Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Blackstar Amplification ID:Core Stereo 40
Photos
1/51

Test du Blackstar ID:Core Stereo 40

test
15 réactions
Y’a de l’ID
8/10
Partager cet article

Voilà 7 ans que Blackstar ne cesse de monter dans les charts, au point de s’inviter dans le cercle fermé des marques de référence en matière d’amplification pour guitare électrique.

Jusqu’alors prin­ci­pa­le­ment connus pour leurs têtes et pédales à lampes, les Anglais se tournent main­te­nant vers la modé­li­sa­tion en propo­sant notam­ment des petits amplis pour la maison ou les répètes pas trop bruyantes. Au point de faire frémir Roland, VOX, Marshall et consorts ?

La vie moderne 

Fidèle à l’es­thé­tique unico­lore de la marque, le petit Blacks­tar est certes sobre mais pourra faire l’una­ni­mité ou presque avec sa façade avant dont le tissu noir à points blancs mêle avec bonheur vintage et moder­nisme. Son format assez compact (434 × 336 × 185 mm) malgré ses 2 HP de 6.5 pouces le destine avant tout à une utili­sa­tion domes­tique, même si son poids (6,2 kg) permet de l’em­me­ner partout sans risque pour nos chères vertèbres.

Blackstar ID:Core Stereo 40

Mais la première consta­ta­tion qui frappe l’ama­teur d’am­pli que je suis se trouve au dos de l’en­gin avec l’ab­sence de prise pour « schouko ». On est bien loin de l’époque où on se prenait des châtaignes en mani­pu­lant son trans­for­ma­teur, ce qui est peut-être moins rock’n’­roll mais aussi moins dange­reux, et c’est tant mieux. Toute­fois, et ce bien que Blacks­tar ne soit pas le seul fabri­cant à utili­ser ce genre de câble­rie, j’en profite pour râler genti­ment contre ce système qui oblige un achat spéci­fique en cas de perte et qui empêche de se faire dépan­ner par le « zicos du coin ». 

Parlons d’ailleurs du côté nomade de la chose avec cette étrange sangle qui fait office de poignée. À la fois trop courte pour être confor­table sur l’épaule et trop longue pour le portage à la main sans qu’il ne brinque­bale dans tous les sens, on se demande quelle mauvaise cervoise tiède les Anglais ont descen­due avant de conce­voir une chose pareille… puis l’évi­dence crève les yeux : les attaches-cour­roies ressemblent à s’y méprendre à celles présentes sur nos six-cordes ! En bon testeur, je prend ma sangle habi­tuelle pour rempla­cer l’ori­gi­nale. Fina­le­ment, puisqu’on doit géné­ra­le­ment emme­ner sa cour­roie avec son ampli et que celle-ci n’est pas utili­sée simul­ta­né­ment au trans­port de l’en­gin, les aller-retour en répète ou mini concerts peuvent s’en­vi­sa­ger serei­ne­ment, surtout si on remplace les attaches d’ori­gine par des strap-locks. 

On regret­tera malgré tout l’ab­sence de véri­table poignée pour les petits dépla­ce­ments du type sol-> chaise. On me rétorquera alors que c’est un ampli de salon, et on aura raison puisque ses 2×20 W auront du mal à couvrir un batteur de rock éner­vé… Il sera alors gran­de­ment temps de passer à l’étude du menu sonore de l’ID:CORE pour recen­trer le débat.

Blackstar ID:Core Stereo 40
Avec la sangle d’ori­gine
Blackstar ID:Core Stereo 40
Vuit­ton, c’est surfait, adop­tez un style plus rock !
Blackstar ID:Core Stereo 40
Vous pouvez aussi opter pour le mode furtif.

Le menu

Bien que rudi­men­taires, les réglages indis­pen­sables sont présents direc­te­ment sur l’am­pli, sans qu’il soit néces­saire d’avoir un ordi­na­teur à proxi­mité. Le bouton cranté « voice » permet de choi­sir la modé­li­sa­tion dési­rée parmi les six propo­sées aux noms simples et évoca­teurs : clean warm, clean bright, crunch, super crunch et deux types de grosses satu­ra­tions OD1&2. Il sera ensuite utilisé pour choi­sir ses présets, une fois ces derniers sauve­gar­dés dans l’am­pli à l’aide du bouton Manual qui se trouve juste en dessous.

Blackstar ID:Core Stereo 40

Blacks­tar n’a pas fait l’éco­no­mie du tradi­tion­nel potard de gain et c’est une bonne nouvelle, d’au­tant que pratique­ment toute la course de celui-ci est utile et progres­sive. Diffi­cile donc de ne pas trou­ver la bonne quan­tité de « satu­ra­tion » avec les diffé­rentes modé­li­sa­tions asso­ciées au bouton de gain. L’in­dis­pen­sable volume se place juste à côté et la partie « pré-ampli­fi­ca­tion » se termine avec la fierté de la marque, j’ai nommé l’ISF qui promet une traver­sée trans­at­lan­tique en un tour­ne­main avec le son US à gauche et le son UK à droite. Quant à la posi­tion centrale du potard, elle ne corres­pond pas au son islan­dais, mais bien à un mélange des deux patries anglo­phones.

Des réglages perti­nents et réel­le­ment utili­sables à portée de main, c’est bien, mais pour avoir le droit de trifouiller les fréquences, il faudra bran­cher l’am­pli à l’aide d’un câble mini USB (non fourni) à votre ordi­na­teur. Nous y revien­drons donc ulté­rieu­re­ment.

Passons donc à la partie effets, avec des boutons pous­soirs pour sélec­tion­ner reverbs (room, hall, spring et plate), modu­la­tions (phaser, flan­ger, chorus et tremolo) et delays (linear, analogue, tape et multi), le tout agré­menté d’un tap (youpi !). Les para­mètres des effets se règlent à l’aide de deux potards : un volume asso­cié à un sélec­teur non cranté, certes furieu­se­ment à la mode, mais aussi peu pratique que précis. Malgré cela, l’en­semble se pilote en un clin d’œil, grâce aux LED qui changent de couleur si l’ef­fet est utilisé et/ou s’il est sélec­tionné pour être para­mé­tré.

Bien qu’il paraisse absent au premier coup d’oeil, l’ac­cor­deur inté­gré s’ac­tive en appuyant simul­ta­né­ment sur les boutons tap et manual, comme indiqué dans la notice ; il est donc possible de jouer juste sans ordi­na­teur, ouf.

Enfin, le système Super Wide Stereo promet un effet spatial saisis­sant. Autant le dire tout de suite, d’or­di­naire réti­cent à ce genre d’ar­ti­fices, j’ai été agréa­ble­ment surpris par le rendu de celui-ci, en l’as­so­ciant à la reverb room inté­grée pour une sensa­tion de « parterre sonore » flat­teuse, peut-être un peu « hifi » mais diable­ment effi­cace. N’ayant pas de paire de bons statiques sous la main, vous ne pour­rez malheu­reu­se­ment pas vous rendre compte de sa juste valeur avec les extraits enre­gis­trés.

On notera égale­ment qu’au­cun foots­witch n’est fourni, et il vous faudra donc ajou­ter son coût (non connu à ce jour) pour pilo­ter l’en­gin au(x) pied(s).

À l’épreuve des ordi­na­teurs

Comme pour à peu près tout de nos jours, il existe une appli­ca­tion qui permet de gérer les présets et quelques autres joyeu­se­tés. Le soft, baptisé Inva­der et commun à tous les amplis ID a mauvaise répu­ta­tion sur les forums : je vais donc vous faire part de mes impres­sions sur le sujet.

Après un télé­char­ge­ment rapide et une instal­la­tion sans souci, je branche le Blacks­tar sur mon Mac qui me prévient immé­dia­te­ment qu’une mise à jour du firm­ware est dispo­nible. Jusqu’ici tout va bien mais seule­ment 5 secondes s’écoulent avant que la tenta­tive de mise à jour ne se solde par une « erreur fatale » digne des meilleurs écrans bleus de chez Micro­soft époque Windows 95. Toujours est-il que le logi­ciel et l’am­pli fonc­tionnent sans cette mise à jour (après avoir « rebooté » l’am­pli comme il se doit), mais ce dernier n’est alors plus reconnu en tant que péri­phé­rique USB en dehors de l’ap­pli Blacks­tar. On m’a alors genti­ment prêté un PC sous Windows 7, et là l’up­grade du firm­ware s’est passée sans encombre. Mais les messages d’er­reur conti­nuent de pullu­ler à chaque ferme­ture du logi­ciel sous les deux OS.

 

Ceci dit, Inva­der propose donc le pilo­tage de tous les réglages déjà présents sur la façade, en y adjoi­gnant 3 bandes d’EQ, mais aussi un autre voicing de simu­la­tion de lampes nommé TVP, malheu­reu­se­ment inac­tif pour la série ID:CORE (snif). Viennent ensuite les 3 banques d’ef­fets symbo­li­sées par des pédales qui permettent d’af­fi­ner les para­mètres comme la profon­deur des modu­la­tions par exemple. 

On déscend ensuite vers l’on­glet « Audio », qui offre un métro­nome avec tap et un « lecteur cassette » virtuel pour impor­ter vos morceaux préfé­rés afin de vous entraî­ner par dessus. Après plusieurs essais infruc­tueux dus aux plan­tages répé­tés, j’ai enfin pu entendre sur le Backs­tar les morceaux que j’avais impor­tés. J’en profite pour dire que le son déli­vré peut faire pâlir bon nombre d’en­ceintes desti­nées à cet usage, avec un bas certes un peu maré­ca­geux, mais des médiums et des aigus tout à fait hono­rables pour le prix.

L’on­glet suivant, nommé Library, liste vos présets enre­gis­trés avec leurs carac­té­ris­tiques affi­chées et son succes­seur, « Online commu­nity », permet de glaner des présets d’uti­li­sa­teur ou de propo­ser les vôtres aux autres ID:COREistes. À ce propos, j’ai télé­chargé quelques présets et me suis retrouvé avec des « .bstar » sur mon bureau. Inutile de double cliquer direc­te­ment dessus car un nouveau message d’er­reur poin­tera le bout de son nez sous Windows, à moins qu’il ne se passe tout simple­ment rien si vous êtes sous OS X. Pour pouvoir profi­ter des présets (j’ai failli écrire tone print, oups), il faut les dépla­cer manuel­le­ment dans le réper­toire prévu à cet effet (judi­cieu­se­ment nommé « saved patches »). Le dernier onglet d’In­va­der dévoile un accor­deur clair, lisible et bien plus précis que celui inté­gré à l’am­pli.

Enfin, en foui­nant dans les para­mètres, on peut désac­ti­ver le Super Wide Stereo, choi­sir les options du noise gate mais aussi défi­nir le mode d’ac­qui­si­tion dont votre STAN béné­fi­ciera entre stéréo émulée, mono émulée à gauche et mono non trai­tée à droite et même l’uti­li­ser pour du ream­ping. Il n’y a donc pas d’en­re­gis­treur ou de micro séquen­ceur inté­gré. Autre­ment dit, vous devrez obli­ga­toi­re­ment passer par un logi­ciel tiers pour enre­gis­trer en USB. Pour le coup, ce sont les utili­sa­teurs de Macin­tosh qui seront privi­lé­giés, puisque Gara­ge­Band est livré d’of­fice avec leur machine.

En résumé, Insi­der est une appli­ca­tion presque complète, mais son ergo­no­mie manque d’in­tui­ti­vité et ses multiples plan­tages minent le moral. Espé­rons que ces soucis de jeunesse (bien qu’il s’agisse déjà de la version 1.4) se règlent rapi­de­ment car l’en­semble est tout de même assez réjouis­sant ! Et puisque le logi­ciel est gratuit et ne néces­site pas l’ac­qui­si­tion d’un ampli de la marque, je vous invite à vous faire votre propre opinion en le télé­char­geant ici

À l’épreuve des guitares

Tech­nique d’en­re­gis­tre­ment

Pour ce test j’ai utilisé trois Fender dont deux Tele­cas­ter (une stan­dard Mexi­caine et une Jim Adkins Indo­né­sienne) ainsi qu’une Stra­to­cas­ter Gilmour NOS, mais aussi une Gibson SG Stan­dard avec les réglages d’am­pli qui me semblaient les plus perti­nents en fonc­tion des carac­té­ris­tiques de chaque instru­ment.

Le son a été capté par un Shure SM57 pour le HP de gauche et un Senn­hei­ser E 609 pour celui de droite. L’en­semble est câblé en direct dans une 01-V qui renvoie le signal dans une ProFire Light­Bridge sur un iMac sous Pro Tools M-Powe­red.

C’est bien gentil tout ça, mais un ampli, ça s’écoute avant tout.

Mon premier réflexe lorsque je teste un ampli, c’est de cher­cher un beau crunch sans fiori­tures. Je tourne donc le bouton tout rond et mets le gain, le volume et l’ISF à midi. L’ID:CORE délivre alors quelque chose de tout à fait hono­rable avec des médiums aigus légè­re­ment nasillards mais un rendu global qui retrans­crit assez bien le carac­tère bourru de cette Tele­cas­ter stan­dard, ici en posi­tion inter­mé­diaire avec les deux micros ensemble.

00:0000:00

La distor­sion, c’est comme la pâte à tarti­ner cacao­tée, on est toujours tenté d’en rajou­ter une louche. Alors tant qu’on y est ajou­tons un soupçon de flan­ger et une lichette de room pour obte­nir un son plus travaillé. Et ça marche ! On retrouve le grain typique du lips­tick de la Tele­cas­ter et le flan­ger sonne comme un chorus moel­leux. Sans comp­ter que la prise de son ne rend pas fidè­le­ment la sensa­tion d’es­pace ressen­tie lorsqu’on est devant (ou derrière !) l’am­pli.

00:0000:00

Après ces bonnes surprises, passons à la Gibson (accor­dée en open de Si maison), sur le micro cheva­let en montant encore d’un cran le bouton vers OD 1 à la recherche de gros son. 

Pour sculp­ter un son orienté metal, la plati­tude de l’EQ empêche les fautes de goût mais lais­sera un peu sur leur faim ceux qui veulent des sons extrêmes, le mode OD 2 n’étant pas spécia­le­ment plus violent. Néan­moins, le fameux « djent » produit par le Si grave de la SG est présent sans excès et semble, à mon oreille, de bien meilleure facture que ce qu’on peut entendre dans ces tarifs, sans doute grâce aux haut-parleurs qui m’ont paru assez géné­reux dans les graves et les bas médiums. J’ai laissé le larsen final pour montrer l’ef­fi­ca­cité de la « porte de bruit » : on peut lais­ser le sustain autant de temps qu’on le souhaite mais dès qu’on effleure les cordes, elle se ferme très rapi­de­ment. Bravo.

00:0000:00

Trêve de satu­ra­tion, car nous n’avons pas encore essayé le son clair du petit Blacks­tar ! Je garde la SG et opte pour le micro manche avec l’am­pli en mode clean warm (que c’est agréable des appel­la­tions simples et claires !) avec une touche de reverb room. L’as­so­cia­tion modé­li­sa­tion/haut-parleurs fonc­tionne à plein tube (bien que l’am­pli en soit tota­le­ment dépourvu) et le son est incon­tes­ta­ble­ment chaud. Rappe­lons qu’on est en dessous des 200 euros et qu’il n’est évidem­ment pas ques­tion de le compa­rer à un AC-30 ou un Bass­man.

00:0000:00

Allé­ché par le clean warm, j’es­saye un P90 Seymour Duncan, toujours en posi­tion manche, sur une Tele­cas­ter Jim Adkins (une thin­line en acajou avec Tune-O-Matic). Je pousse alors la reverb room un peu (trop) fort et marty­rise les cordes jusqu’à ce qu’elles rendent l’âme (ou en l’oc­cur­rence le file­tage). À l’ex­cep­tion du trémolo qui sonne numé­rique même à faible inten­sité, les effets et les reverb en parti­cu­lier sont de bonne qualité mais ne peuvent pas être pous­sés trop forts sous peine de trahir leur essence binaire. Mais du côté du son de base, on a de la chaleur et de la dyna­mique tout en gardant le côté claquant avec des aigus feutrés, miam !

00:0000:00

Mais ce n’est pas fini puisqu’il y a encore deux modes et une bardée d’ef­fets à explo­rer. Cette tâche incom­bera à une Strat Gilmour NOS. Je l’uti­lise d’abord avec son micro manche pour l’exemple clean bright puis avec son micro cheva­let pour l’ex­trait OD2. 

Le premier est obtenu grâce au multi-delay et une bonne dose de reverb hall. On voit que le Blacks­tar est vrai­ment poly­va­lent et peut ratis­ser très large pour autant qu’on parle de rock (bien qu’il puisse satis­faire les jazzeux armés d’une hollow body en mode clean warm).

00:0000:00

Nous fini­rons par le dernier mode OD2, avec à mon sens le meilleur des effets de cet ampli, j’ai nommé la reverb room (lorsqu’on la dose correc­te­ment). Avec le gain aux 2/3, le grain de la guitare est fidè­le­ment respecté avec le cris­tal­lin de la Strat qui perce malgré la forte satu­ra­tion. Encore un son convain­cant… et il y en bien d’autres.

00:0000:00
 

À l’épreuve des sorties

Pour vous rendre compte des diffé­rentes possi­bi­li­tés d’en­re­gis­tre­ment, j’ai joué quelques extraits en utili­sant la sortie USB, ainsi qu’une prise en line out.

clean warm p90 USB
00:0000:41
  • clean warm p90 USB 00:41
  • crunch tele USB 00:30
  • OD1 SG USB 00:35
  • OD1 SG USB double mono 00:33
  • crunch tele line out 00:30
Blackstar ID:Core Stereo 40

La diffé­rence au niveau des graves est impor­tante, mais il faut pondé­rer ce constat par le fait que l’en­re­gis­tre­ment avec des micros dyna­miques, comme sur les extraits précé­dents, augmente signi­fi­ca­ti­ve­ment le bas du spectre à l’écoute. On pour­rait tout à fait imagi­ner de belles prises de guitare effec­tuées simul­ta­né­ment avec l’USB et un ou plusieurs micros devant. Plus simple­ment, on peut dire que le son est tout à fait exploi­table en utili­sant cette voie et les possi­bi­li­tés offertes par le double mono ravi­ront les amateurs de ream­ping. 

Quant au rendu de la line out, le bas est réel­le­ment anémique et le souffle est impor­tant, mais l’im­pé­dance étant prin­ci­pa­le­ment prévue pour une utili­sa­tion au casque (par ailleurs très agréable), on n’at­ten­dait pas de miracles prove­nant de cette prise 3,5 mm.

Une bonne ID ?

L’ID:CORE Stereo 40 est un ampli complet, tout en restant compact et simple à utili­ser. Je ne serais pas surpris de voir Blacks­tar faire un carton sur le créneau des amplis « de salon » et si on parle de sa resti­tu­tion sonore tout à fait correcte pour écou­ter des MP3, les Anglais ajoutent alors Line 6, Yamaha et les autres sur la liste de leurs concur­rents.

Cepen­dant, si les arcanes du son de guitare rock semblent limpides pour les anciens de chez Marshall, il leur reste à peau­fi­ner soigneu­se­ment leur logi­ciel, notam­ment la version Mac, afin que l’on puisse plei­ne­ment tirer parti des capa­ci­tés de leur série ID.

8/10
Points forts
  • Le son des modélisations
  • Le rendu des HP quand on monte le volume
  • Le Super Wide Stereo
  • La réverb room
  • Le noise gate efficace sans être envahissant
  • Le poids plume
  • Le look malgré le plastique abondant
  • L’E/S USB permettant le reamping via Insider
  • Une bonne sortie casque en jack 3,5 mm...
Points faibles
  • … ne fait pas une bonne sortie ligne
  • L’adaptateur secteur avec transformateur externe
  • Le logiciel instable, Mac & PC uniquement (pas de version tablette)
  • L’EQ accessible exclusivement grâce au logiciel
  • L’absence de possibilité d’acquisition directe dans le logiciel
  • Le footswitch en option

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.