Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google

Petit guide du synthétiseur guitare

Du synthé dans ma guitare
Partager cet article

Le revival 80’s qui irrigue toute la pop culture depuis de nombreuses années s’éternise. La musique n’échappe pas à ce phénomène, et un instrument en particulier tire son épingle du jeu : le synthétiseur. Pendant ce temps-là, les guitaristes tirent la gueule… Heureusement, il existe des solutions.

Qu’on se le dise, la guitare – parti­cu­liè­re­ment élec­trique – n’a plus le vent en poupe. La six cordes c’est has been, et il va falloir s’y faire. Chez Audio­fan­zine, nous savons qu’un deuil n’est jamais facile, et nous souhai­tons vous accom­pa­gner dans ce déli­cat moment. Mieux : nous pouvons offrir une seconde vie à votre instru­ment fétiche ! N’en­ter­rez donc pas tout de suite votre guitare dans un coin sombre du jardin, elle peut encore vous être utile. Comment ? En la traves­tis­sant en synthé bien sûr ! Dubi­ta­tifs ? Vous ne seriez pour­tant pas les premiers à tenter l’ex­pé­rien­ce…

La genèse

Dès les années 60, des inven­teurs s’at­te­lèrent à repro­duire les sono­ri­tés de diffé­rents claviers à l’aide d’une guitare. L’un des exemples les plus notables est certai­ne­ment celui des Guitor­gans, des guitares embarquant divers circuits élec­tro­niques et capables de produire un son d’orgue. Diffé­rents fabri­cants s’illus­trèrent alors, dont Vox qui s’em­para rapi­de­ment du concept et le popu­la­risa, notam­ment avec son modèle V251.

 

 

En paral­lèle, d’autres aven­tu­riers de l’au­dio préfé­rèrent miser sur des boîtiers externes très proches des futurs multi-effets. Il suffi­sait de bran­cher sa guitare dans le boîtier, puis d’ac­tion­ner diffé­rents boutons pour modi­fier le signal à la manière d’un synthé­ti­seur. C’est la marque Maes­tro, pion­nière de la fuzz, qui marqua alors les esprits avec son avant-gardiste USS-1 Univer­sal Synthe­si­zer System.

 

 

img 3417

Si les années 60 marquent les prémisses des « synthé­ti­seurs guitares », il faudra attendre les années 70 pour voir naître des machines encore plus ambi­tieuses. Ainsi, en 1977 sort l’Ava­tar d’ARP. ARP est un spécia­liste du synthé extrê­me­ment popu­laire, et souhaite s’at­taquer à la guitare. Il sort donc un synthé­ti­seur calqué sur l’Odys­sey, une machine de légende, mais qui accepte le signal d’une guitare élec­trique. L’Ava­tar est consi­déré comme le premier véri­table synthé­ti­seur guitare produit à grande échelle, mais, malheu­reu­se­ment, il connaî­tra un échec commer­cial reten­tis­sant au regard de l’in­ves­tis­se­ment initial, et ce naufrage signera l’ar­rêt de mort du fabri­cant. Éton­nam­ment, de nombreuses personnes s’em­pa­rèrent de l’ap­pa­reil quelques années plus tard en tant que pur synthé­ti­seur. Ironique, non ?

La même année que la sortie de l’ARP Avatar, Roland entre lui aussi dans la danse avec le GR-500. Le construc­teur nippon a déjà la créa­tion de beaux synthés à son actif et l’am­bi­tion est la même : conver­tir les guita­ristes. L’ap­proche est cepen­dant diffé­rente, puisque le GR-500 néces­site l’uti­li­sa­tion d’une guitare spéci­fique fabriquée par Ibanez pour Roland : la GS-500. Cette machine connait un succès d’es­time et pousse les Japo­nais à persé­vé­rer.

 

 

En 79, le GR-300 sort. Il s’ins­crit dans la conti­nuité de son préce­des­seur, mais peut toute­fois être piloté avec les pieds ! La formule s’af­fine donc petit à petit et, en 1985, le MIDI appa­raît enfin avec le GR-700. Mais il reste un problème de taille : il faut encore utili­ser une guitare Roland. Heureu­se­ment, un an plus tard, la révo­lu­tion débute vrai­ment avec la sortie du GK-1, un capteur que l’on installe sur le corps d’une guitare et qui permet d’uti­li­ser les synthé­ti­seurs guitares de la marque avec n’im­porte quelle six cordes. En 1992, Roland entre enfin de plain-pied dans la moder­nité avec le synthé­ti­seur guitare GR-1 et le capteur GK-2. Fini les énormes câbles, finis les problèmes de tracking, le nouveau capteur et la nature numé­rique du GR-1 permettent enfin d’of­frir une expé­rience simpli­fiée et plus complète. Roland propose encore aujour­d’hui des synthé­ti­seurs guitare, et tous découlent du GR-1 et du GK-2.

 

  • 2
  • 2066277
  • gr 707 g 707 guitar synth back
  • GM 70 GK 1 German 2
  • Roland GK2 or1b
  • pedaleira midi roland gr 1 D NQ NP 893560 MLB26475566864 122017 F

 

Vous devriez à présent vous sentir plus à l’aise avec l’idée de trans­for­mer votre guitare en synthé. Après tout, vous ne feriez que perpé­tuer une tradi­tion plus ancienne qu’on ne le croit ! Point d’hé­ré­sie ici, nous nous inscri­vons bien dans une démarche saine et construc­ti­ve… Nous pouvons donc passer à la seconde étape de ce dossier : les solu­tions actuel­le­ment dispo­nibles pour remettre au goût du jour votre bonne vieille pelle.

Solu­tion numéro 1 – Instal­ler un capteur hexa­pho­nique

81QmfeUKG8L. SL1500

L’hé­ri­tage de Roland est tel que les capteurs hexa­pho­niques et leurs modules synthé­ti­seurs sont encore à envi­sa­ger en 2018. Le prin­cipe est simple, puisqu’il suffit de placer sur le corps de la guitare un petit appa­reil qui détec­tera l’ac­ti­vité de chacune des six cordes (il est donc possible de trai­ter indé­pen­dam­ment chacune des cordes). La plupart des systèmes sont faciles à mettre en oeuvre et ne néces­sitent pas de modi­fi­ca­tion du corps de la guitare.

Parmi les capteurs les plus perfor­mants du marché, l’on trouve le Roland GK-3, ainsi que le Fish­man Triple Play. Ce dernier est parti­cu­liè­re­ment inté­res­sant puisqu’il fonc­tionne sans-fil ! Il est notam­ment livré avec un rece­veur USB qui vous permet­tra de bran­cher l’ap­pa­reil sur un ordi­na­teur et d’ainsi exploi­ter les logi­ciels de votre choix pour créer des sono­ri­tés origi­nales.

Les anciennes géné­ra­tions d’ap­pa­reils néces­si­taient souvent, en plus du synthé­ti­seur pour géné­rer de sons, un conver­tis­seur MIDI pour trans­for­mer le signal détecté par le capteur en données MIDI (on en trouve notam­ment chez Roland, Axon, ou Sonuus). Aujour­d’hui, de nombreuses machines réunissent un conver­tis­seur et des sons. Il suffit donc d’ache­ter un capteur, d’ache­ter un péda­lier synthé­ti­seur guitare, et roulez jeunesse ! Encore une fois, Roland domine le marché avec ses appa­reils GR-55, VG-99, ou encore le Boss GP-10.

 

 

Enfin, notons qu’il existe des conver­tis­seurs MIDI logi­ciel, comme JamO­ri­gin MIDI Guitar. Il n’y a alors plus besoin de capteurs, puisqu’il suffit de bran­cher une guitare dans une inter­face audio, et le logi­ciel se char­gera de conver­tir le signal en données MIDI, de façon à exploi­ter ces dernières dans le logi­ciel de votre choix (dont des synthé­ti­seurs VST).

 

Solu­tion numéro 2 – Echan­ger sa gratte contre une guitare MIDI/à modé­li­sa­tion

uqPo.unspecified2 jpg

Sentant le vent tour­ner, vous vous êtes déjà débar­rassé de votre guitare ? Avant de vendre votre âme au diable en ache­tant un clavier, vous devriez envi­sa­ger une solu­tion hybride : les guitares MIDI.

Ces instru­ments reprennent le format de la guitare élec­trique, mais sont avant tout desti­nés à produire des données MIDI et à pilo­ter des synthé­ti­seurs. Ces « guitares » sont appa­rues pour propo­ser un meilleur tracking. Il s’agit donc de contrô­leurs faisant fi d’une luthe­rie tradi­tion­nelle, mais toute­fois équipé de « cordes ». On trouve parfois de véri­tables cordes couplées à un capteur hexa­pho­nique et des micros magné­tiques, comme sur le Jamstik+ de Zivix, ou bien de « fausses » cordes unique­ment desti­nées à la produc­tion de données MIDI. Dans cette dernière caté­go­rie, l’on trouve notam­ment la You Rock Guitar YRG-1000 d’Ins­pi­red Instru­ments. Sa touche est sensible à la pres­sion, et vous pour­rez donc pratiquer du tapping ou des Hammer-on et Pull-off avec un excellent tracking, ce qui est rare­ment possible avec d’autres systèmes. Le vibrato de la You Rock Guitar permet même d’ob­te­nir des chan­ge­ments de hauteur de notes assez radi­caux.

 

 

Des guitares élec­triques plus clas­siques embarquant d’ori­gine des capteurs existent aussi, souvent char­gées avec des produits de chez RMC ou Roland. L’in­té­rêt de ces « guitares à modé­li­sa­tion » est d’in­té­grer parfai­te­ment les sono­ri­tés numé­riques au sein de l’ins­tru­ment, que ce soit en termes de tracking ou de contrôles. On citera notam­ment la marque Godin avec ses instru­ments Synth Access, Fender avec sa VG Stra­to­cas­ter conçue en colla­bo­ra­tion avec Roland, Line 6 et sa Variax, ou encore la Stars­tream Vox. Atten­tion toute­fois, toutes ces guitares ne permettent pas de se bran­cher dans le synthé de son choix ou de produire des sons de clavier, puisque c’est souvent à des modé­li­sa­tions de guitare que l’on a affaire.

Solu­tion numéro 3 – Ache­ter des pédales

Les tech­no­lo­gies numé­riques ont énor­mé­ment évolué dans les années 2000, et l’on peut aujour­d’hui produire des sons poly­pho­niques avec un tracking excellent et une latence quasi nulle sans passer par des capteurs. De nombreuses pédales qu’il suffit de bran­cher dans un ampli ou un système son existent, et l’ex­pres­si­vité à la guitare est même mieux retrans­crite, notam­ment les bends et autres vibra­tos. Toute­fois, il n’est pas possible de pilo­ter un synthé­ti­seur externe, comme on peut le faire avec un capteur et un conver­tis­seur MIDI. De plus, contrai­re­ment aux systèmes avec capteurs, il est impos­sible de trai­ter chaque corde diffé­rem­ment.

Une alter­na­tive à ces pédales numé­riques se déve­loppe aussi ces dernières années, notam­ment chez les fabri­cants « boutique ». Il s’agit la plupart de temps de machines analo­giques à base d’échan­tillon­nage, qui permettent de tritu­rer le signal de la guitare et d’ainsi obte­nir des sono­ri­tés proches d’un synthé­ti­seur. Le son est souvent moins lisse, plus aléa­toire et expé­ri­men­tal, et tout cela stimule indé­nia­ble­ment la créa­ti­vité.

Nous vous avons concocté une petite sélec­tion de 18 pédales qui nous paraissent incon­tour­nables, ou du moins inté­res­santes. En cliquant sur le nom d’un produit, vous décou­vri­rez une vidéo de la bête en action. Si vous avez d’autres sugges­tions, n’hé­si­tez pas à nous en faire part dans les forums.

Les clas­siques :

 

Les mécon­nues :

 

Voilà, vous avez à présent toutes les clefs pour recy­cler comme il se doit votre guitare en synthé­ti­seur. Et, qui sait, peut-être le rock revien­dra-t-il à la mode. Vous pour­rez alors fière­ment ressor­tir votre pelle et vos plans shred ! À moins qu’il soit déjà trop tard pour la guita­re…


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.