Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
interview
17 réactions

Interview de Doug Aldrich (Whitesnake, Dio, The Dead Daisies)

Doug Aldrich, le Golden Boy du Rock’n’roll

Doug Aldrich a tout du guitar hero : le look, l’attitude et bien sûr le jeu. Cerise sur le gâteau, le virtuose est rempli de classe et d’humilité, de quoi gonfler un peu plus son capital sympathie.

Interview de Doug Aldrich (Whitesnake, Dio, The Dead Daisies) : Doug Aldrich, le Golden Boy du Rock’n’roll

Aldrich affiche un CV pour le moins complet en ayant fait partie de nombreuses forma­tions, des plus confi­den­tielles que sont Lion et Bad Moon Rising, jusqu’aux monu­ments du hard rock et du heavy métal que sont Whites­nake et Dio. Après un bref passage aux côtés de Glenn Hughes en 2015, Aldrich a inté­gré The Dead Daisies en 2016 en lieu et place de Richard Fortus, contraint de quit­ter le navire pour se concen­trer sur la tour­née de la (quasi) refor­ma­tion du line-up clas­sique de Guns N’ Roses. Depuis, l’ar­tiste semble plei­ne­ment épanoui dans ce groupe, aussi fun que rock’n’­roll, fondé par le musi­cien/busi­ness­man David Lowy et qui abrite en son sein d’autres grands « merce­naires » du circuit (Brian Tichy, Marco Mendoza, John Corabi) et en a vu passer un bon paquet d’autres (Richard Fortus, Dizzy Reed, John Tempesta, Darryl Jones, Char­ley Dray­ton). Après la sortie de Make Some Noise l’an­née dernière, The Dead Daisies publiera l’ex­cellent enre­gis­tre­ment en public Live & Louder le 19 mai prochain dont plusieurs titres ont été captés lors du concert donné à Paris le 08 décembre 2016. Juste­ment, nous y étions, et nous nous sommes entre­te­nus ce jour-là avec Doug Aldrich au sujet de son parcours et de son maté­riel, qui inclut entre autres pépites un ampli de légende et des pédales singu­lières. Un exer­cice auquel il s’est prêté avec autant d’en­thou­siasme que de sincé­rité, le tout saupou­dré de bonnes anec­dotes !       

Bonjour Doug. Tu possèdes un jeu au stac­cato véloce, rapide et précis et ton legato n’est pas en reste ! Lorsque tu étais en route pour deve­nir un grand guita­riste, y a-t-il eu un moment clé qui t’a permis d’ac­com­plir un saut consi­dé­rable tech­nique­ment ?    

Doug Aldrich

Merci pour le compli­ment ! J’ap­prends encore aujour­d’hui à vrai dire ! Je pense ne jamais avoir progressé dras­tique­ment à aucun moment de mon parcours. Mais, peu avant que je ne me mette à donner des cours de guitare au début des années 80, j’ai appris certaines tech­niques avec lesquelles je me sentais à l’aise. Et lorsque j’ai commencé à donner ces cours, j’ai porté une atten­tion beau­coup plus parti­cu­lière aux diffé­rentes gammes et aux diffé­rentes tech­niques, comme l’al­ler-retour au média­tor, le legato avec des plans simples média­tor/pull-off/hammer-on. Lorsque tu répètes ce genre de choses à longueur de jour­née avec tes élèves, cela accroit consi­dé­ra­ble­ment ton endu­rance et te donne des bases très solides. Puis je devais égale­ment m’as­su­rer d’en savoir toujours plus qu’eux et donc d’ap­prendre beau­coup de tech­niques diffé­rentes, car parmi mes élèves, certains avaient un très bon niveau et pouvaient être suscep­tibles d’en savoir plus que moi ! Il fallait que je m’as­sure d’avoir toujours un temps d’avance sur eux. C’est une période pendant laquelle je me suis consi­dé­ra­ble­ment amélioré. 

De manière géné­rale, lorsque j’avais 18 ans, je n’avais fran­che­ment rien d’autre à faire que de jouer de la guitare. J’en jouais toute la jour­née ! Je ne pensais même pas à sortir pour aller manger quelque chose, je ne pouvais pas me le permettre à l’époque. C’est une période où je me suis vrai­ment concen­tré sur la guitare et cela a été primor­dial. Sinon, je m’ins­pire toujours de ce qui se passe autour de moi. Que ce soit la façon dont David Lowy (guita­riste ryth­mique de The Dead Daisies) joue de la guitare ou même quand Brian Tichy (batteur de The Dead Daisies et ex-Whites­nake, Billy Idol, Forei­gner, Ozzy Osbourne et beau­coup d’autres) joue de la guitare, car nous en avons tout le temps au moins une qui traine à nos côtés en tour­née. Si je t’en­ten­dais jouer de la guitare, j’y trou­ve­rais proba­ble­ment une source d’ins­pi­ra­tion, car tu as certai­ne­ment des habi­tudes de jeu spéci­fiques et diffé­rentes des autres, comme tout le monde. Dès que je remarque une façon de faire diffé­rente de la mienne, j’es­saie de la repro­duire. 

Pour moi, le fait de vrai­ment prendre le temps de s’exer­cer est primor­dial pour s’amé­lio­rer à la guitare. Je conseille à tout le monde de s’exer­cer régu­liè­re­ment et si possible au métro­nome. Je le dis, car il m’ar­rive encore de sortir du tempo de temps en temps, on ne travaille donc jamais assez au métro­nome ! C’est toujours bon d’avoir une bonne horloge et un bon sens du rythme et de bien s’en­trai­ner, aussi bien sur son jeu ryth­mique que sur ses soli. Et si on n’a pas de métro­nome sous la main, ne pas oublier de battre la mesure avec son pied. J’ima­gine que beau­coup d’entre vous qui lisez cet article ont un niveau de jeu avancé, mais c’est toujours un rappel impor­tant. Quoi qu’il en soit, et cela est valable pour tout le monde, le prin­ci­pal est d’éprou­ver du plai­sir en jouant de la guitare ! Car plus tu éprouves du plai­sir, plus tu vas jouer et plus tu vas jouer, plus tu te senti­ras à l’aise et plus tu auras du plai­sir.

Quand as-tu débuté la guitare ?  

J’ai commencé lorsque j’étais enfant, à l’âge de 11 ans. Il n’y avait pas encore de jeux vidéo à l’époque. Cela s’est fait pendant les vacances d’été. Je faisais du skate­board et d’autres sports avec mes copains, mais je me suis retrouvé seul pendant un été, car ils étaient tous partis en vacances. Ma sœur avait une guitare clas­sique à cordes en nylon et un livre pour apprendre les tech­niques et accords de base. Vu que je n’avais rien à faire, mes amis étant tous partis, je m’y suis mis et j’ai vrai­ment adoré ça ! J’étais impres­sionné dès lors que je voyais un guita­riste, ce qui n’ar­ri­vait fina­le­ment pas souvent à l’époque. Je ne voyais quasi­ment pas de programmes musi­caux à la télé­vi­sion, à l’ex­cep­tion peut-être de certaines émis­sions tard le soir pendant le weekend. Mis à part un mec qui jouait de temps en temps sur une guitare clas­sique, il était vrai­ment rare de voir des guita­ristes à la télé­vi­sion, mais quand cela se produi­sait, j’ado­rais ça !

Tu as souvent inté­gré des groupes exis­tants et déjà bien établis. Que ce soit avec des grosses cylin­drées comme Whites­nake ou Dio, et même avec ton nouveau groupe The Dead Daisies qui avait déjà publié plusieurs albums avant que tu ne les rejoignes. Comment cela se passe en géné­ral ? Est-ce que les forma­tions qui te veulent se disent : « nous choi­sis­sons Doug Aldrich pour son style, son jeu, et nous allons lui lais­ser carte blanche » ou, au contraire, est-ce toi qui essaies de t’adap­ter au contexte en chan­geant par exemple de maté­riel et d’ap­proche selon les personnes avec qui tu joues ?   

J’es­saie toujours de m’adap­ter un mini­mum au contexte. Avec Ronnie James Dio, c’était du métal tandis qu’avec David Cover­dale, bien qu’il y avait des moments heavy qui lorgnaient parfois vers le métal, ce n’était pas le même style de musique. Je conve­nais d’ailleurs mieux à Whites­nake je suppose. Mon inté­gra­tion fut plus natu­relle, sans doute grâce au côté blues de la musique de David Cover­dale avec lequel je me sentais très à l’aise, car cela ressem­blait à la musique de mes premiers groupes comme Lion qui était très influencé par Whites­nake, Thin Lizzy et Deep Purple. Il y avait une parfaite entente entre moi et Cover­dale. Il avait entière confiance en moi. Parfois il me suggé­rait quelques idées quant à la façon d’ap­pro­cher telle ou telle chose, mais en règle géné­rale, il me faisait confiance et savait que j’al­lais lui donner satis­fac­tion. C’était un peu diffé­rent avec Ronnie James Dio. J’ado­rais Ronnie et j’ado­rais sa voix ainsi que sa musique. C’était du métal, mais du métal très mélo­dique. C’est juste­ment cet aspect mélo­dique qui me permet­tait d’avoir ma place dans son groupe et je possé­dais suffi­sam­ment d’agres­si­vité dans mon jeu pour faire l’af­faire pour le reste. Mais j’ai volon­tai­re­ment insuf­flé une saveur un peu plus métal que ce que je fais d’ha­bi­tude lorsque j’ai joué avec Ronnie.  

Doug Aldrich Stage

Pour insuf­fler cette saveur plus métal, utili­sais-tu du maté­riel diffé­rent ou était-ce majo­ri­tai­re­ment au niveau de ton jeu ?   

Un peu des deux je dirais. Puis il y avait égale­ment le travail des ingé­nieurs du son qui était diffé­rent entre les deux groupes. Le mec qui s’oc­cu­pait de l’en­re­gis­tre­ment pour Dio avait une certaine façon de placer les micros et nous nous sommes mis d’ac­cord avec lui sur une égali­sa­tion bien spéci­fique. Avec Whites­nake c’était très diffé­rent, car nous avons fini par tout faire nous-mêmes, chose que j’ap­pré­cie moins au final. C’est un super moyen pour apprendre, mais cela repré­sente telle­ment d’ef­forts pour obte­nir LE son de guitare ! Je me souviens que je deve­nais dingue en studio à passer tout mon temps à chan­ger de son sur l’am­pli, puis à chan­ger d’am­pli, puis à chan­ger de baffle, puis à chan­ger l’em­pla­ce­ment du micro, etc. J’ar­ri­vais à des situa­tions où j’ob­te­nais un bon son de guitare. J’opé­rais un petit chan­ge­ment pour voir, comme le fait de dépla­cer le micro, et là j’avais un son parfait qui conve­nait à merveille à la chan­son sur laquelle j’étais en train de bosser. Puis je jouais une autre chan­son, et là ce son de guitare ne conve­nait plus. C’était reparti pour une nouvelle recherche ! Avec du recul, je trouve qu’avec Whites­nake le proces­sus d’en­re­gis­tre­ment était quelque peu exagéré. Nous en faisions trop selon moi. Nous cher­chions sans cesse la perfec­tion et il y avait trop d’over­dubs. Mais c’est ce que David voulait et j’es­sayais d’ac­com­plir son souhait. 

Avec Ronnie, l’en­re­gis­tre­ment était beau­coup plus direct, et avec The Dead Daisies il l’est encore plus ! Lorsque tu écoutes notre dernier album Make Some Noise (2016), et même si tu écoutes celui d’avant Revo­lu­cion (2015) avec mon prédé­ces­seur Richard Fortus (Guns N’ Roses) à la guitare, tu peux entendre que c’est très direct comme approche avec d’un côté ma guitare, ou celle de Richard, et de l’autre celle de David Lowy. J’aime ça ! Je trouve cette manière de faire très cool ! C’est l’op­posé total de Whites­nake où chaque partie était doublée à l’in­fini jusqu’à obte­nir un gigan­tesque mur de son. C’était bien aussi, le son était énorme, mais il est bon parfois d’avoir un son plus aéré. Ceci étant, j’aime toutes les diffé­rentes façons de faire. Mais, au final, tu joues avec ton cœur, tes doigts et ta tête et c’est sympa de garder une approche où l’on peut toujours recon­naitre celui qui est derrière l’ins­tru­ment.   

Parlons maté­riel en commençant par ton média­tor et tes cordes. Qu’uti­lises-tu ?  

Niveau média­tor j’uti­lise la plupart du temps du 0,88 mm. Parfois du 1 mm, mais je les trouve un poil épais. J’uti­lise les Dunlop Tortex, car je trouve leur matière très résis­tante. Tu peux jouer très vite et de manière agres­sive, et ils tiennent parfai­te­ment le coup, contrai­re­ment aux anciens média­tors en plas­tique cellu­loïde qui avaient vite tendance à être écor­chés par les cordes ! Je peux jouer avec les Tortex pendant plusieurs jours d’af­fi­lée sans problème.

Niveau cordes je suis habi­tuel­le­ment sur du 10–46, mais il m’ar­rive parfois d’es­sayer des tirants un peu plus forts, comme en ce moment avec du 10–52. J’es­saie ce tirant actuel­le­ment pour obte­nir un son qui grogne davan­tage en ryth­mique. Mais si je devais m’ar­rê­ter sur un seul tirant, alors ce serait le 10–46. En tout cas pour jouer en Mi ou en Mi bémol. Accordé plus bas que ça, je passe sur du 11. J’aime les cordes en nickel, car elles ont un son plus chaud, plus sombre. Elles ne sont pas aussi clinquantes que des cordes en acier inoxy­dable. Je vais souvent dans la direc­tion d’un son sombre. C’est pareil avec les amplis. Je les trouve souvent trop brillants alors j’at­té­nue les aigus, sauf vrai­ment lorsqu’au contraire je trouve qu’ils sonnent de manière trop terne où là je les remonte. Mais géné­ra­le­ment je recherche davan­tage un son sombre.   

Passons main­te­nant à la guitare !  

Évidem­ment j’adore les Les Paul ! J’en ai un bon paquet et elles sont toutes diffé­rentes.  

Doug Aldrich Stage 2

Tu gratouilles juste­ment depuis que nous avons commencé cette inter­view une Les Paul équi­pée de mini-humbu­ckers. Est-ce une Les Paul Deluxe ?  

Et non ! C’est un peu bizarre en fait, car il s’agit d’une 1957 Reis­sue, mais elle est équi­pée de mini-humbu­ckers et possède cette couleur custom appe­lée « Sparkle Red ». Tout ça ne fait pas vrai­ment penser à une Les Paul de 1957 ! Mais elle vient bien du Custom Shop de Gibson et possède le logo 1957 Reis­sue. Il s’agit d’un cadeau à vrai dire. C’est un ami qui vit en Italie qui me l’a offerte pour mon anni­ver­saire. Crois-moi, habi­tuel­le­ment je ne reçois pas ce genre de cadeau d’an­ni­ver­sai­re…

C’est un très bon ami en tout cas !  

Oui, un très bon copain ! J’ai déjà eu une guitare du même genre, car j’avais une Gold­top Deluxe dans les années 70. Mais j’avais fini par modi­fier les cavi­tés pour y insé­rer des humbu­ckers à la place des mini-humbu­ckers. J’y avais installé le Super Distor­sion et le P.A.F de DiMar­zio. Cette guitare a mal fini d’ailleurs. Elle n’a jamais été cassée, mais je l’ai modi­fiée au point d’en faire une guitare vrai­ment moins bonne que ce qu’elle était à l’ori­gine.     

Je n’ai jamais joué sur une guitare à mini-humbu­ckers. Est-ce le même genre de diffé­rence qu’entre un haut-parleur de 12" et un haut-parleur de 10" d’une certaine manière ?   

Oui, c’est une très bonne analo­gie que tu viens de faire. Les mini-humbu­ckers sont indis­cu­ta­ble­ment plus brillants et ont un niveau de sortie moindre. C’est un son diffé­rent. Les mini-humbu­ckers aboient davan­tage là où les humbu­ckers de ma Gold­top rugissent ! Les mini-humbu­ckers ont un son plus « honky ». J’uti­lise majo­ri­tai­re­ment des humbu­ckers ainsi que des micros simples et des P-90. Je n’avais pas joué sur des mini-humbu­ckers depuis l’en­fance, mais j’aime vrai­ment ça. C’est un son bien à part.

Tu disais juste­ment que tu aimais avoir un son plutôt sombre. J’ima­gine que lorsque tu joues avec des mini-humbu­ckers, les choses ne vont pas dans ce sens, n’est-ce pas ?  

Ce sont des micros brillants effec­ti­ve­ment, mais jette un œil sur mes potards de tona­lité et tu vas voir que celui du micro manche est réglé sur 3 tandis que celui du micro cheva­let est réglé sur 8. Je me sers systé­ma­tique­ment des potards de tona­lité et de volume. Aupa­ra­vant je lais­sais tout au maxi­mum comme beau­coup de monde, mais au fil des années, et étant un guita­riste de la vieille école, je m’en suis servi de plus en plus jusqu’à m’en servir tout le temps. Je baisse souvent le volume, car je souhaite entendre plus distinc­te­ment les notes et je me mets seule­ment au maxi­mum lors des solos ou des gros accords de quinte. Il y a telle­ment de sons diffé­rents à trou­ver juste en jouant sur les boutons de tona­lité et de volume.   

Du coup prêtes-tu atten­tion à la valeur de tes poten­tio­mètres ? Préfères-tu utili­ser du 300 kOhms qui laisse passer moins d’aigu ou bien du 500 kOhms ?  

Je ne sais pas ce qu’il y a dans cette guitare, mais étant une réédi­tion de 1957, j’ima­gine que c’est du 500 kOhms. Je vois où tu veux en venir. Il m’est déjà arrivé de ne pas être satis­fait du son d’une guitare, car je la trou­vais un poil trop brillante et manquant un petit peu de grave, et de l’ame­ner à mon guitar tech car il suffi­sait de chan­ger un poten­tio­mètre défec­tueux ou tout simple­ment de chan­ger la valeur des poten­tio­mètres pour que le son me convienne. Main­te­nant que tu viens de me parler de ça, tu peux être certain qu’une fois arrivé à la salle de concert je vais aller jeter un œil à l’ar­rière de la guitare pour voir quelle est la valeur de ces poten­tio­mètres ! Mais il est clair que c’est quelque chose qui a de l’im­por­tance. Après, je fais une distinc­tion entre le maté­riel de scène et le maté­riel de studio avec lequel je suis plus regar­dant. 

Doug Aldrich Pedalboard.JPG

Lorsque j’en­re­gistre, je veux obte­nir le signal le plus pur possible entre ma guitare et mon ampli. Tu ne me verras jamais faire passer mon signal dans des pédales qui ne me servent pas sur le moment en studio. Je branche seule­ment des pédales lorsque j’en ai besoin pour une partie spéci­fique. Avec The Dead Daisies, j’ai prin­ci­pa­le­ment utilisé en studio ma pédale signa­ture Rocket Fuel, fabriquée par une petite compa­gnie qui s’ap­pelle Majik Box. C’est une pédale qui sert à la fois d’over­drive et de clean boost, les deux canaux sont sépa­rés. J’aime l’uti­li­ser en réglant mon ampli pour un son de ryth­mique assez propre, et lorsque je veux muscler mon son je me sers de la pédale. Ils l’ont construite pour moi et c’est une super petite pédale ! 

Une autre pédale que j’ai beau­coup utili­sée en studio récem­ment est la The Schaf­fer Replica de Solo­Dal­las. Elle reprend le design sonore d’un système sans fil très popu­laire dans les années 70 que quasi­ment tout le monde utili­sait et qui avait la parti­cu­la­rité de boos­ter le signal de l’am­pli avec une sorte de compres­sion qui lui donnait une bonne fessée ! Ils ont adapté le son procuré par leur système sans fil d’époque au format pédale, et on peut donc même en profi­ter avec un câble. Angus Young a toujours utilisé ce système sans fil qui s’ap­pe­lait le Schaf­fer Vega pour obte­nir ce son carac­té­ris­tique qui est le sien. Ils produisent d’autres systèmes sans fil aujour­d’hui et j’ima­gine que l’on peut obte­nir le son d’AC/DC d’autres manières, mais dès que je me suis bran­ché dans cette pédale, je suis tombé amou­reux ! Ce n’est pas une fuzz, ce n’est pas une distor­sion, ce n’est pas un over­drive. C’est une sorte de clean boost accom­pa­gné d’une pointe de compres­sion. J’adore et ça fonc­tionne à merveille ! Si tu joues sur un ampli assez propre, qui n’a jamais été modi­fié, qui n’est pas parti­cu­liè­re­ment crous­tillant dans le son, mais qui envoie un fort volume avec beau­coup de punch, ajou­ter cette pédale dans la chaîne te donnera l’im­pres­sion d’avoir comme un bonus de 20 % à tout ce que tu fais ! C’est génial. 

La plupart du temps, pour la ryth­mique, je me branche direc­te­ment dans la tête d’am­pli. Mais lorsque je travaillais plus profon­dé­ment sur mon son, j’uti­li­sais ces deux pédales et c’est pourquoi je les utilise égale­ment en concert, car lorsque tu expé­ri­mentes en studio pour trou­ver un certain son, tu as envie d’avoir la possi­bi­lité de pouvoir le recréer en live.  

Quelles sont les autres pédales de ton rig live ?      

J’ai toujours été un fervent défen­seur du câble, car ça sonne tout simple­ment mieux ! J’en ai toujours utilisé sauf avec Dio, car Ronnie ne tolé­rait pas les jacks par peur de trébu­cher sur scène en pleine action. J’uti­li­sais alors un système sans fil qui géné­rait un peu de bruit et qui grigno­tait malheu­reu­se­ment une partie de mon son. Ronnie me disait : « monte le son, monte le son ! » alors que j’étais en train de jouer à fond sur six baffles (rires) ! Mais lui me disait : « je n’en­tends rien, monte le son ! ». Cette situa­tion a fini par deve­nir frus­trante pour moi. Un beau jour, le système sans fil émet­tait telle­ment de bruit que j’ai dû momen­ta­né­ment réuti­li­ser un câble. Et là : « Woah ! », le son était tout à coup énorme ! La diffé­rence était vrai­ment signi­fi­ca­tive. À partir de là je lui ai dit : « Ronnie je suis désolé, je te promets de faire atten­tion à ce que mon jack ne soit pas dans tes jambes lorsque tu cours de mon côté de la scène, mais je vais de nouveau utili­ser un câble ! ». J’étais vrai­ment atta­ché au jack jusqu’à très récem­ment en fait, où j’ai enfin trouvé un système sans fil qui me convient parfai­te­ment. C’est la société Lectro­so­nics qui le fabrique. C’est un système haut de gamme, qui n’est clai­re­ment pas bon marché, mais il sonne incroya­ble­ment bien. Je n’ai pas encore constaté la moindre perte de son. Slash (Guns N’ Roses) et Steve Stevens (Billy Idol) utilisent égale­ment ce système sans fil. Ce sont des guita­ristes connus pour leur son carac­té­ris­tique et qui refusent de sacri­fier la moindre partie de leur son. Ce sans-fil donne vrai­ment des résul­tats aussi satis­fai­sants que le fait d’être bran­ché avec un câble. J’ai même fait un test compa­ra­tif pendant trois heures en passant du sans-fil Lectro­so­nics au câble, et je ne pouvais pas faire la diffé­rence entre les deux. J’ai dépensé une petite fortune pour me le procu­rer, mais je le conseille à tous ceux qui sont inté­res­sés par le procédé.      

Et hormis ce système sans-fil, tu utilises d’autres pédales plus clas­siques ?

Doug Aldrich DVK Goldtop.JPG

J’ai toujours adoré la wah-wah, mais je ne l’uti­lise pas tant que ça avec The Dead Daisies. C’est seule­ment sur quelques chan­sons, mais il m’en faut toujours une ! J’uti­lise à nouveau mon Phase 90 de MXR aussi. Sans faire de jeu de mots, je traverse diffé­rentes phases avec les pédales ! J’ai ressorti mon Phase 90 juste parce qu’un jour je me suis mis à réécou­ter Van Halen et que je trouve le son de son Phaser avec un réglage lent vrai­ment cool ! 

J’uti­lise une Fuzz assez singu­lière et vrai­ment excel­lente. Elle n’a pas le côté criard et aigu de certaines Fuzz. Tu vois le « woman tone » sur un micro manche ? Eh bien cette pédale te donne ce son-là en rajou­tant l’ef­fet Fuzz par-dessus. Puis il y a un effet Univibe sur l’autre canal de cette pédale qui combine donc Fuzz et Univibe. C’est vrai­ment une pédale géniale ! Elle est fabriquée par la société austra­lienne DVK et le modèle s’in­ti­tule Gold­top… 

J’uti­lise égale­ment quelques Delay dont le Flash­back X4 de TC Elec­tro­nics, ainsi qu’une pédale de volume. J’ai une pédale de volume câblée de manière à ce que je puisse utili­ser ma Talk Box comme une simple Talk Box ou comme une Talk Box combi­née au son direct de la guitare. J’ai retiré mon accor­deur et mis ma pédale de volume tout devant à la place. Puis, j’ai mis un split­ter derrière. Une partie du signal va vers l’ac­cor­deur et l’autre vers la Talk Box. De cette manière, lorsque la pédale de volume est inac­tive avec le volume baissé à fond, je suis en mode Talk Box seule. Puis lorsque je monte le volume de la pédale d’ex­pres­sion, j’ob­tiens le son de la Talk Box combiné au son de la guitare. C’est vrai­ment cool.  

Reve­nons sur tes guitares. Tu utilises souvent une Les Paul Gold­top depuis de nombreuses années. Peux-tu nous en parler ?  

Je joue actuel­le­ment sur une Gibson Les Paul '57 Reis­sue Stan­dard. Je prends toujours une Gold­top comme guitare prin­ci­pale. J’uti­lise la Les Paul rouge au mini-humbu­cker sur certaines chan­sons pour avoir un son diffé­rent. J’uti­lise égale­ment une Tele­cas­ter fabriquée par ESP, avec un micro simple en cheva­let et un double en manche. Je l’uti­lise lorsque je recherche quelque chose de diffé­rent, notam­ment pour les parties en slide. Mais la Gold­top demeure ma guitare préfé­rée. Enfin, je possède beau­coup de Gold­top à vrai dire ! 

Celle avec laquelle je tour­nais du temps de Whites­nake, et c’est à celle-ci que tu fais allu­sion, est à la retraite. Elle ne fera plus jamais de tour­née, car la tête s’est cassée à deux reprises. Elle a été répa­rée et marche toujours très bien, mais je ne veux plus la prendre en tour­née avec The Dead Daisies, car si la tête se casse à nouveau, les dégâts seront trop sérieux. Cette Gold­top date de 1990, elle est un peu plus vieille que celle dont je me sers actuel­le­ment. J’adore cette guitare ! J’ai plein d’amis et de héros qui ont gravé leurs initiales dessus. J’ai d’ailleurs une autre Les Paul où Jimmy Page a gravé son nom dessus. Sur la Gold­top dont nous parlions, il y a Tony Iommi, Zakk Wylde et Kerry King qui ont gravé leur nom. Mais elle est à la retraite. J’ai donc pris cette autre Gold­top pour en faire ma nouvelle guitare prin­ci­pale. Je l’ai fait refret­ter et j’ai repris exac­te­ment la même confi­gu­ra­tion que sur l’autre, avec les mêmes micros par exemple. 

Doug Aldrich Stage Duo 2

John Suhr fabrique d’ex­cel­lents micros et nous avons colla­boré ensemble pour créer un modèle signa­ture (ndlr : le Suhr Aldrich, dispo­nible en versions cheva­let et manche). Il est vrai­ment super ! Si je devais le compa­rer à des modèles d’autres marques pour donner une idée, je dirais qu’il sonne comme une version amélio­rée d’un DiMar­zio P.A.F, ou encore comme un Gibson Burst­bu­cker 3. C’est dans ce genre de terrain sonore, bien que le Burst­bu­cker 3 ne soit pas paraf­finé tandis que le Suhr Aldrich l’est. Il ne produit pas de larsen du coup. C’est un micro puis­sant (ndlr : résis­tance 17.5 kOhms en cheva­let et 9 kOhms en manche), beau­coup plus puis­sant qu’un Burst­bu­cker 3, mais ce n’est pas un micro compressé pour autant, il reste très ouvert. Il est égale­ment bien équi­li­bré niveau fréquences et bien large sur le spectre. J’ai mis du temps pour faire mon choix. J’ai fait d’in­nom­brables tests entre cinq versions diffé­rentes du micro, et j’ai fini par en élimi­ner trois. Je ne parve­nais pas à dépar­ta­ger les deux versions restantes. John m’a dit : « laisse-moi bidouiller à nouveau quelque chose, je pense savoir pourquoi tu ne parviens pas à faire ton choix entre ces deux-là ». Il m’a envoyé une sixième version du micro et j’ai immé­dia­te­ment adorée ! J’ai tout de suite su que c’était la bonne. Suhr propose un set équi­li­bré pour que l’on ne perçoive pas de diffé­rence trop impor­tante de niveau sonore en passant d’un micro à l’autre. C’est drôle d’ailleurs, mais sur la Les Paul à mini-humbu­ckers, le micro manche est plus fort que le micro cheva­let. Cela n’ar­rive pas souvent ! 

Pour le refret­tage, crois-le ou non, ce sont des frettes en acier inoxy­dable, c’est le luthier Bruce Nelson, basé à Los Angeles, qui m’a fait ça. Je l’ai rencon­tré par le biais de Vivian Camp­bell (Def Leppard, ex-Dio). Bruce travaille égale­ment de manière très étroite avec Dean DeLeo de Stone Temple Pilots. Son job prin­ci­pal est d’ailleurs de partir en tour­née avec Dean. Ces mecs sont des mordus de guitare et Bruce fait du super boulot pour le refret­tage. Je jouais sur des guitares sur lesquelles il avait posé des frettes et j’avais trouvé ça génial. J’ado­rais ces frettes ! Je l’ai rencon­tré et je lui ai fait faire le refret­tage sur sept guitares, dont cette Gold­top. Son réglage était super aussi. C’était à l’époque de ma tour­née avec Glenn Hughes en 2015 et depuis, je lui confie toutes mes guitares. 

Pour reve­nir sur mes Gold­top, je les adore toutes. Elles sont assez simi­laires, ne serait-ce que du point de vue de leur manche au profil semblable, dans un style 50's dont j’ai l’ha­bi­tude. Évidem­ment, le truc ultime pour moi serait d’en­fin possé­der une véri­table Les Paul des années 50 !   

Mais ça coûte cher !  

Oui, et c’est un pari, car elles ne sonnent pas toutes bien pour autant. Un dicton dit qu’il faut bien regar­der le jour de produc­tion de la guitare avant de l’ache­ter. Il vaut mieux éviter celles produites un lundi, car il y avait un risque que la main d’œuvre soit fati­guée du weekend, ou celles produites un vendredi, car les guitares pouvaient être bâclées pour finir la semaine ! C’est ce qu’il se dit en tout cas. J’ai toujours entendu dire que les meilleures Les Paul des années 50 étaient produites un mardi ou un mercredi. Mais tu ne peux jamais en être certain !

Nous parlons de Gibson, mais si je me souviens bien tu jouais davan­tage sur des Jack­son à tes débuts n’est-ce pas ?   

En fait au tout début je jouais déjà sur Gibson. Ma première bonne guitare fut une Gold­top. J’ai acheté ensuite une Stra­to­cas­ter sur laquelle j’ai installé un humbu­cker. Je voulais rester sur ce genre de micros, mais je voulais profi­ter du vibrato. Lorsque j’ai démé­nagé à Los Angeles, j’avais 18 ans et cela faisait sept ans que je jouais de la guitare. J’ai alors décou­vert Randy Rhoads et, en le voyant jouer en concert, j’ai remarqué que sa guitare était une Jack­son. Je ne trou­vais aucun endroit où l’on pouvait en ache­ter, je ne sais même pas si elles étaient distri­buées à l’époque. Fina­le­ment, j’ai vu un guita­riste jouer dans un club avec une guitare qui avait le corps d’une Stra­to­cas­ter, mais le manche d’une Jack­son. 

Doug Aldrich Stage Duo

Je suis rentré dans l’uni­vers de Jack­son avec les Char­vel. J’en ai commandé une et, si je me souviens bien, elle a mis huit mois à être livrée ! Mais j’ado­rais cette guitare, c’était une Char­vel blanche qui a malheu­reu­se­ment fini par être volée. Peu de temps avant qu’elle soit volée, j’avais endom­magé la tête. J’avais un ami qui connais­sait un guitar tech qui m’a lui-même présenté à Grover Jack­son. Nous nous sommes tout de suite enten­dus à merveille avec Grover ! Il m’a dit que je faisais partie de la famille et qu’il me donne­rait tout ce dont j’avais besoin. Il a vrai­ment été très géné­reux avec moi. Au bout d’un moment, il a quitté la société et, quelque temps après, je me suis lassé des Jack­son et j’ai de nouveau joué sur des Fender. C’était au milieu des années 90. 

J’ai toujours eu des Les Paul à la maison pendant toutes ces périodes, et je les utili­sais toujours pour les enre­gis­tre­ments. Mais c’est vrai­ment lorsque j’ai travaillé avec Dio que je me suis remis pour de bon à la Les Paul. Les guita­ristes de Ronnie utili­saient toujours des Les Paul et je me suis dit que ce serait l’oc­ca­sion de reve­nir dessus en live, tout parti­cu­liè­re­ment pour jouer les chan­sons de Black Sabbath. Pour jouer les titres de Rain­bow, la Strat est évidem­ment plus appro­priée. Mais c’est d’ailleurs en me voyant jouer sur Les Paul avec Dio que j’ai tapé dans l’œil de David Cover­dale et qu’il m’a proposé d’in­té­grer Whites­nake. David adore les Les Paul, même si dans les années 80, les guita­ristes de Whites­nake jouaient souvent sur des Super­strat. Mais David préfère les Les Paul et je suis obligé de recon­naitre que cela conve­nait parfai­te­ment à Whites­nake. Une Les Paul, c’est la garan­tie d’un gros son !   

Et si le Floyd Rose des Jack­son te manque, il y a des Les Paul, comme la série Axcess, qui en sont équi­pées !  

Oui c’est vrai. J’ai eu ma phase avec les Floyd Rose, les Schal­ler et tout le reste. Je les ai tous essayés ! Mais aujour­d’hui, lorsque je veux un cheva­let avec vibrato, je préfère utili­ser une Fender Stra­to­cas­ter, car je trouve le procédé beau­coup plus facile et pratique. Ceci étant, j’ap­pré­cie quand même le Floyd Rose, car il tient telle­ment bien l’ac­cor­dage. Même si tu n’uti­lises pas le vibrato, c’est utile. Même lorsqu’il est bloqué, l’ac­cor­dage ne bouge pratique­ment pas. Mais plus je vieillis, plus j’aime expé­ri­men­ter certaines choses, notam­ment au niveau de l’ac­cor­dage, et le Floyd Rose est un frein pour cela. Je me mets à la Tele­cas­ter depuis quelque temps. Le vibrato me manque, mais j’aime jouer du slide sur ces guitares et chan­ger souvent d’ac­cor­dage. J’uti­lise notam­ment la Tele pour jouer avec l’ac­cor­dage DADGAD.

Avant ce soir (inter­view réali­sée le jour du concert de The Dead Daisies à Paris le 08 décembre 2016), la dernière fois que tu as joué live sur Paris, c’était avec Glenn Hughes. Tu utili­sais deux têtes Marshall avec d’un côté un JCM 2000 DSL et de l’autre un Jubi­lee il me semble…  

Doug Aldrich Amp stack.JPG

Oui, mais ça, ce n’était que pour cette tour­née ! Je joue habi­tuel­le­ment sur du Marshall, mais pas sur ces deux modèles. C’étaient des amplis qu’on m’avait prêtés pour la tour­née. Mes amplis Marshall, et ceux que je préfère en géné­ral, sont ceux des années 70. Le tout premier Marshall que j’ai acheté sur Los Angeles était un JMP Super Lead de 1979 et je l’ai juste­ment avec moi sur cette tour­née. Il possède un réglage de gain et deux master volumes, ce qui me permet de pouvoir boos­ter mon signal pour les solos. Je possède égale­ment un autre exem­plaire iden­tique de cet ampli, sauf que l’autre JMP est de 1978. Parfois je prends l’un, parfois je prends l’autre. 

John Suhr m’a égale­ment construit un ampli signa­ture Doug Aldrich (ndlr : le DA100), qui n’est autre qu’une copie de mes JMP. Je l’ai égale­ment avec moi sur cette tour­née. Je joue en stéréo avec les deux têtes. Le Suhr et le Marshall sont dans la même veine, mais ils ont malgré tout quelques petites diffé­rences. Le son de ce Marshall est vrai­ment démen­tiel ! Je ne pousse pas le gain très loin, car j’aime bien avoir un son ryth­mique où tu entends bien les notes comme celui d’AC/DC. Puis cela te permet d’avoir un son vrai­ment clean lorsque tu baisses le volume de ta guitare, et d’avoir un son parfait pour les solos lorsque tu le remontes au max. J’ai cramé le transfo de ce JMP à deux reprises et John Suhr s’est mis à essayer plusieurs trans­for­ma­teurs pour le répa­rer. Il a fini par choi­sir un trans­for­ma­teur de Custom Audio Elec­tro­nics et, depuis ce moment, cet ampli sonne d’en­fer. À chaque fois qu’un produc­teur l’en­tend, il en est fou ! C’est du genre : « Doug, j’en­re­gistre Joe Satriani la semaine prochaine, tu peux me prêter ton ampli ? », et moi : « bien sûr, aucun problème ! ». Mon JMP s’est ainsi retrouvé immor­ta­lisé sur des albums de Joe Satriani et de Godsmack par exemple. Je l’ai utilisé sur abso­lu­ment tous mes albums. Pas en tant qu’am­pli unique, mais il appa­rait clai­re­ment sur tous les albums auxquels j’ai parti­cipé. C’est un très bon ampli et tu pour­ras t’en rendre compte ce soir.

Tu préfères donc ton JMP à ton ampli signa­ture Suhr ?   

Le JMP est mon meilleur ampli ! Mais nous sommes tous un peu super­sti­tieux n’est-ce pas ? Là, il me reste huit ou neuf concerts sur cette tour­née et je croise les doigts pour qu’il tienne le choc. Je vais le rame­ner en révi­sion après la tour­née de toute manière. Le Suhr est une copie et me permet de pouvoir jouer en stéréo et d’avoir l’as­su­rance de garder ce son si jamais le JMP me lâche en tour­née. Ces amplis qui datent des 70's peuvent montrer des signes de faiblesse parfois.   

Tu utilises une confi­gu­ra­tion clas­sique au niveau des lampes sur ton JMP, avec des EL34 ? 

Il est effec­ti­ve­ment équipé en EL34, mais ce n’était pas le cas lorsque je l’ai acheté. C’étaient des lampes 6550 dessus que j’ai fini par chan­ger. Je me suis souvent demandé comment cela sonne­rait si je reve­nais aux 6550, mais le son de ce JMP est telle­ment parfait que je ne veux plus vrai­ment le modi­fier. Lorsqu’ils ont changé le trans­for­ma­teur, ils ont mis des nouveaux conden­sa­teurs de filtrage qui peuvent accep­ter plus de courant. Cela a quelque peu changé le son. L’am­pli a perdu un peu du « sag » carac­té­ris­tique des Plexi. C’est une compo­sante vrai­ment cool du son d’un JMP, mais en perdant un peu de cela j’ai gagné en headroom et cela me permet d’avoir plus de graves et plus de punch dans mon son. Ce JMP combine à la fois les quali­tés d’un ampli vintage tout en possé­dant certains attri­buts du voicing d’un ampli moderne.

Niveau baffle quelle est ta préfé­rence ?   

Sur cette tour­née c’est Marshall qui m’a prêté les baffles. Ils ont toujours été super avec moi dès que j’ai eu besoin de quelque chose. Ils m’ont prêté des baffles montés en Celes­tion G12T-75, mais je préfère utili­ser des baffles montés en Vintage 30 ou en Green­back. C’est ce que j’ai dans mes baffles à la maison. Mais ça va, je me suis ajusté en réglant diffé­rem­ment mes amplis.  

Les G12T-75 sont creu­sés dans les médiums à l’in­verse des Vintage 30 et Green­back, et possèdent beau­coup de graves…  

Doug Aldrich Marshall.JPG

Oui c’est vrai, mais c’est prin­ci­pa­le­ment leur rendu plus brillant avec lequel je dois compo­ser. Du coup je règle mes amplis de manière encore plus sombre que d’ha­bi­tude sur cette tour­née ! Sur la tour­née US, j’avais mes baffles person­nels et je me suis acheté un baffle dont j’ai oublié le modèle, mais il était monté avec des Cream­back et j’ai trouvé ces haut-parleurs vrai­ment excel­lents. Là, sur cette tour­née euro­péenne, notre ingé-son a décidé d’uti­li­ser des micros SM57 et ça marche bien, sans doute car c’est un micro qui possède pas mal de médiums. Ca permet de compen­ser la courbe creu­sée des G12T-75

Nous combi­nons cela avec la simu­la­tion de baffle du JDX de Radial. En façade il y a donc le son des deux baffles combiné avec celui de la simu­la­tion de baffle de cette DI. Je n’uti­li­se­rai pas cette simu­la­tion seule, car le son est trop direct, trop « in your face ». Si nous ne mélan­gions pas cette DI avec la prise micro des deux baffles, nous perdrions assu­ré­ment beau­coup de profon­deur dans le son. Mais je trouve que le mélange des deux sonne vrai­ment bien. Sinon, mon compère David Lowy joue sur le Brown Eye de Fried­man (BE-100) et c’est vrai­ment un très bon ampli que je tenais à mention­ner !   

C’est effec­ti­ve­ment un ampli boutique très réputé. Il excelle vrai­ment dans cette veine Marshall selon toi ?   

Le Brown Eye de Fried­man me rappelle vrai­ment le travail de José Arre­dondo. Pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est le mec qui a modi­fié les vieux amplis d’Ed­die Van Halen. Tout le monde voulait un ampli modi­fié par José et beau­coup en ont d’ailleurs ! John Sykes (Thin Lizzy) en a quelques-uns, Mick Mars (Mötley Crüe) aussi, et Eddie Van Halen en a quant à lui beau­coup. J’ai moi-même un ampli qui a été modi­fié par José. Je lui avais ramené deux têtes dont un ampli de 50 Watts, et il avait insisté pour bosser sur ce dernier. Après sa modi­fi­ca­tion, cet ampli de 50 Watts sonnait de manière incroyable. Malheu­reu­se­ment il a fini par lâcher. Je le gardais bien au chaud dans mon garage pour le faire répa­rer un jour, mais quelqu’un en a décidé autre­ment en me le volant. J’ai toujours travaillé avec beau­coup de gens diffé­rents au fil des années sur mes amplis. John Suhr, celui avec lequel je travaille actuel­le­ment, sort vrai­ment du lot. C’est un génie du son !

Les photos live illus­trant cet article ont été prises par Oliver Halfin.

  • Doug Aldrich 2
  • Doug Aldrich
  • Doug Aldrich Stage
  • Doug Aldrich Stage Large
  • Doug Aldrich Stage Duo
  • Doug Aldrich Stage Duo 2
  • Doug Aldrich Stage 4
  • Doug Aldrich Stage 3
  • Doug Aldrich Stage 2
  • Doug Aldrich Pedalboard.JPG
  • Doug Aldrich Rocket Fuel.JPG
  • Doug Aldrich DVK Goldtop.JPG
  • Doug Aldrich MXR Talkbox.JPG
  • Doug Aldrich Amp stack.JPG
  • Doug Aldrich Marshall.JPG

 


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.