Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou
interview
Acheter et vendre des guitares vintage et Custom Shop

Interview de Simon Gauf de Guitar Point

  • 44

A l'heure où certaines guitares Vintage se vendent à des tarifs déraisonnables, Simon Gauf, le responsable de GuitarPoint à Maintal en Allemagne, nous explique ce qui fait le prix de tels instruments...

Les guitares vintage sont chargées d’histoire. Les petites égratignures et les défauts qui racontent la vie de centaines d’heures de jeu ne donnent pas seulement un super look à une guitare, ils lui confèrent aussi une aura mystique. Il n’est donc pas étonnant que la demande concernant les guitares historiques soit forte et que leurs tarifs flambent sur le marché de l’occasion. Une communauté croissante de spécialistes s’est développée ces dernières décennies, certains d’entre eux(elles) possédant de belles collections d’instruments. Au même moment, des fabricants tels que Fender et Gibson, deux des plus emblématiques marques de guitares électriques, ont commencé à proposer d’onéreux modèles Custom Shop minutieusement fabriqués à la main par des luthiers de renom, et qui reproduisent de façon authentique les premiers instruments des années 1950 et 60.

vintage-gitarren-guitarpoint-interview-01La véritable valeur d’une guitare dépend de différents facteurs, tels que la réputation du luthier et, dans le cas des instruments vintage, son année, sa condition originale et son authenticité. Malheureusement, de nombreuses guitares ont été bricolées au fil des années, certaines d’entre elles sont même de parfaites contrefaçons, ce qui réduit significativement leur valeur mais n’exclut en rien qu’elles puissent être ensuite revendues à profit.

Il vous faut donc bien maîtriser votre sujet. Nous avons discuté avec Simon Gauf, le responsable de GuitarPoint à Maintal en Allemagne, pour connaître toutes les ficelles de l’achat et de la revente de guitares vintage et Custom Shop. GuitarPoint est reconnu depuis de nombreuses années au niveau international pour être l’une des meilleures adresses si vous cherchez des guitares vintage.

Bonjour Simon ! Commençons par définir ce qui caractérise une guitare ”vintage”. Quels sont les modèles et les marques les plus recherchés ?

Pour la plupart des gens, ”vintage” englobe environ tout ce qui a été fabriqué par de grandes marques telles que Gibson, Fender, Martin et Gretsch avant 1965/66. L’âge d’or des guitares électriques a duré de 1950 à 1964. De nombreux changements ont commencé à être opérés à partir de 1965 : Fender fut vendu à CBS, Gibson réduisit à 40 mm la largeur des manches de presque toutes ses guitares, et Gretsch fut également vendu. Toutes les marques remplacèrent le palissandre brésilien par du palissandre indien, à l’exception de Martin qui ne le fit qu’en 1969. La vente de Gibson à Norlin, en 1969, marque un autre tournant.

Tout ce qui a été fabriqué après cette période n’a que très peu intéressé les collectionneurs(ses), certains instruments étaient même tout simplement mal vus. Cela est dû au fait que les fabricants qui n’étaient plus dirigés par leurs fondateurs, ont commencé à privilégier la quantité à la qualité. Beaucoup ont considéré que certains changements de design à cette époque se faisaient au détriment du son. Tant que les vieilles guitares restaient abordables, il était facile de dénigrer les modèles plus récents.

vintage-gitarren-guitarpoint-interview-06Aujourd’hui, même les guitares du milieu des années 1970 sont assez coûteuses. On a fabriqué de nombreuses très bonnes guitares dans les années 1970 et même 80, et il faut toujours considérer l’instrument individuellement. Les modèles connus tels que les Les Paul, SG, ES, Strat et Tele, qui sont toujours fabriqués aujourd’hui, sont les plus importants. Mais on a aussi vu grandir l’intérêt pour les modèles asymétriques, les P[Precision, ndt] et Jazz Bass, les 6120 et d’autres. Au total, environ 95% sont des Fender et des Gibson.

Aujourd’hui, pour définir les guitares et basses ”vintage” dans la catégorie des instruments très recherchés, j’irais jusqu’en 1975. Certains ont atteint une sorte de statut de légende et sont même proposés sous la forme de rééditions en Custom Shop. Et il y a une raison à cela, la demande de Les Paul de la fin des années 1960 et début des années 70, et des ES-335 et SG d’entre 1965 et 69, est très élevée chez les guitaristes et les collectionneurs(ses).

C’est intéressant. Est-ce que cela signifie que les tarifs des guitares de la fin des années 1960 et 70 ne vont cesser d’augmenter, comme cela est arrivé auparavant avec les premiers modèles ?

Tout à fait. En fait, c’est dans cette catégorie que se produit la hausse la plus importante en termes de pourcentage. Les prix des ES-335 et des SG à partir des années 1960, et ceux des Les Paul Custom jusqu’à 1975, ont considérablement augmenté. La demande est élevée et les gens savent que ces modèles continuent à offrir un bon rapport qualité/prix.

Il y a des éléments sur toutes les guitares qui sont sujets à l’usure, comme les frettes et les potards. À quel moment cesse-t-on de considérer qu’un instrument n’est plus de condition originale, et quelles modifications affectent le plus sa valeur ?

vintage-gitarren-guitarpoint-interview-04Du point de vue actuel, cela paraît presque étrange que tant d’instruments aient survécu sans subir d’altérations majeures. L’ère du ”bricolage” a débuté à la fin des années 1970 et dans les années 80, quand de nombreux(ses) musiciens(nes) ont commencé à considérer que les fabricants n’offraient plus une qualité décente. D’une manière générale, remplacer les frettes d’un instrument n’influe pas sur sa valeur, sauf sur de très rares guitares haut de gamme en parfaite condition. Pour toutes les autres, c’est normal.

Cela mis à part, tout joue un rôle. Plus on remplace d’éléments, moins l’instrument a de valeur pour le ou la collectionneur(se). Repeindre l’instrument est particulièrement néfaste et peut faire baisser sa valeur de jusqu’à 40%. Il en va de même pour des micros qui ne seraient pas des originaux – c’est le cœur de la guitare. L’absence de logo est un problème sur les guitares Fender. Remplacer des potards n’est pas génial non plus, car on en a souvent besoin pour dater la guitare. Les potards peuvent souvent être réparés et il est rare qu’il faille les remplacer.

OK. Disons que j'aie trouvé une vieille Gibson Les Paul dans le grenier de la maison de mes grands-parents et que je vous l’apporte avec l’idée de la vendre. Quels services proposez-vous dans ce cas ?

vintage-gitarren-guitarpoint-interview-03Tout d’abord, nous aurions besoin d’informations basiques, quelques photos correctes et une courte description de la guitare. Beaucoup de personnes ne savent pas ce qu’elles ont entre les mains, quand elles héritent une guitare d’un membre de leur famille, par exemple. Bien souvent, ces informations élémentaires sont suffisantes pour mieux définir l’instrument et réaliser une estimation de sa valeur. On met nos cartes sur la table. Entre-temps, nombreux sont ceux qui auront recherché la guitare sur Google et trouvé des prix totalement délirants sur Internet. :) On propose alors d’envoyer un transporteur récupérer la guitare, pour que l’on puisse l’évaluer et déterminer sa valeur exacte dans notre boutique. L’ensemble du processus est totalement transparent et sans complication pour le ou la vendeur(se). Quand il n’y a pas pandémie, on peut aussi rencontrer le ou la vendeur(se) en personne. En règle générale, nous achetons tous nos instruments directement et ne faisons pas de dépôt-vente, contrairement à la plupart de nos concurrents internationaux. C’est plus pratique pour le ou la vendeur(se), puisqu’il ou elle n’ont pas besoin d’attendre leur argent pendant des mois, ni de négocier avec des acheteurs(ses) privés(es) qui essaient de déprécier l’instrument.

Achetez-vous souvent plusieurs guitares ou des collections entières d’un coup ?
 
vintage-gitarren-guitarpoint-interview-05Oui, il n’y a aucune limite. Si ça rentre dans notre catalogue et que nous trouvons un accord avec le ou la vendeur(se), nous achetons l’instrument ou toute la collection. Pour ce qui est des collections importantes, nous pouvons aussi nous rendre chez le ou la vendeur(se) pour voir ses instruments et les emporter. Nous sommes constamment à l’affût et ne nous intéressons pas uniquement aux instruments vintage ou d’occasion. Je suis toujours à la recherche de guitares du Custom Shop de Gibson, notamment les modèles les plus chers (Collector’s Choice, Artist, Murphy, etc.).

Est-ce que les amplis des grandes marques telles que Marshall, Vox et Fender prennent aussi de la valeur, et quel rôle les amplis vintage jouent-ils dans votre boutique ?

Oui et non. Le Fender Deluxe Reverb a pris au moins 20% ces dernières années. Les amplis Fender Tweed sont loin d’avoir disparu du marché. Mais c’est comme les amplis modernes : personne ne veut plus se casser le dos et les gros amplis puissants ne se vendent plus aussi bien. Un combo 4x10 Fender Super Reverb ou un Marshall Bluesbreaker ont un son fantastique, mais il ne sont plus du tout pratiques et – c’est une des raisons – les expédier est problématique. C’est la même chose pour les baffles 4x12. Nous nous concentrons sur les combos Fender datant d’avant les années 1970 et sur certaines têtes Marshall jusqu’au début des années 80. Le reste ne nous intéresse plus.

Vous avez déjà mentionné les guitares Custom Shop. Avant d’arriver chez GuitarPoint, vous avez été en relation avec le Custom Shop de Gibson et avez pu assister en direct à la production de ces instruments. Qu’est-ce qui distingue les guitares du Custom Shop des modèles standards, et est-ce qu’elles prennent de la valeur au fil du temps ?

C’est exact, j’ai été responsable des produits pour l’ancien distributeur, puis j’ai conçu de petites éditions limitées en tant que client Gibson, ce qui m’a amené à me rendre de nombreuses fois au Custom Shop à Nashville. À mon avis, les guitares du Custom Shop n’ont rien à voir avec la production standard de Gibson. Le Custom Shop utilise des essences de bois de qualité supérieure, des fournisseurs, des designs et des équipements différents. C’est un atelier complètement séparé qui – du moins quand j’étais en relation avec eux – opérait indépendamment de l’usine de production en série. Mais il ne faudrait pas les considérer comme des objets d’investissement. Ce sont simplement de bonnes guitares neuves. Il y a quelques exceptions, par exemple les éditions spéciales limitées, les versions Aged & Signed ou les premiers modèles des séries Custom Shop et Artist, certains valent aujourd’hui un prix incroyable. J’en ai vendu certaines pour des sommes de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Cela mis à part, c’est comme acheter une nouvelle voiture : à la minute où vous sortez de chez le concessionnaire, vous avez perdu environ 20%. Quiconque nous propose une guitare de ce type doit le savoir. On trouve des milliers de R7 et de R0 sur le marché, et elles sont toutes plus légères et magnifiques les unes que les autres. :) Malheureusement, les critères pour les rééditions ”normales” sont très simples : 1. Le poids. 2. Le grain.

vintage-gitarren-guitarpoint-interview-02OK, parlons des guitares en tant qu’investissement. Il semble que la guitare ne soit plus aussi populaire dans la musique commerciale. Continuez-vous à recommander les guitares vintage comme étant un investissement stable ?

J’évite de donner des conseils spécifiques en matière d’investissement, c’est le boulot des banquiers. Mais je peux dire que, peu importe la tendance actuelle, les guitares vintage continuent à susciter une forme particulière de fascination, et ce chez les personnes de tous âges. Prenez simplement Post Malone, qui achète des guitares vintage chez un revendeur américain bien connu comme un véritable passionné, ou encore Jason Momoa qui n’arrête pas de changer de basse. Curieusement, nous avons noté un intérêt croissant de nos clients pour les questions d’investissement en 2020, pendant la pandémie. En période d’instabilité, les gens investissent dans les biens matériels, et quand les revendeurs sont aussi attentifs que nous le sommes, ça les rassure. La règle de base est la suivante : une originale aussi bien conservée que possible. Mais même des guitares présentant de légères modifications peuvent prendre de la valeur quand le niveau général des prix augmente. La cote des modèles classiques Les Paul, Strat, Tele, ES-335 et SG est toujours au plus haut, quelle que soit la tendance musicale actuelle. Elle ont de toute façon atteint un statut de légende, et le public cible tend à les associer au rock et au blues classiques, le ”vieux” son. Des gens comme Joe Bonamassa utilisent aujourd’hui ces guitares pour apporter ce son sur scène, ce qui ne fait que favoriser leur essor.


Plus d’informations : https://guitarpoint.de

Photographies : Robert Pfeuffer

 

  • Mr Kay
    Mr Kay
    AFicionado
    2232 posts au compteur
    Les mauvaises langues diraient les Squier actuelles :mrg:

    Par contre, les Squier JV des années 80, c'était ce qui préfigurait les Fender japonaises actuelles qui font souvent saliver quand on regarde sur Ishibashi avant de constater avec dépit que pour je ne sais plus quelle raison juridique, elles sont strictement réservées au marché japonais...
  • Do-7
    Do-7
    Posteur AFfiné
    125 posts au compteur
    oups
  • Clbim
    Clbim
    Nouvel AFfilié
    1 post au compteur
    Citation de Do-7 :

    Une fois j'ai joué une squier des années 70 et elle sonnait mieux qu'une strat


    Des années 80 plutôt, non ?
  • Do-7
    Do-7
    Posteur AFfiné
    125 posts au compteur
    Citation de Mr Kay :
    As-tu été en situation d'essayer cette Gibson de 1969?

    Car pour 6000€, on commence à avoir du Custom Shop chez Gibson et si ça se trouve, ce sera peut-être mieux?

    (je pose la question car je ne me rends absolument pas compte, mon expérience avec les Gibson à corps creux se limitant à l'essai d'une signature B.B.King)

    Pour ma part, et pour tout dire, les instruments les plus vieux qu'il m'aie été donné d'essayer sont des Fender des 70's et je les ai trouvés moins bien que des modèles de la série American Vintage, alors qu'on puisse en demander aujourd'hui pratiquement le prix d'une Custom Shop, c'est là quelque chose qui me dépasse...
    hélas non car la guitare était vendue sur ebay et j'ai pu voir par la suite que c'était en réalité un magasin anglais qui l'avait mise en vente :
    https://www.newkingsroadguitars.com/gibson-hollow-bodies
    Je te jure que les photos étaient absolument magnifiques et la guitare n'avait pas un pet !!!

    Mais bon 1969 c'est l'année de la 335 de Larry Carlton du coup je me disais que ça valait peut-être la peine.
    Mais soyons clair : je me suis fait plus de mal qu'autre chose vu que je suis en galère avec en prime d'autres priorités.

    Mais oui pour ce prix là et comme toi je me dis que le jeu en vaut certainement la chandelle car les années 60 ça reste du vintage à mes yeux et les prix sont équivalents au custom shop.

    Une fois j'ai joué une squier des années 70 et elle sonnait mieux qu'une strat
  • gromeul
    gromeul
    Drogué à l'AFéine
    15471 posts au compteur
    Les Fender et Gibson des années 70 ont plutôt mauvaise réputation mais il y a malgré tout quelques perles rares.
  • Mr Kay
    Mr Kay
    AFicionado
    2232 posts au compteur
    As-tu été en situation d'essayer cette Gibson de 1969?

    Car pour 6000€, on commence à avoir du Custom Shop chez Gibson et si ça se trouve, ce sera peut-être mieux?

    (je pose la question car je ne me rends absolument pas compte, mon expérience avec les Gibson à corps creux se limitant à l'essai d'une signature B.B.King)

    Pour ma part, et pour tout dire, les instruments les plus vieux qu'il m'aie été donné d'essayer sont des Fender des 70's et je les ai trouvés moins bien que des modèles de la série American Vintage, alors qu'on puisse en demander aujourd'hui pratiquement le prix d'une Custom Shop, c'est là quelque chose qui me dépasse...
  • Do-7
    Do-7
    Posteur AFfiné
    125 posts au compteur
    je relisais et réalise que potentiellement le ton de mon post pouvait prêter à confusion (j'aurais du relire) : je suis complètement d'accord avec ce que dit Mr Kay.
    Quoique dans ma dinguerie il y a quelques mois j'avais fait une recherche pour un modèle de 1969 et j'étais tombé sur une merveille totale tellement en plus elle était belle sauf que ... plus de 6000 balles et clairement complètement hors de ma portée.
    Mais vu les prix du custom shop, je me dis quant même que le jeu pourrait en valoir la chandelle pour celui/celle qui à cette somme...

    Mais il est clair que les temps ont changé... et en parallèle rien que le fait de savoir que c'est un milliardaire (probablement incapable de la jouer) qui s'est payé la "black" de Gilmour pour 21 millions me colle la déprime
  • Mr Kay
    Mr Kay
    AFicionado
    2232 posts au compteur
    Pour donner un ordre d'idée, c'est principalement une guitare de cette fournée là qu'on entend sur les disques des Smiths, c'était le cadeau de bienvenue offert par la maison de disques à Johnny Marr...

    Dit autrement, il est vraiment question ici d'un instrument d'exception et les chances d'en trouver une à un prix raisonnable étaient déjà minimes avant Internet, alors aujourd'hui...

    J'ajouterais que les échanges jusqu'ici portaient plutôt sur des instruments à corps plein, plus faciles à reproduire qu'une guitare à corps creux taillée dans un bois ayant maintenant facile plus d'un siècle...

    Pour ça, Do-7, je veux bien te croire si tu as essayé des wagons entiers de Gibson plus récentes et que tu préfères la tienne :clin:
  • Popsyman
    Popsyman
    Posteur AFfiné
    241 posts au compteur
    Citation de Do-7 :
    Je l'ai acheté en 1993 pour une somme qui selon Patrice Bastien m'a fait renter dans la catégorie "ça arrive une fois sur 1 million ton truc".
    [/quote]

    Tu l'as dit toi même. Acheter une guitare vintage à un prix raisonnable, C'est comme gagner au loto.
    Donc d'accord avec Mr Kay, je préfère acheter une gratte contemporaine car je n'ai pas eu la même chance que toi.

    Après, tu as bien raison de jouer avec ta gratte de 59. Je ne doute pas du plaisir que tu peux en tirer.
  • Do-7
    Do-7
    Posteur AFfiné
    125 posts au compteur
    Citation de Mr Kay :


    Après, je ne vois pas trop l'intérêt de payer une fortune pour une vieille pelle des années 70/80 si c'est pour jouer, il n'est pas bien difficile de trouver bien plus sain et bien moins cher...
    je ne suis pas un collectionneur mais j'ai la chance d'avoir une 345 de 1959 entièrement d'origine à part le sillet de tête - pire même : ya des "doubles blancs". Je l'ai acheté en 1993 pour une somme qui selon Patrice Bastien m'a fait renter dans la catégorie "ça arrive une fois sur 1 million ton truc".
    Musicien est mon métier donc je joue et je dois t'avouer que pour avoir essayé un nombre incalculable de ces modèles et les avoir comparés à la mienne bin ... désolé mais je préfère jouer la mienne même si on a pu me le déconseiller.

    x
    Hors sujet :
    @ Bastho : très sympa les compos sur le soundcloud :bravo:
    [/quote]
  • Mr Kay
    Mr Kay
    AFicionado
    2232 posts au compteur
    Outre les rachats hasardeux, il y a aussi eu des investissements pharaoniques pour mettre au point des évolutions que personne n'avait demandé tant le ratio bénéfice / (coût + risque) était défavorable...

    Quant aux guitares de luthier...

    Sans tomber dans la sordide logique de spéculateur, il faut quand même toujours garder dans un coin de la tête que si on est jamais forcé d'acheter une guitare, il arrive qu'on puisse être forcé d'en vendre une.

    Et comme évoqué dans l'article, une guitare neuve perd environ un quart de sa valeur au moment où son acquéreur franchit le seuil de la porte de la boutique.

    Et la grande faiblesse des guitares de luthier, c'est qu'elle ne perdent pas un quart de leur valeur, mais facilement la moitié, voire encore davantage si le luthier est un inconnu...
  • bastho
    bastho
    Posteur AFfolé
    890 posts au compteur
    Ce qui la mis Gibson en cessation de paiement ce n’est pas les guitares mais des investissements dans des entreprises qui les ont plombées.

    Pour les guitares difficile aujourd’hui de trouver des modèles qui ne fasse pas le job. Tout dépend du niveau d’exigence, envie...

    Et puis si le niveau de qualité était le seul facteur on verrait plus de guitare de luthier que de custom shop.
    Mais sur les guitares de luthier, pas le logo magique...
Voir les réactions précédentes

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.