­pre­nais l’ins­tru­ment. J’ai tant essayé de copier les siens ! Je n’ai jamais atteint son niveau bien sûr, mais son jeu a très clai­re­ment eu un impact sur le déve­lop­pe­ment du mien. J’ai égale­ment beau­coup appris des solos de Jimmy Page (Led Zeppe­lin) et Tony Iommi (Black Sabbath) et ils ont eux aussi eu une influence majeure sur mon jeu. Quelques années plus tard, c’est l’al­bum Alive ! (1975) de Kiss qui a eu un gros impact sur moi et j’ai joué énor­mé­ment dessus. Et c’est à peu près tout ! Je n’ai jamais cher­ché à apprendre grand-chose de la théo­rie. J’ai appris majo­ri­tai­re­ment à l’oreille en jouant les solos de mes guita­ristes favo­ris, souvent note par note, par-dessus leurs disques.    

Rentrons main­te­nant plus préci­sé­ment dans ton maté­riel en commençant par le média­tor. Quel type utilises-tu ? 

J’uti­lise des Dunlop 1.0 mm, ce qui n’a pas toujours été le cas. Aupa­ra­vant je jouais avec des média­tors plus gros et plus épais, ce qui est très bien pour les ryth­miques mais pas forcé­ment aussi bien pour les solos ! Ça te donne une attaque trop rude en solo, alors que les Dunlop 1.0 mm sont un bon compro­mis. Ils ont suffi­sam­ment de rigi­dité pour moi tout en pliant suffi­sam­ment, ce qui est bien plus adapté pour jouer des solos. Mais à l’époque de nos deux premiers albums (ndlr : Psalm 9 et The Skull, sortis respec­ti­ve­ment en 1984 et 1985), j’uti­li­sais des média­tors vrai­ment très « heavy » !

Tout cela nous emmène à ta guitare, une SG qui ne te quitte plus depuis de nombreuses années. Peux-tu nous la présen­ter ?

C’est une Gibson SG Junior datant de 1964. Tout est d’ori­gine dessus à l’ex­cep­tion du cheva­let. A l’ori­gine c’était un cheva­let avec vibrato (ndlr : sans doute un Bigsby ou un Vibrola), mais je l’ai retiré car la guitare ne tenait pas assez bien l’ac­cord. Pour ce que nous faisons avec Trouble, j’ai besoin d’un cheva­let fixe. Hormis ça, tout est d’ori­gine. 

Nous pouvons voir un micro P-90 en posi­tion cheva­let (ndlr : il n’y a pas de micro manche sur une SG Junior). C’est un choix assez surpre­nant, et en tout cas très peu répandu dans le monde du metal…

Brucefranklinlive2

C’est tout simple­ment le P-90 d’ori­gine, mais il est vrai que ce genre de micro n’est géné­ra­le­ment pas utilisé dans le genre. Cette guitare possède un son vrai­ment génial et ce que j’adore avec le P-90, c’est que lorsque tu baisses le volume de ton micro, tu obtiens un son vrai­ment très clean, presque celui d’une Stra­to­cas­ter et à l’in­verse, lorsque tu montes le volume du micro au maxi­mum, tu obtiens quelque chose de vrai­ment très « fat » ! J’ai souvent entendu des gens dire que les P-90 sonnent comme les micros simple bobi­nage que l’on trouve sur les Stra­to­cas­ter ou les Tele­cas­ter. Cela ne pour­rait pas être plus éloi­gné de la vérité ! Le P-90 est un micro vrai­ment « fat » ! Pour s’en convaincre, il suffit d’écou­ter la pres­ta­tion de The Who à Wood­stock. Certes Pete Town­send a deux micros sur sa guitare (ndlr : il utilise une SG Special) mais il s’agit de P-90. Pete n’a jamais eu un son aussi gros qu’avec cette guitare ! Carlos Santana joue d’ailleurs lui aussi sur le même type de guitare à Wood­stock avec ces fameux P-90. Les guita­ristes de Blue Cheer et Budgie jouaient égale­ment avec des P-90 à cette même époque. Je voyais tous ces mecs qui jouaient sur des SG équi­pées de P-90 avoir un son aussi bon et costaud. Il était clair qu’il me fallait une de ces guitares !

Cela dit, contrai­re­ment à tous les guita­ristes que tu viens de citer, Trouble possède un son plus « rentre dedans » avec usage de palm-muting lourd et agres­sif. Les gens pensent souvent que pour obte­nir un tel son il faut obli­ga­toi­re­ment un humbu­cker avec un haut niveau de sortie, et fran­che­ment sans voir ce qui se cache sous ta main droite lorsque tu joues en live, on aurait pu penser que c’était ton cas !

À l’époque où je jouais encore sur une Gibson Flying V, j’uti­li­sais un humbu­cker, en l’oc­cur­rence le Super Distor­sion de DiMar­zio, et il faisait très bien le job tout en étant parfai­te­ment adapté à cette guitare. Mais je préfère de loin le son de ma SG Junior avec son P-90 ! 

Quel est ton tirant de cordes et l’ac­cor­dage de Trouble ? 

Je joue sur du 10–46 et nous sommes accor­dés un ton en dessous, en D stan­dard (Ré) avec Trouble. Toute­fois, il nous arrive de descendre encore plus bas sur certains titres comme avec Para­noia Conspi­racy ou Hunters Of Doom sur notre dernier album The Distor­sion Field (2013) qui sont en drop C (Do).  

Your Reflexion sur le dernier album ou Mind­ben­der sur Simple Mind Condi­tion (2007) semblent encore plus bas non ?

Effec­ti­ve­ment ces 2 titres vont encore plus bas. Nous utili­sons l’ac­cor­dage B-A-D-G-B-E (Si-La-Ré-Sol-Si-Mi), l’ac­cor­dage stan­dard avec la corde de E (Mi) grave accor­dée en B (Si). Lorsque tu joues un accord de B (Si) en posi­tion de A (La) sur la 2e frette en grat­tant égale­ment la corde de E (Mi) à vide, tu obtiens un accord de B (Si). Comme nous sommes déjà accor­dés un ton plus bas, nous utili­sons d’ailleurs en réalité un A-G-C-F-A-D (La-Sol-Do-Fa-La-Ré) et ça donne donc un accord de A (La). C’est un accor­dage étrange cela dit car pour jouer les autres accords, c’est une drôle de gymnas­tique ! C’est pourquoi nous n’avons jamais vrai­ment utilisé cet accor­dage en dehors de ces 2 chan­sons, ainsi qu’une chan­son de mon « side-project » Super­shine (ndlr : groupe qui réunit Bruce Frank­lin et Doug Pinnick de King’s X). 

Jetons main­te­nant un œil à tes pédales, l’ef­fet le plus flagrant dans le son de Trouble étant le Chorus…

Brucepedalboard

Effec­ti­ve­ment et pour se faire j’uti­lise cette vieille pédale, The Clone Theory de Elec­tro-Harmo­nix, qui combine à la fois un chorus et un flan­ger, même si je l’uti­lise unique­ment en tant que chorus. Elle est à mes côtés depuis très long­temps, je l’ai ache­tée en 1979 ! Bien sûr elle a été répa­rée quelques fois, mais elle assure toujours (rires) !  Ensuite il y a l’éga­li­seur Boss GE-7 qui est assez popu­laire. Puis il y a ma wah-wah, la Bad Horsie 2 de chez Morley, que je n’uti­lise pas tant parce qu’il n’y a pas de switch à acti­ver, mais surtout pour sa course plus impor­tante que sur les Cry Baby qui ont une ampli­tude beau­coup plus courte. Je ressens de meilleures sensa­tions et j’ai un contrôle plus impor­tant avec la wah de Morley. 

Passons main­te­nant à l’am­pli­fi­ca­tion. Quelle tête utilises-tu ? 

Nous utili­sons sur cette tour­née des Marshall JMP Mk2 (ndlr : comme beau­coup de groupes lorsqu’ils traversent l’At­lan­tique, Trouble loue ses amplis en tour­née). J’en possède égale­ment un depuis 1980. Nous utili­sons le même maté­riel sur scène et en studio. Je dirais que sur nos huit albums, j’ai utilisé mon JMP au mini­mum pour six d’entre eux. Pour enre­gis­trer Plas­tic Green Head (1995), je n’avais pas mon JMP par exemple car nous enre­gis­trions en Cali­for­nie et j’avais loué un JCM 800. Mais j’ai pratique­ment toujours joué sur un JMP avec Trouble. Je n’uti­lise aucun boost ni aucune pédale de distor­sion, je ne me sers que du gain du préam­pli du JMP, même si l’éga­li­seur Boss booste certaines fréquences car mon réglage accen­tue les mediums. Ce qui est bien avec ce genre de confi­gu­ra­tion, c’est que le son de la guitare reste authen­tique ainsi que celui de ton ampli car tu obtiens une distor­sion très natu­relle et abso­lu­ment pas arti­fi­cielle.  

On voit effec­ti­ve­ment que tu vas à l’in­verse du « scoop-mid » sur ton égali­seur en pous­sant nette­ment les mediums. Quant est-il de l’éga­li­sa­tion de ton JMP ? 

Sur l’am­pli je privi­lé­gie les graves. Je les pousse jusqu’à 8. Je place les mediums entre 3 et 4 et les aigus entre 2 et 3. Sur mon JMP aux Etats-Unis je règle le gain à 7, mais sur celui que j’uti­lise sur cette tour­née je le monte parfois jusqu’à 8.    

Quels baffles utili­sez-vous ? 

Troublefullstackeuro16

Le Marshall 1960A Lead 4×12 avec des haut-parleurs Celes­tion (ndlr : les G12-T75). Nous préfé­rons ce baffle avec ces HP 75W par rapport à d’autres sur lesquels nous avons déjà joué avec des HP plus proches des 30W (ndlr : peut-être le Marshall 1960AX avec ces Celes­tion Green­back ?). Ces derniers atteignent leur point de rupture (« break-up ») trop rapi­de­ment pour Trouble. Beau­coup de groupes de stoner adorent ça, car cela leur confère une distor­sion plus sale, mais de notre côté nous préfé­rons les HP qui peuvent encais­ser beau­coup de watts afin juste­ment d’évi­ter ce point de rupture et de conser­ver un son clair et précis. Nous voulons que notre son provienne seule­ment de nos guitares, pédales et amplis, nous ne voulons pas ajou­ter plus de distor­sion venant des HP. Aux Etats-Unis nous utili­sons deux ensembles de 4×12 1960A pour avoir un « full stack ». Sur cette tour­née nous jouons aux côtés de Crow­bar qui utilise des baffles Orange 4×12 (ndlr : PPC 412). Nous posons nos baffles Marshall au-dessus de leurs baffles Orange et nous raccor­dons nos JMP sur les deux baffles, même si nous repiquons unique­ment le baffle Marshall par micro dans la sono.  

Pour finir Bruce, lorsque tu joues à la maison, utilises-tu un ampli moins puis­sant ? 

Non, je joue sur un « half stack » à la maison (rires) ! Mon JMP avec un baffle 1960A ! 

Inter­view de Rick Wartell

Peux-tu nous parler de ton appren­tis­sage et ce qui a forgé ton style ? 

Mon appren­tis­sage de la guitare fut on ne peut plus simple. Je n’ai jamais pris la moindre leçon, je ne connais pas à propre­ment parler la moindre tech­nique ou théo­rie. J’ai grandi comme guita­riste en appre­nant mes chan­sons préfé­rées et en les jouant en écou­tant mes albums. Quand je joue j’es­saie surtout de retrans­crire ce que j’en­tends dans ma tête, et lorsque je ne parviens pas à le faire, je tente de m’en appro­cher au maxi­mum (rires) !

Quel type de média­tor utilises-tu ? 

J’uti­lise les Dunlop Tortex Tear Drop 0.88mm. Je trouve qu’ils durent plus long­temps et qu’ils t’aident à avoir un bon son. Je ne les utilise que depuis quelques années. Avant j’avais recours à de plus gros média­tors mais j’avais trop de problèmes de casse au niveau de mes cordes. Je suis alors rentré dans une phase où j’ai essayé beau­coup de média­tors diffé­rents et j’en suis venu à la conclu­sion que je préfé­rais les Dunlop Tortex. 

Niveau guitare tu es avec une Flying V depuis une éter­nité n’est-ce pas ? 

Rick Wartell

Effec­ti­ve­ment cette Gibson Flying V m’ac­com­pagne depuis 1990. Je possède égale­ment une autre Flying V, plus vieille dont je me suis beau­coup servi en studio pour nos diffé­rents albums. J’ai arrêté de l’uti­li­ser en 1990 car elle était arri­vée à un point où elle était beau­coup trop abîmée et elle commençait à perdre ses quali­tés tonales. Il fallait au mini­mum la refret­ter et j’ai fini par l’ou­blier dans un coin, vu que cette Flying V de 1990 me conve­nait très bien. J’ai confié ma vieille Flying V à un luthier il y a quelques mois et il m’a fait un joli travail de réno­va­tion. Je pensais juste­ment lui faire reprendre du service en live sur cette tour­née, mais je n’ai pas eu le temps de suffi­sam­ment répé­ter avec. Du coup j’ai préféré emme­ner une nouvelle fois ma Flying V de 1990 qui fait toutes mes tour­nées depuis plus de 20 ans ! 

Nous pouvons voir que tu utilises tout comme Bruce un P-90 en cheva­let, ce micro n’étant sans doute pas d’ori­gine sur ta Flying V, pourquoi ce choix ? 

Effec­ti­ve­ment j’ai fait rajou­ter ce micro car lorsque Bruce a commencé à se servir de sa SG Junior avec le groupe, son son est devenu encore plus gros et flat­teur ! Il fallait que je fasse quelque chose pour pouvoir tenir la distance et riva­li­ser avec sa guitare. J’ai donc fait modi­fier la cavité de ma Flying V pour accueillir ce P-90 qui m’a été fabriqué sur mesure par le construc­teur Lindy Fralin. Ils ont surbo­biné le micro afin que j’ob­tienne un son plus épais. J’adore le P-90 car il te permet d’en­tendre chaque note sépa­rée de manière claire et distincte et lorsque tu joues un accord le son est vrai­ment bon, gros et large. Les gens pensent souvent que tu ne peux pas avoir un gros son avec un P-90 mais c’est faux. Il ne faut pas oublier que Tony Iommi utili­sait égale­ment un P-90 sur les premiers albums de Black Sabbath et il a un son plutôt impo­sant n’est-ce pas ? Ceci dit, il s’agit de ma seule Flying V équi­pée en P-90 à ce jour. Mes autres Flying V sont équi­pées de DiMar­zio Super Distor­sion que j’aime égale­ment beau­coup. 

Quid de ton micro manche ? 

Pour le micro manche, je conserve toujours celui qui est d’ori­gine. Les micros manche Gibson que j’ai eus jusque-là sont décents et suffi­sam­ment bons pour l’usage que j’en fais, car à vrai dire, je n’uti­lise pratique­ment jamais ce micro. Je crois que sur tous les albums de Trouble et toutes les chan­sons que nous avons écrites, j’ai dû m’en servir à deux reprises seule­ment, c’est dire si c’est rare !

Quel tirant de cordes utilises-tu ? 

Nous jouons sur des cordes SIT. Je fais des va-et-vient concer­nant mon tirant, entre le 9–46 et le 10–46. Je suis sur du 10–46 en ce moment, mais parfois j’ai besoin d’uti­li­ser des 9 car je me blesse souvent au niveau des doigts, notam­ment en jouant au base­ball. Ça me faci­lite la vie lorsque mes doigts me font mal, mais dès que je les sens plus résis­tants, je reviens sur des 10. Vu que nous jouons en D stan­dard (Ré), cela ne fait pas trop de tension. Au sujet de l’ac­cor­dage, nous avons déjà essayé de nous mettre en C (Do) ou en B (Si), mais cela ne convient vrai­ment pas au son de Trouble. C’est beau­coup trop brouillon pour ce que nous faisons. Dans nos débuts nous jouions égale­ment en accor­dage stan­dard (Mi) et en E flat (Mi bémol). Mais depuis les années 90, nous nous sommes mis au D (Ré) et parfois au drop C (Do). 

Peux-tu nous présen­ter ton pedal­board qui présente plus de pédales que celui de Bruce ? 

Rickpedalboard

Pour ma part, j’uti­lise deux pédales de chorus. Le Boss Super Chorus CH-1 donne un son plus « fat » tandis que mon vieux The Clone Theory d’Elec­tro-Harmo­nix confère plus d’ai­gus et de mordant au son. Il booste le signal égale­ment. Il a plus de punch que celui de Boss. Il m’ar­rive même de combi­ner les deux chorus sur certaines chan­sons. Je les règle tous deux de manière assez proche. J’uti­lise le même égali­seur Boss que Bruce et il est réglé à peu près de la même manière, en boos­tant les mediums, mais je dois les accen­tuer encore un tout petit peu plus que lui, là encore pour pouvoir riva­li­ser avec la nature on ne peut plus « fat » de sa SG ! Bruce n’aime pas utili­ser trop de pédales, tandis qu’à l’in­verse, j’aime beau­coup utili­ser des effets pour les solos. Je me sers donc parfois de ce delay Boss DD-3. Niveau wah-wah j’ai récem­ment fait l’ac­qui­si­tion de la Cry Baby de Slash, la SW-95. J’adore cette pédale et je peux te dire que je possède beau­coup de diffé­rentes Cry Baby et de wah en géné­ral. Je regar­dais une vidéo de la SW-95 il y a quelques mois sur YouTube et j’ai adoré le son. Elle corres­pond tout à fait à ce que j’at­tends d’une wah. Elle a un son bien épais, elle possède deux capa­ci­teurs qui la rendent deux fois plus puis­sante et elle a juste un super son de manière géné­rale ! Dès que je l’ai essayée, j’ai été conquis ! 

Concer­nant les pédales de chorus, sont-elles dans une boucle d’ef­fets ou sont-elles placées en façade du préam­pli ? 

Nous utili­sons toutes nos pédales en façade. Nous n’avons jamais recours à une boucle. Nous sommes à l’an­cienne. Les effets placés dans la boucle donnent un rendu trop synthé­tique pour nous. Nous avons essayé de placer nos chorus dans une boucle pendant un mois avec Bruce et nous n’avons fran­che­ment pas aimé le résul­tat. 

Es-tu un fervent suppor­teur du JMP Mk II 100W égale­ment ?

JMPmk2100W

Abso­lu­ment ! Nous louons souvent les amplis en tour­née, mais tant que c’est possible, nous voulons jouer sur des JMP. Nous possé­dons tous deux de très vieux JMP que nous utili­sons en studio depuis nos tous premiers albums. Mais nous ne les sortons jamais vrai­ment pour les tour­nées car ils sont trop vieux. C’est diffi­cile de pouvoir trou­ver des amplis qui ont exac­te­ment le même son, et nous ne voudrions pas ne plus pouvoir béné­fi­cier de nos JMP pour le studio, nous devons donc les ména­ger. 

Niveau égali­sa­tion, règles-tu ton JMP comme Bruce ? 

Je ne suis pas certain de ses réglages. Je règle le mien de la manière suivante : le gain est à 8, les aigus sont seule­ment à 1, les mediums entre 4 et 5 et les basses à 7. Pour le potard de présence cela va varier selon la salle dans laquelle nous jouons. En géné­ral je règle la présence sur 8 et je la baisse parfois durant le concert si le son me dérange. Pour les baffles, nous possé­dons des Marshall 4×12 en 75W et en 30W. Nous préfé­rons de loin ceux montés avec les HP 75W. Je ne sais même pas trop pourquoi nous possé­dons toujours nos baffles montés en HP 30W. Cela date de l’époque où nous étions signés sur une major (ndlr : Trouble a publié deux albums sur Def Ameri­can, le label tenu par Rick Rubin, leur produc­teur de l’époque). On nous a proposé ces baffles et évidem­ment nous ne disons jamais non lorsque quelqu’un nous offre du matos ! Nous n’ai­mons pas le fait que leur point de rupture arrive trop tôt, mais en revanche je les appré­cie pour enre­gis­trer des solos sur album.  

Utilises-tu des petits amplis à modé­li­sa­tion pour la maison ? 

Oh non (rires) ! Il m’ar­rive parfois de jouer sur un petit Marshall à la maison dont j’ignore le nom et les carac­té­ris­tiques. Mais sinon je joue la très grande majo­rité du temps avec mes têtes à lampe et mes baffles, comme si j’étais en concert. En revanche il y a une diffé­rence lorsque nous sommes chez nous à Chicago, que cela soit en répète ou en concert, car j’uti­lise mon Marshall JCM 800 et non pas mon JMP que je réserve vrai­ment pour les enre­gis­tre­ments studio. Tous les amplis Marshall sonnent de manière un peu diffé­rente et j’ai eu suffi­sam­ment de chance de trou­ver un vieux JCM 800 qui me convient pour répé­ter et donner des concerts sur Chicago en dehors de nos vraies tour­nées. Mais pour ce qui est du domaine du studio, je trouve qu’il ne tient pas la compa­rai­son par rapport à mon JMP qui possède plus de punch ! Les amplis vintage grognent souvent davan­tage !

Rickwartelllive2

C’est marrant que tu dises ça, car le JCM 800, s’il était un ampli moderne dans les 80's, peut être consi­déré comme vintage aujour­d’hui !

Oui c’est clair (rires) ! Les JCM 800 sont vintage aujour­d’hui et tout le monde les aime d’ailleurs ! Je n’ai jamais essayé les nouveaux modèles mais j’ai entendu dire que certains étaient bons. À mon âge, je ne change plus grand chose au gros de mon maté­riel de toute manière.

Pourquoi le faire ? Le son de Trouble est légen­daire et a inspiré telle­ment de forma­tions. Tu ne répares pas ce qui n’est pas cassé n’est-ce pas ?

Oui en quelque sorte même si à vrai dire, j’es­saie toujours d’amé­lio­rer quelque peu mon son. Je me dois de le faire car Bruce possède vrai­ment un son mons­trueux avec sa SG. Je vous assure que c’est vrai­ment diffi­cile pour moi avec ma Flying V de pouvoir riva­li­ser avec sa SG. La Flying V est vrai­ment bonne pour les ryth­miques, mais pour les solos elle a indis­cu­ta­ble­ment un son plus mince que sa SG. C’est une sorte de combat inté­rieur pour moi de trou­ver des moyens d’amé­lio­rer constam­ment mon son et je ne suis pas arrivé au bout de ma quête. Je n’y arri­ve­rai jamais je pense, cette recherche conti­nuera proba­ble­ment jusqu’à ma mort !  

www.newtrouble.com

www.face­book.com/Trou­ble­Me­tal

 


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.