Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
UA comble un vide
8/10
Partager cet article

Cette semaine, on a vu arriver à notre bureau l’Apollo x4 de chez Universal Audio. Interface de format desktop, la x4 est une variante augmentée de la maintenant célèbre Twin X. Elle a donc fait un tour sur notre banc d’essai, pour voir ce qu’elle a dans le ventre.

On vous en avait parlé en fin d’an­née dernière, la x4 est une évolu­tion de l’in­ter­face Apollo Twin X. L’ar­ticle avait fait couler beau­coup d’encre numé­rique dans la section forum, lais­sant suppo­ser une attente assez forte de la part des home-studistes.

La nouvelle version de l’Apollo reprend les éléments clas­siques de cette inter­face (que nous liste­rons plus loin, pour ceux qui ne connaissent pas bien), tout en béné­fi­ciant de quelques augmen­ta­tions, avec plus d’en­trées, plus de sorties.

Présen­ta­tion

Universal Audio Apollo x4 : ia_400000137On sort l’Apollo de sa boîte. Immé­dia­te­ment, une petite surprise : l’ab­sence de câble Thun­der­bolt 3. On cherche partout… Non il n’y en a pas. En cher­chant sur le manuel de mise en service, c’est bien indiqué : « connec­tez votre inter­face à un port Thun­der­bolt 3 (câble non fourni) ». À ce niveau de gamme, on aurait espéré un peu plus. En revanche, l’in­ter­face est livrée avec un petit chif­fon micro­fibre, pour l’en­tre­te­nir. Pas sûr que cette atten­tion rattrape ce manque.

Au contraire d’autres modèles plus légers, cette Apollo a besoin d’une alimen­ta­tion +12VDC, ce qui limite un peu sa porta­bi­lité. Une fois la X4 alimen­tée, sa mise en service et l’ins­tal­la­tion de son driver se révèlent simples et rapides. On relè­vera seule­ment (mais ça n’aura pas échappé à nos lecteurs poin­tus) que le choix du Thun­der­bolt 3, appor­tant une rapi­dité de trans­fert remarquable, peut se révé­ler assez contrai­gnant selon votre système préexis­tant. À ce jour, seule l’in­ter­face Apollo Solo, la plus petite dans cette gamme, existe en version USB. De plus, c’est bien connu, la firme améri­caine a une préfé­rence pour les utili­sa­teurs Mac : leur STAN proprié­taire Luna, offert avec l’achat de toute inter­face, est déve­lop­pée en Mac only.

Universal Audio Apollo x4 : ia_400000139Faisons un tour de l’in­ter­face : le modèle ergo­no­mique est exac­te­ment le même que celui des modèles Twin et Twin X : un seul gros bouton, assi­gnable depuis le hard­ware ou le soft­ware, contrôle les niveaux d’en­trée et de sortie. Deux petits boutons permettent de sélec­tion­ner, pour l’un, l’en­trée sur laquelle on travaille (Chan­nel 1, 2, 3 ou 4), pour l’autre la sortie (Moni­tor, HP1 ou 2). Sous l’écran, une série de six boutons, non assi­gnés, permet de contrô­ler des para­mètres variables qui s’af­fichent au-dessus de chacun, selon la sélec­tion entrée/sortie. Ces para­mètres sont les mêmes que pour la Twin MkII. Exemple : sélec­tion­nez une entrée Mic et le troi­sième bouton se trouve coiffé d’un « 48V » rouge ; appuyez sur ce bouton et le 48V s’illu­mine un peu plus, signa­lant l’ac­ti­va­tion d’une alimen­ta­tion fantôme sur cette entrée. À noter qu’UA a gardé le micro de Talk­back inté­gré sur la façade, qui avait été intro­duit il y a trois ans, avec possi­bi­lité depuis la console virtuelle de router ce talk­back vers diffé­rent sorties au choix.

On ne change donc pas les habi­tudes des utili­sa­teurs d’Apollo : prise en main simple et intui­tive au point de vue de la façade.

Universal Audio Apollo x4 : ia_400000132À l’ar­rière, on trouve nos quatre entrées analo­giques, au format combo XLR/Jack 6,35 mm, deux sorties Moni­tor (Jack 6,35 mm TSR), quatre sorties Line Out (même format), le port Thun­der­bolt 3 et celui d’ali­men­ta­tion, puis les entrées/sorties numé­riques optiques, avec jusqu’à huit canaux en ADAT.

À l’avant, on trouve deux entrées haute impé­dance (Hi-Z), qui se sélec­tionnent auto­ma­tique­ment à l’in­ser­tion d’un jack 6,35 mm mono. Sur la droite, deux sorties casque HP1 et HP2, avec niveau de sortie réglable indé­pen­dam­ment.

Les impres­sions lais­sées par la prise en main du soft­ware Console sont, bien entendu, plus subjec­tives, et chacun sera sensible au logi­ciel selon ses propres habi­tudes. Person­nel­le­ment, j’ai surtout été frappé par la symbiose soft­ware/hard­ware : pendant les tests audio, je réglais aussi bien mes niveaux et mes entrées/sorties sur l’in­ter­face que sur mon écran, passant d’un geste physique à un geste virtuel sans trop réflé­chir. Seul petit point qui m’a fait lever le sour­cil : impos­sible d’as­si­gner un signal aux sorties lignes sur l’in­ter­face physique, il faut passer par le soft­ware.

Universal Audio Apollo x4 : PHOTO 1À l’in­té­rieur du boitier, on prend les mêmes et on recom­men­ce… L’Apollo X4 embarque, comme pour les autres modèles desk­top, les proces­seurs UAD-2, ici en version Quad Core. On reste donc sur une tech­no­lo­gie qui a été intro­duite il y a 12 ans, déjà. Toutes les entrées analo­giques béné­fi­cient de la plus récente tech­no­lo­gie Unison, qui permet d’in­té­grer des émula­tions de préam­plis clas­siques en chan­geant l’im­pé­dance d’en­trée de vos tranches pour inter­agir avec vos micros.

Pour finir, et avant de passer aux tests à propre­ment parler, rappe­lons que cette inter­face se place pile entre l’Apollo Twin X et l’Apollo x6 en termes de prix, avec un prix public recom­mandé à 1599 €. Il s’agit de l’in­ter­face desk­top la plus géné­reuse en entrées/sorties et options du construc­teur, et se repose sur les éléments déjà bien connus de ses petites et grandes sœurs. L’in­ter­face vient donc combler un vide dans la gamme, même si elle n’ap­porte fina­le­ment pas de véri­table nouveauté.

Bench­marks

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait un bench­mark avec notre fidèle APx515 d’Au­dio Preci­sion. Comme d’ha­bi­tude, nous publions les résul­tats obte­nus en THD et dévia­tion des voies, pour les entrées et sorties analo­giques.

Cela fait plus deux ans que nous n’avions pas testé une Apollo desk­top. Pour réfé­rence je vous renvoie aux deux derniers tests : Arrow et Twin MkII

Commençons donc avec les entrées niveaux lignes :

Universal Audio Apollo x4 : TEST 1

Universal Audio Apollo x4 : TEST 2

J’en­voie un sweep de 1Vrms dans les entrées 1 et 2, et je règle le gain pour obte­nir 0 dB à la sortie (sorties Moni­tor 1 et 2, non atté­nuées).

Les mesures de THD sont tout simple­ment excel­lentes : moins de 0,001 % sur toute la ligne. On remarque une belle régu­la­rité de la THD qui ne monte pas dans le haut du spectre (comme sur la x8p par exemple).

La linéa­rité est mesu­rée à ±0,089 dB pour la voie 1 et ±0,076 dB pour la 2 (fréquence de réfé­rence 1 kHz). C’est moins bien que la Twin mkII (±0,052 dB) et bien moins bien que la Apollo 8 à ±0,019 dB. Quant à la concur­rence, on a trouvé de meilleurs résul­tats chez Ante­lope à ±0,032 dB ou chez RME à ±0,021 dB. Nos mesures ont donné des résul­tats simi­laires sur les entrées lignes 3 et 4.

À noter, j’ai égale­ment testé les sorties line out 1 et 2, avec ce même réglage, et j’ai obtenu exac­te­ment les mêmes résul­tats.

Passons aux entrées micro :

Universal Audio Apollo x4 : TEST 3

Universal Audio Apollo x4 : TEST 4

Le test est effec­tué avec un sweep de 100 mVrms dans les entrées micro 1 et 2, et je règle le gain pour obte­nir 0 dB à la sortie (sorties Moni­tor 1 et 2, non atté­nuées).

Linéa­rité : ±0,075 dB (fréquence de réfé­rence : 1 kHz), égale­ment sur les entrées 3 et 4. Les résul­tats sont donc simi­laires avec ceux obte­nus en niveau ligne.

THD : On remarque un pic à 0,008 % à 5 kHz, en revanche la courbe reste le plus souvent en dessous de 0,003 % ce qui est excellent. La THD plus présente n’est pas éton­nante sur une entrée à sensi­bi­lité plus élevée, comme une entrée micro.

J’ai ensuite testé l’en­trée haute impé­dance, cette fois-ci avec un signal mono­pho­nique de 200 mVrms.

Universal Audio Apollo x4 : TEST 5
Universal Audio Apollo x4 : TEST 6

Les résul­tats en THD sont très corrects, infé­rieurs à 0,005 % sur la majo­rité des fréquences.

Sur la linéa­rité, il n’y a rien à redire, c’est même excellent : la réponse égale de 20 Hz à 20 kHz augure une entrée bien adap­tée aux basses comme aux guitares, parfai­te­ment neutre, et qui lais­sera la part belle aux émula­tions d’am­plis.

Pour finir, j’ai testé les sorties casques. Je ne repro­duis ici que les résul­tats pour la sortie HP1, étant donné qu’ils sont égaux sur HP2. La linéa­rité est simi­laire aux sorties Moni­to­ring : ±0,0077 dB envi­ron, rien à redire. Pour les mesures en THD, c’est très bas :

Universal Audio Apollo x4 : TEST 7

0,0005 % sur la plupart des fréquences, résul­tat de très bonne qualité pour une sortie casque.

Et les plug-ins dans tout ça ?

L’Apollo X4 est livrée avec le bundle Real­time Analog Clas­sics, qui comprend le préam­pli et égali­seur à lampes UA 610-B, les éditions Legacy des UA 1176LN, UA 1176SE, le Pultec EQP-1A EQ, Pultec Pro EQ et Tele­tro­nix LA-2A, ainsi que les émula­tions d’am­plis Marshall Plexi, Ampeg SVT-VR, la Raw Distor­tion, les Preci­sion Chan­nel Strip, Preci­sion Reflec­tion Engine, Preci­sion Delay Mod, Preci­sion Delay Mod L et Real­Verb Pro Custom Room Mode­ler. Un joli bundle donc, complet et qui a fait ses preuves !

Conclu­sion

Au final, cette inter­face nous inspire exac­te­ment les mêmes réflexions que leurs modèles précé­dents. Les points posi­tifs sont toujours là, et toujours irré­pro­chables : les bonnes perfor­mances audio, le bundle de plug-ins UAD, clas­sique mais de qualité, la latence très faible et l’er­go­no­mie toujours aussi bonne. Le micro de talk­back routable, déjà intro­duit, est égale­ment inté­res­sant. Et bien sûr, quelques entrées et sorties de plus sont toujours les bien­ve­nues. En revanche, comme sur la Twin on regret­tera de retrou­ver encore les DSP UAD-2, vieux de près de 12 ans main­te­nant, et l’ab­sence d’auto-alimen­ta­tion pour un desk­top porta­tif en Thun­der­bolt 3.

En vérité, à 1599 € (prix recom­mandé en France) la X4 semble être surtout le chaî­non manquant, chez UA, entre l’Apollo Twin X Quad (1300 €) et l’Apollo x6 (1950 €). Il nous semble donc justi­fié de dire que la x4 appa­raît surtout comme une Twin X « augmen­tée », sans se rappro­cher des avan­tages de la x6 (hexa­cœur, word­clock, deux ports Thun­der­bolt 3, plus d’en­trées/sorties ADAT). De ce point de vue, la x4 n’est peut-être pas le produit le plus sexy du construc­teur améri­cain, mais nous gageons qu’elle comblera les besoins d’une certaine frange de musi­ciens ou produc­teurs.

8/10
Points forts
  • Convertisseurs 24 bits/192 kHz
  • Rapidité du Thunderbolt 3
  • 2 entrées Hi-Z
  • La technologie Unison sur les entrées micro
  • Plugins de qualité
  • Deux sorties casques
  • Ergonomie et élégance
  • Prise en main facile
Points faibles
  • Pas auto alimentée
  • Connexion seulement en Thunderbolt 3
  • Câble non fourni
  • Des DSP vieillissants
  • Travaillant en Quad core

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.