Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
test
58 réactions
Piccolo ritmo
8/10
Award Qualité / Prix 2019
Partager cet article

Présenté au Superbooth 2019, le UNO Drum vient seconder le UNO Synth, un petit module analogique monodique très abordable. Il s’agit cette fois d’une BAR pleine de surprises, mêlant sons analogiques et échantillons.

Test de l'UNO Drum d'IK Multimedia : Piccolo ritmo

Il y a un an, la société trans­al­pine IK présen­tait le UNO Synth, son premier synthé analo­gique mono­dique, en format mini-module à prix très serré. Nous avions pu appré­cier ses VCO à ondes conti­nues, son VCF multi­mode, son arpé­gia­teur, son séquen­ceur à mouve­ments, ses mémoires, son auto­no­mie, sans oublier son tarif très abor­dable. Nous avions en revanche regretté le bruit de fond du VCA, certaines limites dans les modu­la­tions, le nombre réduit de commandes directes et la connec­tique un rien cheap. Il faut croire que le Super­booth est le lieu propice à l’an­nonce de nouveau­tés pour le construc­teur, bien décidé à créer une gamme de modules de synthèse. En effet, le UNO Synth a désor­mais un petit frère, le UNO Drum, une boite à rythmes mélan­geant percus­sions analo­giques et PCM, déve­lop­pée en squa­dra avec Sound Machines pour la partie analo­gique, société bien connue des amateurs de modules et capteurs sonores. Forza !

Membrane toujours

Le UNO Drum reprend le même format compact que son petit frère, à savoir un module ultra­lé­ger (400 g) mesu­rant 26 × 15 × 5 cm. Le profil en L couché lui permet une incli­nai­son opti­male une fois posé. La tech­no­lo­gie et l’er­go­no­mie sont semblables à celles du Synth, basées sur une membrane tactile pour sélec­tion­ner les para­mètres, jouer les pads ou program­mer les pas. On retrouve égale­ment les sept rota­tifs en partie supé­rieure, qui bougent un poil sur leur axe. La réponse de la membrane est en revanche satis­fai­sante, mis à part les 12 pads en partie centrale, un peu capri­cieux lorsqu’on active les deux zones de vélo­cité ; dans ce mode, le pad est divisé en deux zones hori­zon­tales, ce qui permet d’en­trer deux niveaux de vélo­cité (100 ou 127) dans les séquences, faute de réponse en vélo­cité réelle. La coque en plas­tique blanc est bien rigide, mais elle ne passera évidem­ment pas le test voirie lourde !

Uno Drum_2tof 03.JPGLa partie supé­rieure gauche permet de régler, de manière matri­cielle, les diffé­rents para­mètres de chaque percus­sion, effet ou séquence. On sélec­tionne la ligne à éditer, puis on tourne l’un des quatre enco­deurs lisses du haut. La valeur éditée est immé­dia­te­ment reflé­tée sur le petit écran à 3 diodes 7 segments. La partie supé­rieure droite intègre l’en­co­deur cranté de données (un net progrès par rapport au UNO Synth qui en était dépourvu), le poten­tio­mètre de tempo (couplé à une touche Tap tempo) et le poten­tio­mètre de volume global. Ils surplombent les touches de sélec­tion du mode d’édi­tion (son, kit, motif, morceau), de longueur (nombre de pas du motif / morceau), de sélec­tion pour édition (ponc­tuelle ou globale), d’ac­ti­va­tion des parties instru­men­tales et de trans­port du séquen­ceur (deux touches lecture/arrêt et enre­gis­tre­ment), sans oublier la touche Alt (sélec­tion des fonc­tions système). Tous en bas du panneau, on trouve une rangée de 16 touches permet­tant d’ac­ti­ver / couper des pas de séquences, flanquées de leur diode ambre, passant au vert lorsqu’on ajoute des auto­ma­tions (cf. ci-après). Tous les para­mètres sonores et système sont direc­te­ment acces­sibles en façade, aucun logi­ciel externe n’est néces­saire pour éditer quoi que ce soit, excel­lente nouvelle !

Connec­tique mini­ma­liste

Uno Drum_2tof 13.JPGÀ l’ar­rière, la connec­tique est iden­tique à celle du UNO Synth, c’est-à-dire très mini­ma­liste, que ce soit par le nombre ou le type de connec­teurs : sortie audio double mono faisant aussi office de prise casque (mini-jack 3,5 mm), entrée audio double mono pour envoyer des signaux externes vers le compres­seur global (mini-jack 3,5 mm), entrée / sortie MIDI (commu­table en Thru) sur mini-jack stéréo 2,5 mm (type de mini-connec­teur désor­mais préco­nisé par la MMA), prise micro USB (données MIDI et alimen­ta­tion élec­trique) et inter­rup­teur secteur à trois posi­tions (arrêt, alimen­ta­tion par piles, alimen­ta­tion par USB).

Le carton d’em­bal­lage contient égale­ment deux cordons adap­ta­teurs mini-jack / DIN femelle MIDI, un cordon micro-USB vers USB et quatre piles alca­lines AA. L’au­to­no­mie annon­cée est de 1,5 à 2,5 heures suivant le type de pile utilisé (alca­line ou Ni-MH). Si on alimente le module avec un PC bran­ché au secteur, il peut être utile d’ajou­ter une perle de ferrite (le fameux cylindre isolant) autour du cordon USB pour réduire les bruits de fond : alimenté par l’une des 6 prises USB de notre véné­rable PC en rack (qui visi­ble­ment crée une boucle de masse polluant l’USB), c’était inuti­li­sable, alors qu’avec notre PC portable sur batte­rie, aucune pertur­ba­tion parti­cu­lière. L’autre solu­tion est d’ali­men­ter le module avec un bloc secteur USB 5 V (non fourni) ou une Power Bank. Bref, tout cela reste bien cheap, bien­ve­nue dans un monde minia­ture.

Cent pour cent

Le UNO Drum est une BAR offrant 12 instru­ments de percus­sion pour une poly­pho­nie de 11 voix (les hi-hats sont exclu­sifs). À l’al­lu­mage, la machine ne prend que quelques secondes pour se prépa­rer. Les instru­ments sont stockés au sein de 100 kits avec leurs réglages, qui peuvent être joués par 100 motifs, eux-mêmes chai­nables dans un (seul) morceau.

Uno Drum_2tof 06.JPGTous les kits et motifs sont préchar­gés en usine, ce qui permet de se faire rapi­de­ment une idée de la qualité sonore et de l’ex­pres­si­vité de la machine. Bon point, la sélec­tion des kits et des motifs à l’en­co­deur reboucle dans les deux sens (après 100, on repasse à 1 et réci­proque­ment). Le chan­ge­ment de kit (immé­diat) ou de motif (à la fin de la boucle) se fait propre­ment et rapi­de­ment, on ne s’en plain­dra pas. Les program­ma­tions de IK sont bien fichues et démontrent bien le poten­tiel de la machine, tout en consti­tuant un point de départ précieux. On appré­cie le groove enri­chi par le Swing ou la fonc­tion Huma­nize, dont nous repar­le­rons plus tard. Avec les auto­ma­tions, les motifs vivent.

On recon­nait immé­dia­te­ment des timbres d’ins­pi­ra­tion 80’s, certains aux accents TR-606/707/727/808/909 typiques, d’autres orien­tés BAR à Eprom, genre Linn ou Oberheim, avec des sons pure­ment élec­tro­niques ou pseudo-acous­tiques. Les réglages extrêmes déna­turent les samples d’ori­gine, ce qui n’est pas sans rappe­ler des samples trans­po­sés vers le bas de Prince sur la LM-1. Certains sons détour­nés évoquent des lignes de basse jouées grâce aux auto­ma­tions des para­mètres de synthèse. Le compres­seur est capable de boos­ter le niveau sonore, tout comme la distor­sion vient détruire le son plus ou moins sauva­ge­ment. Le niveau de sortie global est bon, le bruit de fond limité et la qualité sonore un peu crado comme on l’aime. La patate est là, les percus­sions claquent, on ne s’en­nuie pas, contrai­re­ment à certaines BAR analo­giques récentes un peu asth­ma­tiques. Revers de la médaille, compte tenu de la qualité volon­tai­re­ment Lo-fi d’échan­tillon­nage, on entend parfois les portes de bruit sur certaines percus­sions PCM quand on les joue sépa­ré­ment.

Uno Drum_1audio Factory 1
00:0000:54
  • Uno Drum_1audio Factory 100:54
  • Uno Drum_1audio Factory 201:13
  • Uno Drum_1audio Factory 301:25
  • Uno Drum_1audio P2600:55
  • Uno Drum_1audio P3500:41
  • Uno Drum_1audio P9401:12

Percus­sions analo­giques

Uno Drum_2tof 05.JPGAu commen­ce­ment était le kit, capable de stocker 12 sons de percus­sions (les « instru­ments »), que l’on peut acti­ver/couper et éditer en temps réel. Chaque instru­ment offre cinq varia­tions. Pour les six instru­ments de la rangée infé­rieure (kick 1, kick 2, snare, hi-hat fermé, hi-hat ouvert, clap), la première varia­tion est un son généré par synthèse analo­gique et les quatre suivantes des échan­tillons PCM. Pour les instru­ments de la rangée supé­rieure, les cinq varia­tions sont des échan­tillons PCM (nous les décri­rons au chapitre suivant). Cela repré­sente donc un total de 60 sons, à savoir 6 sons analo­giques et 54 sons PCM éditables, ce qui est confor­table. Les circuits analo­giques ont été déve­lop­pés en colla­bo­ra­tion avec la société trans­al­pine Sound Machines, nous l’avons dit. Les réglages dispo­nibles dépendent du son. Le premier kick est le plus complet, inté­grant même de la FM ; le timbre est réso­lu­ment moderne. On peut en régler l’ac­cor­dage (30 à 100 Hz), le déclin, l’ac­cor­dage de la FM, la quan­tité de FM, le temps de balayage, le snap (niveau des tran­si­toires pour ajou­ter du timbre sur l’at­taque) et le volume ; idéal pour simu­ler des kicks élec­tro­niques réso­nants.

Le second kick a un son plus vintage, plus arrondi ; on peut régler l’ac­cor­dage (31 à 80 Hz), le déclin, le snap et le niveau. Là encore, ça claque pas mal avec le snap venant renfor­cer les tran­si­toires ; un déclin un peu plus long aurait été parfait pour ceux qui aiment les kicks qui trainent. Il va de soi qu’un système d’am­pli­fi­ca­tion descen­dant dans les infra­basses est indis­pen­sable pour appré­cier le bas du spectre, où le UNO Drum excelle. La caisse claire a une patate remarquable ; tantôt moderne, tantôt vintage, on peut accor­der le corps, régler le déclin, ajus­ter le snap (type et volume), modi­fier le HPF du géné­ra­teur de bruit (timbre) et régler le volume. Les hi-hats ouverts et fermés disposent des mêmes types de réglages, tota­le­ment indé­pen­dants : couleur de métal (4 types), déclin et volume. Ils savent assu­ré­ment être tran­chants, acidu­lés ou crades, évoquant parfois la TR-808, parfois la TR-606. Sur le hi-hat ouvert, si on redé­clenche le son avant la fin du déclin (Release pour être exact), le volume global met un certain temps avant de repas­ser au maxi­mum, confir­mant le côté analo­gique du circuit (temps de décharge/charge du conden­sa­teur d’en­ve­loppe). Enfin le clap, plus simple, dispose d’un réglage de déclin (8 valeurs) et de volume. On appré­cie son côté claquant géné­reux, bien TR dans l’es­prit.

Percus­sions PCM

Passons main­te­nant aux instru­ments PCM. Issus de la collec­tion maison Sample­Tank, ils sont échan­tillon­nés sur 12 bits / 32 kHz mono, ce qui leur confère un carac­tère vintage bien trempé (alia­sing quand on trans­pose vers le haut des sons conte­nant de hautes fréquences et arte­facts métal­liques vers le bas). La durée réduite des samples (surtout pour les cymbales) rappelle les BAR à Eprom des années 80, comme déjà dit plus tôt dans ce test.

Uno Drum_2tof 15.JPGOn peut accor­der les samples PCM (sur plus ou moins une octave envi­ron, soit une vitesse de lecture de 0,5 à 2 fois celle d’ori­gine) et régler leur délai (en rapport avec leur vitesse de lecture). Tout comme pour les sons analo­giques, on trouve un réglage de volume et de réponse en vélo­cité sur le volume, mais toujours pas de pano­ra­mique : la UNO Drum est défi­ni­ti­ve­ment une BAR mono et c’est bien dommage.

Rensei­gne­ments pris auprès de l’équipe de déve­lop­pe­ment (merci Enrico !), IK a confié à des tiers la créa­tion de banques PCM addi­tion­nelles, dont une grande partie serait offerte. Les PCM vien­draient rempla­cer les sons exis­tants, la mémoire interne étant très limi­tée. Les déve­lop­peurs réflé­chissent même à ajou­ter une fonc­tion pour impor­ter nos propres PCM, ce qui serait excep­tion­nel dans cette gamme de prix ! Une fois mélan­gés, les sons internes et externes (prove­nant de l’en­trée audio) passent dans un compres­seur analo­gique global, dont on peut ajus­ter le seuil. Le tout arrive ensuite dans un Drive analo­gique, dont on peut doser le gain ; il peut satu­rer en douceur ou litté­ra­le­ment déchi­rer le signal. Tous les réglages de percus­sions (analo­giques ou PCM) et d’ef­fets sont stockés au sein de l’un des 100 kits en mémoire, indé­pen­dam­ment des motifs.

Motifs mouve­men­tés

Uno Drum_2tof 11.JPGLe UNO Drum permet d’en­re­gis­trer 100 motifs ryth­miques sur 11 pistes simul­ta­nées (les hi-hats sont exclu­sifs, rappe­lons-le) de 1 à 64 pas. On alterne les diffé­rentes sections de 16 pas avec la touche > flanquée de ses témoins indi­ca­teurs 1–2–3–4 (il n’y a hélas pas de touche <, il faut boucler les sections pour atteindre à nouveau les précé­dentes). Chaque motif possède une divi­sion tempo­relle globale (4/4, 3/4, 6/8 ou 4/8), il n’y a donc pas de poly­mé­trie. On peut régler la longueur globale du motif (nombre de pas) indé­pen­dam­ment de cette divi­sion tempo­relle, ce qui permet certains exotismes inté­res­sants. Il existe deux modes d’en­re­gis­tre­ment : pas à pas et temps réel. En pas à pas, on commence par sélec­tion­ner l’ins­tru­ment à entrer (la diode de son pad s’al­lume en vert), puis on entre les pas à acti­ver avec la rangée de 16 touches. On peut aussi entrer un niveau de vélo­cité de 100 au lieu de 127 en main­te­nant le pad de l’élé­ment sonore tout en entrant le pas ou en utili­sant l’en­co­deur. Il en est de même pour tous les para­mètres de synthèse dispo­nibles pour l’ins­tru­ment sélec­tionné, qui peuvent prendre une valeur diffé­rente sur chaque pas. Pour suppri­mer les para­mètres édités, il suffit de désac­ti­ver le pas puis le réac­ti­ver. On passe ensuite aux autres instru­ments de la même manière.

Uno Drum_2tof 04.JPGOn peut aussi enre­gis­trer en temps réel, avec l’aide d’un métro­nome, en main­te­nant les touches Play et Record. Dans ce mode, on entre les pads en temps réel, avec leurs deux zones de vélo­cité 100 / 127 si la fonc­tion est acti­vée ; on peut aussi entrer la vélo­cité précise avec un clavier MIDI externe. La ryth­mique est auto­ma­tique­ment quan­ti­fiée sur le pas le plus proche (pas de micro-timing). La fonc­tion Roll permet d’en­re­gis­trer des roule­ments auto­ma­tiques sur diffé­rentes divi­sions tempo­relles (1/8, 1/8T, 1/16, 1/32). En mode temps réel, on peut aussi enre­gis­trer le mouve­ment des commandes de synthèse pour chaque instru­ment. L’en­re­gis­tre­ment n’est pas arrêté après la première boucle, si bien qu’on écrase les valeurs si on arrête de bouger les commandes alors que la touche REC est toujours acti­vée. Nous avons suggéré une mise à jour, peut-être aura-t-on un jour les deux modes au choix. Dommage aussi qu’on ne puisse auto­ma­ti­ser les para­mètres d’ef­fets, cela aurait notam­ment permis d’ac­tion­ner le compres­seur en rythme. Signa­lons la possi­bi­lité, inté­res­sante, de copier/coller des pas ou motifs. Pour les musi­ciens en manque d’ins­pi­ra­tion, une fonc­tion Random permet de créer des lignes ryth­miques par élément ou sur le motif complet. Chose curieuse assu­mée par le construc­teur, les motifs ne sauve­gardent pas les numé­ros de kit ; chan­ger un motif ne change pas le kit en cours. De même, on ne peut program­mer le chan­ge­ment de type d’ins­tru­ment à chaque pas…

Motifs arran­gés

Uno Drum_2tof 12.JPGEn plus des auto­ma­tions, il existe d’autres fonc­tions très inté­res­santes pour faire bouger davan­tage les motifs ryth­miques. Pour commen­cer, rien de tel qu’un petit peu de swing, réglable entre 50 et 70%. Encore mieux, Huma­nize crée des varia­tions aléa­toires, plus ou moins pronon­cées suivant réglage, à chaque boucle d’un motif, tant au plan du calage tempo­rel que de la vélo­cité ; le réglage est global pour toute la machine, pas par motif. Enfin, Stut­ter est un effet MIDI que l’on enclenche avec le bouton éponyme. Il y a 10 types de Stut­ter : certains forcent certains éléments du motif à jouer en boucles de diffé­rentes tailles (3, 4, 6, 8 pas), d’autres créent des fill-in (2 types), d’autres des varia­tions de hauteur à chaque pas (vers le haut ou vers le bas), d’autres enfin créent des vélo­ci­tés aléa­toires en boucle (sur 3 ou 4 pas). Avec le réglage de quan­tité, on défi­nit le nombre d’élé­ments du motif concer­nés par l’ef­fet (de 1 à 12 instru­ments qui se cumulent dans un ordre donné). C’est une idée aussi origi­nale qu’ex­cel­lente pour créer rapi­de­ment des varia­tions ryth­miques en temps réel, on aurait aimé encore plus de types et la possi­bi­lité de choi­sir plus préci­sé­ment les instru­ments concer­nés.

Une fois les motifs satis­fai­sants, il est possible d’en chai­ner jusque 64 au sein d’un morceau. C’est bien, mais il n’y a qu’une mémoire de morceau. Pire, on ne peut pas sélec­tion­ner les motifs par Program Change, contrai­re­ment aux kits. Contac­tés à ce sujet, les déve­lop­peurs ne prévoient pas d’ajou­ter plusieurs empla­ce­ments pour les morceaux dans la mémoire interne. La touche X permet d’ef­fa­cer les pas, pistes, motifs, morceau, sons ou kits. Le tempo est synchro­ni­sable à l’hor­loge interne ou MIDI/USB. On peut régler les canaux d’en­trée et sortie MIDI de 1 à 16. Les commandes de synthèse sont trans­mises en temps réel par CC, tout comme les pads, les commandes de trans­port, les notes enre­gis­trées et les modu­la­tions enre­gis­trées, la totale ! Pour sauve­gar­der ou rechar­ger la mémoire en kits et motifs, il faut utili­ser l’édi­teur maison, dont nous allons parler sans plus tarder.

Éditeur de la casa

Uno Drum_3edit 02Bien que le UNO Drum puisse être programmé de A à Z tout seul, IK offre un éditeur biblio­thé­caire fort pratique. Il suffit pour cela d’en­re­gis­trer son instru­ment sur le site IK, de passer la machine en OS 1.0.2 (mini­mum) et d’ins­tal­ler l’édi­teur sur son ordi­na­teur. Il tourne sous Windows 8 / OS 10.10 / iOS 11.0 (64 bits) et fonc­tionne aussi bien en mode stan­da­lone que plug-in VST2/VST3/AU/AAX pour inté­gra­tion dans une STAN. Tous les para­mètres du UNO Drum sont ainsi faci­le­ment acces­sibles en quelques écrans : para­mètres globaux, éditeur de sons et éditeur de séquences (notes, auto­ma­tions, morceau).

On appré­cie d’avoir sous la main l’en­semble des para­mètres des sons dans une même page écran très visuelle, qui réagit au quart de poten­tio­mètre ou de souris. De même, l’édi­teur de motifs permet d’en­trer les pas sous forme de grille de 16 pas (x4 sections) en visua­li­sant l’en­semble des instru­ments. On peut aller dans le détail par instru­ment, afin de régler la vélo­cité et l’au­to­ma­tion des para­mètres de synthèse dispo­nibles. De même le chai­nage de motifs en morceau se fait en quelques clics. C’est clair et immé­diat ! On appré­cie de pouvoir gérer le contenu de la mémoire interne, en parti­cu­lier archi­ver ou rechar­ger l’en­semble des kits et des motifs. Merci !

Conclu­sion

Tout comme le UNO Synth, le UNO Drum offre des quali­tés inha­bi­tuelles dans sa gamme de prix : séquences à 64 pas, mémoires de kits, auto­ma­tion des commandes, moteurs sonores analo­giques + PCM, poly­pho­nie confor­table, éditeur multi­pla­te­forme inté­grable sous forme de plug-in, sans oublier la qualité sonore typée 12 bits et le carac­tère analo­gique bien trempé, rehaussé par des effets globaux analo­giques. Sa prise en main est immé­diate, son auto­no­mie totale, grâce à ses pads inté­grés, l’ac­cès direct à l’en­semble de ses réglages et à la possi­bi­lité de l’ali­men­ter par piles. En contre­par­tie, son prix serré impose quelques sacri­fices : pads statiques, porte de bruit audible sur certains sons PCM, alimen­ta­tion USB cheap, commandes directes limi­tées, connec­tique dépouillée et sortie audio mono­pho­nique. Toute­fois, au regard du prix, diffi­cile de trou­ver un package aussi attrac­tif dans la grande famille des BAR, surtout si IK offre de nouvelles banques PCM comme cela semble bien parti, voire pourquoi pas un jour l’im­port de PCM utili­sa­teur. Un excellent choix pour tous les amateurs de musiques qui bougent, d’hier et d’aujour­d’hui, qui mérite bien un petit Award Audio­fan­zine Qualité/Prix 2019.

  • Uno Drum_2tof 01.JPG
  • Uno Drum_2tof 02.JPG
  • Uno Drum_2tof 03.JPG
  • Uno Drum_2tof 04.JPG
  • Uno Drum_2tof 05.JPG
  • Uno Drum_2tof 06.JPG
  • Uno Drum_2tof 07.JPG
  • Uno Drum_2tof 08.JPG
  • Uno Drum_2tof 09.JPG
  • Uno Drum_2tof 10.JPG
  • Uno Drum_2tof 11.JPG
  • Uno Drum_2tof 12.JPG
  • Uno Drum_2tof 13.JPG
  • Uno Drum_2tof 14.JPG
  • Uno Drum_2tof 15.JPG
  • Uno Drum_3edit 01
  • Uno Drum_3edit 02
  • Uno Drum_3edit 03
  • Uno Drum_3edit 04

 

8/10
Award Qualité / Prix 2019
Points forts
  • Percussions analogiques punchy
  • Sons PCM de célèbres BAR à Eprom
  • Polyphonie 11 voix
  • Réglages sur les instruments
  • Automation des réglages dans les séquences
  • Effets analogiques intégrés
  • Mémoires de kits et motifs
  • Motifs confortables de 64 pas
  • Fonction Humanize ajustable
  • Plusieurs types de Roll et Stutter
  • Émission/réception des CC MIDI
  • Compact, léger et pas fragile
  • Alimentation par piles
  • Prise en main aisée
  • Éditeur standalone / VST inclus
  • En développement : possibilité de charger de nouveaux PCM
  • Tarif abordable
Points faibles
  • Porte de bruit audible sur les PCM
  • Réponse des pads en mode double-vélocité
  • Un seul chainage de motifs
  • Connectique minimaliste à tout point de vue
  • Sortie audio monophonique
  • Potentiomètres serrés
  • Alimentation secteur non fournie
Auteur de l'article synthwalker Passionné de synthés, concepteur produits et rédacteur presse

J'aime tous les synthés, avec une prédilection pour les polyphoniques vintage à mémoires, que j'empile avec délectation depuis quelques dizaines d'années. Vieux gourou chauve mais pas barbu, j'écris depuis un quart de siècle des articles techniques sur les synthés et j'ai contribué au développement de certains d'entre eux. Plusieurs centaines ont été publiés, dont une grande partie sur Audiofanzine. J'ai aussi contribué aux magazines PlayRecord, Musiciens, Recording Musicien, Musicsound et KR.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article synthwalker Passionné de synthés, concepteur produits et rédacteur presse

J'aime tous les synthés, avec une prédilection pour les polyphoniques vintage à mémoires, que j'empile avec délectation depuis quelques dizaines d'années. Vieux gourou chauve mais pas barbu, j'écris depuis un quart de siècle des articles techniques sur les synthés et j'ai contribué au développement de certains d'entre eux. Plusieurs centaines ont été publiés, dont une grande partie sur Audiofanzine. J'ai aussi contribué aux magazines PlayRecord, Musiciens, Recording Musicien, Musicsound et KR.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.