Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
pédago
2 réactions

Optimiser le PC pour l'audio (2000 & XP)

Optimiser le PC pour l'audio (2000 & XP)

Utiliser un ordinateur en tant que musicien nécessite aujourd'hui d'être un minimum informaticien. Pas forcément un professionnel du domaine, mais il faut tout de même mettre la main à la pâte.

optimiser son PC pour l'audioUtili­ser un ordi­na­teur en tant que musi­cien néces­site aujour­d’hui d’être un mini­mum infor­ma­ti­cien. Pas forcé­ment un profes­sion­nel du domaine, mais il faut tout de même mettre la main à la pâte.

Le temps passé à confi­gu­rer son ordi­na­teur pour dispo­ser d’une machine fiable et perfor­mante s’avère rentable à moyen terme. Alors n’hé­si­tez pas à reprendre tout depuis le début si votre système vous joue de mauvais tours !

Nota bene : il peut être inté­res­sant de dispo­ser de deux machines pendant l’ins­tal­la­tion. Ainsi, si vous avez des diffi­cul­tés à instal­ler le «  PC musique  », vous aurez toujours accès à certaines ressources via l’autre PC. Vous pour­rez ainsi par exemple télé­char­ger via Inter­net les derniers drivers de votre carte son, ou créer une disquette de boot.

Atten­tion : vous êtes entiè­re­ment respon­sable de ce que vous faîtes sur votre machine et suivez les conseils de ce dossier sous votre propre respon­sa­bi­lité.

Système mini­mal recom­mandé pour l’au­dio

Cette partie va être courte car elle n’a pas pour but de vous donner une confi­gu­ra­tion type, car ce n’est pas l’objet de ce dossier et que chaque utili­sa­tion demande une confi­gu­ra­tion spéci­fique. Cepen­dant, je dois insis­ter sur un point : ne lési­nez pas sur la mémoire vive !

En effet, le goulot d’étran­gle­ment d’un ordi­na­teur, c’est souvent le disque dur. L’uti­li­ser le moins possible pour les appli­ca­tions temps réel (ce qui est le cas de l’en­re­gis­tre­ment audio multi­piste) est certai­ne­ment le meilleur remède pour faire face à cette limi­ta­tion. Or, que se passe-t-il si toute la mémoire vive est utili­sée ? Windows va avoir recours à la mémoire virtuelle, qui n’est autre qu’une partie du disque dur ! Quand on sait que le disque dur est mille fois moins rapide que la mémoire vive (limi­ta­tions méca­niques), on comprend vite le problème que cela pose. De plus, le disque dur est encore plus lent s’il doit lire deux parties physiques diffé­rentes de la surface du disque, ce qui est souvent le cas lors de l’ac­cès à la mémoire virtuelle puisque celle-ci est placée à un endroit diffé­rent des fichiers audio). Donc : plus vous avez de mémoire vive, moins il y a de risques que ce problème se présente à vous !

Il faut noter égale­ment que les sampleurs virtuels comme HALion chargent les échan­tillons en RAM. Or il n’est pas rare de trou­ver des banques pour ces sampleurs dépas­sant les 200 Mo. Quand on sait que XP prend à lui tout seul aux alen­tours de 100 Mo de mémoire vive… On a vite fait le calcul.

Pour finir, la mémoire vive n’est pas le compo­sant le plus cher du PC, loin de là ! Plutôt que de prendre un Pentium IV à 2,8 GHz (plus de 700 euros à la date du test), prenez plutôt un Pentium IV moins puis­sant (à 2,5 GHz par exemple, la moitié du prix du 2,8 GHz – toujours à la date du test), et profi­tez de l’éco­no­mie faite pour ache­ter 512 Mo de RAM. Vous aurez ainsi une confi­gu­ra­tion confor­table. Enfin, sachez que, contrai­re­ment à Windows 9x (95, 98 et Mille­nium), Windows 2000 et XP gèrent parfai­te­ment les grandes quan­ti­tés de mémoire vive. Donc, ne vous privez pas !

Windows 2000 ou XP pour l’au­dio ?

Ce dossier se concentre sur ces deux OS, car le premier est à présent mûr, stable et connu, et le second est installé par défaut sur toutes les nouvelles machines vendues dans les maga­sins grand public.

J’ai mis person­nel­le­ment beau­coup de temps à passer de Windows 98SE à Windows 2000. En effet, malgré les quali­tés modestes de Windows 98, celui-ci demeu­rait jusqu’alors l’un des plus utili­sés sur PC pour l’au­dio, puisque les drivers de cartes audio­nu­mé­riques étaient souvent plus abou­tis sur Windows 98 que sur Windows 2000. A l’heure actuelle, ceci est moins vrai du fait que la géné­ra­tion suivante de l’OS, Windows XP, a fait surface.

Par « trans­la­tion tempo­relle », je recom­man­de­rais Windows 2000 plutôt que Windows XP qui est encore un peu jeune – à l’heure où j’écris l’ar­ticle, toujours. Si vous lisez cet article 2 ans après sa paru­tion, mon avis sera certai­ne­ment diffé­rent ! Quoique, deux ans cela fait peu pour un musi­cien qui cherche la stabi­lité des outils plutôt que leur évolu­tion perma­nente. Vous faîtes encore de la musique sous Windows 98SE et cela fonc­tionne parfai­te­ment (chan­ceux !) ? Cessez immé­dia­te­ment de suivre mes conseils et gardez votre confi­gu­ra­tion actuelle ! Après tout, le plus impor­tant est de faire de la musique ! Cet article s’adresse plutôt aux nouveaux arri­vants dans le domaine de la MAO qu’aux personnes satis­faites par leur confi­gu­ra­tion actuelle.

Si vous vous êtes décidé à instal­ler Windows XP, il vous reste une dernière chose à déci­der : XP stan­dard ou XP Profes­sion­nel ? Sans rentrer dans les détails, donnons la diffé­rence prin­ci­pale : le premier convient à la plupart des utili­sa­tions audio ; le second est néces­saire si vous avez un bipro­ces­seur.

Pour bien commen­cer

Prérequis

Mettez à jour le BIOS, surtout si vous avez un disque de grande capa­cité. Si vous ne pouvez pas le faire d’ores et déjà (par exemple s’il n’y a jamais eu de système d’ex­ploi­ta­tion d’ins­tallé et que vous ne dispo­sez pas de disquette de boot), vous pour­rez le faire après instal­la­tion du système d’ex­ploi­ta­tion (voir la rubrique « instal­ler les derniers drivers ! »).

A propos de l’ins­tal­la­tion des drivers, cela peut être une bonne idée, si vous ne dispo­sez pas de deux PC lors de l’ins­tal­la­tion, de télé­char­ger d’avance via Inter­net tous les derniers drivers des cartes que vous utili­sez (et notam­ment de votre carte son). Vous ne serez ainsi pas coincé lors de l’ins­tal­la­tion de l’OS, si les anciens drivers de votre modem ou de votre carte réseau ne fonc­tionnent pas.

Plusieurs disques durs ?

Je vous parlais tout à l’heure des disques durs IDE et SCSI. Pour ma part, j’ai un disque IDE sur lequel se trouve l’OS, les appli­ca­tions (parti­tion 1) et les «  archives  », c’est à dire le stockage de samples, de vieux morceaux etc (parti­tion 2). Je possède un autre disque, SCSI cette fois-ci, qui me sert exclu­si­ve­ment à enre­gis­trer de l’au­dio.

Possé­der deux disques durs permet d’avoir des accès simul­ta­nés aux infor­ma­tions propres d’une part aux appli­ca­tions et à l’OS et d’autre part aux données audio, sans ralen­tis­se­ment dû à la lecture / écri­ture simul­ta­née d’in­for­ma­tions à deux endroits physique­ment diffé­rents du disque dur. Vous l’au­rez par consé­quent compris, avoir deux parti­tions, l’une pour l’au­dio, l’autre pour l’OS et les appli­ca­tions ne suffit pas à chan­ger les perfor­mances, puisque physique­ment, il s’agit du même disque.

Possé­der deux disques durs n’est donc pas forcé, mais améliore sensi­ble­ment les perfor­mances de votre système. Si votre disque dur possède une grande quan­tité de mémoire cache, vous pour­rez certai­ne­ment obte­nir de bons résul­tats sans pour autant utili­ser deux disques.

Parti­tions de disque


Les deux parti­tions clas­siques sur le disque dur d’un PC audio.

Je vous conseille de faire deux parti­tions : la première pour l’ins­tal­la­tion de l’OS et des programmes, la seconde pour les données. Ainsi, le jour où vous devrez tout réins­tal­ler, vous pour­rez forma­ter la première parti­tion de disque dur sans avoir peur d’ef­fa­cer des données impor­tantes.

Au vu de la place deman­dée par Windows (c’est encore pire avec XP !), n’hé­si­tez pas à faire une première parti­tion de 5 à 10 Go pour être tranquille. La seconde parti­tion devra être la plus grande possible (tout le reste du disque dur) afin de ne pas être à court lors de l’en­re­gis­tre­ment de 96 pistes audio en 24 bits / 192 KHz (mais si, vous y vien­drez, je vous assure)…

Bien sûr, ces règles ne sont pas abso­lues et vous pouvez les modu­ler en fonc­tion de vos besoins. Elles corres­pondent à mon expé­rience person­nelle, cette confi­gu­ra­tion me conve­nant parti­cu­liè­re­ment bien. Sachez cepen­dant que dans le cas où vous suivriez le même schéma, il sera préfé­rable de mettre les échan­tillons sonores de vos instru­ments virtuels sur la parti­tion 2. Voyez aussi la partie «  plusieurs disques durs  » si vous pensez en utili­ser deux pour de meilleures perfor­mances.

Quel système de fichiers choi­sir ?

Si les noms « NTFS » ou « FAT32 » ne vous sont pas fami­liers, rassu­rez-vous, ce point n’est pas le plus impor­tant de ce dossier. Néan­moins, il peut être inté­res­sant de faire le bon choix entre ces parti­tions.

FAT est l’abré­via­tion de « File Allo­ca­tion Table ». C’est le système de fichiers utilisé par toute la série Windows 9x (i.e. Windows 95, Windows 98 et 98se et Mille­nium).

NTFS est l’abré­via­tion de « New Tech­no­logy File Systems ». C’est le système de fichiers natif des OS suivants : Windows NT, Windows 2000 et Windows XP.

Pourquoi instal­ler en FAT32

Le point le plus impor­tant faisant pencher vers un forma­tage du disque dur en FAT32 est la compa­ti­bi­lité avec Windows 98 et les appli­ca­tions MSDOS. En effet, Windows 98 ne voit pas les parti­tions NTFS. Si vous utili­sez Windows 98 sur une autre parti­tion de votre disque dur et que vous voulez accé­der à la parti­tion conte­nant Windows 2000 / XP à partir de Windows 98, il vous est néces­saire de choi­sir le système de fichiers FAT32 sur cette parti­tion.

Prenons un exemple :
- Sur C : vous avez installé Windows 98
- Sur D : vous avez installé Windows 2000 ou XP

Si la parti­tion D est enre­gis­trée en NTFS et vous lancez Windows 98, celui-ci ne verra pas la parti­tion D.

Pourquoi instal­ler en NTFS

Si vous faîtes de la vidéo en paral­lèle de l’au­dio, NTFS peut s’avé­rer néces­saire. En effet, FAT32 ne gère pas les fichiers de plus de 2 Go. Or un film complet a vite fait de dépas­ser cette taille pour peu qu’il ne soit pas compressé.

En outre, NTFS est un système de fichiers plus moderne que FAT32, et donc plus robuste en cas de crash du système. Il permet notam­ment de meilleures correc­tions d’er­reurs dans les fichiers.

Enfin, XP frag­mente moins les fichiers sur le disque dur, autant que possible, lorsque le format est en NTFS.

Le bon compro­mis

Si vous avez de gros fichiers vidéo et que vous voulez rester compa­tible Win9x, vous pouvez opter pour un compro­mis selon l’exemple suivant :
- Vous avez Windows 98 installé sur C (donc forcé­ment en FAT32)
- Vous choi­sis­sez FAT32 pour la parti­tion système Windows 2000 (ex : D)
- Et NTFS pour parti­tion de «  stockage  » (ex : E)

Ainsi vous pour­rez stocker de gros fichiers sur E tout en lisant C et D à partir de Windows 98.
Dans les autres cas, à vous de choi­sir. Ce choix n’aura à mon avis pas une influence énorme sur les perfor­mances de votre système.

Bien placer ses cartes dans le PC

Un peu de désos­sage pour bien commen­cer…

Si vous montez vous-même votre PC, peut-être avez-vous décidé de placer les diffé­rentes cartes (audio, réseau, SCSI…) dans les empla­ce­ments PCI libres sans vous soucier d’un quel­conque ordre. On est en droit de penser que leur empla­ce­ment n’a aucune impor­tance, mais un détail vient contre­dire cette intui­tion : certains slots partagent leur bande passante ainsi que leur IRQ, et d’autres non. Je vous invite donc à regar­der atten­ti­ve­ment dans le manuel de votre carte mère pour en savoir plus : il y a géné­ra­le­ment un tableau qui indique quels slots sont parta­gés ou lesquels ne le sont pas. Dans tous les cas, mettre en commun la bande passante et encore pire, l’IRQ, entre deux cartes, n’est pas forcé­ment une bonne chose, surtout dans le cas d’une carte audio­nu­mé­rique. En effet, non seule­ment celle-ci véhi­cule beau­coup d’in­for­ma­tions, en temps réel, mais en plus nombreuses sont les cartes son semi profes­sion­nelles ou profes­sion­nelles qui n’aiment pas du tout parta­ger leur IRQ avec d’autres cartes. Prendre ce risque c’est augmen­ter les chances d’avoir des plan­tages intem­pes­tifs ou bien une baisse sensible des perfor­mances.

Nous allons comprendre plus préci­sé­ment les rouages des IRQ dans la partie suivante.

 

Windows pour l’au­dio

ACPI vs PC Stan­dard

Atten­tion : Passer son PC du mode ACPI à PC Stan­dard est irré­ver­sible (sauf à refor­ma­ter le PC). Micro­soft ne garan­tit pas le support après cette mani­pu­la­tion donc aucun patch n’est dispo­nible pour reve­nir en arrière.

L’ACPI (Advan­ced Confi­gu­ra­tion and Power Inter­face) est une fonc­tion­na­lité permet­tant au système d’ex­ploi­ta­tion d’al­louer les ressources système de manière plus pratique. L’ACPI a pour consé­quence que le même [def]IRQ[/def] est utilisé pour de multiples péri­phé­riques. Du coup, le même IRQ peut être partagé pour votre carte son et votre carte réseau, par exemple, ce qui risque – dans le meilleur des cas – de réduire les perfor­mances de votre machine. Ce n’est bien sûr pas adapté à une utili­sa­tion inten­sive comme de l’au­dio. Dans le pire des cas, vous aurez des conflits.

Deux cas de figure se présentent :

1. Sous Windows 2000, je vous conseille sans aucune hési­ta­tion d’ins­tal­ler Windows en mode PC Stan­dard et non en mode ACPI.

Pour éviter d’ins­tal­ler Windows en mode ACPI, voici la procé­dure à suivre. Tout d’abord, véri­fiez dans le BIOS que la valeur «  Plug and Play OS  » est mise sur «  No  ». Ensuite, rapi­de­ment lors de l’ins­tal­la­tion de Windows 2000 / XP, on vous deman­dera d’ap­puyer sur F6 pour ajou­ter des drivers. La ruse est qu’il ne faut non pas appuyer sur F6 mais sur F5. Atten­tion ! Le moment où appuyer sur F5 est rela­ti­ve­ment court, soyez vigi­lant.

Appuyer sur F5 vous permet­tra de choi­sir entre plusieurs profils d’or­di­na­teur: PC ACPI, PC Stan­dard et d’autres profils. Choi­sis­sez «  PC Stan­dard  ». Pas de panique, si le message est passé trop vite et que vous avez déjà installé Windows en grande partie, vous pour­rez trans­for­mer votre PC ACPI en PC Stan­dard en allant dans le gestion­naire de péri­phé­riques puis en ouvrant l’icône «  Ordi­na­teur  ». Si vous voyez «  PC à inter­face de confi­gu­ra­tion et d’éner­gie avan­cée (ACPI)  », c’est que vous avez raté le coche ! Il vous faut double-cliquer sur ce texte, aller dans l’on­glet «  Pilotes  » puis «  mettre à jour le pilote  ». Choi­sis­sez ensuite «  Affi­cher la liste des pilotes connus pour ce péri­phé­rique…  », puis «  Affi­cher tous les maté­riels de cette classe de péri­phé­riques  » et – enfin – choi­sis­sez «  PC Stan­dard  ». Vous êtes bon pour que Windows réins­talle l’en­semble des drivers plug’n’­play… Person­nel­le­ment je me suis fait avoir la première fois et j’ai préféré tout réins­tal­ler à zéro (refor­ma­tage du disque etc…) plutôt que de choi­sir de modi­fier l’ins­tal­la­tion exis­tante, de peur que cela soit un vecteur d’in­sta­bi­lité. Dans le doute je vous conseille de faire de même.

2. Sous Windows XP, cela est déjà moins vrai car l’ACPI est bien mieux géré sous cet OS. Certains conseillent même d’ins­tal­ler préfé­ren­tiel­le­ment XP en mode ACPI. Les conseilleurs n’étant pas les payeurs, vous pouvez préfé­rer jouer la prudence et instal­ler Windows en mode PC Stan­dard, même sous XP, quitte à devoir para­mé­trer un peu plus le PC à la main.

Dans quels cas instal­ler Windows XP en mode ACPI plutôt qu’en mode PC Stan­dard ? Unique­ment dans le cas suivant : si vous dispo­sez d’une carte mère très récente qui utilise l’" APIC " (j’ai bien dis APIC, ce n’est pas une erreur de frappe !), elle tombe… A pic ! (C’était facile, je l’avoue). En effet, dans ce dernier cas, vous dispo­sez de beau­coup plus d’IRQ (certains cartes mère disposent de 256 IRQ !), ce qui vous permet de ne plus parta­ger les IRQ entre plusieurs cartes. Ainsi, le malé­fique problème de partage d’IRQ est ré-so-lu une bonne fois pour toutes ! Vous trans­pi­rez déjà ? Ce n’est qu’un début… Dans ce dernier cas, et dans ce seul cas, je vous conseille d’ins­tal­ler XP en mode ACPI et non plus en mode PC Stan­dard, pour des raisons de perfor­mances et de stabi­lité. Pour savoir si votre carte mère est APIC, regar­dez dans son manuel, ou sur le site du construc­teur (pour infor­ma­tion, la marque de votre carte mère s’af­fiche au tout début du démar­rage de votre PC). En dernier recours, deman­dez au maga­sin qui vous a vendu l’or­di­na­teur. Pour finir, vous devez avoir activé le mode APIC dans le BIOS pour que l’OS en profite.

Mettre à jour Windows

  

Message typique lors de la mise à jour de XP : il y a beau­coup de mises à jour «  critiques  ». On n’y coupe pas !

Vous avez installé Windows 2000 ou XP, dans le second cas l’OS est récent, d’ac­cord… Mais le CD que vous tenez entre les mains date de quand ? Depuis, de nombreux bugs ont été corri­gés, la compa­ti­bi­lité avec les nouveaux péri­phé­riques a été ajou­tée. Conclu­sion : une mise à jour s’im­pose ! Direc­tion Windows Update : www.window­sup­date.com.

Nota Bene : si votre PC ne sert qu’à la musique, il n’est pas forcé­ment utile de mettre à jour certains trous de sécu­rité et surtout de nouvelles fonc­tion­na­li­tés inutiles pour l’au­dio qui chan­ge­raient votre confi­gu­ra­tion… Et qui rendraient poten­tiel­le­ment le système instable et plus lourd !

Je vous conseille, dans le cas de Windows 2000, de mettre à jour votre OS vers le Service Pack 2. En effet, Micro­soft a offi­ciel­le­ment annoncé des bugs connus avant cette mise à jour avec le MIDI et l’au­dio. Dans le cas de Windows XP, il existe déjà un Service Pack 1. Pour faire ces mises à jour, le site Windows Update (www.window­sup­date.com) est le passage obligé.

Les Service Pack étant géné­ra­le­ment de très gros fichiers à télé­char­ger (plus de 130 Mo pour le Service Pack 1 de Windows XP), n’hé­si­tez pas à aller chez l’un de vos amis possé­dant l’ADSL ou le câble avec votre ordi­na­teur : avec un modem 56 K, vous risquez de perdre patien­ce… Et la mise à jour de Windows est très impor­tante pour des ques­tions de stabi­lité, vous n’y coupe­rez pas.

Instal­ler les derniers drivers

Beau­coup se plaignent (ou tout au moins se plai­gnaient) des chip­sets VIA qui sont répu­tés pour leur incom­pa­ti­bi­lité avec les cartes audio profes­sion­nelles et semi-profes­sion­nelles. Si ces incom­pa­ti­bi­li­tés sont véri­tables pour certaines cartes audio­nu­mé­riques, on ne peut pas géné­ra­li­ser, surtout sur les récents chip­sets VIA comme la KT333. Seuls certains problèmes peuvent subsis­ter avec les vieux chip­sets KT133. Je vous invite donc à commen­cer, si vous avez un chip­set VIA, par mettre à jour les drivers de celui-ci en allant par exemple les cher­cher sur http://www.viaa­rena.com ou sur http://www.viatech.com. Cette simple mise à jour peut en sauver plus d’un ! En ce qui concerne les chip­sets Intel, l’équi­valent pour télé­char­ger les derniers drivers est le site https://www.intel.com.

Bien sûr, la règle d’or de mettre à jour la partie logi­cielle de son PC ne se limite pas aux chip­sets VIA ! Tout d’abord, si ce n’est pas encore fait, je vous incite forte­ment à mettre à jour le BIOS de votre carte mère, surtout si vous utili­sez des disques durs de grande capa­cité (clas­sique­ment, la version du BIOS au jour J ne prévoit pas les disques durs de grande capa­cité créés au jour J+1 an…). Dans mon cas, j’ai été obligé de mettre à jour le BIOS pour que mon 120 Go soit reconnu et surtout que je puisse faire des parti­tions de taille supé­rieure à 64 Go. La mise à jour du BIOS étant une opéra­tion assez critique, je vous invite à respec­ter scru­pu­leu­se­ment la marche à suivre décrite dans le manuel de votre carte mère.

Si votre carte mère est assez récente, il est fort à parier que Windows 2000 (cela sera égale­ment vrai pour XP dans peu de temps) ne recon­naisse pas certains éléments de la carte mère (le chip­set, une fois de plus, mais aussi d’autres éléments vitaux). Vous avez norma­le­ment un CD-ROM fourni avec la carte mère. Lancez-le et instal­lez tout le néces­saire (Windows va peut-être recon­naître de nouveaux péri­phé­riques) ou, encore mieux, télé­char­gez la dernière version des drivers pour votre carte mère sur le site du construc­teur.

Outre le BIOS et la carte mère, vous êtes invité à véri­fier que tous les péri­phé­riques sont bien recon­nus. Pour cela (sous Windows 2000) cliquez avec le bouton droit sur «  Poste de travail  », choi­sis­sez l’on­glet «  Maté­riel  » puis «  Gestion­naire de péri­phé­rique  ». Si certains éléments comportent une icône avec un point d’ex­cla­ma­tion, c’est que l’un de vos péri­phé­riques n’est pas correc­te­ment reconnu. La meilleure chose à faire est dans ce cas de mettre à jour les pilotes. Pour cela, cliquez sur l’élé­ment mal installé, choi­sis­sez «  proprié­tés  », puis «  réins­tal­ler le pilote  ». Il vous faudra avoir préa­la­ble­ment récu­péré le dernier driver de l’élé­ment mal installé, le mieux dans ce cas étant le site du construc­teur du produit (**pour le trou­ver, vous avez dans chaque fiche produit du site Audio­fan­zine le lien vers le site du construc­teur).

Devi­nez quelle carte n’a pas été recon­nue auto­ma­tique­ment par Windows lors de son instal­la­tion ? La carte audio­nu­mé­rique, bien sûr ! Vous devez instal­ler les drivers du construc­teur à la place.

Pour la carte son par exemple, plutôt que d’ins­tal­ler les drivers four­nis avec votre carte audio que vous avez ache­tée il y a 6 mois, télé­char­gez la dernière version stable de celle-ci. J’in­siste sur le mot stable car parfois les construc­teurs proposent des versions dites «  béta  » de leurs drivers. Or par défi­ni­tion qui dit version béta dit driver non validé par le construc­teur et donc sujet à des [def]bug[/def]s encore incon­nus.

Nota Bene : lors de l’ins­tal­la­tion, vous aurez certai­ne­ment droit au message disant que le driver que vous êtes en train d’es­sayer d’ins­tal­ler n’a pas de signa­ture numé­rique… Igno­rez ce message, cela signi­fie juste que les petits construc­teurs de cartes son profes­sion­nelles n’ont pas assez d’ar­gent pour se payer une certi­fi­ca­tion Micro­soft, si vous voyez ce que je veux dire.

 

Opti­mi­sa­tion du système

Ne garder que l’es­sen­tiel

Cela est tota­le­ment évident pour certains et pas du tout pour d’autres, alors je préfère en parler : un PC pour la musique est souvent dédié à la musique. Il n’est pas inter­dit de l’uti­li­ser pour d’autres appli­ca­tions, cepen­dant je vous mets en garde sur plusieurs problèmes que cela peut engen­drer :

  • Des ajouts de facteurs d’in­sta­bi­lité
  • De nouvelles appli­ca­tions en arrière plan qui consomment des ressources inuti­le­ment
  • De nouvelles entrées dans la base de registres qui à terme peuvent aussi alour­dir le système et par consé­quent en abais­ser les perfor­mances

Je ne suis pas un parfait exemple : j’ai une carte réseau et j’uti­lise parfois Inter­net sur mon PC musique, mais seule­ment pour récu­pé­rer les drivers (et les fameux service packs), c’est à dire que je n’ai ni Outlook d’ins­tallé, ni de plug-ins tels que Real Player (qui ajoute une icône et une appli­ca­tion en tâche de fond), pas de Yahoo, MSN ou AOL Messen­ger etc. En outre, la carte réseau n’est pas prio­ri­taire car j’ai choisi l’IRQ 9 pour la carte son et un IRQ de plus faible prio­rité pour la carte réseau.

Parmi les logi­ciels à éviter, citons :

  • La suite Office qui ajoute par défaut lors de l’ins­tal­la­tion la barre Office (ce qui prend des ressources inuti­le­ment, et ce de manière non négli­geable)
  • Certains logi­ciels free­ware et share­ware mal program­més ou conçus pour fonc­tion­ner en tâche de fond
  • Windows Messen­ger (installé par défaut avec Windows XP, et qu’il est préfé­rable de suppri­mer). Pour cela, cliquez avec le bouton droit sur l’icône de la barre des tâches, sélec­tion­nez «  ouvrir  », puis allez dans «  outils > options > préfé­rences  » et déco­chez «  lancer ce programme au démar­rage de Windows  ».
  • Les anti­vi­rus : a priori, votre PC est isolé du reste du monde (vous ne rece­vez pas d’e-mails sur ce PC, et n’al­lez pas sur des sites Inter­net sensibles). Il est donc peu probable que votre machine soit infec­tée par un virus un jour. Or les anti­vi­rus prennent énor­mé­ment de ressources et abaissent de manière très sensible les perfor­mances du disque dur, surtout s’ils fonc­tionnent en tâche de fond (fonc­tion «  moni­tor  »). Les anti­vi­rus sont donc à pros­crire de votre confi­gu­ra­tion audio !

Para­mètres de l’OS

Et si l’éco­no­mi­seur se lance en pleine prise de son, mmm ?

Désac­ti­vez l’éco­no­mi­seur d’écran ou mettez-le en marche auto­ma­tique­ment après une très grande durée. En effet, celui-ci peut se lancer auto­ma­tique­ment lors d’un enre­gis­tre­ment si vous ne touchez plus au clavier de l’or­di­na­teur ou à la souris mais seule­ment à votre synthé­ti­seur ou votre guitare. Si la durée avant que l’éco­no­mi­seur d’écran se lance est faible, il va se lancer et faire rater la prise de son. Pour le désac­ti­ver, allez dans «  poste de travail > Panneau de confi­gu­ra­tion > Affi­chage  » puis sélec­tion­nez l’on­glet «  Ecran de veille  » et véri­fiez qu’il est sur «  Aucun  ».

Désac­ti­vez égale­ment les sons Windows. Outre le fait que ceux-ci prennent du temps machine (et qu’ils m’énervent prodi­gieu­se­ment), les sons Windows, joués auto­ma­tique­ment, peuvent s’avé­rer être très gênants s’ils inter­fèrent avec le son de votre compo­si­tion (lors d’un clic mal placé, par exem­ple…), ou si votre logi­ciel (cas de Cubase) bloque les drivers audio lorsqu’il est utilisé. Pour désac­ti­ver les sons Windows, allez dans «  Panneau de confi­gu­ra­tion > Sons et multi­mé­dia  » et choi­sis­sez le modèle «  aucun son  ».

Mémoire virtuelle

La mémoire virtuelle consiste à utili­ser une partie du disque dur en tant que [def]mémoire vive[/def] lorsque cette dernière est complè­te­ment pleine. Par défaut, Windows choi­sit la taille de la mémoire virtuelle de manière auto­ma­tique et dyna­mique. Si dans le cas géné­ral, cette façon de fonc­tion­ner est adap­tée, cela peut engen­drer des baisses sensibles de perfor­mances lors de l’uti­li­sa­tion d’ap­pli­ca­tions audio lourdes. Pour réduire cet effet, il est préfé­rable de fixer manuel­le­ment la mémoire virtuelle. Toujours dans la fenêtre «  options de perfor­mances  », choi­sis­sez «  modi­fier  » dans l’en­cart «  Mémoire virtuelle  ».

Pour défi­nir la quan­tité de mémoire à allouer, le calcul de base donne deux fois la quan­tité de RAM dont vous dispo­sez. Par exemple, si vous avez 256 Mo, fixez la mémoire virtuelle à 512 Mo. (A partir de 512 Mo de RAM, la règle change, canton­nez-vous à 512 Mo de mémoire virtuelle). Choi­sis­sez la même valeur pour le mini­mum et le maxi­mum. Ainsi la mémoire virtuelle sera de taille fixe, ce qui a une consé­quence posi­tive sur les perfor­mances. Après cela, il est conseillé de défrag­men­ter votre disque dur, avec Degrag fourni avec votre OS par exemple.

NB : certains utili­sa­teurs conseillent de désac­ti­ver la mémoire virtuelle pour augmen­ter les perfor­mances. Je décon­seille de faire cela, même si vous avez 512 Mo de mémoire vive. Vous gagne­riez en perfor­mance tout en perdant en stabi­lité du système. Si vous dési­rez malgré tout désac­ti­ver la mémoire virtuelle, vous pouvez le faire à partir de cette même page.

Modes UDMA/ATA des disques durs

Si, il y a quelque temps, le [def]SCSI [/def]était à des années lumières devant les disques durs [def]IDE[/def] en termes de perfor­mances, cela est moins vrai aujour­d’hui avec les disques durs [def]UDMA[/def]100 et [def]UDMA[/def]133, même si en termes de stabi­lité du débit et de charge CPU utili­sée, le SCSI reste encore supé­rieur.

Dans le gestion­naire de péri­phé­riques, double-cliquez sur « Contrô­leurs ATA/ATAPI IDE » et véri­fiez que pour chaque canal IDE, le mode DMA est bien activé. Pour cela, double-cliquez sur « canal IDE x », puis cliquez sur « para­mètres avan­cés ». Norma­le­ment vous avez affi­ché en face de « mode de trans­fert » l’op­tion « DMA si possible » et en face de « type de péri­phé­rique » l’op­tion « auto-détec­tion ». Vous pouvez vous assu­rer que Windows a bien détecté les disques DMA d’après ce qui s’af­fiche en face de « Mode de trans­fert actif ».

Dans certains cas (et notam­ment dans le cas de chip­sets VIA), le mode DMA n’est pas toujours détecté auto­ma­tique­ment. Si c’est votre cas, c’est que vous n’avez pas suivi tous les conseils de ce dossier (je ne vous en féli­cite pas !) : mettez à jour le BIOS et les drivers de la carte mère.

Pour utili­ser toutes les perfor­mances de votre disque dur UDMA 100 ou 133, véri­fiez que la nappe de câbles qui relie votre disque dur à la carte mère est bien une nappe 80 fils et non 40 fils. Les anciennes cartes mères ont des nappes de 40 fils, ce qui limite les perfor­mances de votre disque dur en le plaçant en mode UDMA33. Et même si vous possé­dez un disque dur un peu ancien (UDMA 33), ce type de câble vous permet­tra d’aug­men­ter son blin­dage et donc la sécu­rité de l’in­for­ma­tion qu’il véhi­cule.

Gestion de l’ali­men­ta­tion

A propos de la gestion de l’ali­men­ta­tion, dans le panneau de confi­gu­ra­tion, cliquez sur « gestion de l’ali­men­ta­tion ». Le mieux est de choi­sir le profil « toujours actif ». Person­nel­le­ment, j’ai choisi une heure pour le champ «  extinc­tion du moni­teur  ». Cela permet tout de même d’éteindre mon écran 19 pouces (c’est qu’un tel écran pompe du courant !) quand je n’uti­lise par le PC pendant long­temps.

Vous allez me dire : « c’est bien gentil d’avoir désac­tivé l’ACPI, mais main­te­nant j’ai le message vous pouvez éteindre votre ordi­na­teur en toute sécu­rité au lieu de l’ex­tinc­tion auto­ma­tique de l’or­di­na­teur ». Pour parer à ce problème, il vous suffit d’ac­ti­ver l’APM (Advan­ced Power Mana­ge­ment). Pour cela allez dans le panneau de confi­gu­ra­tion de Windows et choi­sis­sez « options d’ali­men­ta­tion » (sous Windows 2000) puis dans l’on­glet « APM » cochez « acti­ver la prise en charge de la gestion avan­cée de l’ali­men­ta­tion ».

Restau­ra­tion de l’OS

Windows est confi­guré par défaut pour créer des sauve­gardes du système pério­dique­ment, afin de pouvoir restau­rer l’OS en cas de crash ou de fichiers corrom­pus. Certains utili­sa­teurs recom­mandent de désac­ti­ver cette fonc­tion dans le but d’aug­men­ter les perfor­mances. Cepen­dant, ce choix est à double tran­chant, car vous perdez en sûreté de fonc­tion­ne­ment ! Si vous sauve­gar­dez régu­liè­re­ment les fichiers impor­tants, vous pouvez vous permettre de désac­ti­ver cette fonc­tion­na­lité (dans le cas contraire, je vous le décon­seille !). Sous XP, pour la désac­ti­ver, allez dans Système, onglet «  Restau­ra­tion du système  » et cochez «  Désac­ti­ver la restau­ra­tion du système pour tous les lecteurs  ».

A qui donner la prio­rité

Sous Windows 2000 et XP, vous pouvez déci­der de donner la prio­rité aux appli­ca­tions (exécu­tées en avant plan) ou bien aux services (appli­ca­tions exécu­tées en tâche de fond). Etant donné que les drivers ASIO tournent en tant que services, donc en tâche de fond, il est bon de leur donner la prio­rité afin de s’as­su­rer de la plus faible latence possible. Pour cela :
- Sous Windows 2000 : allez dans «  système > avancé  » puis cliquez sur le bouton «  options de perfor­mances  » et choi­sis­sez «  les services d’ar­rière plan  ».
- Sous XP : dans la fenêtre  » Système «, sélec­tion­nez l’on­glet  » avancé «, puis cliquez sur le bouton  » Para­mètres «  de la rubrique  » Perfor­mances « . Dans l’on­glet  » Effets visuels «, sélec­tion­nez  » ajus­ter afin d’ob­te­nir les meilleures perfor­mances «, ce qui a pour consé­quence de déco­cher toutes les amélio­ra­tions cosmé­tiques qui prennent des ressources inuti­le­ment. Dans cette même fenêtre, l’on­glet  » avancé " vous permet de choi­sir les services en arrière plan plutôt que les programmes.

Plusieurs utili­sa­teurs pour plusieurs profils… Mais n’en faîtes pas trop !

Windows 2000 étant tiré de la tech­no­lo­gique Windows NT, vous avez la possi­bi­lité de choi­sir entre plusieurs utili­sa­teurs sur une même machine au démar­rage de celle-ci. Si cela est utile, à la base, pour les socié­tés dont les PC sont parta­gés entre plusieurs employés, cela peut vous être égale­ment utile si vous êtes contraint d’uti­li­ser le même PC pour la musique et pour les appli­ca­tions bureau­tiques. En effet, dans ce cas, je vous conseille de créer un utili­sa­teur «  musique  » ou «  audio  » pour lequel seraient désac­ti­vés tous les péri­phé­riques non utili­sés pour la musique (le modem, la carte réseau, la carte TV etc) et un autre utili­sa­teur, «  bureau  », qui ne serait pas aussi sévère quant aux appli­ca­tions et péri­phé­riques acti­vés.

Concer­nant Windows XP, la chose est un peu diffé­rente, puisque vous pouvez chan­ger d’uti­li­sa­teur non plus seule­ment au démar­rage mais pendant une session Windows, à l’ins­tar des OS comme Unix / Linux. Si le fait de dispo­ser de multiples profils au démar­rage est inté­res­sant pour le musi­cien, chan­ger en cours de route d’uti­li­sa­teur est une fonc­tion­na­lité peu utile dans notre domaine, et – surtout – très consom­ma­trice de ressources. Pour désac­ti­ver cette fonc­tion­na­lité, allez dans le panneau de confi­gu­ra­tion, puis dans «  comptes d’uti­li­sa­teurs  », cliquez sur «  modi­fier la manière dont les utili­sa­teurs ouvrent et ferment une session  ». Enfin, déco­chez «  utili­ser la bascule rapide utili­sa­teur  ».

Désac­ti­ver le log des lectures / écri­tures sur le disque

Windows 2000 et XP écrivent un fichier jour­nal de toutes les écri­tures et lectures sur le disque dur. Cela a pour consé­quence de ralen­tir les opéra­tions de lecture / écri­ture. Pour désac­ti­ver ce fichier de log, allez dans «  démar­rer > execu­ter  » puis tapez «  disk­perf -n  » et vali­dez par «  entrée  ».

Désac­ti­ver le cache en écri­ture

Par défaut, Windows active le cache en écri­ture. Le prin­cipe consiste à garder en mémoire vive les données à écrire sur le disque avant de les écrire par blocs. Cela permet d’écrire des blocs plus gros d’un coup et donc de réduire le nombre d’ac­cès. Cela s’avère pratique lorsque de nombreuses appli­ca­tions font appel au disque simul­ta­né­ment. Cepen­dant, dans notre cas, c’est géné­ra­le­ment le séquen­ceur qui utilise le disque, et seule­ment lui. Ce cache en mémoire vive est une étape inutile qui prend des ressources. Pour le désac­ti­ver, allez dans le gestion­naire de péri­phé­riques, double-cliquez sur «  lecteurs de disque  », puis cliquez avec le bouton droit sur le premier disque dur et choi­sis­sez «  proprié­tés  ». Dans l’on­glet «  proprié­tés du disque  », déco­chez «  cache en écri­ture acti­vée  ». Répé­tez l’opé­ra­tion pour chaque disque dur.

Le bon IRQ !

Par défaut lors de l’ins­tal­la­tion de Windows, la carte audio est consi­dé­rée comme un élément peu impor­tant (ce qui est vrai dans une appli­ca­tion bureau­tique) et l’IRQ qui lui est assi­gné par défaut est le numéro 5. Or les IRQ fonc­tionnent selon des prio­ri­tés, et l’IRQ 5 a une prio­rité très faible comme vous pouvez le voir dans la liste qui suit. Il peut arri­ver que vous enten­diez des clics audio à cause de la prio­rité faible de la carte son. L’IRQ à privi­lé­gier (libre et prio­ri­taire) est le n°9. Atten­tion, peu d’IRQ sont libres (sauf si vous êtes en APIC, voir plus haut dans le dossier) et vous ne pouvez pas, par exemple, assi­gner votre carte audio à l’IRQ 0, pour avoir une prio­rité maxi­male.

Voici pour infor­ma­tion l’ordre de prio­rité des IRQ sur une carte mère : 0, 1, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 3, 4, 5, 6, et 7.

Si, parce que vous avez beau­coup de cartes PCI instal­lées sur votre PC, vous êtes obligé de parta­ger certaines ressources entre plusieurs cartes, assu­rez-vous que les drivers de ces cartes supportent le partage des IRQ. Cette infor­ma­tion est géné­ra­le­ment indiquée dans le manuel desdites cartes.

Une dernière chose : la «  pseudo  » carte son qui est implé­men­tée sur certaines cartes mère prend elle aussi un IRQ et ne sert à rien dans le cas d’un PC dédié à la musique. Je vous conseille donc d’al­ler dans le BIOS de votre carte mère (au démar­rage de l’or­di­na­teur, appuyez sur F1 ou suppr selon le modèle de la carte mère) puis de désac­ti­ver cette carte son (appe­lée géné­ra­le­ment «  audio onboard  » ou «  AC97  »).

 

Points de détail

Econo­mi­ser encore quelques ressources

Suppri­mez toutes les petites «  amélio­ra­tions graphiques  » aussi inutiles que gour­mandes en ressources système. Allez dans «  para­mètres d’af­fi­chage  » et dans l’on­glet «  arrière plan  » veillez à ce qu’il n’y ait pas d’image. En effet, les images prennent des ressources non négli­geables en mémoire vive. A vous de voir si vous préfé­rez une belle photo de blonde en bikini en fond d’écran, pour des raisons d’ins­pi­ra­tion, ou bien si vous préfé­rez pouvoir ajou­ter un nième plug-in dans votre morceau… Le choix est dur, je vous l’ac­corde.

Enfin, quelques conseils pour les utili­sa­teurs de PC dont les ressources sont très limi­tées : vous pouvez encore gagner en écono­mie de ressources système en suivant les points ci-dessous :

  • Désac­ti­vez les effets visuels. Pour cela, allez dans «  Affi­chage  », cliquez sur l’on­glet «  effets  » et désac­ti­vez «  Effets de tran­si­tion…  » et «  Affi­cher le contenu des fenêtres pendant leur dépla­ce­ment  »
  • Dans l’on­glet «  para­mètres  », limi­tez-vous à 16 bits. Cela permet de gagner de la [def]RAM[/def] et de limi­ter le temps machine utilisé à rafraî­chir l’écran.

Petites amélio­ra­tions

Acti­ver par défaut le pavé numé­rique sous Windows 2000. Pour cela :

  • Aller dans la base des registres (Démar­rer > Execu­ter > Rege­dit)
  • Accé­der à la clé HKEY_USERS/.DEFAULT/Control Panel/Keyboard.
  • Double-cliquez sur la valeur «  Initial­Key­boar­dIn­di­ca­tors  »
  • Entrez «  2  » pour acti­ver le pavé numé­rique au démar­rage.
  • Rendez vous ensuite à la clé HKEY_CURRENT_USER/Control Panel/Keyboard puis faites de même.
  • Abais­ser le temps d’at­tente lors du lance­ment de Windows 2000 : lors du lance­ment de Windows, vous avez un menu qui vous propose de choi­sir quel OS lancer. Ce menu est utile si par exemple vous utili­sez deux OS (Windows 98, Linux…). Mais dans le cas contraire, ce menu ne fait qu’al­lon­ger le temps de lance­ment du PC. Plutôt que d’at­tendre 30 secondes à chaque fois, vous pouvez réduire ce chiffre, voir le réduire à zéro, en suivant la mani­pu­la­tion suivante : allez dans «  poste de travail > panneau de confi­gu­ra­tion > avan­cés > Démar­rage & récu­pé­ra­tion  » puis choi­sis­sez le nombre de secondes d’at­tente que vous dési­rez. Ou déco­chez simple­ment «  Affi­cher la liste des systèmes d’ex­ploi­ta­tion…  » si vous ne voulez plus que cela s’af­fiche.

Prenez un raccourci !

Mon profes­seur de physique des petites classes nous disait toujours «  l’élec­tri­cité est comme les élèves : elle est pares­seuse et choi­sit donc le plus court chemin ou celui qui demande le moins d’ef­fort  ». Cette loi univer­selle est encore valable pour les musi­ciens, qui cherchent souvent à ne pas perdre de temps ou se fati­guer inuti­le­ment. Je vous propose par consé­quent une petite amélio­ra­tion «  cosmé­tique  », c’est à dire acces­soire mais bien pratique… Fort est à parier qu’une fois habi­tué à celle-ci, vous ne pour­rez plus – tout comme moi – vous en passer !

Il s’agit d’uti­li­ser au maxi­mum les raccour­cis clavier plutôt que de passer par quinze sous-menus du diabo­lique menu Démar­rer de Windows – les raccour­cis clavier étant à mon avis la chose la plus pratique inven­tée dès les débuts de l’in­for­ma­tique en terme d’in­ter­face homme machine. Vous en savez quelque chose puisque tous les appa­reils que vous utili­sez (table de mixage par exemple) comportent un nombre impres­sion­nant de touches et de boutons, tous à usage unique, ce qui vous permet d’al­ler droit au but très rapi­de­ment. Les raccour­cis clavier sont un peu l’équi­valent de ces boutons à usage unique. La souris est peut-être mignonne et permet certes de rester affalé en ne déplaçant qu’un peu le poignet, mais dans beau­coup de cas, le clavier permet de faire les choses en beau­coup moins de temps que la souris. Person­nel­le­ment, j’ai créé des racour­cis clavier pour toutes les appli­ca­tions que j’uti­lise régu­liè­re­ment : Control + Alt + C pour Cubase, Control + Alt + F pour Sound Forge etc. Comme faire cela simple­ment ? Allez dans le menu «  démar­rer  », puis cliquez avec le bouton droit sur le titre d’un des logi­ciels que vous utili­sez. Dans le menu qui s’offre à vous, choi­sis­sez «  proprié­tés  », cliquez dans le champ «  touche de raccourci  » et appuyez simul­ta­né­ment sur control + une lettre de votre choix. Doré­na­vant, vous pour­rez lancer cette appli­ca­tion en appuyant au choix sur «  Control + alt + [la lettre]  » ou sur «  AltGr + la lettre  ». Sympa­thique, non ? Sachez que tous vos logi­ciels de musique possèdent cette même carac­té­ris­tique. Encore une fois, prendre le temps d’ap­prendre les raccour­cis clavier corres­pon­dant aux fonc­tions utili­sées le plus souvent vous permet­tra de gagner un temps substan­tiel à long terme.

 

Conclu­sion

Le nombre de confi­gu­ra­tions maté­rielles étant quasi infini, il n’est pas possible d’être sûr à 100% que tout fonc­tion­nera parfai­te­ment après instal­la­tion selon les conseils de ce dossier. «  La  » règle univer­selle n’existe pas. Néan­moins, ce dossier vous donnera de nombreux éléments utiles pour partir sur de bonnes bases et opti­mi­ser au mieux votre système d’ex­ploi­ta­tion.

Le temps à consa­crer à l’ins­tal­la­tion et à l’op­ti­mi­sa­tion de l’or­di­na­teur est géné­ra­le­ment vite amorti à l’uti­li­sa­tion, ainsi qu’en termes de confort. Certes, il faut mettre les mains dans le cambouis, y passer du temps, suer pour arri­ver à avoir un PC ultra stable et opti­misé pour l’au­dio sous Windows… Mais une fois que c’est fait, quel bonheur ! De plus, contrai­re­ment à Windows 98, les OS Windows 2000 et XP ne «  vieillissent  » pas, c’est à dire que, si vous n’ins­tal­lez pas d’autres appli­ca­tions, l’OS restera aussi stable que lors de l’ins­tal­la­tion.

Conclu­sion : main­te­nant que vous avec un PC stable et dédié à la musique, ne touchez plus à rien, et tout fonc­tion­nera plutôt bien ! Alors est venu le moment où… Faire de la musique, enfin !

Biblio­gra­phie

Outre mon expé­rience person­nelle sur le sujet et les nombreux échanges que j’ai pu avoir sur ce sujet, j’ai puisé de nombreuses infor­ma­tions sur les sites suivants pour écrire cet article :

Glos­saire

Slot : empla­ce­ment dédié à l’en­fi­chage d’une carte, PCI par exemple.

PCI : «  Person­nal Compu­ter Inter­face  ». Inter­face du PC permet­tant de bran­cher des cartes suivant cette norme (ce qui est le cas de quasi­ment toutes les cartes mis à part les cartes vidéo qui sont plus souvent des cartes AGP).

BIOS : abré­via­tion de Basic Input Output System. Ensemble composé d’un petit logi­ciel et d’une puce permet­tant à l’or­di­na­teur de démar­rer.

ACPI : «  Advan­ced Confi­gu­ra­tion and Power Inter­face  ». Confi­gu­ra­tion avan­cée de la gestion de l’ali­men­ta­tion permet­tant une gestion intel­li­gente de l’ac­ti­va­tion ou de la désac­ti­va­tion des péri­phé­riques infor­ma­tiques.

APIC : «  Advan­ced Program­mable Inter­rupt Contro­ler  ». Puce permet­tant d’avoir jusqu’à 256 inter­rup­tions par machine, au lieu des 16 inter­rup­tions des PC jusqu’à lors.

IRQ : «  Inter­rupt Request Evene­ment  ». Evène­ment provoquant l’ar­rêt momen­tané des programmes pour dialo­guer avec un maté­riel (carte son, clavier, souris…)

OS : Opera­ting System. Système d’ex­ploi­ta­tion.

Win9x : désigne l’en­semble des OS Windows 95, Windows 98, 98SE, et Mille­nium. Ceux-ci se diffé­ren­cient des OS Windows NT, 2000 et XP qui sont basés sur la tech­no­lo­gie (plus stable et plus perfor­mante) NT.

CPU : «  Central Proces­sing Unit  ». Alias de micro­pro­ces­seur.

Parti­tion : section logique d’un disque dur, permet­tant de parta­ger un même disque dur physique en plusieurs parties au niveau du système d’ex­ploi­ta­tion.

Cet article a été publié dans le maga­zine Recor­ding Musi­cien.

  • drgroove972 257 posts au compteur
    drgroove972
    Posteur·euse AFfamé·e
    Posté le 15/08/2014 à 11:02:53
    un meme tuto pour windows 7??? ça serait super !!
  • Brazimx 48 posts au compteur
    Brazimx
    Nouvel·le AFfilié·e
    Posté le 20/06/2015 à 13:55:30
    Super cet article ce serai top de savoir si tout ça pouvait fonctionner sur seven ! avant de planter une machine lol

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.