Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
SH-101 de poche
8/10
Partager cet article

Arrivé dans la famille Boutique pendant l’été 2017, le SH-01A met dans une toute petite boite le sympathique synthé-guitare du début des années 80, en quadruplant au passage sa polyphonie…

Le SH-101 est lancé en 1982. Il s’agit d’un synthé analo­gique mono­dique basique, doté d’une chaine VCO + Sub VCO -> VCF -> VCA, une enve­loppe, un LFO, un petit arpé­gia­teur et un séquen­ceur de 100 pas (c’est sympa !). Portable, compact et léger (4 kg), il peut être équipé d’une bandou­lière et d’un petit grip option­nel (molette de pitch­bend, inter­rup­teur de modu­la­tion) qui se fixe sur la partie gauche pour former un mini manche, ce qui permet une utili­sa­tion live comme synthé-guitare. Très facile à prendre en main, il est recon­nais­sable par un son de basse gras­souillet et une onde pulse géné­reuse. Ce sera le dernier synthé mono de la marque pendant l’ère analo­gique. Récem­ment remis au goût du jour sous forme de plug-out pour les System-1 / System-8, il est désor­mais décliné au format Boutique, sous le doux nom de SH-01A, histoire de ne pas le confondre avec le SH-01 qui n’a rien à voir. Voyons si cette nouvelle incar­na­tion, plus musclée que le plug-out, est aussi plus réus­sie…

Mini Module

SH 01A 2tof 02.JPG

Le SH-01A fait partie d’une proli­fique famille comp­tant désor­mais 11 membres, qui partagent tous la même concep­tion : un module ultra compact de moins de 1 kg, pouvant être monté dans une station d’ac­cueil clavier ou boitier (voir enca­dré). En dépit de sa petite taille, un Boutique n’a rien de gadget : l’avant, la façade et l’ar­rière sont consti­tués d’une tôle pliée très solide ; seuls le dessous et les côtés sont en plas­tique. Tout comme le SH-101 à l’époque, le SH-01A est dispo­nible en trois couleurs : un modèle de base gris et deux couleurs, rouge et bleue, en série limi­tée pour les collec­tion­neurs.

La façade est couverte de commandes : seize curseurs de petite taille (capu­chons non éclai­rés), trois curseurs de très petite taille, deux sélec­teurs rota­tifs à six posi­tions, six sélec­teurs à deux/trois posi­tions, deux poten­tio­mètres, un enco­deur et neuf boutons pous­soirs à diodes. Le débat­te­ment et l’écar­te­ment des curseurs prin­ci­paux sont suffi­sants pour permettre une mani­pu­la­tion correcte. Un écran de quatre diodes et sept segments complète le tout, affi­chant le nom de certains para­mètres et/ou réglages, mais ne reflé­tant hélas pas la valeur des curseurs quand on les mani­pule, domma­ge… Tout ce beau monde est assez logique­ment réparti sur deux rangées, les commandes de synthèse en haut et les autres réglages en bas (menu, sélec­tion des programmes, séquences, arpèges, comman­des…). On appré­cie le sélec­teur de trans­po­si­tion sur trois octaves en façade, tout comme la touche Key Trans­pose pour travailler par demi-ton.

La prise en main est aisée, ce qui est normal étant donné le nombre restreint de para­mètres à éditer. Plus pénible, c’est de devoir d’en­trer dans le menu pour chan­ger de programme ou de séquence, puis reve­nir en mode normal pour lancer la séquence ou l’ar­pège. À gauche de la façade, on trouve les deux rubans clas­siques sur certains modules Boutique, avec rétroé­clai­rage de posi­tion. Lorsqu’un clavier est raccordé, le premier ruban fait office de pitch­bend (avec retour au centre virtuel), alors que le second fait office de molette de modu­la­tion. Lorsque rien n’est raccordé, le premier ruban déclenche les sons suivant un tempé­ra­ment à défi­nir parmi seize choix.

À droite de la façade, on trouve une sortie CV/Gate (V/Octave, avec choix du 0 V, ajus­te­ments fins de la fréquence d’ori­gine et de la pente) pour pilo­ter le monde analo­gique et une entrée pour horloge. Le reste de la connec­tique est situé à l’ar­rière et ressemble à pas mal d’autres modules Boutique : inter­rup­teur secteur, port micro-USB (alimen­ta­tion, MIDI et audio), mini-poten­tio­mètre de volume, sortie casque stéréo, sortie ligne stéréo, entrée ligne stéréo et entrée/sortie MIDI DIN. La connec­tique audio est au format mini-jack.

En dessous du module, on trouve un petit HP et une trappe pour insé­rer les quatre piles AA-LR6 four­nies (par contre, le cordon micro-USB avec alimen­ta­tion secteur ne l’est pas). Avec son petit HP (très vite saturé), son séquen­ceur et ses piles, le SH-01A est tota­le­ment auto­nome, du moins pendant les six heures annon­cées par le construc­teur, ce que ne précise même pas le dépliant laco­nique­ment lapi­daire faisant office de manuel.

Qualité sonore

SH 01A 2tof 09.JPG

Les synthés de la série Boutique brillent par leur qualité sonore. Le SH-01A ne déroge pas à la règle. Il offre 64 mémoires réins­crip­tibles prépro­gram­mées d’usine, parmi lesquelles on retrouve les sons qui avaient fait la répu­ta­tion du SH-101. D’après nos contacts qui ont la chance d’avoir (déjà !) les deux, la ressem­blance est frap­pante. Le niveau de sortie est élevé, on ne s’en plain­dra pas. On appré­cie aussi l’ab­sence de bruit de fond, ce qui n’était pas le cas sur l’an­cêtre, doté de circuits analo­giques… Le son est gros malgré l’unique oscil­la­teur et l’ab­sence de chorus ; du coup on a une couleur brute non polie, à des années lumières du JU-06. Un son vivant, l’ACB repro­dui­sant à merveille les petites fluc­tua­tions de compo­sants.

Côté filtre, on a affaire à une forte person­na­lité, qui apporte un bas de spectre impo­sant ; pous­ser la réso­nance conserve les fréquences en dehors du pic sans les écra­ser, ce qui permet des dents de scie acidu­lées. On appré­cie égale­ment les PWM velues, si carac­té­ris­tiques du SH-101. L’en­ve­loppe est très rapide, ça claque bien sec, on se croi­rait vrai­ment sur un mono analo. Les basses sont le domaine de prédi­lec­tion du SH-01A, avec si besoins un sub-oscil­la­teur bien gras en renfort, qui fait tout vibrer. Mais le grand bonheur, c’est d’avoir tout ça en poly­pho­nie, soit pour jouer des nappes en accords, soit pour empi­ler des oscil­la­teurs sans vergogne. Enfin, on appré­cie l’ar­pé­gia­teur et le séquen­ceur, qui peuvent tour­ner de concert.  

SH 01A 1audio 01 Bass1
00:0000:35
  • SH 01A 1audio 01 Bass1 00:35
  • SH 01A 1audio 02 Bass2 00:45
  • SH 01A 1audio 03 Bass3 00:44
  • SH 01A 1audio 04 Square Seq 01:16
  • SH 01A 1audio 05 Seq and Arp 01:01
  • SH 01A 1audio 06 Lead1 00:23
  • SH 01A 1audio 07 Lead2 00:35
  • SH 01A 1audio 08 Lead3 00:43
  • SH 01A 1audio 09 Poly Square 00:35
  • SH 01A 1audio 10 LFO Retrig 00:39
  • SH 01A 1audio 11 Poly Pad 00:33

Simple à program­mer

Le SH-01A utilise la tech­no­lo­gie numé­rique ACB pour modé­li­ser le compor­te­ment des compo­sants du SH-101. Les para­mètres de synthèse sont quasi iden­tiques (en fait, nous verrons que le SH-01A va plus loin dans certains domaines, que nous préci­se­rons au cas par cas). Gros avan­tage, la poly­pho­nie passe d’une à quatre voix que l’on peut déclen­cher selon les modes Mono, Unis­son, Poly et Chord.

SH 01A 2tof 04.JPG

Le géné­ra­teur sonore produit simul­ta­né­ment une dent de scie (symbo­li­sée par une rampe ascen­dante), une impul­sion à largeur variable (manuelle ou modu­lable par le LFO ou l’en­ve­loppe), une onde carrée à une ou deux octaves sous la fonda­men­tale (avec commu­ta­tion possible en impul­sion étroite à –2 octaves) et un bruit (Origi­nal rose ou Varia­tion blanc). Toutes ces sources ont leur curseur de mixage en façade. Lorsqu’on pousse les niveaux en addi­tion­nant les formes d’onde, on obtient une satu­ra­tion natu­relle agréable. L’os­cil­la­teur peut être accordé de 2 à 64 pieds (mieux que la plage de deux à seize pieds du SH-101) et être modulé par un LFO ou glis­ser avec un porta­mento.

La sortie du mixeur attaque ensuite un filtre passe-bas à quatre pôles réso­nant, capable d’auto-oscil­ler. Le curseur de fréquence de coupure est fluide dans la plupart des cas ; il faut être à la fois à très faible vitesse et réso­nance élevée pour entendre des effets de pas. La fréquence de coupure peut être modu­lée par l’unique enve­loppe, le LFO et le suivi de clavier. Les quan­ti­tés de modu­la­tion sont dosables sépa­ré­ment mais les modu­la­tions sont unique­ment posi­tives.

L’am­pli final est on ne peut plus simpliste, puisqu’on ne peut modu­ler le volume que par l’en­ve­loppe parta­gée ou le mettre en posi­tion Gate. Les modu­la­tions ne sont d’ailleurs pas le point fort de la machine, puisqu’on doit se conten­ter d’une enve­loppe et d’un LFO. Ce dernier peut fonc­tion­ner en mode Origi­nal ou Advan­ced (plage de fréquences éten­due à l’au­dio). On peut le synchro­ni­ser à l’hor­loge et il dispose de nouvelles formes d’onde (dent de scie, rampe) en plus des tradi­tion­nelles (triangle, carrée, aléa­toire, bruit). L’en­ve­loppe est une ADSR clas­sique, avec diffé­rents modes de redé­clen­che­ment : à chaque nouvelle note, à chaque nouvelle note lorsqu’au­cune autre n’est tenue ou à chaque début de cycle du LFO. Elle sait se montrer claquante lorsqu’on le souhaite, tant mieux.

Séquences et arpèges

SH 01A 2tof 06.JPG

Tout comme le SH-101, le SH-01A dispose d’un arpé­gia­teur et d’un séquen­ceur. Le premier est très basique : motifs haut/bas/alterné, fonc­tion de main­tien et divi­sion tempo­relle. Côté séquen­ceur, on reste aussi dans l’es­prit dépouillé du SH-101, mais on passe cette fois de 1 à 64 motifs de 100 pas, avec une poly­pho­nie de quatre voix. La program­ma­tion se fait en pas à pas et en une seule passe : en mode LOAD (enre­gis­tre­ment), on entre succes­si­ve­ment les notes au clavier, les silences avec la touche REST et les liai­sons avec la touche LEGATO. En revanche, point d’ac­cent, c’est comme sur le SH-101… Un pas repré­sente la plus petite divi­sion tempo­relle, donc il est impor­tant de se montrer économe pour ne pas gâcher ; pour éditer une séquence ou ajou­ter des notes à la fin, on se met en mode LOAD, on tourne l’en­co­deur de tempo pour accé­der au pas souhaité et on (re)joue les notes à entrer. Ceci n’est pas docu­menté dans la feuille de chou faisant office de manuel…

En relec­ture, on peut trans­po­ser les séquences et les arpèges en main­te­nant la touche KEY TRANS­POSE et en jouant sur le clavier ou en tour­nant l’en­co­deur de valeur ; c’est bien mais ça occupe quand même les deux mains. Chan­ger la divi­sion tempo­relle de l’ar­pé­gia­teur affecte aussi celle du séquen­ceur, ce qui est bien utile. On peut lancer l’ar­pé­gia­teur pendant que la séquence tourne, une fonc­tion assez rare sur les synthés mais bien agréable à l’usage. Les notes séquen­cées et arpé­gées sont trans­mises via MIDI, très bien !

MIDI et audio

À quelques excep­tions près, les modules Boutique travaillent avec des CC MIDI, ce qui leur permet d’être pilo­tés à distance et d’émettre les valeurs des para­mètres de synthèse en temps réel. Avec 42 CC inté­grés, le SH-01A ne déroge pas à la règle et peut ainsi être entiè­re­ment auto­ma­tisé. On peut égale­ment effec­tuer des Backup/Restore de la mémoire interne complète via USB.

Sur le plan audio, l’USB permet de véhi­cu­ler un canal stéréo en entrée/sortie, trans­for­mant le SH-01A en inter­face audio 24 bits / 96 kHz stéréo. Les sons du module et de l’en­trée audio numé­ri­sée peuvent ainsi être envoyés à une STAN. Réci­proque­ment, les sons sortant de la STAN sont conver­tis et envoyés à la sortie audio analo­gique du module. Ceci néces­site au préa­lable d’ins­tal­ler et de conve­na­ble­ment para­mé­trer le pilote PC/Mac fourni par Roland (pour Windows/Windows 10, Mac OS10.13/OSX).

Conclu­sion

Le SH-101 était en son temps une machine abor­dable, basique et au timbre singu­lier. Le SH-01A en reprend toutes les carac­té­ris­tiques, dont la person­na­lité sonore, l’ex­trême simpli­cité d’édi­tion et le tarif serré. Il y ajoute les mémoires, la poly­pho­nie, les CC MIDI et l’au­dio via USB… qui lui permettent de s’in­té­grer parfai­te­ment à un ensemble musi­cal actuel. Après le JP-08, le JU-06 et le JX-03, la série Boutique vient donc de s’en­ri­chir d’un nouveau synthé poly­pho­nique à modé­li­sa­tion analo­gique, avec une couleur sonore encore diffé­rente de celle de ses congé­nères. C’est aussi le seul des quatre à propo­ser un séquen­ceur poly­pho­nique et un arpé­gia­teur ; de quoi faire craquer à nouveau les fans de cette série fort sympa­thique…

Télé­char­ger les extraits sonores (format FLAC)

  • SH 01A 2tof 01.JPG
  • SH 01A 2tof 02.JPG
  • SH 01A 2tof 03.JPG
  • SH 01A 2tof 04.JPG
  • SH 01A 2tof 05.JPG
  • SH 01A 2tof 06.JPG
  • SH 01A 2tof 07.JPG
  • SH 01A 2tof 08.JPG
  • SH 01A 2tof 09.JPG
  • SH 01A 2tof 10.JPG
  • SH 01A 2tof 11.JPG

 

8/10
Points forts
  • Qualité de la modélisation sonore
  • Passage à la polyphonie
  • Facile à prendre en main
  • Mémoires de programmes
  • Séquenceur et arpégiateur simultanés
  • Transposition des motifs en temps réel
  • Autonome, compact et mobile
  • Transmission des CC MIDI
  • USB MIDI et audio
  • Qualité de construction
  • Concept de station d’accueil optionnelle
Points faibles
  • Possibilités de synthèse limitées
  • Séquenceur et arpégiateur simplistes
  • Un seul petit HP vite saturé
  • Pas de cordon USB/alimentation secteur fournis
  • Mode d’emploi inacceptable
Auteur de l'article synthwalker Passionné de synthés, concepteur produits et rédacteur presse

J'aime tous les synthés, avec une prédilection pour les polyphoniques vintage à mémoires, que j'empile avec délectation depuis quelques dizaines d'années. Vieux gourou chauve mais pas barbu, j'écris depuis un quart de siècle des articles techniques sur les synthés et j'ai contribué au développement de certains d'entre eux. Plusieurs centaines ont été publiés, dont une grande partie sur Audiofanzine. J'ai aussi contribué aux magazines PlayRecord, Musiciens, Recording Musicien, Musicsound et KR.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article synthwalker Passionné de synthés, concepteur produits et rédacteur presse

J'aime tous les synthés, avec une prédilection pour les polyphoniques vintage à mémoires, que j'empile avec délectation depuis quelques dizaines d'années. Vieux gourou chauve mais pas barbu, j'écris depuis un quart de siècle des articles techniques sur les synthés et j'ai contribué au développement de certains d'entre eux. Plusieurs centaines ont été publiés, dont une grande partie sur Audiofanzine. J'ai aussi contribué aux magazines PlayRecord, Musiciens, Recording Musicien, Musicsound et KR.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.